En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 3 heures 51 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 6 heures 21 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 8 heures 24 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 9 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 10 heures 30 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 10 heures 47 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 10 heures 55 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 4 heures 18 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 8 heures 8 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 9 heures 43 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 10 heures 4 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 10 heures 15 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 10 heures 48 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 10 heures 55 min
© JOHN MOTTERN / AFP
© JOHN MOTTERN / AFP
Bonnes feuilles

Et un jour, Bill Gates et Steve Jobs ont compris pourquoi le logiciel allait tout changer

Publié le 12 mai 2019
Fabien Benoit publie "The Valley" aux éditions Les Arènes. Cette enquête est une plongée au cœur de l’idéologie politique de la Silicon Valley qui, depuis près d’un siècle, transforme le monde avec ses innovations technologiques. Les dirigeants de ces entreprises à la croissance exponentielle rêvent d’un nouvel ordre du monde et veulent repousser nos limites humaines. Extrait 2/2.
Fabien Benoit
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste et documentariste, Fabien Benoit est spécialiste des nouvelles technologies. Il est l’auteur de Le Monde expliqué aux vieux: Facebook, 10/18.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabien Benoit publie "The Valley" aux éditions Les Arènes. Cette enquête est une plongée au cœur de l’idéologie politique de la Silicon Valley qui, depuis près d’un siècle, transforme le monde avec ses innovations technologiques. Les dirigeants de ces entreprises à la croissance exponentielle rêvent d’un nouvel ordre du monde et veulent repousser nos limites humaines. Extrait 2/2.

Fred Moore, Ted Nelson et ses acolytes ont rêvé d’un monde débarrassé de l’argent et libéré du pouvoir des puissants. Un monde d’« outils conviviaux », de frugalité, tournant le dos à la société de consommation. Pour Moore et ses amis, la propriété est un concept dépassé. Le partage, la collaboration, la libre circulation de l’information sont un nouvel horizon. Mais l’ironie de l’histoire veut que ces pionniers de la micro-informatique aient en réalité « allumé l’étincelle qui conduira à la plus grande accumulation de richesse de l’histoire du XXe siècle », selon les mots de l’investisseur John Doerr. Le rêve hacker et contre-culturel californien va être récupéré et digéré par le marché.

Vous êtes des voleurs ! 

Un signe avant-coureur se manifeste dès 1976, année de la création d’Apple, par le truchement d’un personnage amené à occuper une place grandissante dans le paysage informatique. Et à devenir un des hommes les plus riches et puissants de la planète. 

William Gates a 19 ans lors de la sortie de l’Altair, l’ordinateur en kit d’Ed Roberts. Fils d’un avocat d’affaires et d’une directrice de banque, il a grandi dans un environnement privilégié, dans la région de Seattle. Pouponné dans des établissements privés pour jeunesse dorée, il découvre l’informatique dans la très sélecte Lakeside School qui s’est offert un PDP-10, le mainframe computer qui a initié bon nombre d’ingénieurs et de hackers aux rudiments de la programmation. Les parents de Bill nourrissent de grandes ambitions pour leur fils et rêvent de le voir embrasser une prestigieuse carrière dans le droit. À la maison, on encourage réussite et compétition. Il faut être le meilleur, à tout prix. À peine âgés de 13 ans, Bill et son ami Paul Allen fondent le Lakeside Programmers Group, un petit club qui se consacre à l’informatique et à la programmation. Les jeunes hommes s’offrent du temps – moyennant finance – sur des ordinateurs partagés, comme il est coutume de le faire à l’époque. C’est l’époque du time-sharing (temps partagé). Les ordinateurs sont des denrées rares. 

Gates et ses copains ont de la suite dans les idées et ne tardent pas à proposer leurs services à de petites entreprises de la région pour leur confectionner des logiciels commerciaux. Gates n’est pas un bidouilleur de matériel comme le sont les membres du Homebrew Computer Club. Il n’a jamais bricolé de radio ni fabriqué de Blue Box. C’est un génie du code et de la programmation, quelque peu collet monté. Pour lui, la magie de l’informatique ne réside pas dans le hardware (les machines), mais bien plutôt dans les logiciels. « Code is law » (« Le code, c’est la loi »), dira plus tard l’universitaire Lawrence Lessig. 

En 1973, Gates est admis à Harvard, où il s’inscrit en droit, tout en se ménageant des options en mathématiques et en computer sciences. Un jour, lors de sa troisième année dans la prestigieuse université de l’Ivy League, on entre brusquement dans sa chambre ; c’est Paul Allen, excité comme une puce, qui tient dans les mains le dernier numéro de Popular Electronics. En couverture du magazine, l’Altair d’Ed Roberts. « Hé ! ce truc est en train de nous passer sous le nez », lui lance alors Paul Allen. À l’issue de la lecture de l’article, Bill en est convaincu, il faut franchir le cap et s’investir sans plus attendre dans la fabrication de logiciels. « Quand Paul m’a montré ce magazine, raconte Gates, l’industrie du logiciel n’existait pas. Nous avons eu l’intuition que nous pourrions en créer une. Et nous l’avons fait. »

L’Altair est une ébauche d’ordinateur. Il ne permet guère d’y faire tourner des programmes. Certes, Ed Roberts a promis la sortie d’une version du Beginner’s All-purpose Symbolic Instruction Code (BASIC), un langage informatique permettant, relativement facilement, de programmer, mais comme bon nombre de ses annonces, elle n’est pas suivie d’effets. Bill Gates et Paul Allen décident de pallier ce manque. Ils appellent Ed Roberts et lui proposent de concevoir un BASIC pour l’Altair. Au bout d’un mois à travailler jour et nuit, ils touchent au but. En février 1975, Paul Allen prend l’avion pour Albuquerque, un rouleau de papier sous le bras. Les programmes informatiques sont à l’époque encore fabriqués sur des bandes perforées, lues ensuite par ce que l’on nomme un « télétype ». Le BASIC conçu par Gates et Allen n’est pas totalement finalisé, mais il fonctionne. Paul Allen est embauché par MITS pour continuer à le développer et Gates trouve un arrangement pour travailler à distance depuis Harvard. En novembre 1975, Gates rejoint à son tour le Nouveau-Mexique et crée avec Allen la société Microsoft. MITS s’engage pour sa part à vendre leur logiciel 35 dollars et à reverser des droits d’auteur aux deux jeunes hommes. 

À des centaines de kilomètres de là, du côté du Homebrew Computer Club, au cœur de la Silicon Valley, on rêve d’un BASIC pour l’Altair, et bon nombre de ses membres ont déjà tenté d’en esquisser leur propre version. Au printemps 1975, MITS, qui vend son ordinateur en kit exclusivement par correspondance, la plupart du temps avec beaucoup de retard, se lance dans une tournée promotionnelle aux États-Unis. Bill Gates et son BASIC sont de la partie. 

La caravane MITS fait étape à Palo Alto. Les membres du Homebrew Computer Club sont au rendez-vous, autant pour découvrir les nouveaux produits de l’entreprise d’Albuquerque que pour se plaindre de ses retards et manquements. Ils découvrent alors avec émerveillement le BASIC de Gates et Allen. Un des hackers du club récupère alors une des bandes du programme. « Quelqu’un, je ne sais pas qui, ramassa l’une des bandes perforées qui traînaient par terre », relate Steve Dampier, un des membres du Homebrew, au journaliste Steven Levy. Ce « quelqu’un » restera un mystère. 

Du reste, fidèles à leur philosophie de partage et de gratuité des logiciels, les hackers du Homebrew Computer Club copient la bande et la font circuler, considérant la démarche comme tout à fait naturelle, d’autant que bon nombre d’entre eux ont déjà commandé le logiciel sans l’avoir reçu. Et d’autant plus que Gates et Allen ont fabriqué leur version de BASIC sur des machines appartenant à Harvard, financées donc en partie par de l’argent public. Lors de la réunion du Homebrew Computer Club suivant le passage de la caravane MITS, une boîte circule avec des copies du logiciel. Avec une seule consigne : si vous prenez une bande, rapportez des copies la prochaine fois. Avant même sa sortie officielle, le BASIC pour l’Altair circule déjà allègrement dans la communauté hacker. 

Bill Gates et Paul Allen, eux, sont fous de rage. Ils escomptaient tirer des revenus de chaque copie vendue. De plus, la version de BASIC en circulation est encore truffée d’erreurs, ce qui heurte profondément le perfectionnisme de Gates. Ce dernier pense toutefois que lorsque sa version corrigée sortira, tout le monde se mettra à l’acheter. Il n’en est rien. Le jeune Gates ne tient plus en place et décide, plein de morgue, de prendre son stylo pour écrire une lettre à cette communauté de hobbyistes irrespectueux. Sa « Lettre ouverte aux amateurs », pour le moins frontale, marque un tournant symbolique.

La majorité des amateurs doivent en être conscients, la plupart d’entre vous utilisent des logiciels volés. […] Vous empêchez l’élaboration de bons logiciels. Qui peut se permettre de faire un travail professionnel pour rien ? […] En fait, personne à part nous n’a investi beaucoup d’argent dans les logiciels amateurs. […] Nous sommes très peu tentés par le fait de mettre ces logiciels à la disposition des amateurs. Soyons francs, ce que vous faites, c’est du vol.

Le texte est publié dans les newsletters du Homebrew Computer Club et de la People’s Computer Company, ainsi que dans les Computer Notes, la lettre d’information destinée aux utilisateurs de l’Altair. C’est un tollé. L’ironie du sort veut que le piratage du BASIC de Microsoft contribue en réalité à sa large diffusion et en fasse rapidement un standard, lançant véritablement l’aventure entrepreneuriale de Gates et Allen. Dès l’année suivante, leur version améliorée de BASIC trouve de nombreux clients. General Electric, National Cash Register et Citibank, entre autres. Lorsque les deux jeunes hommes rapatrient leur société à Seattle, en 1978, son chiffre d’affaires atteint déjà près de un million et demi de dollars. L’épisode de la « Lettre ouverte aux amateurs », autrement connue sous le nom de « claque logicielle », annonce toutefois un virage, une nouvelle vague, celle des logiciels propriétaires – par opposition aux logiciels libres, dont le code informatique est accessible – et du big business de la micro-informatique. Bill Gates, comme Steve Jobs, a compris la valeur du logiciel. Elle sera au cœur de la révolution de l’ordinateur personnel. L’ouverture et le partage, prônés par les hackers, ne seront pas leur créneau.

Extrait de "The Valley" de Fabien Benoit, publié aux éditions Les Arènes. 

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires