En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

André Santini préfère regarder les étoiles plutôt que les CV pour décider d'une embauche

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

ça vient d'être publié
light > Culture
Héritage
Plus de 12 millions de visiteurs ont participé aux Journées du patrimoine en France
il y a 4 heures 26 min
pépite vidéo > International
Epicentre
L'Albanie a été touchée par le séisme le plus fort depuis plus de 20 ans
il y a 6 heures 46 min
pépites > Politique
Secret de polichinelle
Municipales à Paris : Anne Hidalgo devrait officialiser sa candidature "dans les prochaines semaines"
il y a 8 heures 14 min
décryptage > Politique
Effet de mode ?

Vraie fausse valeur : de Meghan Markle à Jean-Luc Mélenchon, anatomie de l'insoumission contemporaine

il y a 10 heures 7 min
light > Insolite
"Pleure pas nostalgie"
Didier Barbelivien relate le souvenir du jour où lui et Nicolas Sarkozy ont failli mourir en avion
il y a 11 heures 8 min
pépites > Politique
Vision politique
Valérie Pécresse plaide pour un "choc d'autorité" sur la question de l'immigration
il y a 12 heures 2 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ovni : l’U.S. Navy dévoile des vidéos de "phénomènes aériens non identifiés" ; Un fossile rare datant de 10 millions d’années éclaire l’évolution de l’Homme
il y a 14 heures 36 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Les aléas financiers : l'épée de Damoclès au-dessus des agriculteurs

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Education
Plus vert que ça tu meurs

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les quatre coins du cœur" : un roman "inédit" de Françoise Sagan, publié aux éditions Plon

il y a 15 heures 18 min
light > Culture
Chiffres pharaoniques
1,42 million de personnes ont visité l'exposition Toutânkhamon
il y a 4 heures 59 min
pépite vidéo > Environnement
Pollution
Journée sans voiture : les images surréalistes des rues de Paris
il y a 7 heures 27 min
pépites > Société
Engagement
Extension de la PMA : Agnès Buzyn ne partage pas les réserves émises par l'Académie de médecine
il y a 8 heures 54 min
pépites > Justice
Cour de justice de la République
Affaire Karachi : Edouard Balladur et François Léotard sous la menace d’un procès
il y a 10 heures 31 min
décryptage > France
Entretien

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

il y a 11 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Convictions
"ONPC" : François-Xavier Bellamy interpellé sur sa position sur la PMA et l'avortement
il y a 13 heures 9 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Le chemin intérieur des prêtres face à la crise des vocations

il y a 14 heures 42 min
décryptage > Finance
Bonnes feuilles

L'opacité de l'utilisation des deniers publics : un véritable fléau français

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Société
Etat nounou, Papa Macron

Enfance : ces autres besoins nettement plus urgents que d'accompagner les parents pendant les 1000 premiers jours de leurs bébés

il y a 15 heures 12 min
décryptage > Economie
Etat des lieux

A la suite de politiques de Quantitative Easing, l'ensemble des banques centrales du monde se trouvent dans un corner

il y a 15 heures 33 min
© SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Mauvais débat

Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès

Publié le 16 mai 2019
La vérité scientifique se bat en duel avec l’inculture et l‘anxiété populaire. Le débat sur le Glyphosate est désormais devenu hystérique.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La vérité scientifique se bat en duel avec l’inculture et l‘anxiété populaire. Le débat sur le Glyphosate est désormais devenu hystérique.

Un jugement aux Etats-Unis a condamné Monsanto à payer 2 milliards de dollars en dommages et intérêts à deux personnes atteintes de cancer. Cette affaire a évidemment relancé le débat sur les effets du Glyphosate. Du pain béni pour les professionnels de la politique qui n’ont aucun mal à dénoncer les incohérences de la législation européenne coincée entre l’incertitude des études scientifiques, les intérêts économiques et les positions idéologiques.

Si les candidats aux européennes se sont emparés à nouveau de ce dossier, c’est bien parce qu’il fait recette au cœur des opinions publiques européennes, il inquiète d’autant plus que les certitudes scientifiques ne sont pas prouvées. Du coup, les pouvoirs politiques ont des positions mal définies et souvent contradictoires. D’où un débat qui n’en finit pas de polluer les relations sociales et politiques.

La Commission européenne qui avait renouvelé l’autorisation d’utilisation du Glyphosate pour les cinq prochaines années est revenue sur cette décision en novembre 2017 pour limiter l’autorisation du pesticide à 2022. Le gouvernement français, lui a été encore plus sévère en retenant la date de 2021 ... une date qu‘il aura beaucoup de mal à tenir parce qu’« il n’a rien en magasin » pour remplacer le fameux glyphosate et que nos agriculteurs comme les jardiniers du dimanche en sont complètement addicts.

Le glyphosate, est la molécule chimique qui sert à la fabrication du désherbant le plus vendu au monde. Le Roundup (c’est son nom) est commercialisé par la firme américaine Monsanto depuis 1974 et Monsanto appartient désormais au groupe Bayer. Le brevet étant tombé dans le domaine public depuis 2000, le glyphosate est désormais utilisé dans l’agriculture mondiale comme dans le jardinage. Telle une drogue. Il s'en vend désormais, 800 000 tonnes par an dans le monde entier dont 9000 tonnes en France.

Il n’y a pas de produit plus simple et moins couteux pour se débarrasser des mauvaises herbes.

Résultat, le glyphosate a cristallisé l'attention et la critique de beaucoup d’ONG qui estiment que le produit bouleverse les équilibres naturels et que la priorité des priorités va être de protéger l’environnement et les humains. C’est Monsanto le fabricant historique qui produit pourtant moins de la moitié du glyphosate dans le monde qui va être ciblé. Monsanto a mauvaise réputation. Monsanto n’a rien fait pour se faire aimer du public. C’est Monsanto qui a produit les premiers OGM, qui a donc mis au point des plantes qui résistent aux herbicides et aux pesticides. Or elle produit des herbicides et des pesticides. Elle gagne donc sur tous les tableaux. Ça fait la fortune des chimistes mais ça fait un peu désordre. Monsanto est accusé de tous les maux par les ONG. Greenpeace notamment va en faire l’ennemi numéro un avec un angle d’attaque très précis. Monsanto tue les hommes et les animaux par les effets toxiques du Glyphosate. A partir des années 2000, l’opinion publique internationale se braque.

Le roundup est sans doute utile à l’agriculture moderne, mais mauvais pour la nature et pour les humains. Du coup, les pétitions succèdent aux pétitions. Plus d’un million d’européens par exemple vont signer l’initiative citoyenne européenne « Stop glyphosate », demandant à l’Europe de ne pas renouveler l’autorisation. Les débats ne sont pas très clairs. L’autorisation de renouvellement sera obtenue à une très courte majorité : 65,71%  sur les 65% requis ! La France, l’Autriche, la Grèce et l’Italie vont voter contre.

La réalité oblige les démocrates à reconnaître qu'il n’y a pas de majorité, ni dans un sens, ni dans l'autre et que les responsables politiques baladent l'opinion publique selon leur intérêt idéologique. La raison de cette situation est que personne n’y voit clair. Les études scientifiques et les évaluations sont vagues, incertaines avec des conclusions peu objectives ou certifiées par des autorités incontestables.  

En 2015, le Centre International de Recherche sur le Cancer (Organisation Mondiale de la Santé) va classer le glyphosate comme "cancérogène probable", les deux Agences d’expertise européennes (EFSA-Autorité Européenne de Sécurité des Aliments et l’ECHA-Agence européenne des produits chimiques) vont rendre un avis favorable, préalable au vote. Elles se sont basées sur le rapport de l’Institut fédéral allemand d’évaluation des risques (BRF), chargé par l’Europe d’évaluer les risques pour la santé.

Or, les opposants au glyphosate vont accuser l’institut allemand d’avoir utilisé une étude réalisée par Monsanto. Ils vont accuser aussi les organisations agricoles et les lobbys d’être intervenus et de ne pas avoir livré une évaluation indépendante, objective et transparente.  

Tous les adeptes du principe de précaution vont donc partir, eux aussi en guerre contre le Glyphosate en expliquant que le doute doit imposer l’application du principe de précaution.

Dans ce dossier, rien n’est démontré, la nocivité n’est pas démontrée, sa neutralité non plus. Très récemment, 11 agences sanitaires au monde ont donné un avis unanime en affirmant que bien utilisé, le Glyphosate ne présentait pas de risque. Sauf que toutes ces études restent suspectes de collusion avec Monsanto. Un certain nombre de laboratoire ont analysé tous les retours d’expérience depuis 40 ans. La mutualité sociale agricole a repris des centaines de milliers de dossiers et n‘a pas trouvé de risques accrus de cancers chez les agriculteurs exposes à l’herbicide.

Mais les opposants considèrent que « l’absence de certitude scientifique ne doit pas servir de prétexte pour ne pas l’interdire au nom du principe de précaution ».

L'argument est donc incontournable.

Tous les historiens savent pourtant que si on avait imposé le principe de précaution à Christophe Colomb, il n’aurait jamais découvert l’Amérique. Mais non seulement il a découvert l ‘Amérique mais il a aussi inventé l’assurance. Plus tard, on n’aurait sans doute jamais autorisé les automobiles à rouler, ni les avions à voler.

Le problème qui bloque toute évolution dans ce débat devenu quasiment théologique est qu’il n'existe pas de produits alternatifs capables de produire le même effet sur les mauvaises herbes. Parce que le jour où on aura découvert la nouvelle molécule, le client pourra choisir. Et la capacité de choix, la concurrence est sans doute le meilleur rempart. En France, le glyphosate est déjà interdit pour l’entretien des espaces verts et des espaces publics depuis le 1er janvier 2017. Son usage est également interdit pour les particuliers depuis le 1er janvier 2019. Reste la question du secteur agricole, le plus gros “consommateur” d’herbicide…

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

André Santini préfère regarder les étoiles plutôt que les CV pour décider d'une embauche

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 18/05/2019 - 09:10
Forbane - 16/05/2019 - 20:03 Tu manges bien de la
Pomme de Terre & de la Tomate & les 2 à la fois parfois:)::) Pourtant le Pomme de terre est un OGM de la Tomate & les OGM sont interdits en Europe alors qu'il n'y a aucun cas de problème ( en effet merci de m'indiquer les effets néfastes de la Pomme de terre sur l'Humain?. & pourtant & pourtant les Cons écologistes Européens ont obtenue ce qu'ils voulaient sans en apporter la preuve. Ah! si la pomme de terre a du faire proliférer la connerie humaine.
Forbane
- 18/05/2019 - 00:55
Les données de la science évoluent
La silice cristalline, les brouillards d’acides forts sont de longue date reconnus comme cancérigènes par le CIRC, pas par l’EU.
La silice vient d’être reconnue, les brouillards d’acides le seront très probablement aussi d’ici peu.
Idem pour les FCR.....
Mais merci Marie Curie d’avoir pris un vrai risque individuel, altruiste, désintéressé, en toute modestie et discrétion, et en dépit du principe de précaution pour votre vie! Courage dont la plupart des anti «  principe de précaution » seraient bien incapables!
Monsieur Sylvestre lui n’y voyant que les pertes financières potentielles de ses actions s’il était appliqué....
Dr Guy-André Pelouze
- 17/05/2019 - 10:14
Amiante, tabac, au contraire il existait des preuves très tôt
Il est inexact de dire que ... bla bla on a mis longtemps à se rendre compte que l'amiante et le tabac était fortement cancérigènes chez l'homme. C'est faire une concession très grave aux relativistes. Non reprenez mles faits et vous vous apercevrez que c'est bien les autorités francaises qui ont été (comme pour le médiator...) très opposées malgré les preuves à une interdiction de l'amiante et à une information des fumeurs . C'est donc le plus mauvais exemple à l'appui du trsè inefficace principe de précaution. Le principe de raison au contraire aurait du conduire à étudier le conflit d'intérêt entre l'actionnaire majoritaire de la SEITA (l'état français) et l'information des fumeurs. Pour l'amiante il s'agit d'une stratégie totalement privée des entreprises coalisées de l'amiante avec des connivences notamment en Belgique avec l'état (https://www.cairn.info/revue-des-sciences-de-gestion-2012-5-page-33.htm). Dans le cas du glyphosate tout est sur la table et c'est le NCI qui gère l'étude AHS depuis 1994... On n'est pas obligé d'épandre du glyphosate mais il n'est pas cancérigène.
https://www.causeur.fr/glyphosate-agriculture-ong-macron-danger-151434