En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Justice
Japon
Fukushima : trois anciens dirigeants de Tepco ont été acquittés
il y a 7 heures 2 min
pépites > Environnement
Emploi du temps
Ségolène Royal, ambassadrice des pôles, n'aurait pas assisté aux réunions du Conseil de l'Arctique
il y a 7 heures 51 min
light > Justice
Butin important
Les propriétaires du château de Vaux-le-Vicomte ont été séquestrés
il y a 9 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois, "L'amour est aveugle" de William Boyd

il y a 10 heures 56 min
pépites > Politique
Victoire ?
Procès de Jean-Luc Mélenchon : le renvoi du parquet a été refusé
il y a 11 heures 46 min
décryptage > Sport
LDC

PSG - REAL : 3 - 0 Sans ses stars mais avec un Idrissa Gueye impérial, Paris surclasse le Real de Zidane

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Economie
Vie professionnelle

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

il y a 15 heures 7 min
décryptage > France
Riposte

Recrudescence des mites mangeuses de vêtements à cause des fibres naturelles et du lavage à basse température

il y a 15 heures 38 min
décryptage > Politique
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

il y a 16 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

il y a 16 heures 53 min
pépites > International
Tunisie
Mort de l'ancien président tunisien Ben Ali
il y a 7 heures 29 min
light > Société
Vocation
Traverser la rue pour trouver un emploi : la nouvelle vie de Jonathan
il y a 8 heures 39 min
pépite vidéo > International
Campagne
"Blackface" : Justin Trudeau présente ses excuses après la diffusion d'une photo polémique
il y a 10 heures 31 min
pépites > Santé
Mesures
Un rapport parlementaire dévoile la prise en charge "catastrophique" des patients en psychiatrie
il y a 11 heures 7 min
décryptage > High-tech
Le monde d’après Snowden

Mémoires de Snowden : mais où en est-on de la surveillance mondiale à l’heure actuelle ?

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Santé
Santé

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

il y a 14 heures 42 min
décryptage > Economie
Epargne

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

il y a 15 heures 26 min
décryptage > Politique
Évaporation du domaine de la lutte

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

il y a 15 heures 58 min
décryptage > Défense
La guerre à l’heure des ennemis non identifiés

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

il y a 16 heures 30 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales
il y a 17 heures 4 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Magnanimité ?

Pourquoi Bruxelles se montre indulgente face aux déficits de la France

Publié le 10 mai 2019
La Commission de Bruxelles témoigne dans les dernières prévisions économiques qu’elle vient de publier d’une indulgence manifeste à l’égard de la situation française.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Commission de Bruxelles témoigne dans les dernières prévisions économiques qu’elle vient de publier d’une indulgence manifeste à l’égard de la situation française.

C’est l’heureuse surprise du moment pour Emmanuel Macron. La Commission de Bruxelles témoigne dans les dernières prévisions économiques qu’elle vient de publier d’une indulgence manifeste à l’égard de la situation française. L’heure n’est plus aux jugements sévères qu’elle dressait il y a quelques années, aux admonestations pour tenir les engagements de réduction des déficits. Une attitude délicate qui avait conduit Pierre Moscovici, le commissaire européen, à jouer un rôle de paratonnerre alors que notre pays devenait progressivement l’un des plus mauvais élèves de la classe.

Ce changement de comportement de la commission peut s’expliquer en raison de la proximité de la réélection du Parlement de Strasbourg. L’heure n’est plus à mettre de l’huile sur le feu. Les tensions géopolitiques croissantes conduisent à tenter de rapprocher les Etats membres à l’heure où les populismes gagnent du terrain. Alors que le ralentissement conjoncturel ressenti en Europe est moins sensible dans l’hexagone, puisque la croissance devrait être cette année légèrement supérieure à la moyenne communautaire. Les experts de Bruxelles notent également que la demande intérieure va progresser grâce aux mesures de relance prises à la suite de la jacquerie des gilets jaune. Avec la renonciation à certaines mesures de hausses qui avaient été programmées, c’est une injection comprise entre 17 et 20 milliards d’euros qui sera opérée sur l’année, pour redynamiser l’activité. Elle sera suffisammentforte pour soutenir la consommation et permettre de réduire légèrement le chômage qui pourrait revenir de 9,1% de la population à 8,8% en fin d’année. Certes, le dépassement de la fameuse barre de 3% pour le déficit public ne réjouit pas Bruxelles, d’autant qu’il risque de se poursuivre au moins pendant deux ans, mais la commission trouve une excuse supplémentaire, en invoquant la transformation du crédit d’impôt compétitivité emploi en baisse directe de charges, ce qui creuse ainsi exceptionnellement le déficit. Le coup de fouet qui sera donné à l’activité apportera aussi des recettes supplémentaires, tandis que le niveau particulièrement bas des taux d’intérêt qui est promis à durer n’aggravera pas trop la charge de la dette. Au total, le changement de politique mené par la France peut avoir des effets positifs à court terme, mais qui s’estomperont vite s’ils ne sont pas suivis d’efforts pour réduire les dépenses publiques. D’autant que le climat international peut réserver d’autres surprises, si le ralentissement économique se poursuit, ou si par exemple la hausse du pétrole qui a déjà coûté treize milliards d’euros supplémentaires au budget depuis l’élection d’Emmanuel Macron se poursuit, retirant une partie du pouvoir d’achat que le gouvernement vient d’accorder sans contrepartie.

La situation sera dégradée à la fin du quinquennat présidentiel. Le déficit commercial est en train de se creuser en raison de la hausse du prix du brut, mais aussi des investissements nouveaux qui se traduisent par une augmentation sensible des importations. L’endettement du pays pourrait dépasser les cent pour cent du produit intérieur brut, alors qu’on frôle déjà ce chiffre. Le discours martelé aujourd’hui à longueur de colonne sur la baisse des impôts n’aura qu’un temps. Il faudra un jour se décider à donner un coup de frein, qui a toute chance de conduire à de nouveaux impôts comme cela s’est produit si souvent dans le passé. Toute la question est de savoir si l’on pourra attendre 2022, au lendemain de la future élection présidentielle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Clodo31
- 11/05/2019 - 02:08
Populisme
La commission a tellement peur de devoir rendre des comptes en cas de victoire de ceux qu'on appelle "populistes" qu'elle préfère favoriser les mauvais en place. Quand aurons-nous enfin une commission européenne qui devra rendre des comptes?
cloette
- 10/05/2019 - 19:03
Macron chouchou
de la Commission de Bruxelles ? Peu importe le déficit , il plait à la Commission !
lexxis
- 10/05/2019 - 18:13
Même comportement, même
Même comportement, même indulgence avec Macron qu'avec Hollande, nos déficits se creusent, notre dette file, nos dépenses publiques augmentent, tout va bien Madame la Marquise. La Commission par son incroyable laxisme porte en réalité une lourde responsabilité dans la détérioration continue de nos finances publiques. Car peu importent les règles européennes de bonne conduite, Il s'agit pour elle de faciliter la réélection ou la victoire des dirigeants qui lui semblent favorables, indépendamment de la politique ruineuse qu'ils mènent.