En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

03.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

04.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

05.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

06.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

07.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 16 min 55 sec
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 14 heures 39 min
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 15 heures 42 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 17 heures 31 min
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 19 heures 48 min
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 21 heures 7 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 21 heures 47 min
décryptage > Sport
Activité physique

Et les sports les plus tendances de l’été 2020 sont...

il y a 22 heures 34 min
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 23 heures 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 50 min 28 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 14 heures 27 min
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 15 heures 14 min
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 16 heures 41 min
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 19 heures 12 min
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 20 heures 50 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 21 heures 26 min
décryptage > France
Raison garder

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

il y a 22 heures 12 min
décryptage > High-tech
Espionnage chinois ?

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

il y a 22 heures 52 min
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 1 jour 19 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Bonnes Feuilles

Le grand péril qui plane sur l'Éternel féminin est bien la dévirilisation masculine

Publié le 09 mai 2019
Dans "Elle : Eloge de l'éternel féminin" (ed. Albin Michel), Denis Tillinac nous invite à préserver ce mystère qu'est la femme pour l'homme et éviter à tout prix qu'une guerre des sexes n'éclate. 2/2
Denis Tillinac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Tillinac est écrivain, éditeur  et journaliste.Il a dirigé la maison d'édition La Table Ronde de 1992 à 2007. Il est membre de l'Institut Thomas-More. Il fait partie, aux côtés de Claude Michelet, Michel Peyramaure et tant d'autres, de ce qu'il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans "Elle : Eloge de l'éternel féminin" (ed. Albin Michel), Denis Tillinac nous invite à préserver ce mystère qu'est la femme pour l'homme et éviter à tout prix qu'une guerre des sexes n'éclate. 2/2

Mauvais procès : ce n’est pas l’émancipation de la femme qui met en péril l’Éternel féminin mais son substrat idéologique dans nos sociétés « modernes », empoisonnées par le venin de leur nihilisme. En décrétant que toute invocation d’un monde de l’esprit débordant la matérialité était une illusion, donc une aberration, les philosophes de la « déconstruction » ont vidé l’imaginaire de toute substance. L’humain n’est qu’une « machine désirante » actionnée par les pistons d’une libido anonyme. Et cette machine n’a pas de sexe déterminé, les pulsions qui traversent sa tuyauterie n’ont pas de visage. Il m’a fallu beaucoup de temps et quelques sauts d’obstacles pour comprendre cela. On ne vit pas sans conséquence parmi les écrivains et les peintres. Mes égéries, je les voyais en divas capricieuses et lasses, alanguies sur un sofa ; ou en vestales immaculées recluses dans un manoir telle la Calixte du Prêtre marié de Barbey d’Aurevilly.

 Je les voyais oisives et songeuses, attentives exclusivement à ce qui accélérait les battements de leur cœur. Je les silhouettais en amoureuses potentielles ou virtuelles, état qui immobilise le temps. Denrée rare parmi mes contemporaines si l’on excepte les patriciennes, les bourgeoises de province – et ces femmes de tous milieux égarées dans notre siècle, qui cherchent éperdument l’amour et rien d’autre. La plupart ne lui consentent que de la petite monnaie de semi-regrets épisodiques, quand il pleut sur leur existence. Elles convoitent un diplôme, puis un job ; un mari les encombre et quand il daigne s’absenter, congrès ou colloque, des histoires prosaïques de loupiots à récupérer à l’école, de courses au supermarché ou de prêt pour l’achat d’un quatre-pièces accaparent leurs neurones. Celles qui prennent un amant et deviennent sa « maîtresse » s’en tiennent à des apartés furtifs, des cinq-à-sept relevés seulement par le piment de la clandestinité. C’est mieux que rien, soupirent-elles en tournant les pages d’un agenda noirci d’obligations. C’est beaucoup moins qu’il n’en faudrait pour les régaler d’une aventure tant soit peu romanesque. Chaque fois qu’une copine en veine de confidence me raconte sa dernière « histoire » – c’est son mot –, je la trouve courte en bouche, comme on dit d’un vin de soif faussement enjôleur. « On se fait des week-ends sympas », précise-t-elle avec une moue à michemin du contentement et de la résignation. Et je suis tenté de la juger inapte aux cavales où le cœur abat toutes ses cartes sans souci du lendemain. L’amour peut être sombre ou joyeux, il n’est pas « sympa ». Mauvais procès, mauvaise foi : une égérie, ça se mérite, et l’homme aujourd’hui n’a pas la carrure. La plupart des femmes d’ailleurs ne cessent de déplorer qu’il se dévirilise. « Sois un mec ! » : on entend partout cette injonction, chez les plus jeunes notamment. Les femmes ont amèrement conscience d’inspirer encore et toujours l’antique peur à l’homme qui ne sait plus trop s’il doit feindre la rudesse ou ramper à leurs pieds. Soit il roule les mécaniques et elle casse son effet parce que sa grande gueule trahit un autoritarisme vulgaire de petit chef, soit il se laisse materner comme un doudou et il ruine le peu qui lui reste de crédit. Dans les deux cas, les femmes lui intentent un procès en insuffisance, et elles ont raison.

Elles ne veulent ni d’un mariol ni d’un paillasson. Elles voudraient simplement que leur mec poétise sa virilité. Mais il n’a plus les mots de cette passe, ni les gestes. Il tourne autour de la féminité comme un chien apeuré autour d’une vipère et s’en écarte.

Extrait de "Elle : Eloge de l'éternel féminin" de Denis Tillinac, publié chez Albin Michel.

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ph.L.
- 09/05/2019 - 07:56
"Tiens-toi droit!"
Je pense à cette chanson d'Anne Sylvestre: "Tiens-toi droit!" Mais aussi et surtout au livre d'Hélène Vecchiali, il y a déjà quelques années: "Ainsi soient-ils : Sans de vrais hommes, point de vraies femmes" !