En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

07.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 12 heures 27 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 14 heures 6 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 16 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 17 heures 54 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 19 heures 57 sec
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 20 heures 5 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 20 heures 58 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 21 heures 22 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 22 heures 2 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 22 heures 26 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 12 heures 59 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 14 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 17 heures 32 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 18 heures 40 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 19 heures 16 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 20 heures 45 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 21 heures 12 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 21 heures 55 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 22 heures 19 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 22 heures 27 min
© Reuters
© Reuters
Guerre commerciale

Avec la poussée des Verts et des populistes, le nouveau parlement européen saura-t-il porter une politique industrielle capable de concurrencer les Etats-Unis et la Chine ?

Publié le 28 mai 2019
Les chefs d’entreprise estiment que la politique pro-business n’est pas acquise au niveau européen. Les états-majors s’attendent à un durcissement des accords commerciaux et à une aggravation de la fiscalité écologique.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les chefs d’entreprise estiment que la politique pro-business n’est pas acquise au niveau européen. Les états-majors s’attendent à un durcissement des accords commerciaux et à une aggravation de la fiscalité écologique.

La majorité des chefs d’entreprise sont évidemment soulagés par le résultat des élections européennes. Le taux de participation est apparu comme une divine surprise puisqu‘il marque un attachement à l’Union européenne, alors que beaucoup craignaient une montée en puissance des courants souverainistes et populistes. Ce courant existe certes, mais il s’avère très éclaté, incapable de constituer un bloc qui pourrait peser sur la stratégie.

Pour autant, ce résultat laisse très perplexe sur l'analyse de l'impact des inflexions possibles de la politique économique française et surtout la politique européenne.

Au niveau du parlement européen, la politique pro-allemande va perdre de son influence. Si on estime que le poids de coalition allemande (CDU-CSU) a cédé au profit du bloc des écologistes et des libéraux sociaux (LREM), ça signifie que le nouveau parlement va pouvoir reprendre du pouvoir sur la Commission qui était très pro-allemande. Cette évolution va forcément peser dans le choix du président de l‘Assemblée européenne, mais surtout dans la désignation du président de la Commission en remplacement de Jean-Claude Juncker et du président de la Banque centrale européenne qui arrivent tous les deux en fin de mandat.

Sur le contenu de la politique économique soutenue par le Parlement, il paraît donc probable que les écologistes vont disposer d’une influence beaucoup plus importante, ce qui paraît légitime compte tenu de cette vague verte qui a déferlé sur l’Europe. Les écologistes vont pouvoir beaucoup mieux pousser les projets structurants mais aussi l’arsenal fiscal.

Toujours au niveau européen, il faut aussi s’attendre à un durcissement des positions européennes dans la négociation d’accords commerciaux et sans doute une réforme des régulations migratoires. Les règles fiscales peuvent se durcir, avec moins de possibilités d’optimisation fiscale, et plus de régulations financières, mais aussi en contrepartie une interprétation un peu moins sévère des critères de Maastricht en matière de budget. Donc plus de coordination, mais une coordination plus chère à financer.

 

Au niveau de la politique nationale, Emmanuel Macron a déjà fait dire qu’il ne changerait pas de cap. A priori, il n’a pas de raison. Alors, il n’a pas gagné le match avec Marine Le Pen, mais les conditions strictement politiques sont réunies pour qu’il puisse faire dans les trois ans, la course des européennes sans trop de risques. Il lui faut simplement délivrer des résultats sur le plan économique et pour ce faire, il doit persister dans sa politique de réformes structurelles et gagner des points de croissance qui génèrent de l’activité et de l’emploi. Le retour de la croissance n’est pas gagné en France.

D’abord parce qu‘il existe une pression sociale encore très forte. Mal organisée mais puissante et sourde, si on la mesure à la force du mouvement des gilets jaunes. Il va falloir continuer à lui apporter des réponses. Pas évident.

Ensuite, parce qu’il n’y a pas de gisement de croissance évident. La demande publique n’est pas solvable. La demande « verte » est encore mal définie et hors marché. Reste l‘exportation, et sur ce point, la France a deux faiblesses : un déficit de compétitivité et un déficit de projet.

On va retomber là sur l’Europe, parce que l’Europe n'a pas plus de projets industriels après les élections qu‘elle n’en avait avant. La campagne électorale pour les européennes a été extrêmement pauvre dans le domaine des équipements collectifs européens, elle a même été très timide dans le domaine des investissements pour assurer la transition écologique, la campagne a été absente dans la définition d’une stratégie industrielle européenne face aux stratégies des Américains ou des Chinois.

Qui sera au Parlement ou à la Commission l’équivalent d’un Donald Trump, capable dans les tractations commerciales, de balancer des Tweets sans faiblesse pour définir et incarner une ligne stratégique qui profite au label européen ?

 

En bref, les chefs d’entreprises du Medef ou du Cac 40 sont perplexes face à la capacité de cette Europe-là à développer une posture et une politique pro-business et pro-concurrentielle. L'inquiétude, c’est d’avoir des responsables politiques qui ont certes compris la demande des électeurs, mais qui ne seront capables d’y répondre que par des dispositifs règlementaires et fiscaux. Le gros risque : jouer sur les régulations et multiplier les taxes.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 28/05/2019 - 13:43
Environnement adapté.
S'il fallait une politique industrielle étatique pour avoir une industrie puissante et compétitive , cela se saurait. On connaît la remarsuable aptitude de Bercy à developper quoique ce soit en dehors de taxes nouvelles . Comment a fait l'Allemagne, plus grande nation industrielle d'Europe , ou à une echelle plus modeste la Suède ou la Suisse ? Nulle trace chez eux de politique industrielle mais un environnement fiscal, social, réglementaire adapté et surtout STABLE; aussi une allocation de moyens financiers étatiques modéré mais très concentrée, par exemple sur des " hubs " universitaires et scientifiques majeurs. Voir par exemple en Suisse les efforts importants de la Confédération sur les deux écoles polytechniques fédérales de Zurich et Lausanne, pépinières remarquables d' une myriade de start-up et d'entreprises innovantes.
JEG4ATLANTICO
- 28/05/2019 - 13:19
Ne rêvons pas
L’UE n’a jamais eu pour objectif d’être souveraine ni de développer une politique industrielle. L’UE à été conçue (sous impulsion des USA au sortir de la guerre ) pour être un grand marché hyper-concurrentiel à l’intérieur, et ouvert à tous les vents à l’extérieur. Pour changer ces fondamentaux de l’UE il faut l’unanimité des 28 État membres... quand au parlement il n’a aucun pouvoir. Et cela, cher JM Sylvestre, est indépendant de la composition du Parlement, qui n’est qu’une péripétie mineure.
hoche38
- 28/05/2019 - 10:07
Optimisme excessif?
Penser qu'Emmanuel Macron puisse faire réaliser par Bruxelles ce qu'ils n'ont pas su faire en quarante ans, même en tenant compte du génie exceptionnel de ce personnage historique, semble, disons... excessif!