En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

07.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

il y a 1 heure 58 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 14 heures 59 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 16 heures 43 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 22 heures 3 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les mystères médicaux autour de l’affaire de la nouvelle formule du Levothyrox

il y a 22 heures 40 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Au secours ? Amazon veut rendre Alexa intelligente en traitant nos données personnelles
il y a 22 heures 53 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 1 heure 56 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 1 heure 58 min
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 14 heures 28 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 15 heures 54 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 17 heures 11 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 22 heures 17 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

La droite française est-elle maudite ? : les causes historiques de la malédiction de la droite

il y a 22 heures 40 min
décryptage > Environnement
Immobilité

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

il y a 23 heures 1 min
Affiche du spectacle
Affiche du spectacle
Atlanti-culture

Edouard Baer dans les élucubrations d’un homme soudain frappé par la grâce : c'est intéressant mais n'est pas Claudel qui veut

Publié le 09 mai 2019
Edouard Baer a de nombreux talents et il le démontre encore dans ce nouveau spectacle. A la réserve près que ce one man show ne vous emporte pas. Il manque de souffle.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Ruhlmann pour Culture Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Baer a de nombreux talents et il le démontre encore dans ce nouveau spectacle. A la réserve près que ce one man show ne vous emporte pas. Il manque de souffle.

ONE MAN SHOW

Edouard Baer: Les élucubrations d’un homme soudain frappé par la grâce

Mise en scène: Édouard Baer

INFORMATIONS

Théâtre Antoine

Jusqu’au 15 juin,

 du mardi au samedi à 20h30

Réservations : 01 42 08 77 71 / www.theatre-antoine.com

 

RECOMMANDATION 

BON

 

THÈME

 • Empruntant la travée principale, Édouard Baer vient s’installer sur une scène aménagée en intérieur de bistro... Il affirme s’être échappé d’une salle voisine, où, à la suite d’un trou de mémoire, il a abandonné public, attaché de presse, régisseur, au beau milieu de la tirade d’une pièce à laquelle il ne croyait plus.

• Dès lors, sans cesser de faire mine d’y retourner, et régulièrement relancé par les appels venus d’un vrai-faux téléphone, le comédien se livre à diverses élucubrations, mobilisant Malraux, Bukowski, Casanova, Camus, Thomas Bernhardt et Romain Gary. Le Rochefort de Courage, fuyons !, le Brassens des Passantes et le Vian de Je voudrais pas crever sont aussi de la partie.

 

POINTS FORTS 

 • Baer propose un spectacle divertissant, et il est au rendez-vous pour ceux qui, conquis d’avance, apprécient sa dégaine désinvolte d’égaré chronique, sa voix et son timbre inimitables, son sens de l’improvisation calculée.

• L’idée de la fuite d’une scène voisine est une trouvaille qui fonctionne bien et donne une dynamique plaisante au spectacle. Elle se double d’une réflexion de fond intéressante sur la lâcheté et la défausse qui l’amènent à abandonner en cours de route un spectacle pour l’autre.

 

POINTS FAIBLES 

• Les procédés utilisés par Baer sont assez répétitifs et repérables : phrases rarement terminées, bégaiements fréquents constituent une marque de fabrique qui peut lasser et agacer. Ajoutons à cela qu’Édouard Baer ne cesse de se tripoter.... les cheveux, le visage, le cou, signe d’une fébrilité et d’un désarroi dont on ne sait plus trop à la fin s’ils sont ceux du personnage ou d’un comédien prisonnier et ignorant de ses tics d’expression.

• Proposer des “élucubrations“ expose Baer à des comparaisons pas toujours flatteuses avec celles de glorieux prédécesseurs : on pense moins au chanteur Antoine, qui en fit un immense succès, qu’à l’humoriste Raymond Devos, orfèvre du mots et des situations loufoques. En dépit de quelques formules bien ciselées, de trouvailles, les Élucubrations d’un homme en état de grâce souffrent de la comparaison : les tunnels et les longueurs (alors que le spectacle ne dure qu’1h30) sont loin de valoir la tension, l’ingéniosité et la qualité verbales entretenues par le grand Raymond. 

• De plus, si la « grâce » qui donne son titre au spectacle consiste à présenter dans une paraphrase un peu sommaire de grands textes (voir plus haut) récités ensuite honnêtement, le terme sert d’alibi, et la promesse n’est pas vraiment honorée.

 

EN DEUX MOTS 

• Les élucubrations de Baer forment un doux délire qui, porté par un système au point - mais assez limité - pourrait aussi bien durer trois ou cinq heures, voire plus encore, sans que cela ajoute quoi que ce soit.

• Les aficionados d’Édouard Baer trouveront leur compte dans ces “élucubrations“ ; les autres méditeront cet avertissement (involontaire ?) de l’auteur, lancé en tout début de spectacle : « On a fait le titre un peu vite, et la pièce aussi »...  Du Baer tout craché (crashé ?), en somme, dans son genre dandy désenchanté et dispersé.

 

UN EXTRAIT 

Ou plutôt deux :

« On ne peut pas pousser un caddie à 16h00 et jouer Malraux à 20h30 »

«  Il faut trouver des solutions à la Jésus : de l’amour... avec une mini-menace ! »

 

L’AUTEUR

• Édouard Baer, né en 1966 dans un milieu parisien, aisé et cultivé, a plutôt emprunté la voie tracée par son grand-oncle, l’homme de lettres René Baer (1887-1962). Trente ans après sa première apparition sur les écrans (dans le rôle d’un pendu !) pour les besoins du second volet de La révolution française (Robert Enrico), il tient en ce moment le haut de l’affiche : à ses Lumières dans la nuit sur France Inter viennent s’ajouter divers rôles dans des films récents assez réussis (Mademoiselle de Joncquières, La Lutte des classes).

• Depuis ses débuts en 1992 comme animateur sur Radio Nova avec Ariel Wizman, il s’est essayé à de multiples activités artistiques, tour à tour et simultanément acteur, comédien, animateur, auteur, producteur et metteur en scène. Ces Élucubrations d’un homme soudain frappé par la grâce, qui rappellent à bien des égards ses spectacles antérieurs : La folle et véritable vie de Luigi Prizzotti (2006) et Looking for Mister Castang (2007).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

07.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires