En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

04.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

07.

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

05.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
perte de sang froid
Un cycliste arrête un tramway et tord ses essuie-glaces
il y a 57 min 24 sec
décryptage > Economie
projet d'innovation

Les banques et les assurances vont dégager 5 milliards d'euros d’investissement pour les start-up

il y a 1 heure 21 min
pépites > France
Une nouvelle grogne des Gilets jaunes ?
Un possible retour de la taxe carbone est envisagé
il y a 3 heures 20 min
décryptage > Société
Tribune

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Politique
unification des forces ?

Rencontre Macron-Conte en Italie : mais à quoi peuvent aboutir les discussions entre partis attrape-tout ?

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Economie
un non-dit dans ses déclarations

Politique fiscale : ce que la France pourrait faire pour répondre aux appels du pays de Mario Draghi

il y a 5 heures 45 min
décryptage > High-tech
navigateur internet

Faut-il faire confiance aux promesses de protection accrue de la vie privée faites par Firefox ?

il y a 6 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Au secours, l’OMC se réveille et autorise Donald Trump à taxer les produits d’origine européenne

il y a 6 heures 49 min
décryptage > Société
Le multiculturalisme est l'un des problèmes ?

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

il y a 7 heures 23 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 22 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Catamount, la Justice des Corbeaux" de Benjamin Blasco-Martinez

il y a 1 heure 11 min
chocs culturels
Une loi interdisant de manger des chiens est bloquée au Royaume-Uni
il y a 3 heures 1 min
pépite vidéo > Environnement
climat
Greta Thunberg rencontre Barack Obama
il y a 3 heures 57 min
décryptage > Style de vie
Wikiagri

Envie de vous calmer ? Après les bars à chat, la ferme aux chameaux

il y a 5 heures 10 min
décryptage > Société
immigration

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Santé
mortalité

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

il y a 5 heures 53 min
décryptage > Style de vie
C’est arrivé près de chez vous

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Société
énième réforme

Lutte contre les stupéfiants : le plan antidrogue qui n’en était pas un

il y a 7 heures 2 min
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 22 heures 3 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 22 heures 49 min
© GABRIEL BOUYS / AFP
© GABRIEL BOUYS / AFP
Atlantico Litterati

Bret Easton Ellis : « je me fous des critiques »

Publié le 12 mai 2019
Cela tombe bien, car les critiques US se foutent de lui. En France, au contraire, l’auteur d’ « American Psycho » (un million d’exemplaires tout de même…) est plutôt bien accueilli. C’est connu : Les frenchies sont des lecteurs affranchis.
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cela tombe bien, car les critiques US se foutent de lui. En France, au contraire, l’auteur d’ « American Psycho » (un million d’exemplaires tout de même…) est plutôt bien accueilli. C’est connu : Les frenchies sont des lecteurs affranchis.

Extrait d’un article du « New York Times », publié le 17 avril dernier :

« La mauvaise foi de Bret Easton Ellis faisant mine d’ignorer comment et pourquoi il a offensé ceux qu’il attaque bille en tête donne envie de jeter son livre à l’autre bout de la pièce, tellement il semble clair qu’il l’a écrit pour l’offense, justement. L’incendiaire incendié n’a pas à s’étonner du traitement qui lui est réservé. Tel le boxeur sonné, il fait mine de se prendre les pieds dans le tapis pour éviter le KO final. Il y a tant d’auteurs de qualité qui voudraient monter sur le ring ! Il faudrait que BEE daigne suivre le conseil qu’il nous donne, CAD qu’il accepte de devenir un grand garçon, et qu’enfin adulte, il cesse de s’amuser à saper les bases de la société américaine, car nous n’avons qu’un seul pays : le nôtre»… Bari Weiss/NYT

Hier, l’enfant terrible des lettres américaines faisait scandale avec « American Psycho » (refusé par Simon &Schuster, malgré l’avance de 300 000 dollars, et publié en France par l’éditeur d’art Gérard-Julien Salvy : « C’est un livre qui m’a intéressé par sa grande qualité d’écriture- ce que l’on remarque dans la presse française à la différence de la presse américaine, qui n’a voulu développer que des polémiques idiotes (…) J’ai rarement vu quelqu’un refuser avec tant de sang –froid les concessions jusqu’à se mettre en danger en tant qu’écrivain : il y a dans l’écriture d’ »American Psycho » une part quasi suicidaire. Enfin, je trouve ce livre immensément drôle(…) »). Perdu dans Wall Street, un yuppie très « propre sur lui » le jour, devient tueur en série la nuit ( succès planétaire, un film et un « musical » sur Broadway). L’auteur dénonçait le matérialisme des années Reagan et l’emprise de la publicité sur nos esprits. Après dix ans de silence, Bret Easton Elis s’attaque aujourd’hui avec« White » (Robert Laffont), au « politiquement correct ».« Nous vivons une époque qui juge tout le monde si sévèrement à travers la lorgnette de la politique identitaire que vous êtes d’une certaine façon foutu si vous prétendez résister au conformisme menaçant de l’idéologie progressiste », accuse BEE ( ainsi qu’on l’appelle aux USA). L’éreintement du « New York Times » est assez représentatif de l’accueil réservé à « White ». Le crime de l’auteur ? Oser narguer « les bons sentiments » de la « woke left » (« la gauche « réveillée »). La pensée unique se répand via les réseaux sociaux et leur allié : « le culte bourgeonnant du like ». « Chacun doit être le même et avoir les mêmes réactions face à n’importe quelle œuvre d’art, n’importe quel mouvement, n’importe quelle idée» Bret Easton Ellis pointe du doigt la dictature exercée par ceux qui, pour protéger les identités malheureuses de l’outrage que risque de leur infliger le « White dominating male », inventent de nouvelles censures. Ces « bons sentiments » contaminent la planète (voir la pièce d’Eschyle récemment interdite en Sorbonne pour un motif « anti-raciste »). « Des mouvements « progressistes » deviennent aussi rigides et autoritaires que les institutions qu’ils combattent », se plaint BEE. Face à l’indignation du milieu éditorial Us, l’écrivain prétend avoir choisi son titre pour saluer Joan Didion, icône littéraire« liberal chic » de l’establishment américain. Son meilleur livre s’appelant « The White Album » ( Grasset), BEE- admirateur sincère de Didion, a beau jeu de proclamer que « White » lui rend hommage.

Mais »White » peut aussi signifier« Homme Blanc », cet antihéros postmoderne, le « White »,forcément coupable. Discriminant envers les personnes de couleur, ce « white »viole ou harcèle les femmes, hait les gays, méprise les lesbiennes et autres transgenres …On retrouve -presque- le monstre d’ »American Psycho », tel que produit par les perversions de la société américaine. CQFD

 Mais il s’agit aussi de l’autobiograhie d’un artiste, nuance… « Car nous voulons la nuance, encore, Pas la couleur, rien que la Nuance ! », disait Verlaine. Un artiste, CAD quelqu’un qui consacre sa vie à mettre en forme (s) sa pensée. Ici, la littérature, quand pour nous dire LA, David Hockney avait choisi la peinture. Quand il peint « A Bigger Splash (1967) ou « Breafast in Malibu », Hockney dit tout sur LA. Le message, c’est la splendeur. Le message contre la guerre que nous impose Guernica (1937) c’est -d’abord- le génie de Picasso. « L’art doit être une esthétique et non un message idéologique «, confirme BEE.
Le meilleur de « White », c’est donc la découverte de la psyché de l’artiste, cet imaginaire mis à nu. Les morceaux d’anthologie sont dévolues aux mystères de l’acteur : « fausses légèretés et masques »,BEE revisitant le « to be or not to be » de Shakespeare, à sa façon : (…)en un sens nous sommes tous devenus des acteurs. Etre aimé, désiré, ou rien ».

« J’aime jongler avec ma propre réalité » conclut-il à ce sujet. L’éternel rebelle trace un formidable portrait de l’Amérique contemporaine. Pour 21 euros, il nous offre un vol en première classe de LAX à Kennedy et retour, en sa compagnie. Lechic sur un plateau. Le chic de Bret Easton Ellis n’a pas grand chose à voir avec la couleur de son polo ou la décoration de cet appartement de West Hollywood, où vit aussi son ami musicien. Et tout avec l’audace intellectuelle qui vous distingue de la foule. Penser par soi-même. Etre « à part ».Porter ce regard singulier sur le monde. Oser proclamer lors d’une interview pour le « Los Angeles Time » : « Trump ne me dérange pas plus que ce qui se passe avec la gauche « réveillée », aveu « suicidaire », en effet. Tout le milieu éditorial américain étant martyrisé par Trump, le lecteur français mesure à quel point « White » et Bret Easton Ellis doivent agacer. Les papiers défavorables pleuvent donc, accusant l’auteur de défendre Trump (il suffit de relire « American Psycho » pour voir comment BEE a réglé son compte une fois pour toutes au président des Etats- Unis et ce, d’autant plus volontiers que son père ( non aimant) était -lui aussi- un magnat de l’immobilier…

Snob comme un poux, l’artiste de West- Hollywood incarne la résistance à la doxa. Ne rêvons plus aux guérites jaunes de Zuma Beach, ou à cette Pacific Coast Highway circulant entre montagnes et océan. L’Amérique vient à nous avec ce livre- clef. Un « trip » ironico-sardonique, une leçon de résistance. « No dope » ( BEE a pris de la bouteille ), mais ce piment que seule la littérature distille, renforcée par le culot d’un « white » au- dessus du lot.« Si l’on rassemble tous ces savoirs, tous ces vulgarismes, il se forme un monstre, et ce monstre, c’est l’idéologie », disait Barthes, de ce côté de l’Atlantique.

_White, de Bret Easton Ellis
 21,50 euros/ Robert Laffont

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

04.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

07.

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

05.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 12/05/2019 - 16:37
Les offenseurs patentés s'offensent de voir leur pensée offensée
Le gaucho-boboïsme n'est qu'une crise de nerfs chronique. Des individus enragent de voir des graffitis sur leur bienpensance, et ils semblent de plus en plus acculés à l'excitation ultime comme un enfant qui apprend tout d'un coup que sa mère adoptive n'est pas sa mère naturelle.