En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 10 min 44 sec
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 2 heures 35 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 3 heures 49 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 5 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 6 heures 25 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 7 heures 24 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 8 heures 9 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 8 heures 40 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 9 heures 4 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 9 heures 39 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 2 heures 13 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 3 heures 26 sec
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 5 heures 56 sec
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 6 heures 26 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 8 heures 4 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 8 heures 25 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 8 heures 57 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 9 heures 39 min
© INA FASSBENDER / AFP
© INA FASSBENDER / AFP
Débat

Comment le glyphosate est devenu une névrose française

Publié le 03 mai 2019
L’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) a estimé ce mardi 2 mai que le glyphosate n’est pas cancérigène.
Marcel Kuntz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale. Il est Médaille d'Or 2017 de l'Académie d'Agriculture de France ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) a estimé ce mardi 2 mai que le glyphosate n’est pas cancérigène.

Atlantico : Alors que l'Agence américaine pour l'environnement vient de rendre un rapport qui dédouanait le glyphosate de toute nature cancérigène, la France continue de porter le combat contre le désherbant, et de nombreux titres d'articles montrent un fort pessimisme sur les conclusions scientifiques de l'agence américaine. Ne peut-on pas dire que le glyphosate est aujourd'hui devenu une obsession française ?

Marcel Kuntz : Il y a d’abord une obsession européenne des risques, qui amène souvent à sacrifier les bénéfices des technologies. En ce qui concerne les pesticides, près de 1000 molécules étaient autorisées dans l’Union Européenne au début des années 2000 et moins de 300 en 2011. Ce n’est pas forcément injustifié dans tous les cas, encore faut-il l’expliquer et ne pas laisser des fake news sur les méfaits des pesticides devenir pensée unique, alors que l’on baigne dans le précautionnisme.

La France a de plus un problème spécifique : la sur-réglementation, sous forme d’arrêté ministériel sur les modalités d’utilisation des produits phytosanitaires, de plan interministériel de réduction des risques phytosanitaires, de Grenelle de l’environnement, de plans Ecophyto….

Encore une fois, tout n’est pas à jeter, mais l’excès nuit gravement : Il y a désormais plusieurs centaines de besoins agricoles non pourvus ou mal pourvus en protection phytosanitaire. Dans certains cas, la production devient impossible et la durabilité des exploitations est en jeu. C’est le cas par exemple pour le diméthoate sur les cerises, interdit en France alors qu’il n’y a pas réellement de risque pour les consommateurs,  mais qui reste autorisé au niveau européen, d’où un handicap des producteurs de cerises français.

En  ce qui concerne le glyphosate, on peut déplorer les fausses informations, surtout  en prime time de la télévision publique, ce qui est en soi un scandale démocratique. De plus, cet herbicide a quitté l’analyse technique raisonnée pour devenir un enjeu politicien pour le gouvernement. Il s’agit de séduire une partie de l’électorat « écolo ». Le gouvernement a donc fait sien l’interdiction du glyphosate, pour aller dans le sens du vent.

Réduire son usage, s’il existe des alternatives, c’est bien, mais quand ce n’est pas le cas l’interdiction aura des conséquences négatives graves : distorsions économiques entre pays utilisateurs et pays non utilisateurs, régression des techniques de travail simplifié des sols (utiles pour leur conservation à long terme et pour le stockage de la matière organique et du CO2), augmentation de la consommation des carburants fossiles (fuel) à cause du recours accru au travail mécanique. Bref, une folie !

Atlantico : Au vu des différentes études scientifiques, que sait-on vraiment de la dangerosité du glyphosate aujourd'hui ?

Marcel Kuntz : Pendant des décennies, la molécule glyphosate a fait l’objet de multiples études dans le monde (y compris des études indépendantes par rapport à son producteur) sans qu’un risque de favoriser un cancer n’ait émergé de manière crédible (ce qui ne dispense pas de l’utiliser avec les précautions d’usage, comme tout autre produit, y compris domestique). Le glyphosate était hors des radars politico-médiatiques. Cela a changé pour deux raisons. D’abord une célèbre étude sur des rats affligés de tumeurs monstrueuses a fait la une des médias. Tout le monde a vu ces images, mais peu de personnes savent que cette étude a été retirée par le journal scientifique qui l’avait acceptée, et que des études récentes sur financements publiques (qui ont repris les expériences) ont achevé de la discréditer.

Puis, peut-être inspiré par cette étude qui illustrait le potentiel anxiogène du glyphosate, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) s’est emparé du dossier. En réalité, le CIRC n’a mené aucune « recherche », mais a décidé dans des conditions douteuses un classement du glyphosate en « probablement cancérogène pour l’homme... » (comme la viande rouge, la combustion domestique du bois, l’exposition professionnelle des coiffeurs…).

Aujourd’hui, aucune agence officielle d’évaluation des risques n’a suivi le CIRC sur le glyphosate : ni les européennes, ni les françaises, ni états-uniennes, ni du Canada, ni du Japon, ni d’Australie… Les écologistes n’ont plus d’autres arguments que d’invoquer un contrôle de Monsanto sur la « science mondiale ». Pour qui connait le fonctionnement de la science, c’est grotesque ! Mais cela a du succès dans la « démocratie des crédules »…

Atlantico : N'y a-t-il dès lors pas un problème dans le relais des conclusions scientifiques sur les questions écologiques ? Comment y remédier ? 

Marcel Kuntz : Il y a indiscutablement une diabolisation du « chimique », et notamment de l’agrochimie. L’agriculture d’autrefois est parée de toutes les vertus. Pourtant, avant le développement de l’agrochimie au XXème siècle, on utilisant déjà des produits chimiques, quelquefois hautement toxiques pour leurs utilisateurs (à base d’arsenic, de métaux toxiques, d’acide sulfurique…).

Dans ce contexte, difficile pour les médias de relayer des conclusions scientifiques complexes et contraires à l’air du temps. On peut davantage reprocher à certains de reprendre des théories du complot (les scientifiques qui seraient des « trolls » de Monsanto, et autres insinuations qui rabaissent le débat).

Mais les scientifiques ne sont pas exempts de reproches. Il existe un vrai problème avec les publications scientifiques: des études au protocole expérimental de mauvaise qualité - et donc aux conclusions fragiles - envahissent de plus en plus les journaux scientifiques. Prétendre avoir observé un impact négatif de l’agriculture moderne ou de tel produit chimique (dont le glyphosate, bien sûr !) est souvent payant pour des scientifiques sans imagination (ou à l’imagination concentrée sur leur militantisme anti-industries). Le succès médiatique est au rendez-vous, ainsi que les subventions futures, doxa catastrophiste aidant.

Les questions de santé et environnementales méritent mieux. Comme nous y invite l’ancien Ministre Bruno Durieux dans son dernier livre (Contre l’écologisme. Pour une croissance au service de l’environnement ; Éditions de Fallois), il nous faut collectivement sortir de l’idéologie sur l’écologie pour retrouver la voie de la Raison.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 06/05/2019 - 12:45
Forbane un peu d'information sur la Suede :)::)
80% des aliments proviennent de Suède donc 20% importations http://www.fao.org/3/y1669f/y1669f0f.htm
Mais que faire de Malte & d'autres dont les Kg sont plus important & qui n'ont pas plus voir inférieur aux autres en Cancer par 100000 habitants qui en utilisent moins en Kg.
https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/les-plus-gros-consommateurs-de-pesticides-en-europe/ar-BBLUpKN
cloette
- 05/05/2019 - 10:49
avec ou sans glyphosate
"Cultivons notre jardin" , avec ou sans jardin d'ailleurs .
moneo
- 04/05/2019 - 16:22
oui MAIS
Nous on a Elise Lucet et malheureusement Pierre Marie a raison de citer Proust