En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 5 heures 27 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 6 heures 2 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 7 heures 52 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 9 heures 1 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 10 heures 11 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 14 heures 8 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 14 heures 26 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 14 heures 51 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 9 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 5 heures 33 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 6 heures 41 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 8 heures 25 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 9 heures 46 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 11 heures 2 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 14 heures 30 sec
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 10 heures
© INA FASSBENDER / AFP
© INA FASSBENDER / AFP
Débat

Comment le glyphosate est devenu une névrose française

Publié le 03 mai 2019
L’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) a estimé ce mardi 2 mai que le glyphosate n’est pas cancérigène.
Marcel Kuntz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale. Il est Médaille d'Or 2017 de l'Académie d'Agriculture de France ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) a estimé ce mardi 2 mai que le glyphosate n’est pas cancérigène.

Atlantico : Alors que l'Agence américaine pour l'environnement vient de rendre un rapport qui dédouanait le glyphosate de toute nature cancérigène, la France continue de porter le combat contre le désherbant, et de nombreux titres d'articles montrent un fort pessimisme sur les conclusions scientifiques de l'agence américaine. Ne peut-on pas dire que le glyphosate est aujourd'hui devenu une obsession française ?

Marcel Kuntz : Il y a d’abord une obsession européenne des risques, qui amène souvent à sacrifier les bénéfices des technologies. En ce qui concerne les pesticides, près de 1000 molécules étaient autorisées dans l’Union Européenne au début des années 2000 et moins de 300 en 2011. Ce n’est pas forcément injustifié dans tous les cas, encore faut-il l’expliquer et ne pas laisser des fake news sur les méfaits des pesticides devenir pensée unique, alors que l’on baigne dans le précautionnisme.

La France a de plus un problème spécifique : la sur-réglementation, sous forme d’arrêté ministériel sur les modalités d’utilisation des produits phytosanitaires, de plan interministériel de réduction des risques phytosanitaires, de Grenelle de l’environnement, de plans Ecophyto….

Encore une fois, tout n’est pas à jeter, mais l’excès nuit gravement : Il y a désormais plusieurs centaines de besoins agricoles non pourvus ou mal pourvus en protection phytosanitaire. Dans certains cas, la production devient impossible et la durabilité des exploitations est en jeu. C’est le cas par exemple pour le diméthoate sur les cerises, interdit en France alors qu’il n’y a pas réellement de risque pour les consommateurs,  mais qui reste autorisé au niveau européen, d’où un handicap des producteurs de cerises français.

En  ce qui concerne le glyphosate, on peut déplorer les fausses informations, surtout  en prime time de la télévision publique, ce qui est en soi un scandale démocratique. De plus, cet herbicide a quitté l’analyse technique raisonnée pour devenir un enjeu politicien pour le gouvernement. Il s’agit de séduire une partie de l’électorat « écolo ». Le gouvernement a donc fait sien l’interdiction du glyphosate, pour aller dans le sens du vent.

Réduire son usage, s’il existe des alternatives, c’est bien, mais quand ce n’est pas le cas l’interdiction aura des conséquences négatives graves : distorsions économiques entre pays utilisateurs et pays non utilisateurs, régression des techniques de travail simplifié des sols (utiles pour leur conservation à long terme et pour le stockage de la matière organique et du CO2), augmentation de la consommation des carburants fossiles (fuel) à cause du recours accru au travail mécanique. Bref, une folie !

Atlantico : Au vu des différentes études scientifiques, que sait-on vraiment de la dangerosité du glyphosate aujourd'hui ?

Marcel Kuntz : Pendant des décennies, la molécule glyphosate a fait l’objet de multiples études dans le monde (y compris des études indépendantes par rapport à son producteur) sans qu’un risque de favoriser un cancer n’ait émergé de manière crédible (ce qui ne dispense pas de l’utiliser avec les précautions d’usage, comme tout autre produit, y compris domestique). Le glyphosate était hors des radars politico-médiatiques. Cela a changé pour deux raisons. D’abord une célèbre étude sur des rats affligés de tumeurs monstrueuses a fait la une des médias. Tout le monde a vu ces images, mais peu de personnes savent que cette étude a été retirée par le journal scientifique qui l’avait acceptée, et que des études récentes sur financements publiques (qui ont repris les expériences) ont achevé de la discréditer.

Puis, peut-être inspiré par cette étude qui illustrait le potentiel anxiogène du glyphosate, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) s’est emparé du dossier. En réalité, le CIRC n’a mené aucune « recherche », mais a décidé dans des conditions douteuses un classement du glyphosate en « probablement cancérogène pour l’homme... » (comme la viande rouge, la combustion domestique du bois, l’exposition professionnelle des coiffeurs…).

Aujourd’hui, aucune agence officielle d’évaluation des risques n’a suivi le CIRC sur le glyphosate : ni les européennes, ni les françaises, ni états-uniennes, ni du Canada, ni du Japon, ni d’Australie… Les écologistes n’ont plus d’autres arguments que d’invoquer un contrôle de Monsanto sur la « science mondiale ». Pour qui connait le fonctionnement de la science, c’est grotesque ! Mais cela a du succès dans la « démocratie des crédules »…

Atlantico : N'y a-t-il dès lors pas un problème dans le relais des conclusions scientifiques sur les questions écologiques ? Comment y remédier ? 

Marcel Kuntz : Il y a indiscutablement une diabolisation du « chimique », et notamment de l’agrochimie. L’agriculture d’autrefois est parée de toutes les vertus. Pourtant, avant le développement de l’agrochimie au XXème siècle, on utilisant déjà des produits chimiques, quelquefois hautement toxiques pour leurs utilisateurs (à base d’arsenic, de métaux toxiques, d’acide sulfurique…).

Dans ce contexte, difficile pour les médias de relayer des conclusions scientifiques complexes et contraires à l’air du temps. On peut davantage reprocher à certains de reprendre des théories du complot (les scientifiques qui seraient des « trolls » de Monsanto, et autres insinuations qui rabaissent le débat).

Mais les scientifiques ne sont pas exempts de reproches. Il existe un vrai problème avec les publications scientifiques: des études au protocole expérimental de mauvaise qualité - et donc aux conclusions fragiles - envahissent de plus en plus les journaux scientifiques. Prétendre avoir observé un impact négatif de l’agriculture moderne ou de tel produit chimique (dont le glyphosate, bien sûr !) est souvent payant pour des scientifiques sans imagination (ou à l’imagination concentrée sur leur militantisme anti-industries). Le succès médiatique est au rendez-vous, ainsi que les subventions futures, doxa catastrophiste aidant.

Les questions de santé et environnementales méritent mieux. Comme nous y invite l’ancien Ministre Bruno Durieux dans son dernier livre (Contre l’écologisme. Pour une croissance au service de l’environnement ; Éditions de Fallois), il nous faut collectivement sortir de l’idéologie sur l’écologie pour retrouver la voie de la Raison.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 06/05/2019 - 12:45
Forbane un peu d'information sur la Suede :)::)
80% des aliments proviennent de Suède donc 20% importations http://www.fao.org/3/y1669f/y1669f0f.htm
Mais que faire de Malte & d'autres dont les Kg sont plus important & qui n'ont pas plus voir inférieur aux autres en Cancer par 100000 habitants qui en utilisent moins en Kg.
https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/les-plus-gros-consommateurs-de-pesticides-en-europe/ar-BBLUpKN
cloette
- 05/05/2019 - 10:49
avec ou sans glyphosate
"Cultivons notre jardin" , avec ou sans jardin d'ailleurs .
moneo
- 04/05/2019 - 16:22
oui MAIS
Nous on a Elise Lucet et malheureusement Pierre Marie a raison de citer Proust