En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

07.

Les secrets du modèle coréen : des masques et des tests pour tout le monde, mais pas de confinement ni de vie privée

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

ça vient d'être publié
décryptage > Finance
Nerf de la guerre

Crise de trésorerie généralisée : tensions (évitables) sur le secteur bancaire

il y a 16 min 11 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 1 heure 19 min
light > Culture
Fin du confinement ?
Olivier Py reste optimiste pour la prochaine édition du Festival d’Avignon en juillet 2020
il y a 12 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La fin de l'amour" d'Eva Illouz : quand Tinder, grand centre commercial de rencontres, détrône la cour amoureuse

il y a 13 heures 48 min
pépites > International
Lutter contre un retour du virus
Covid-19 : la Chine décide de fermer temporairement ses frontières aux étrangers
il y a 16 heures 59 min
light > France
Changement d’heure
Malgré le confinement, n’oubliez pas le passage à l’heure d’été ce week-end
il y a 18 heures 44 min
pépites > Politique
Face à la vague
Covid-19 : Edouard Philippe alerte contre "la vague extrêmement élevée" qui "déferle"
il y a 19 heures 45 min
décryptage > Politique
Ami entends-tu...

Et Didier Guillaume lança un appel à l'armée des ombres !

il y a 21 heures 8 min
pépites > Europe
Nouvelle personnalité
Royaume-Uni : le Premier ministre Boris Johnson a été testé positif au coronavirus
il y a 21 heures 47 min
décryptage > Politique
Conséquences politiques

Philippe Gosselin : "Nous avons refusé que l’équivalent des pleins pouvoirs soient votés pour le Premier ministre. Mais nous devons rester vigilants"

il y a 23 heures 52 min
décryptage > Science
Hécatombe

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

il y a 34 min
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 1 heure 35 min
pépites > International
ONG
SOS Chrétiens d'Orient : libération de trois otages français en Irak
il y a 13 heures 15 min
pépite vidéo > France
Victimes françaises
Covid-19 : "les visages d’une tragédie"
il y a 15 heures 56 min
pépites > Politique
Deux semaines de plus
Coronavirus : Edouard Philippe officialise le prolongement du confinement jusqu’au 15 avril
il y a 17 heures 26 min
pépites > Religion
"Urbi et Orbi"
Vatican : le pape François va présider une prière planétaire et bénir le monde entier face au Covid-19
il y a 19 heures 9 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le bulldog baille et quand les clous d’or piquent le ciel : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 20 heures 20 min
pépite vidéo > Santé
Immense tristesse
Julie, 16 ans, est la plus jeune victime du Covid-19 en France
il y a 21 heures 17 min
décryptage > Europe
Commission européenne

Union européenne : l’intérêt général otage des bien-pensants ?

il y a 22 heures 49 min
décryptage > Social
Impact de la crise sanitaire

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

il y a 1 jour 8 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Poudre de perlimpinpin ?

Une conférence sociale dans le vide ?

Publié le 06 mai 2019
Lundi 6 mai se tient une grande conférence entre le gouvernement, les partenaires sociaux, les élus et les associations environnementales afin de réfléchir aux questions sur l'emploi et la transition énergétique. Une "conférence sociale" qui n'en porte pas le nom mais qui rappelle l'époque François Hollande.
Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lundi 6 mai se tient une grande conférence entre le gouvernement, les partenaires sociaux, les élus et les associations environnementales afin de réfléchir aux questions sur l'emploi et la transition énergétique. Une "conférence sociale" qui n'en porte pas le nom mais qui rappelle l'époque François Hollande.

Atlantico: Cette remise à la table des négociations des partenaires sociaux et des corps intermédiaires n'est-elle pas étonnante considérant le fait qu'ils ont été exclus ou oubliés des débats depuis le début du quinquennat ? Comment expliquer ce revirement ?

Yves Michaud : Ce revirement peut être vu de deux manières.

Soit c'est une manière de prolonger le grand débat en mettant en pratique le « je vous ai compris » et le « j'ai changé » (ça ne vous rappelle rien?) du Président Macron. Désormais on écoute, on consulte, on discute, on entend les Français à travers  ceux qui les expriment ou les représentent – après quand même cent heures de gesticulation présentées comme du dialogue.

Soit le pouvoir procrastine faute de savoir clairement où il va et ce qu'il va faire, avec un programme de réformes chargé, potentiellement explosif et pas arrêté dans le détail (retraites, fonction publique, constitution – rien de moins).

Je pense à vrai dire qu'il y a des deux. Le 25 avril, en prologue à sa première conférence de presse (la première!), Emmanuel Macron a fait le discours d'une heure qu'il aurait dû faire juste après son investiture, s'il avait eu réellement un projet. En réalité, il ne connaissait pas alors l'état du pays et sous-estimait la difficulté des réformes tout en se prenant pour Jupiter. Le flou de son programme de campagne m'avait franchement inquiété. Il a compris, après plusieurs semaines d'attentisme colérique, que rien n'allait et il cherche comment s'en sortir. L'étendard de la réforme reste brandi mais il ne sait quoi y inscrire. Je pense qu'il a perdu  la main et qu'il ne sait comment la reprendre. Alors le dialogue maquille la désorientation. 

 

Cette entreprise n'est-elle pas vouée à l'échec considérant le fait que les deux côtés (gouvernement et corps intermédiaires) sont pour partie décrédibilisés aux yeux des Français, notamment après six mois de crise sociale ? De tels acteurs sont-ils encore aptes à refonder une forme de "démocratie sociale française" ?

Je ne vois pas ce qui peut sortir de ces grandes messes. Que ce soit le Grenelle de 1968 où on achète la paix en lâchant beaucoup et très vite (ce que Macron n'a pas fait en lâchant encore plus  mais de manière tardive et graduelle), ou le Grenelle de l'environnement de 2007 où on s'entend sur le destin de la planète sans que ça change grand chose, les Grenelle en tous genres, ça ne marche pas. On cause, on cause et on attend la suite. J'ai bien peur que ce nouveau round de discussion confirme les citoyens dans l'idée que la politique, c'est fait pour parler entre gens qui passent leur vie à ça. Pour refonder la « démocratie sociale française », il faudrait qu'on sache de quoi il s'agit. Il est clair qu'on a depuis longtemps en France affaire à des hommes et femmes qui savent conquérir le pouvoir mais n'ont aucune idée pour l'exercer. Le diagnostic de Manuel Castells dans Communication et pouvoir (2009 en anglais, traduction française Maison des sciences de l'homme en 2013) est impeccable. Certains croyaient que ça avait changé avec Macron. Hélas non.

 

Quel pourrait alors être l'objectif caché du gouvernement derrière cette initiative (qui, d'ailleurs, fait penser aux "grandes conférences sociales" de Hollande) ? Ne s'agirait-il pas de gagner du temps jusqu'aux élections européennes ?

Si Macron était rationnel, ce dont je suis de moins en moins certain, il utiliserait effectivement cette nouvelle phase de négociation pour attendre le résultat des élections européennes qui donneront une assez bonne idée de sa crédibilité et de celle de son parti. Je pense depuis le début de la crise des Gilets jaunes que le verdict viendra le 26 mai au soir. Maintenant, il se peut que Macron ne sache tout bêtement pas quoi faire ni surtout jusqu'où il peut aller dans la suite de sa politique. En fait les Français ont élu en 2017 un Hollande bis, narcissique comme lui mais dans le genre pas petites blagues, un peu imbu de lui-même, coupé de la réalité par sa carrière de banquier, tout comme Hollande était coupé de la réalité par une vie de magouilles au sommet du PS. Hollande, tout comme Macron, ne fut pas fichu d'inaugurer son mandat par un grand discours sur son projet de société – parce qu'il n'en avait pas. Macron aura fait pareil. Ce n'est pas parce qu'on trahi son mentor qu'on n'en est pas la copie.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

07.

Les secrets du modèle coréen : des masques et des tests pour tout le monde, mais pas de confinement ni de vie privée

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ullman
- 07/05/2019 - 12:35
CRIME DE SANG
Voilà un article écrit avec une plume qui n’est pas une plume d’oie mais qui est bien acérée : Michaud est-il apparenté à Charlotte Corday ?
« Il est clair qu'on a depuis longtemps en France affaire à des hommes et femmes qui savent conquérir le pouvoir mais n'ont aucune idée pour l'exercer » écrit l’auteur. Ben oui, « la politique, c'est fait pour parler entre gens qui passent leur vie à ça » mais pas seulement. C’est aussi les belles carrières bien rémunérées, avec de bonnes et longues retraites, de robustes avantages sociaux, des appartements de fonction avec la domesticité, des frais de déplacement-séjour-représentation, le trafic d’influence, et j’en oublie.
Ça vaut la peine de se faire élire, non ?
Encore un mot : « Suffisamment intelligent pour comprendre qu’il était un raté, il savait que seule la politique pourrait lui permettre d’acquérir le luxe ou la fortune dont il rêvait ». Guy Breton, « Histoires d’amour de l’histoire de France – La France Sans-culotte », au sujet de François Chabot.
Labarthe
- 07/05/2019 - 11:58
Le cap est le même....
Notre Président a été mis au pouvoir avec un programme hyper libéral libertaire, avec notamment pour but de réduire au minimum le pouvoir de contrôle de l’administration, des organismes paritaires, du droit du travail, de tous les contre pouvoirs à la finance toute puissante. Mais aussi, Entre autres, l’identité historique, le nationalisme etc... Je ne crois pas qu’il va modifier son objectif, mais la résistance des français l’oblige à faire une politique à la godille beaucoup plus difficile que prévu et en plus le contexte politique et économique international a changé brutalement sur 2/3 ans. Par ailleurs, l’expérience nous enseigne que même si c’est l’opposition qui succède au pouvoir, elle ne remet jamais totalement en cause les précédentes réformes, voire les 35 heures. Peut-être le R.N., mais je n’en suis même pas sûr, du moins en économie.
ajm
- 06/05/2019 - 21:37
Nous sommes tous des Charlots.
Cette apologie d' un peuple infaillible et mythique est ridicule. Le peuple a les élites qu'il mérite et inversement. Les élites ne sont qu'une extraction du peuple, extraction plus ambitieuse, plus éduquée et , parfois , mais de moins en moins, plus talentueuse , en moyenne. Les " Charlots " de la politique , on en voit partout, y compris chez les gilets jaunes, ce sont simplement des charlots qui n'ont pas l'habitude de s'exprimer ni même la connaissance des mots, du vocabulaire et de la culture minimum pour être un bon charlot professionnel apte à se faire élire.