En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

07.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 8 heures 50 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 9 heures 58 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 10 heures 57 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 13 heures 30 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 14 heures 9 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 15 heures 19 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 15 heures 38 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 15 heures 57 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 16 heures 4 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 16 heures 23 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 9 heures 38 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 10 heures 38 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 11 heures 18 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 13 heures 41 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 14 heures 56 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 15 heures 30 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 15 heures 46 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 15 heures 58 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 16 heures 13 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 16 heures 34 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Marche à suivre

Fenêtre de tir : quelle place pour les oppositions après l’atterrissage du Grand débat ?

Publié le 03 mai 2019
Maintenant que le Grand débat national a pris fin, quel rôle peuvent encore jouer les oppositions face à la machine En Marche ?
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maintenant que le Grand débat national a pris fin, quel rôle peuvent encore jouer les oppositions face à la machine En Marche ?

Atlantico : Maintenant que le Grand débat national est terminé et que les annonces des mesures à venir ont été faites, une question demeure : comment l'opposition va-t-elle pouvoir peser dans les négociations selon vous ? 

Maxime Tandonnet : Il est difficile de parler de l’opposition, car il y en a plusieurs : le courant lepéniste, les Républicains, la gauche aujourd’hui morcelée. C’est vrai que les mesures annoncées à la suite du Grand Débat peuvent s’interpréter comme enlevant aux oppositions certains arguments : la baisse de l’impôt sur le revenu, l’amélioration des petites retraites… Voire même la suppression de l’Ena, un vieux fantasme d’une partie de la classe politique en mal de boucs émissaires. Pourtant, il n’est pas sûr que cela change grand-chose. L’image d’un responsable politique dans l’opinion est comme un paquebot dont il est très difficile de faire dévier la route. Le quinquennat Macron est perçu par une grande masse de Français comme inéquitable sinon injuste. Ces mesures n’y changeront pas grand-chose. D’ailleurs, malgré trois mois d’omniprésence médiatique sur le thème du Grand Débat, la cote de l’occupant de l’Elysée, semble de nouveau en recul (sondage Figaro magazine). La vérité, c’est que les gens n’y croient plus. La crise de confiance est profonde, irréversible avec les équipes actuelles.

Sur quels thèmes l'opposition peut-elle miser qui auraient été oubliés du Grand débat ?

Il n’y a pas de réponse unique dès lors que l’opposition est écartelée en trois courants au moins. On peut imaginer que le mouvement lepéniste continuera à faire de « l’Europe » son bouc émissaire favori, ce qui évite d’avoir à se poser les vraies causes du mal français. Les partis de gauche vont poursuivre leur lutte fratricide et course à l’utopie (créer un statut de « réfugié climatique »). Une opposition responsable devrait bien au contraire s’interroger sur les questions auxquelles le Grand Débat n’a pas répondu. Ce sont les sujets fondamentaux qui portent sur des décennies de malaise et l’invraisemblable impasse ou se trouve aujourd’hui le pays. Les mesures ponctuelles sont sans aucun rapport avec la gravité des enjeux : l’impuissance publique et l’incapacité de l’Etat à combattre efficacement le chômage, l’insécurité, la pauvreté, la violence, le communautarisme, la désindustrialisation, à maîtriser les frontières, la crise de l’éducation nationale et le déclin intellectuel du pays. Pire : la crise de l’autorité et l’incapacité nouvelle de l’Etat à assurer l’ordre public, enfin la fracture démocratique entre la classe dirigeante et le pays qui ne cesse de s’amplifier.

Au final la marge de manœuvre de l'opposition est-elle si grande que cela ? 

Oui, elle est considérable, mais à condition d’ouvrir les yeux... D’où vient le malaise français ? Accuser Bruxelles de tous les maux est mensonger car les autres pays confrontés aux mêmes contraintes européennes ne connaissent pas un effondrement comparable. La cause majeure de la crise française est politique, elle vient du sommet, de la tête. Avec son régime présidentialiste, la France a substitué une idole élyséenne à la notion d’intérêt général. Bref, la politique consiste désormais à adorer ou à lyncher une créature totémique, plutôt que de mobiliser les énergies, travailler au bien de la nation sur le long terme et préparer son avenir. L’image présidentielle (en vue de la réélection), devient le but en soi de toute politique, au détriment du bien commun. Il faut donc commencer par une modification radicale du régime politique français : revenir au septennat, rendu non renouvelable, renouer avec un véritable Gouvernement et un Parlement souverain, faciliter le referendum pour combattre la fracture démocratique. Pour l’instant, aucune opposition n’a compris cela et rien ne permet d’espérer cette prise de conscience. La France marche au chaos dans l’aveuglement général.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 03/05/2019 - 22:27
La France comme le poisson
Pourrie par la tête.
ajm
- 03/05/2019 - 18:01
Jouer sur les mots.
Mr Ganesha, ce blog est fondamentalement et idéologiquement un blog LIBERAL, que cela vous plaise ou pas. Vous seriez plus à l'aise sur des blogs gauchistes ou franchement facistes. Vous avez le culot de vous réclamer de mouvements de droite nationalistes ou au moins non libre-echangistes comme celui de mr Trump qui est un homme d'affaire au départ, évidemment et totalement libéral en matière economique. C'est la même chose pour les mouvements flamands, néerlandais, autrichiens ...qui refusent l'intrusion permanente de Bruxelles en matière d'immigration et de frontières mais qui sont aux antipodes de tout socialisme en matière de politique économique. Vous jouez sur les mots. On peut être très libéral sur le plan économique mais dans un cadre géographiquement contrôlé, éventuellement fermé à des migrations intempestives ou à des dumpings organisés d'états policiers qui n'acceptent pas la réciprocité comme la Chine.
ajm
- 03/05/2019 - 18:01
Jouer sur les mots.
Mr Ganesha, ce blog est fondamentalement et idéologiquement un blog LIBERAL, que cela vous plaise ou pas. Vous seriez plus à l'aise sur des blogs gauchistes ou franchement facistes. Vous avez le culot de vous réclamer de mouvements de droite nationalistes ou au moins non libre-echangistes comme celui de mr Trump qui est un homme d'affaire au départ, évidemment et totalement libéral en matière economique. C'est la même chose pour les mouvements flamands, néerlandais, autrichiens ...qui refusent l'intrusion permanente de Bruxelles en matière d'immigration et de frontières mais qui sont aux antipodes de tout socialisme en matière de politique économique. Vous jouez sur les mots. On peut être très libéral sur le plan économique mais dans un cadre géographiquement contrôlé, éventuellement fermé à des migrations intempestives ou à des dumpings organisés d'états policiers qui n'acceptent pas la réciprocité comme la Chine.