En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© JOEL SAGET / AFP
Ecologie
Écologisme radical + féminisme differentialiste = la recette d’un naufrage idéologique pour le PS ?
Publié le 11 mai 2019
Depuis les deux dernières grandes victoires du socialisme français, l’élection présidentielle de François Mitterrand en 1988, et celle de François Hollande en 2012, l’antiracisme était devenu un argument incontournable du discours « de gauche ». Ce n’est plus le cas aujourd’hui et la question écologique a peu à peu pris toute la place pour devenir la nouvelle idéologie socialiste.
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis les deux dernières grandes victoires du socialisme français, l’élection présidentielle de François Mitterrand en 1988, et celle de François Hollande en 2012, l’antiracisme était devenu un argument incontournable du discours « de gauche ». Ce n’est plus le cas aujourd’hui et la question écologique a peu à peu pris toute la place pour devenir la nouvelle idéologie socialiste.

Avec l’échec du communisme et l’effondrement du mur de Berlin en 1989, voilà longtemps que le marxisme ne fait plus recette électorale.

Avec le néo-féminisme différentialiste, l’écologisme constitue donc désormais l’essentiel du corpus idéologique de la gauche. Comme l'a justement remarqué Jean-Sébastien Ferjou : « L’écologie est devenu le communisme du XXIème ».

Invitée dans l’Heure des Pros sur CNewsle 6 mai,pour débattre de la question du dérèglement climatique, co-fondatrice de Place Publique et candidate sur la liste socialiste pour les élections européennes conduite par Raphaël Glucksman, Claire Nouvian a voulu nous montrer qu’elle condense en sa personne les deux paradigmes de la nouvelle doctrine socialiste. Avec l’écologie radicale comme moteur, Claire Nouvian a donc  fait le show.

Comme elle l’avouera au journal Le Parisien deux jours plus tard elle ne pouvait que « péter les plombs ». Dès les premières minutes elle s'insurge : « Attendez! Vous en êtes encore là ? C’est pas une émission de climats-sceptiques rassurez-moi? ». Peu après elle lance : « J’ai envie de pleurer … Si on m’avait dit que cette émission était réactionnaire et climatosceptique je ne serais pas venue »

A Pascal Praud qui lui fait remarquer qu’elle « insulte » son émission et lui précise : « vous donnez une image hystérique de votre pensée » elle répond par une agitation extrême, secouant à deux mains un visage rouge de colère : « réveillez-vous c’est du relativisme ». 

Balayant toute forme de doute la science, pour Claire Nouvian, exprime une vérité inquestionnable : « 3600 experts ont dit une vérité scientifique », la mettre en discussion est « criminel ». Le réchauffement climatique rebaptisé « changement climatique » ne supporte aucune interrogation et, a fortiori, aucune contradiction.

Passionnée par son argumentaire Claire Nouvian ne s’embarrasse même pas du fait que sa vérité scientifique : « on a jusqu’en 2030 pour réduire nos émission à effet de serre » n’est pas démontrable scientifiquement puisque sa vérification par l’expérience est irréalisable. Ne laissant aucune chance à l’histoire, l’historicisme écologique préempte donc la vérité historique .

Suite à l’émission, enmilitante aguerrie et sans doute bien conseillée, Claire Nouvian affirme dans une vidéo, postée les jours qui suivent, avoir été victime d’un « guet-appens climatosceptique ». 

Elle tweete alors : "Face au négationnisme climatique et à la misogynie qui imprègne encore quelques rétrogrades, soyons une vague à clamer la nécessité de notre colère ! #JeSuisFolleDeRage"

Comme en témoigne sa manipulation de l’information autant que sa manière d’allumer les passions contre toute forme de raisonnement, c’est donc, paradoxe apparent, par la science que la candidate socialiste légitime ce qu’il convient de  nommer des arguments d’autorité puisqu’ils  interdisent autant la liberté de penser que celle d’informer.

Pourtant, philosophes et sociologues, historiens des idées et autres chercheurs en sciences sociales, nous pensions en avoir terminer avec le scientisme, cette croyance en une vérité scientifique qui a longtemps dominé les esprits et voulait, selon Ernest Renan, « organiser scientifiquement l’humanité ». 

Le scientisme empoisonnât le XIXème siècle, on lui doit, entre autre perverse monstruosité : le génocide des juifs par les nazis. 

Force est donc de constater qu’il est désormais de retour sous une forme apparemment plus soft : « l’écologisme » qu’il s’agit bien de ne pas confondre avec l’écologie. L’écologisme est à l’écologie ce que l’islam est à l’islamisme ou, précisément, le scientisme à la science. C’est à dire, au fond, le dévoiement idéologique d’une idée, politique ou religieuse, la trahison d’une manière de penser et de comprendre le monde comme fut à son origine, la science expérimentale.

Claire Nouvian, soutenue par Martine Aubry et Anne Hidalgo, a choisi la stratégie d’une double victimisation de sa personne. Victime écologiste « du climatoscepticisme », elle se prétend aussi « victime féministe » de  la « misogynie » de tous ceux qui ne pensent pas comme elle et osent discuter ses propos.

En conclusion je dirais que nous sommes face à une urgence intellectuelle et morale. Il s’agit de lutter contre « l’écologisme millénariste » qui pointe autant que contre la manipulation victimaire du féminisme différentialiste, avant que ces deux maux n’imprègnent dangereusement les consciences. 

Il est du reste pathétique de constater qu’en empruntant la voie de l’écologisme radical, tel que je viens de le décrire, la gauche française tourne le dos à l’idée de progrès et à l’innovation dont elle fut pourtant la matrice si l’on considère qu’on lui doit les idéaux émancipateurs et humanistes de 1789 et la révolution industrielle qui s’en suivit. Il est clair que c’est pourtant par l’innovation et non la régression que l’humanité trouvera des solutions à la question climatique autant qu’à celle du féminisme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
04.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Il manque d'écraser un malvoyant et sort de sa voiture pour le frapper
07.
Merci Trump ! Pourquoi Trump est utile en nous forçant à changer nos habitudes économiques
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 12/05/2019 - 00:59
Vraie idéologie et fausse science.
Dans l'ecologie " normale" elle-même dimension scientifique sérieuse ne doit pas dépasser le tiers du total . Dans l'ecologie "radicale", cette dimension est pratiquement inexistante à l'instar de l'inenarable marxisme -léninisme qui se prétendait scientifique. En tout état de cause, refuser toute critique pour un scientifique authentique est tout de même extraordinaire car la science n'avance que confrontée au réel et soumise au débat contradictoire incessante de la communauté scientifique, cette dernière devant être libre sous peine de sombrer dans l'idéologie comme en URSS.
AZKA
- 11/05/2019 - 18:19
Cessons d'être polis.
Sale conne!
Forbane
- 11/05/2019 - 16:42
Claire Nouvian ou L’altruisme narcissique
Typique: son père travaillait chez Total en Algérie, son grand-père dans une usine de pesticides, son mari est banquier et elle, diagnostiquée àl’âge adulte après avoir raté sa scolarité....
Le syndrome du sauveur , je cite : « Le
besoin de reconnaissance et d'être renarcissisé pousse la personne à voler au secours des autres… Et à le faire savoir ( ici les poissons et la planète, un peu les migrants dont un qu’elle a hébergé chez elle...) Plus subtile encore, une quête de pouvoir cachée. Quand l'abnégation donne place et importance, pourquoi ne pas en profiter? Le sauveur nourrit, habille, héberge, prend en charge, ( *celui qu’il croit) plus fragile que lui… Et, ainsi, il le contrôle totalement. »
« Le sauveur appartient au cercle des narcissiques", explique Audrey Le Mérer. "Il aide non pas pour le bonheur de l'autre mais pour le fait d'avoir aidé et pour le faire savoir."
« Et puis il y a le "Chevalier Blanc", pour qui aider quelqu'un est un moyen d'être reconnu, d'être admiré, d'exister.
« Savoir qu'on a besoin de lui, quitte à provoquer volontairement des situations où il pourra apporter son aide. "C'est le pompier pyromane » »