En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Ecologie

Panique morale sur l’environnement : ces idées fausses qui polluent de plus en plus le débat politique

Publié le 05 mai 2019
Sylvie Brunel publie "Toutes ces idées qui nous gâchent la vie" (JC Lattès). En exclusivité pour Atlantico, elle revient sur le discours écologique dominant et sur les idées fausses qui nuisent au débat politique.
Sylvie Brunel est géographe, économiste et écrivain. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Brunel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Brunel est géographe, économiste et écrivain. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Brunel publie "Toutes ces idées qui nous gâchent la vie" (JC Lattès). En exclusivité pour Atlantico, elle revient sur le discours écologique dominant et sur les idées fausses qui nuisent au débat politique.

Atlantico.fr : Dans votre livre, vous dénoncez un discours écologiste dominant déconnecté des réalités. Vous contestez en particulier une certaine tendance apocalyptique : force est de dire que quand on lit la presse aujourd'hui, les mauvaises nouvelles semblent en effet s'empiler sans discontinuer, laissant peu de place à une lecture critique ou des perspectives plus positives. Cependant, un événement selon vous vient contre cette morosité ambiante du catastrophisme écologique. Qu'est-ce qui dans la crise des Gilets jaunes vient bousculer ce pessimisme écologiste ambiant ?

 
Sylvie Brunel : La collapsologie, ou science du désastre, fait recette. Ce qui n’a qu’un seul effet, démobiliser : à quoi bon agir si tout est foutu ? Au lieu de nous galvaniser, tous ensemble, dans la recherche de solutions durables – ce qui a toujours été le propre de l’humanité, sinon nous ne serions pas passés d’un milliard à 7,5 milliards d’hommes en deux siècles, vivant beaucoup plus longtemps et en meilleure santé, cette vision larmoyante de l’écologie crée de la violence, de l’apartheid, des délires de mortifications individuelles et collectives, particulièrement en Europe, qui est pourtant le continent qui a le plus fait pour l’écologie. L’ère des « désastrologues », comme les appelait déjà Rabelais, ne peut qu’engendrer un vaste retour en arrière. Particulièrement sur ces questions essentielles que sont l’agriculture et l’énergie. 
 
Ce qui est curieux, c’est que les prédictions dramatiques, celles du Club de Rome (qui, avec The Limits to Growth, nous annonçait déjà dans les années 70 la fin du gaz et du pétrole pour le début des années 90), ou celles d’économistes convaincus à la même époque de l’imminence de la famine généralisée en Asie, ne se sont jamais produites. Au contraire : nous croulons sous les réserves énergétiques, et la faim est passé du tiers au onzième de la population mondiale dans l’intervalle. Mais cela n’empêche nullement des institutions dont le fond de commerce repose sur la dramaturgie de continuer à nous asséner leurs prédictions alarmistes, qui reposent toujours sur des projections linéaires, sans tenir compte des effets du progrès technique, de l’apparition de nouvelles ressources, d’une meilleure gestion de celles qui existent. 
 
Les gilets jaunes disent stop. Stop à ce délire de normes, de taxes, d’interdictions, qui ne prennent pas en compte les contraintes quotidiennes de ces classes moyennes qui ne vivent pas au cœur des mégalopoles et subissent donc au quotidien les fractures territoriales et sociales. Stop, parce que la transition énergétique s’impose quand les solutions proposées sont meilleures, mais qu’on ne l’impose pas au prix de coûts insupportables, pour l’économie toute entière comme pour les ménages, quand les techniques ne sont pas encore au point. La voiture électrique ne l’est pas. Et vouloir le tout électrique sans nucléaire une aberration. Pour l’instant. Les gilets jaunes le disent avec justesse : pour eux, la fin du mois passe avant la fin du monde, surtout quand celle-ci est juste un argument destiné à terrifier les masses.  
 

Dans votre essai, vous contestez notamment la pertinence des concepts d'"empreinte écologique" et de "jour du dépassement". Pourquoi ces gimmicks font-ils tant recette dès lors, et ce aussi dans une presse universitaire ou intellectuelle abondante ? 

 
Parce que plus personne ne prend la peine d’aller voir comment sont fabriqués les indicateurs. Le concept d’empreinte écologique est une fumisterie qui reprend le même biais méthodologique que le pasteur Malthus en 1798, quand il prétendait qu’au banquet de la terre, les pauvres ne pouvaient avoir leur place. Pas plus que Malthus n’avait anticipé ce que les progrès agronomiques allaient permettre dans l’agriculture, l’empreinte écologique ne prend en compte le progrès des techniques, qui permet de découpler la production de bien-être et la consommation de ressources. Son calcul traduit surtout une haine de l’humanité et du progrès. L’accroissement du nombre des hommes et l’élévation de leur niveau de vie dégradent mécaniquement l’empreinte écologique ! Or c’est justement quand un pays se développe qu’il trouve les solutions et les moyens pour améliorer son cadre de vie. 
 

La façon dont le réchauffement climatique provoque une mobilisation internationale est comparable selon vous à une "danse de la pluie". Pourquoi considérez vous donc que le GIEC, les COP, les personnalités écolos convaincues ou autres acteurs internationaux influents de l'écologie font les choses à l'envers ?

 
Que la terre se réchauffe est une réalité, même si les variations locales, sur le même territoire, peuvent être colossales (entre villes et campagnes, ubacs et adrets, périodes de l’année, jours et nuits, zones boisées et zones ouvertes…). Considérer le changement climatique comme un drame en revanche, en considérant qu’il y aurait un optimum (lequel ? Aujourd’hui ? Il y a cinquante ans ? Dans cinquante ans ?), me paraît une erreur, surtout lorsque l’on voit à quel point il réjouit les pays des hautes latitudes. Dans les années 70, c’était le refroidissement annoncé de la terre qui paniquait. Qu’il faille mieux utiliser les ressources, en créer d’autres, ce qui suppose une coopération internationale accrue, préparer les territoires aux incertitudes à venir et à l’accumulation des hommes sur des espaces vulnérables, comme les littoraux, est une nécessité, d’autant que le CO2  présent dans l’atmosphère va y rester un siècle. Mais cela s’appelle l’adaptation, et les financements qui lui sont alloués sont très faibles comparé à tout ce qui relève de l’atténuation. C’est l’atténuation, la danse de la pluie. Elle s’apparente surtout à une guerre des technologies vertes (alors que la coopération s’imposerait si le véritable mobile était vraiment d’agir pour la planète), et à une course aux financements par la culpabilisation à outrance. Sans la moindre certitude que tous ces efforts ruineux aboutissent à quoi que ce soit, car nous n’avons aucune idée des besoins des générations futures, ces fameux « tiers absents », au nom desquels les prophètes de l’écologie, sans jamais rien se refuser pour eux-mêmes, pourrissent la vie des classes moyennes qui viennent enfin de s’arracher à la pauvreté.  
 

Vous vous en prenez aussi à l'idée de décroissance énergétique. Notre façon de consommer de l'énergie n'est-elle cependant pas excessive ou inadaptée, malgré de bonnes évolutions ? Ne doit-on pas prendre compte de l'aspect limité de certaines ressources sur notre planète ?

 
Sobriété énergétique, meilleure utilisation des ressources, découplage, on est d’accord. Mais ne donnons pas de leçon sans fournir les techniques qui vont avec à ces populations qui émergent enfin de la pauvreté ! Ne parlons pas de décroissance à des gens qui souffraient hier encore de la faim, qui voyaient leurs enfants mourir de maladies aisément combattables, qui accèdent enfin au confort et à la mobilité ! Ne sacrifions pas au nom de maux futurs et incertains l’aspiration à vivre mieux des pauvres d’aujourd’hui ! L’écologie ne doit pas être la cerise sur le gâteau des nantis, mais un effort collectif et solidaire pour avoir accès et gérer des ressources qui restent virtuelles tant qu’on ne maîtrise pas les techniques pour les mobiliser. Il n’y a pas de « ressource limitée », pas de « gâteau » à se partager, mais un processus infini de création de ressources, qui suppose l’éducation et la coopération.  
 

Autre idée très en vogue que vous battez en brêche l'obsession animale de notre temps qui pousse certains écologistes de présenter l'homme comme l'ennemi de la nature. Là encore, les chiffres présentés semblent souvent alarmants, ne trouvez-vous pas ?

 
De quelle nature parlons-nous ? Quand on parle de la biodiversité, ce mot-valise, nous pouvons y mettre tout ce que nous voulons. Les grands mammifères considérés comme nobles, mais aussi les virus, les bactéries, les parasites, qui peuvent être les pires choses pour l’humanité. Notre vision de la nature est une construction sociale, qui ne cesse d’évoluer (exemple : les zones humides, hier craintes pour leur insalubrité et asséchées, aujourd’hui vénérées), nos paysages sont des héritages, produits par des siècles d’occupation et d’intervention humaines.  Que faut-il préserver ? Les écosystèmes ne cessent d’évoluer. Certains prétendus défenseurs de la nature se permettent des stratégies de « triage » entre bonnes et mauvaises espèces (celles qualifiées d’invasives) qui passent par de véritables massacres, et par la sanctuarisation – vitrification - de territoires de plus en plus étendus, au détriment des populations qui y vivent et les ont précisément façonnés. 
 

En jeu, il y a aussi l'idée que l'agriculture telle qu'on l'a pratiquée jusqu'à l'arrivée du bio et du véganisme était nécessairement barbare. En quoi met-on en danger les fondements mêmes de l'agriculture en agissant ainsi ?

 
Hier l’humanité mourrait de faim et vivait brièvement. Et puis les révolutions vertes sont arrivées et ont permis de mieux utiliser les territoires, de vaincre les famines, de nourrir des hommes de plus en plus nombreux, qui vivaient de plus en plus longtemps, et qui pouvaient se consacrer à autre chose qu’à gratter la terre en guettant les caprices du ciel. Mais nous avons tellement oublié la peur de manquer que nous préconisons le retour à des modes de production qui supposent plus de main d’œuvre dans les campagnes (alors que le monde est de plus en plus urbain et que l’agriculture peine à recruter !), des productions plus coûteuses, plus incertaines. Quand ceux qui souffrent de la faim sont précisément ceux qui n’ont pas de pouvoir d’achat et pas les techniques pour vaincre les aléas de la nature ! Le bio, le végétal, les circuits courts, la permaculture, pourquoi pas ? Mais pas en stigmatisant cette agriculture performante et innovante qui nous nourrit en toute sécurité sans cesser de faire évoluer ses méthodes pour répondre à nos attentes ! Sans agriculteur, un pays meurt. Sans paysans performants, c’est l’embroussaillement, la friche, l’incendie. Libre à chacun de se nourrir comme il le souhaite. Mais le prix de la nourriture reste une donnée fondamentale. Quand à bannir l’élevage, n’oublions pas que la moitié de la superficie agricole de notre pays est composée de prairies, de bocages et d’alpages soigneusement entretenus par des éleveurs soucieux de la santé de leurs bêtes, et que c’est justement ce qui fait la beauté, les emplois et la gastronomie de notre pays ! 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

04.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

05.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

06.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

07.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

01.

Karl Lagerfeld : l’art et les manières

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 06/05/2019 - 22:14
J'ai découvert recemment un site sympa:
https://www.climato-realistes.fr/
Un peu trop pointu pour moi souvent, mais interessant. J'ai beaucoup aimé en particulier cet article sur la pollution par les particules fines, dont on peut un peu dire qu'elles sont à l'origine de la crise des gilets jaunes :D:
https://www.climato-realistes.fr/pollution-aux-particules-fines-48-283-deces/
Onc Donald
- 06/05/2019 - 19:40
Désastrologie écologique
Je me réjouis chaque jour de mon abonnement à Atlantico ! Enfin un média qui à le courage de publier des articles qui ne sacrifient pas au discour de "bon ton" de la plupart de ses confrères, qui ose montrer qu'il existe des divergences de pensée propices à l'instauration du débat inexistant sur le sujet de l'empreinte écologique.
Que le changement climatique existe, c'est une évidence, mais cela a toujours été, à la fin du tertiaire, au miocène par exemple, au sud de notre pays dans une mer chaude vivaient des coraux, une faune que l'on trouve dans des mers tropicales, avec des espèces disparues aujourd'hui! Que des carottages montrent que sous les 2 km de glace de l'antarctique se trouve un continent où vivaient des espèces témoins de concentrations en CO2 bien supérieures à celles que l'on connaît actuellement... rôle de l'homme dans tout cela?
Bon, quoi qu'il en soit, ceci ne veut pas dire qu'il ne soit pas nécessaire d'être attentif au devenir de notre planète, et bravo à Sylvie Brunel et à Atlantico pour son ouverture d'esprit.
salamander
- 06/05/2019 - 12:45
enfin une vision réaliste
et un livre de plus (il y en a des dizaines) qui rétablit enfin la vérité.
En revanche, tant que les 20 h et leurs journalistes payés 40000 eur par mois ne donneront pas d'échos à ce type de publication, l'opinion ne changera pas.

Qui sait que la superficie de la forêt française a doublé depuis Louis XIV ?

et que la forêt européenne progresse d'année en année?

Le doute néanmoins-salutaire- sur cette nouvelle religion apocalyptique progresse lentement mais sûrement parmi les français.