En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

07.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 7 min 52 sec
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 24 min 27 sec
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 55 min 2 sec
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 1 heure 13 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 1 heure 26 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 3 heures 9 min
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 3 heures 34 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 17 heures 36 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 18 heures 23 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 13 min 29 sec
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 47 min 9 sec
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 1 heure 8 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 1 heure 25 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 3 heures 2 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 3 heures 9 min
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 15 heures 34 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 17 heures 58 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 19 heures 12 min
Atlanti-Culture

Le coup de coeur de la semaine : "L'Exil Éternel" d'Angela Rohr, et quand on pense que tant d'intellectuels ont fait de Staline un dieu...

Publié le 26 mai 2019
Le récit d'Angela Rohr est peut-être, depuis Soljenitsyne, le témoignage le plus impressionnant sur l'univers concentrationnaire en Russie soviétique. On en a vraiment froid dans le dos.
Bertrand Devevey pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Devevey est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le récit d'Angela Rohr est peut-être, depuis Soljenitsyne, le témoignage le plus impressionnant sur l'univers concentrationnaire en Russie soviétique. On en a vraiment froid dans le dos.

LIVRE

L'Exil Éternel

d'Angela Rohr

Ed. Les Arènes 

487 p. 

24,80 euros

 

RECOMMANDATION  
           EN PRIORITE

 
THEME 

L'Exil Éternel est un récit autobiographique. En 1925, Angela Rohr, avec son mari militant communiste, quitte, son pays, l'Autriche, pour vivre de l'intérieur la construction d'une société nouvelle en URSS. En 1941, peu après l'invasion par les troupes allemandes, ses origines les désignent "naturellement" comme espions et "ennemis du peuple". Condamnée à 5 ans de camp "de travail", elle est envoyée en Sibérie. 

L'Exil Eternel est le récit de ces années d'internement, 17 au total, au cours desquelles elle va se battre pour survivre. Médecin de formation, elle se verra assigner le contrôle de la santé des prisonniers - une main d'œuvre qu'il faut garder en vie pour assurer la production assignée aux directeurs de camps.  

A l'issue de sa peine, en 1946, "libérée" mais intrinsèquement suspecte de sympathies nazies, elle sera condamnée à "l'Exil Éternel", c'est-à-dire à demeurer, femme "libre", dans la proximité du dernier camp où elle a été internée. Elle y pratique encore la médecine, les soins infirmiers, l'enseignement.

Ce n'est qu'après la  mort de Staline, qu'elle sera autorisée à rejoindre Moscou en 1957, où elle vivra jusqu'à sa mort. Elle y écrira ce livre témoignage exclusivement dédié aux années passées dans les camps dont l'acronyme Goulag est aujourd'hui synonyme de travaux forcés, d'extermination sociale, politique et physique.

 

POINTS FORTS  

1 - un récit extrêmement prenant, précis, sans effets littéraires ni pathos. Son cours chronologique illustre la lutte pour la survie de cette femme, les conditions de vie dans les camps, son combat pour soigner, dans un dénuement quasi-total, les prisonniers dont elle aura la charge. Elle témoigne aussi des parcours de vie des personnes croisées lors de ses différents internements.

2 - on ne peut qu'être admiratif du courage de cette femme qui affronte la mort de son mari, l'arbitraire de la détention, le froid, la faim extrême, les maladies, la bureaucratie perverse qui ne cesse de la mettre au défi de vivre et de tenir son rôle de médecin ou d'infirmière, selon ses lieux de détention.

3 - Le récit donne une image saisissante de la vie dans les camps de prisonniers, droits communs et politiques mêlés, dans les années 40 et 50 en Union Soviétique. Comment ne pas être effaré par ces conditions inhumaines, orchestrées par un pouvoir politique paranoïaque, alors que naissent en Europe les 30 glorieuses.

4 - Une traduction de qualité de ce manuscrit sorti de l'oubli à la fin des années 80. Elle est due à la collaboration de Jean Jacques Briu, professeur de linguistique allemande et d'Yves Hamant, professeur de civilisation russe et soviétique (et contributeur à la traduction de l'Archipel du Goulag d'Alexandre Soljenitsyne), tous deux de l'Université de Paris Nanterre.

5 - Une préface et un prologue, écrits par JJ Briu, permettent de comprendre qui était Angela Rohr, le contexte d'écriture et d'édition de son récit. 

 

POINTS FAIBLES  

1 - Cette traduction, du fait aussi de l'écriture directe et parfois savante d'Angela Rohr, rend certaines phrases un peu curieuses dans leurs tournures. Mais cela ne nuit aucunement à la force du récit.

2 - Il ne faut pas se le cacher, ce livre n'est pas gai. Angela Rohr ne se plaint jamais de son sort ; de tout, sur tout, elle constate et rend compte. La "froideur" du récit est pourtant compensée par le recul qu'elle nous force à prendre. Au plus profond de la détresse et de la précarité, cette femme a résisté et survécu, par sa volonté de sauver des vies, au mépris de la sienne.

 

EN DEUX MOTS 

Ce livre est sorti de l'oubli en 1989, porté par une petite maison d'édition autrichienne. C'est un grand mérite de la maison d'édition des Arènes, et de Jean Claude Guillebaud qui en a assuré la direction de la publication, de nous en proposer une version française. 

Il n'est pas exagéré de dire que sa force d'évocation le hisse à la hauteur de l'Archipel du goulag (1973) comme livre de témoignage dont la teneur ne peut être mise en doute. Peut être le recevrez vous comme un "livre choc" comme le fut le témoignage romancé "les bienveillantes" de Jonathan Littell (2006). A ceci près qu'il ne s'agit pas ici d'un roman. Ceux qui lirent  Les mains coupées de la Taiga de Patrick Meney (1984) retrouveront la force des témoignages de survivants du Goulag, et l'horreur de l'orchestration industrielle des camps de travail dans lesquelles la vie ne valait que contribution à des quotas de production. 

Le fil conducteur de la survie, l'acharnement absurde de la bureaucratie politique n'est pas sans rappeler - et cela lui donne aussi une belle filiation, l'Archipel d'une autre vie de l'académicien Andreï Makine, qui décrit la traque d'une fugitive du goulag dans les confins de l'extrême Orient Russe.

Ce livre est aussi un extraordinaire témoignage de volonté et de dévouement à la dignité humaine, comme résistance à l'écrasante entreprise de déshumanisation des camps travail soviétiques. Dénoncée en occident dès les années 60, il faudra attendre l'accablant témoignage de Soljenitsyne pour qu'elle soit reconnue en Europe. 

 

UN EXTRAIT

Ou plutôt trois: 

"Récalcitrante comme j'étais à l'époque, je vivais dans la certitude que mourir n'avait jamais de sens ou n'en aurait jamais, qu'on devait vivre pour quelque chose de bien, mais sans qu'il soit nécessaire de mourir. Certes, cela avait l'air très pacifiste, mais était compréhensible dans une situation où on était si généreusement entouré de morts absurdes". P 280
 
"Toute tentative pour se soustraire au travail devait, selon la loi, être arrêtée. Le médecin était tenu d'écrire  un certificat  par lequel le prisonnier recevait ensuite un supplément de peine, ordinairement de deux ans. […] J'ai compris que quelques uns, peut être même beaucoup, avaient choisi la voie de l'automutilation pour vivre […]" P 381

"Les enterrements étaient tristes et désespérés ; on n'entendait aucune prière qui aurait évoqué l'espoir d'un au-revoir ; il n'y avait pas de prêtre, peut être pas de Dieu ; les forces obscures étaient plus présentes que lui." P 420

 

L'AUTEUR  

Artistes et intellectuels de l'entre deux guerres (elle croise Freud, Rainer Maria Rilke, les expressionnistes et dadaïstes français et italiens), ont porté témoignages de la vie d'Angela Rohr. C'est à une française, Jeanne Guillaume, que l'on doit la conservation de son manuscrit, et le récit de sa vie. Autrichienne, d'origine aristocratique, de formation médicale et de sympathie pour le marxisme, elle part donc en 1925 à Moscou avec son mari, vivre de l'intérieur l'épanouissement de la société soviétique. Arrêtée en 1941 car de nationalité allemande, elle vivra 17 ans de relégation dans les camps de travaux forcés en Sibérie. Elle sera affectée à plusieurs camps, prenant en charge (sans en avoir le choix, mais avec le souhait de rendre ses connaissances médicales utiles) des personnes gravement dénutries (comme elle), atteintes de nombreuses pathologies, mutilée par accident ou volontairement. Elle mena aussi des recherches: elle avait découvert un moyen de contrôler les crises d'épilepsie et, à la fin de son exil, de syphilis.

Femme "germanique" dans un environnement carcéral, elle était considérée, par nature, ennemie du peuple russe. Souvent confrontée au machisme des hommes, militaires, politiques ou "droits communs", elle sut leur faire face avec courage, faire respecter son engagement hors du commun pour sauver toutes les vies broyées par les travaux forcés. 

Elle vécut à Moscou à son retour d'exil, et y mourut en 1985. Il est extraordinaire de constater que cette petite femme, victime de tant de privations et de maladies graves, s'éteignit à 95 ans. Elle mérite un incontestable et immense respect.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre marie
- 26/05/2019 - 17:48
Très bon livre. Lu d'une traite. Glaçant.
Elle voulais, avec Lénine, "ouvrir les prisons. Et ce fut le goulag pour elle.
Méfions nous des Lénines modernes qui veulent "changer le monde".
L'enfer est pavé de bonnes intentions.