En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Pixabay
En même temps ?
Entre réformes pour booster l’offre et relance par la demande, à quoi doit-on les bons chiffres de l'emploi aujourd’hui en France ?
Publié le 13 mai 2019
Ce vendredi 10 mai, l'INSEE publiait les chiffres de l'emploi français pour le 1er trimestre 2019, qui affichaient une bonne tenue avec une progression de 64 000 postes, soit le meilleur chiffre depuis le dernier trimestre 2017.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce vendredi 10 mai, l'INSEE publiait les chiffres de l'emploi français pour le 1er trimestre 2019, qui affichaient une bonne tenue avec une progression de 64 000 postes, soit le meilleur chiffre depuis le dernier trimestre 2017.

Atlantico : Ce vendredi 10 mai, l'INSEE publiait les chiffres de l'emploi français pour le 1e trimestre 2019, qui affichaient une bonne tenue avec une progression de 64 000 postes, soit le meilleur chiffre depuis le dernier trimestre 2017. Comment comprendre ce chiffre dans un contexte qui s'approche plus d'un ralentissement en Europe ? Faut-il y voir le résultat de la politique de l'offre mise en place par Emmanuel Macron depuis deux ans, ou, s'agit de la conséquence de l'effet keynésien des baisses d'impôts et autres dépenses ? 

Philippe Crevel : Au premier trimestre 2019, l’emploi salarié du secteur privé en France, en effet, augmenté de 0,3 %, comme au trimestre précédent, soit 66 400 créations nettes d’emploi après +54 000. Sur un an,173 700 ont été créés. Sur un an, l’emploi salarié privé s’accroît de 24 900 dans la construction et de 12 400 dans l’industrie et de 127 500 dans les services.

Le ralentissement de la croissance a freiné le nombre de créations d’emplois sans pour autant les faire disparaître. Pour mémoire, en 2018, 160 300 emplois avaient été enregistrés deux fois moins qu'en 2017 (+329 600).  Depuis six mois, la situation semble s’être stabilisée.

 

Source : INSEE

Au sein de l’Union européenne, la France avec l’Italie, l’Espagne et la Grèce est encore confrontée avec un chômage de masse. Une dizaine d’Etats dont l’Allemagne, le Royaume-Uni, la République tchèque ou les Pays-Bas sont en situation de plein emploi. L’amélioration que connaît depuis deux ans la France est lente au regard des résultats obtenus par nos partenaires. Elle est imputable à la reprise de l’activité qui est intervenue en 2016 en liaison avec la baisse des taux et la chute des cours du pétrole. Le développement des activités digitales suscite des créations d’emplois dans le secteur des services. Le virage de la politique économique française en faveur de l’offre amorcé sous François Hollande a commencé à porter ses fruits à partir de 2017. La loi Macron et celle réformant le code du travail, en 2017, ont contribué à lever quelques hypothèques qui pouvaient peser les créations d’emploi. Au-delà de leurs effets réels, ces lois ont eu un impact psychologique. De leur côté, les mesures portant sur la demande favorisent en règle générale les importations et ont des conséquences modestes sur les créations d’emploi. Avec le développement du canal de distribution en ligne, la grande distribution et les commerces de proximité profitent moins que dans le passé des augmentations de la demande intérieure. Par ailleurs, les ménages, depuis la fin de l’année 2018, ont accru leur effort d’épargne et n’ont pas totalement réinjecté les gains de pouvoir d’achat générés par la diminution de l’inflation et par les mesures annoncées par le Président de la République dans les circuits de consommation

Quel est le risque de voir ce résultat comme temporaire s'il s'agissait du résultat exclusif de l'aspect "relance" de la politique économique du gouvernement ? 

La France souffre d’un mauvais positionnement de son économie trop axée vers la gamme moyenne et d’une sous-qualification de sa main d’œuvre. En privilégiant les exonérations sur les bas salaires depuis plus d’un quart de siècle, les pouvoirs publics ont favorisé le maintien d’emplois à faible valeur ajoutée. Cela conduit à des salaires faibles et à des emplois précaires. Par ailleurs, pour contourner la rigidité du droit du travail, les CDD et les emplois sous forme de prestations de services (Uber and co) se sont multipliés. En cas de ralentissement durable et fort de l’économie, ces emplois risquent de s’envoler. Il y a une chape de plomb liée aux exonérations de charges salariales qui pèse sur les revenus professionnels. Cette politique n’a pas permis de régler le problème du chômage voire elle l’alimente. En effet, les emplois à faible valeur ajoutée entrent en concurrence avec ceux des pays émergents. Les emplois des classes moyennes disparaissent cari ils sont attaqués par la digitalisation et la robotisation. Le marché du travail est de plus en plus polarisé, des emplois à faible valeur ajoutée et des emplois exigeant de fortes compétences.

En raison de l’existence de nombreuses taxes liées à la production et de contraintes administratives surtout pour les PME, le marché de l’emploi demeure en France assez rigide. Par ailleurs, de nombreuses entreprises rencontrent des difficultés majeures pour recruter. La France est un pays à chômage de masse tout en ayant des postes vacants. S’il manque des spécialistes des hautes technologies pour faire face à la digitalisation, il manque aussi des volontaires pour travailler dans les secteurs du bâtiment, de l’hôtellerie, de la restauration. En Corse où la construction connaît une forte croissance, de plus  en plus d’entreprises ont du mal à pourvoir les postes disponibles. S’il y a quelques années, les travailleurs espagnols et portugais répondaient à l’appel, comme la situation dans leur pays d’origine s’est améliorée, ils ne viennent plus en France où le climat n’est pas au beau fixe. Les entreprises doivent, de ce fait, rechercher de la main d’œuvre en Roumanie, en Bulgarie ou en Albanie. L’économie française est bridée dans son essor par le refus de certains ou de certaines d’occuper des emplois jugés difficiles et peu valorisants.

Par conséquent, comment évaluer la durabilité de cette bonne situation de l'emploi pour les prochains trimestres ? 

L’évolution des créations d’emploi dépend de celle de la croissance. Dans les années 80 et 90, compte tenu de l’augmentation de la population active et de la structure de l’économie, il fallait une croissance de 2 % pour améliorer la situation de l’emploi. Actuellement, un taux de 1,2 % suffit. L’augmentation de la population active est plus faible et la tertiarisation de l’économie a pour conséquence une plus grande sensibilité de l’emploi aux variations de la croissance. En 2019, la croissance devrait permettre le maintien d’un volant correct de créations d’emploi autorisant une baisse faible mais réelle du taux de chômage. Néanmoins, en cas de durcissement de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, ce scénario pourrait être remis en cause.

La France devrait rester à la traîne en matière d’emploi. Aux Etats-Unis, le taux de chômage est de 3,6 %. Il est de 3,2 % en Allemagne et de 3,8 % au Royaume-Uni contre 8,9 % en France.

Au-delà de la situation conjoncturelle, pour maintenir un volant élevé de créations d’emploi, les autorités devront mener une action structurelle tant pour relever le niveau de la formation initiale que celle des actifs à travers la formation continue. L’écart entre le niveau de vie procuré par les prestations sociales et celui généré par les revenus d’activité devra être augmenté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
04.
Il manque d'écraser un malvoyant et sort de sa voiture pour le frapper
05.
"Vous pesez autant qu'un épagneul breton" : la charge d'un élu RN contre Ian Brossat
06.
La métropole du Grand Paris prépare la transhumance des urbains vers les campagnes
07.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 13/05/2019 - 11:00
Bons chiffres ! Vous plaisantez ?
Alors que le l'Allemagne et le Royaume-Uni sont à 4 % et moins, comment osez-vous parler de bons chiffre ? Cele la frise l'indécence...