En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© BERTRAND GUAY / AFP
La der des ders
Débats Européennes : ceux qui y croient, ceux qui se battent envers et contre tout, ceux qui ont déjà abandonné. Décryptage par l’image.
Publié le 23 mai 2019
Le dernier débat télévisé de la campagne des européennes a surtout révélé le niveau d'optimisme des têtes de liste.
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dernier débat télévisé de la campagne des européennes a surtout révélé le niveau d'optimisme des têtes de liste.

Atlantico : En vous fondant sur les arguments et l'attitude des différents candidats et chefs de parti, dans ce débat, qui selon vous semble avoir déjà renoncé à convaincre, et qui est encore dans une logique de campagne électoral, à quelques jours des élections ?

Arnaud Benedetti : le débat télévisé est très dépendant du contexte et des rapports de forces que les sondages égrènent tout au long de la campagne. La confrontation peut éventuellement laissée apparaître des traits dominants relatifs à l’humeur des candidats ou du chef de parti en fonction de ce qu’il ressent et perçoit de la situation.  Mais n’oublions jamais que pour la plupart les femmes et les hommes politiques sont faits d’un bois particulier. Ils savent contenir, tenir la bride à leurs émotions. Ils les intériorisent et ont une capacité à la « gestion de la face », comme l’eut dit le sociologue Erwing Goffman, supérieure à la moyenne. Leur job est de domestiquer au mieux leur apparence. C’est leur habitus qui prédomine. Tout alors se joue à la marge, dans les interstices et dans l’interprétation qu’en feront les professionnels du commentaire ...dont nous sommes. Il y avait hier soir une triple  dichotomie : lors du premier débat d’une part entre ceux qui sont des acteurs politiques éprouvés (Bayrou, le Pen, Wauquiez, Jadot) et de nouveaux entrants (Aubry, Glucksman) ; d’autre part toujours dans cette confrontation entre ceux qui avaient fait le choix de déléguer un chef de partis et ceux qui avaient laissé les têtes de liste affronter l’épreuve ; enfin entre ceux qui dominent les sondages et les autres , les “ petits “, comme si le champ politique se structurait à l’instar d’une hiérarchie sportive entre une ligue 1 et une ligue 2. Force est de constater qu’Aubry et Glucksman n’ont pas démérité; que les "grandes” listes ont donné le sentiment si ce n’est de  pouponner, voire de préserver leur chef de file-candidat, absent lors de ce round ; que le second plateau était inévitablement désavantagé au regard de l’heure de passage. Pour le reste, tout fut fondamentalement sans surprise et ne changera sans doute rien au rapport de forces que l’on connaît. Trop de débat tue le débat, le banalise et le rend inefficient. La com’ politique doit gérer la rareté.

Les débats donnent une généralement une impression de cacophonie dans cette campagne. Celui-ci aura-t-il été une exception à la règle ?

Les enjeux pour les uns et les autres ne sont pas identiques. Pour les favoris des sondages il faut, comme dans une course, gérer l’avance. Ne pas commettre  de fautes, la bourde, le faux-pas qui pourrait entamer le potentiel électoral. Car on parle bien de potentiel, objectivé par les intentions de vote qui ne sont ... que des estimations mais qui, néanmoins, fabriquent la représentation d’une situation à un temps T. Pour ceux en difficulté, l’injonction à performer s’impose. Ce sont des pressions dissemblables mais qui impliquent forcément des stratégies différentes. Sans compter qu’il existe des matchs dans le match général, des tournois dans le tournoi décisif. Le volume de candidats et de leaders était tel que l’ordonnancement du débat était inévitablement difficile. La polyphonie s’organise quand tout le monde vocalise au regard d’un plan concerté. Lorsque le principe est la compétition, quand bien même les " arbitres " seraient très expérimentés, inévitablement s’installe un sentiment de ...cacophonie. La réalité c’est que les échanges ont pu néanmoins s’établir, avec d’inévitables passes d’armes (Wauquiez/MLP, Aubry/Bayrou, etc). Aux extrêmes du plateau, Marine le Pen et Bayrou ont été ciblées par leurs concurrents parce que leurs listes pointent en tête et que le Président de la République a théâtralisé depuis des semaines cette confrontation. Cela signifie que dans un débat télévisé de ce type, pluriel, s’impose par nécessité une scène préalablement établie par la dynamique propre de la campagne. Et c’est bien normal. L’ordre du débat s’installe ainsi grâce à une sorte de « gps » implicite, embarqué  où chacun jouant le rôle qu’on lui assigne participe in fine à un exercice autoréglé par nos propres préjugés et où les téléspectateurs, qui sont au demeurant les plus politisés, parviennent à se localiser dans les méandres de la confrontation. 

Quels autres enseignements tirez-vous de ce débat ? 

Le grand isolement de François Bayrou in fine. En se choisissant un politique du "vieux monde "pour porter leurs couleurs, les marcheurs sont apparus décalés, isolés, dépassés, sur la défensive - ce qu’ils sont depuis le début de cette campagne -  au regard d’une opposition multiforme et pugnace. Mais sur le fond, encore une fois, la confrontation télévisée ne devrait pas changer la donne, si ce n’est peut-être accentuer la mobilisation des plus ... mobilisés dans un scrutin perclus par l’abstention à venir. Ce qui ne signifie en rien qu’il ne sera pas structurant, loin de là , pour la suite du mandat . Mais plus que jamais et c’est ce que font apparaître toutes ces confrontations et prestations médiatiques, c’est l’intense personnalisation d’une majorité en manque de relais puissants et performatifs. Le débat d’hier n’a pas échappé à ce constat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
02.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
03.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
04.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
05.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
06.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
07.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 23/05/2019 - 18:38
Votre analyse est honnête et intéressante
Votre analyse est honnête et intéressante mais ingénuement mortelle pour l'Union européenne, dans la mesure où il n'y a plus à voir que les comportements médiatiques des acteurs de ce théâtre. La conclusion évidente est que l'Union de Bruxelles a perdu l'initiative. Politiquement, ce n'est plus qu'un corps mort qui ne tient que par le poids de sa bureaucratie.
zen-gzr-28
- 23/05/2019 - 15:13
Ces débats irritent les téléspectateurs...
Après avoir suivi le premier débat où il a fallu supporter une cacophonie évidente, comment peut-on avoir envie et la patience de regarder le suivant. Une révélation pour moi, hier au soir ... le gourou de l'écologie : Mr Jadot. Peut-être a-t-il oublié que ce sont les écologistes qui avaient prôné le diesel avec la même ferveur qu'il le rende maintenant responsable d'un nombre de décès énorme.
Il avance avec une conviction inébranlable les rapports incontestables de scientifiques...lesquels ? Il devrait lire "Contre l'écologisme" de Bruno DARIEUX " (Editions de Fallois") Aucune tête de liste ne prend un peu de recul face à cette ineptie idéologique, voir à cette arnaque du siècle !