En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© AFP
Stratégie

Comment les Etats-Unis ont transformé 1945 et l’accusation de nazisme en arme géopolitique fatale

Publié le 08 mai 2019
Le 8 mai 1945, la Seconde Guerre mondiale prenait fin en Europe. La victoire des Alliés contre l'Allemagne nazie donne un prestige certain aux vainqueurs, notamment l'URSS et les Etats-Unis. Aujourd'hui encore, ce succès est remémoré comme un signe de force sur la scène mondiale.
Hadrien Desuin est responsable du pôle international de la fondation du Pont-Neuf et chercheur associé à GEOPRAGMA. Dernier ouvrage paru, La France atlantiste, Cerf, 2017.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hadrien Desuin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hadrien Desuin est responsable du pôle international de la fondation du Pont-Neuf et chercheur associé à GEOPRAGMA. Dernier ouvrage paru, La France atlantiste, Cerf, 2017.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 8 mai 1945, la Seconde Guerre mondiale prenait fin en Europe. La victoire des Alliés contre l'Allemagne nazie donne un prestige certain aux vainqueurs, notamment l'URSS et les Etats-Unis. Aujourd'hui encore, ce succès est remémoré comme un signe de force sur la scène mondiale.

Atlantico.fr : Comment ces deux pays vont-ils utiliser leur victoire comme arme diplomatique dans les conflits et confrontations de la seconde partie du XXe siècle et du début du XXIe ?

Hadrien Desuin : Bien sûr la commémoration des victoires passées est un instrument de prestige diplomatique. Le centenaire de la fin de la Grande Guerre le 11 novembre dernier a réuni sous l'Arc de Triomphe à Paris, la plupart des grands dirigeants de ce monde autour d'Emmanuel Macron. Mais en ce qui concerne le 8 mai, il s'agit davantage d'un exercice de puissance diplomatique. Ce sont toujours les grands vainqueurs de l'Allemagne et du Japon qui siègent en permanence au Conseil de Sécurité des nations Unies avec un droit de veto. Ils restent les garants de la paix mondiale. Encore aujourd'hui, l'Allemagne et le Japon qui sont des grandes puissances économiques doivent s'y soumettre.

Pour autant, le 8 mai n'est pas férié aux Etats-Unis et son prestige est moins évident pour plusieurs raisons.  

Tout d'abord, la victoire des alliés a très rapidement laissé place à une "guerre froide" entre les vainqueurs. On l'a fait traditionnellement débuter en 1947, soit deux ans après la capitulation nazie. La réconciliation entre les pays occidentaux et l'Allemagne de l'Ouest intervient très vite pour une raison simple: la lutte contre l'impérialisme soviétique. C'est sans doute pour cela que le 6 juin est fêté avec bien plus de faste par les troupes anglo-saxonnes : les Russes n'y étaient pas puisqu'ils combattaient sur le front de l'est. Cette année encore, le contraste diplomatique sera saisissant entre le 75ème anniversaire du débarquement de Normandie dans moins d'un mois et ce 74ème anniversaire du 8 mai 1945 à Berlin.

Autre facteur important, la capitulation allemande a été signée à Berlin-Est, à la demande express de Staline, capitale libérée puis occupée par les soviétiques, le lendemain d'une première reddition allemande à Reims, d'un moindre niveau. Ceci peut expliquer pourquoi le 8 mai n'est pas toujours célébré avec la ferveur qu'on pourrait imaginer, celle de la victoire contre le nazisme. A Berlin, le nazisme a laissé place au stalinisme.

Par ailleurs, n'oublions pas que les Etats-Unis passent encore trois mois à combattre le Japon. Pour les GI's, la deuxième guerre mondiale se termine à Hiroshima et Nagazaki, pas à Berlin.

Pour ne rien arranger, les Russes fêtent la victoire le 9 mai, à cause du décalage horaire, ce qui contribue à ternir l'image d'unité entre les grands vainqueurs de la seconde guerre mondiale. Les Russes sont arrivés à Berlin les premiers et commémorent "la grande guerre patriotique" avec un défilé sur la place Rouge absolument gigantesque, sans commune mesure avec les cérémonies occidentales de la veille. 

Bien sûr les Etats-Unis se souviennent du 8 mai mais ils n'ont pas cette tradition des défilés militaires géants qui frappent les esprits, au grand regret de Donald Trump.


Après la chute de l'URSS, les Etats-Unis n'ont-ils pas renouvelé leur rapport à cette guerre et utilisé l'exemple nazi comme un repoussoir et une justification contre leurs ennemis ?

Une fois la guerre froide terminée, le 8 mai aurait pu retrouver son sens. Les années 90 auraient pu sceller la réconciliation entre l'Ouest et l'Est de l'Europe. Malgré tout, fêter la victoire avec les Russes laisse un goût amer en Europe centrale et même aujourd'hui en Europe occidentale où l'on veille à prendre ses distances avec Vladimir Poutine.

Depuis 1945, les Etats-Unis ont entre temps connu de douloureuses défaites au Vietnam, en Somalie, en Irak et enfin en Afghanistan. L'aura de l'armée américaine a pâli. Il est vrai que cette victoire sur la barbarie a été utilisée comme argument pour convaincre l'opinion d'intervenir dans ces contrées. Milosevic, Saddam, Kadhafi ont été plus ou moins comparé à Hitler par médias interposés. C'est un peu le point Godwin de la guerre humanitaire. L'emploi d'armes chimiques et les massacres ethniques ont fait écho à l'horreur des camps de concentration et d'extermination. Les Etats-Unis tirent de la libération des camps une forme de responsabilité historique. S'imaginer que des camps puissent revoir le jour est une ligne rouge pour l'opinion publique américaine, légitimement frappée par leur découverte en 1945. La victoire sur les nazis a renforcé l'idée que les Etats-Unis sont la nation "exceptionnelle" et "indispensable" au bonheur de l'humanité.

Aujourd'hui, alors que la Chine et les Etats-Unis se livrent une violente guerre commerciale, Washington use a de nombreuses reprises de critiques contre la dérive totalitaire du pouvoir chinois dans ses provinces occidentales, notamment vis-à-vis des musulmans. Ce genre de déclarations n'est-elle pas symptomatique de l'utilisation de ce passé de libérateur de 1945 contre ses ennemis ? Qu'est-ce que cela dit de Washington en termes de constantes dans sa façon d'envisager ses relations publiques avec ses adversaires ?

Vous voulez sans doute faire allusion au rapport et à la lettre de parlementaires américains envoyée à Mike Pompeo au sujet des "camps de concentration de musulmans" dans la région du Xin Jiang, où les populations Ouïghoures sont particulièrement réprimées et surveillées.

Il faut bien s'entendre sur ce qu'on met derrière Washington. La diplomatie américaine est divisée entre le Congrès et la Présidence. Or les parlementaires sont beaucoup plus sensibles aux pressions des lobbies, des entreprises, des ONG, des médias, des fondations et des think-tanks. Par ailleurs, la société américaine est naturellement poussée vers la conquête économique du monde, ce qui passe par une forme de soumission chinoise. Elle est aussi poussée par sa conscience morale. A ma connaissance, la Maison-Blanche n'a pas pour le moment réagi et le département d'Etat préfère parler de "camps de rééducation".

Pour alerter les Etats-Unis, des groupes d'intérêts dans les multiples comités d'experts indépendants de l'ONU à New-York savent jouer sur la corde sensible occidentale. Parler de "camps de concentration" au Xin Jiang dans la presse américaine au lieu de "centre de détention" n'a pas du tout la même résonance. Les Chinois parlent de camps de déradicalisation. Reste à savoir ce qu'il en est exactement. Là dessus, les Chinois sont extrêmement discrets et refusent que l'Occident se mêle de ses affaires intérieures.

Le parti communiste chinois, dirigé d'une main de fer par Xi Jinping, est extrêmement méfiant à l'égard de la radicalisation islamiste dans l'ouest de son empire. Pékin voit comme une fragilité historique la menace barbare venue des steppes d'Asie centrale. Elle a toujours cherché à siniser ses confins. Pour la Chine, laisser se répandre l'islam chez elle est un péril inacceptable.   

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

03.

Comment Facebook entend bénéficier du malaise général des utilisateurs de Tinder et autres applications de rencontres

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

07.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi parle-t-on si peu de la jeune Palestinienne assassinée en Cisjordanie ? Parce que ce ne sont pas les Israéliens qui l'ont tuée !

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 08/05/2019 - 23:12
Gros perturbé.
Ganesha, le gros vieux très, très perturbé de ce blog, manifestement à un stade avancé et clinique, c'est vous.
zelectron
- 08/05/2019 - 17:17
notamment l'URSS ? on se moque de qui, là ?
@Benvoyons, d'accord avec votre texte , auquel j'ajoute :
Staline était pire que ce l'on croit
"13 millions de soldats soviétiques sont tombés pour abattre l'Allemagne nazie"
- avec 3 à 4 millions inventés par Staline et ses statistiques faussées
- 3 millions au bas mot d'opposants ou supposés tels envoyés à la boucherie avec de l'armement en mauvais état
- 1 à 2 millions d'enfants pour garder une réserve à l'arrière de Moscou au cas où Joukov se serait fait battre
sans oublier les armes et munitions parachutées par les américains et dispersées dans les forêts à l'est de Moscou , toujours au cas où.
Quant à Berlin les russes ont eu le champs libre pour "nettoyer" grâce à son cortège d'horreurs, les américains étant restés passifs pour laisser "la gloire à l'Ours Soviétique"
Ganesha
- 08/05/2019 - 12:11
Menaces sur le 21ème siècle
Ce que nous explique cet article, c'est que la Chine est actuellement le seul pays au monde à lutter vigoureusement contre le grand péril mondial du 21ème siècle.

Dans ce but, quant à eux, les papys Atlantico s'apprêtent à voter dans trois semaines pour un séminariste manifestement perturbé.