En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

06.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 4 heures 59 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 6 heures 13 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 7 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le mystère Abd el-Kader" de Thierry Zacone : Un livre savant pour les spécialistes de l’Islam et de la Franc-maçonnerie

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 12 heures 17 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 12 heures 29 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 13 heures 46 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 5 heures 35 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 6 heures 53 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 7 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 12 heures 11 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 12 heures 29 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 13 heures 38 sec
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 13 heures 49 min
Atlanti-Culture

Le coup de coeur de la semaine : "L'Exil Éternel" d'Angela Rohr, et quand on pense que tant d'intellectuels ont fait de Staline un dieu...

Publié le 26 mai 2019
Le récit d'Angela Rohr est peut-être, depuis Soljenitsyne, le témoignage le plus impressionnant sur l'univers concentrationnaire en Russie soviétique. On en a vraiment froid dans le dos.
Bertrand Devevey est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Devevey pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Devevey est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le récit d'Angela Rohr est peut-être, depuis Soljenitsyne, le témoignage le plus impressionnant sur l'univers concentrationnaire en Russie soviétique. On en a vraiment froid dans le dos.

LIVRE

L'Exil Éternel

d'Angela Rohr

Ed. Les Arènes 

487 p. 

24,80 euros

 

RECOMMANDATION  
           EN PRIORITE

 
THEME 

L'Exil Éternel est un récit autobiographique. En 1925, Angela Rohr, avec son mari militant communiste, quitte, son pays, l'Autriche, pour vivre de l'intérieur la construction d'une société nouvelle en URSS. En 1941, peu après l'invasion par les troupes allemandes, ses origines les désignent "naturellement" comme espions et "ennemis du peuple". Condamnée à 5 ans de camp "de travail", elle est envoyée en Sibérie. 

L'Exil Eternel est le récit de ces années d'internement, 17 au total, au cours desquelles elle va se battre pour survivre. Médecin de formation, elle se verra assigner le contrôle de la santé des prisonniers - une main d'œuvre qu'il faut garder en vie pour assurer la production assignée aux directeurs de camps.  

A l'issue de sa peine, en 1946, "libérée" mais intrinsèquement suspecte de sympathies nazies, elle sera condamnée à "l'Exil Éternel", c'est-à-dire à demeurer, femme "libre", dans la proximité du dernier camp où elle a été internée. Elle y pratique encore la médecine, les soins infirmiers, l'enseignement.

Ce n'est qu'après la  mort de Staline, qu'elle sera autorisée à rejoindre Moscou en 1957, où elle vivra jusqu'à sa mort. Elle y écrira ce livre témoignage exclusivement dédié aux années passées dans les camps dont l'acronyme Goulag est aujourd'hui synonyme de travaux forcés, d'extermination sociale, politique et physique.

 

POINTS FORTS  

1 - un récit extrêmement prenant, précis, sans effets littéraires ni pathos. Son cours chronologique illustre la lutte pour la survie de cette femme, les conditions de vie dans les camps, son combat pour soigner, dans un dénuement quasi-total, les prisonniers dont elle aura la charge. Elle témoigne aussi des parcours de vie des personnes croisées lors de ses différents internements.

2 - on ne peut qu'être admiratif du courage de cette femme qui affronte la mort de son mari, l'arbitraire de la détention, le froid, la faim extrême, les maladies, la bureaucratie perverse qui ne cesse de la mettre au défi de vivre et de tenir son rôle de médecin ou d'infirmière, selon ses lieux de détention.

3 - Le récit donne une image saisissante de la vie dans les camps de prisonniers, droits communs et politiques mêlés, dans les années 40 et 50 en Union Soviétique. Comment ne pas être effaré par ces conditions inhumaines, orchestrées par un pouvoir politique paranoïaque, alors que naissent en Europe les 30 glorieuses.

4 - Une traduction de qualité de ce manuscrit sorti de l'oubli à la fin des années 80. Elle est due à la collaboration de Jean Jacques Briu, professeur de linguistique allemande et d'Yves Hamant, professeur de civilisation russe et soviétique (et contributeur à la traduction de l'Archipel du Goulag d'Alexandre Soljenitsyne), tous deux de l'Université de Paris Nanterre.

5 - Une préface et un prologue, écrits par JJ Briu, permettent de comprendre qui était Angela Rohr, le contexte d'écriture et d'édition de son récit. 

 

POINTS FAIBLES  

1 - Cette traduction, du fait aussi de l'écriture directe et parfois savante d'Angela Rohr, rend certaines phrases un peu curieuses dans leurs tournures. Mais cela ne nuit aucunement à la force du récit.

2 - Il ne faut pas se le cacher, ce livre n'est pas gai. Angela Rohr ne se plaint jamais de son sort ; de tout, sur tout, elle constate et rend compte. La "froideur" du récit est pourtant compensée par le recul qu'elle nous force à prendre. Au plus profond de la détresse et de la précarité, cette femme a résisté et survécu, par sa volonté de sauver des vies, au mépris de la sienne.

 

EN DEUX MOTS 

Ce livre est sorti de l'oubli en 1989, porté par une petite maison d'édition autrichienne. C'est un grand mérite de la maison d'édition des Arènes, et de Jean Claude Guillebaud qui en a assuré la direction de la publication, de nous en proposer une version française. 

Il n'est pas exagéré de dire que sa force d'évocation le hisse à la hauteur de l'Archipel du goulag (1973) comme livre de témoignage dont la teneur ne peut être mise en doute. Peut être le recevrez vous comme un "livre choc" comme le fut le témoignage romancé "les bienveillantes" de Jonathan Littell (2006). A ceci près qu'il ne s'agit pas ici d'un roman. Ceux qui lirent  Les mains coupées de la Taiga de Patrick Meney (1984) retrouveront la force des témoignages de survivants du Goulag, et l'horreur de l'orchestration industrielle des camps de travail dans lesquelles la vie ne valait que contribution à des quotas de production. 

Le fil conducteur de la survie, l'acharnement absurde de la bureaucratie politique n'est pas sans rappeler - et cela lui donne aussi une belle filiation, l'Archipel d'une autre vie de l'académicien Andreï Makine, qui décrit la traque d'une fugitive du goulag dans les confins de l'extrême Orient Russe.

Ce livre est aussi un extraordinaire témoignage de volonté et de dévouement à la dignité humaine, comme résistance à l'écrasante entreprise de déshumanisation des camps travail soviétiques. Dénoncée en occident dès les années 60, il faudra attendre l'accablant témoignage de Soljenitsyne pour qu'elle soit reconnue en Europe. 

 

UN EXTRAIT

Ou plutôt trois: 

"Récalcitrante comme j'étais à l'époque, je vivais dans la certitude que mourir n'avait jamais de sens ou n'en aurait jamais, qu'on devait vivre pour quelque chose de bien, mais sans qu'il soit nécessaire de mourir. Certes, cela avait l'air très pacifiste, mais était compréhensible dans une situation où on était si généreusement entouré de morts absurdes". P 280
 
"Toute tentative pour se soustraire au travail devait, selon la loi, être arrêtée. Le médecin était tenu d'écrire  un certificat  par lequel le prisonnier recevait ensuite un supplément de peine, ordinairement de deux ans. […] J'ai compris que quelques uns, peut être même beaucoup, avaient choisi la voie de l'automutilation pour vivre […]" P 381

"Les enterrements étaient tristes et désespérés ; on n'entendait aucune prière qui aurait évoqué l'espoir d'un au-revoir ; il n'y avait pas de prêtre, peut être pas de Dieu ; les forces obscures étaient plus présentes que lui." P 420

 

L'AUTEUR  

Artistes et intellectuels de l'entre deux guerres (elle croise Freud, Rainer Maria Rilke, les expressionnistes et dadaïstes français et italiens), ont porté témoignages de la vie d'Angela Rohr. C'est à une française, Jeanne Guillaume, que l'on doit la conservation de son manuscrit, et le récit de sa vie. Autrichienne, d'origine aristocratique, de formation médicale et de sympathie pour le marxisme, elle part donc en 1925 à Moscou avec son mari, vivre de l'intérieur l'épanouissement de la société soviétique. Arrêtée en 1941 car de nationalité allemande, elle vivra 17 ans de relégation dans les camps de travaux forcés en Sibérie. Elle sera affectée à plusieurs camps, prenant en charge (sans en avoir le choix, mais avec le souhait de rendre ses connaissances médicales utiles) des personnes gravement dénutries (comme elle), atteintes de nombreuses pathologies, mutilée par accident ou volontairement. Elle mena aussi des recherches: elle avait découvert un moyen de contrôler les crises d'épilepsie et, à la fin de son exil, de syphilis.

Femme "germanique" dans un environnement carcéral, elle était considérée, par nature, ennemie du peuple russe. Souvent confrontée au machisme des hommes, militaires, politiques ou "droits communs", elle sut leur faire face avec courage, faire respecter son engagement hors du commun pour sauver toutes les vies broyées par les travaux forcés. 

Elle vécut à Moscou à son retour d'exil, et y mourut en 1985. Il est extraordinaire de constater que cette petite femme, victime de tant de privations et de maladies graves, s'éteignit à 95 ans. Elle mérite un incontestable et immense respect.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

06.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre marie
- 26/05/2019 - 17:48
Très bon livre. Lu d'une traite. Glaçant.
Elle voulais, avec Lénine, "ouvrir les prisons. Et ce fut le goulag pour elle.
Méfions nous des Lénines modernes qui veulent "changer le monde".
L'enfer est pavé de bonnes intentions.