En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Justice fiscale ?
5 milliards d’euros : la baisse d’impôt qui masquait des hausses à venir ?
Publié le 02 mai 2019
La promesse phare d'Emmanuel Macron, celle d'une baisse de cinq milliards d'euros sur l'impôt sur le revenu devrait cibler les deux premières tranches d'imposition et représenter pour celles-ci des économies comprises entre 350 et 180 euros. L'idée invoquée est-celle d'une plus grande "justice fiscale".
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La promesse phare d'Emmanuel Macron, celle d'une baisse de cinq milliards d'euros sur l'impôt sur le revenu devrait cibler les deux premières tranches d'imposition et représenter pour celles-ci des économies comprises entre 350 et 180 euros. L'idée invoquée est-celle d'une plus grande "justice fiscale".

Atlantico :  Les mesures annoncées au nom d'une plus grande "justice fiscale" comme la baisse de cinq milliards d'euros sur l'impôt vous semblent-elles être des mesures fiscalement justes ?

Philippe Crevel : Le Président Emmanuel Macron entend cibler la baisse de l’impôt sur le revenu sur les classes moyennes qui entrent dans le champ de cet impôt. Or, ce dernier est très concentré. 10 % des contribuables en acquittent 70 %. Or, ces 10 % n’ont pas bénéficié des baisses ces dernières années. Bien au contraire, ils ont subi toutes les hausses des prélèvements. Ils sont jugés riches et donc corvéables ou plutôt imposables à souhait. Ce sont les cadres supérieurs vivant à Paris. Les mesures d’Emmanuel Macron ne contribueront pas à améliorer l’acceptabilité de l’impôt. En agissant de la sorte, le Président chausse les bottes de son prédécesseur. Il réduit le nombre d’assujettis à l’impôt sur le revenu. Il faudrait réformer cet impôt en élargissant son assiette et en diminuant ses taux. En contrepartie, il serait alors imaginable de réduire le nombre des niches fiscales.

Le problème du gouvernement reste le financement d'une telle mesure. Les pistes proposées par Emmanuel Macron vous semblent-elles convaincantes ? 

C’est le problème majeur du Plan d’Emmanuel Macron. Ce dernier a indiqué qu’il remettrait en cause certaines niches fiscales dont bénéficient les entreprises. C’est une tentation facile. Les entreprises ne votent pas et pour le commun des mortels, elles peuvent payer. C’est oublié que les entreprises n’existent pas en tant que contribuable final. En effet, augmenter les prélèvements sur les charges a pour conséquence soit une pression sur les salaires, soit une augmentation des prix des biens et des services, soit une diminution des dividendes versées aux actionnaires. Or, les actionnaires, ce ne sont pas simplement des milliardaires, c’est le peuple des épargnants à travers la possession d’unités de compte ou de parts d’OPC. Certes, pour compenser l’augmentation des prélèvements, il est possible de compter sur les gains de productivité, c’est-à-dire produire plus pour moins cher grâce notamment aux innovations. Mais, le problème, c’est qu’en France, les gains de productivité sont faibles.

Le plan du Président se caractérise également par l’abandon de certaines économies. Ainsi, son engagement de supprimer 120 000 emplois de fonctionnaires n’est plus une certitude. Par ailleurs, la fin des fermetures des écoles, des hôpitaux, des maternités ne sera pas une source d’économies. De même le passage à 24 élèves par classe aura un coût important.

Quelles autres pistes aurait intérêt à suivre le gouvernement ? Doit-il envisager une augmentation des recettes ?

La France doit travailler sur les dépenses avant tout. Il faut s’inspirer des méthodes mises en place au Canada ou en Nouvelle Zélande. Des économies peuvent être réalisées en restructurant les autorités administratives indépendances qui sont devenus des administrations parallèles. Il faudra surtout remettre à plat les prestations sociales et arrêter de subventionner de nombreux secteurs d’activité. Les dépenses en faveur de l’immobilier, niches fiscales comprises, ne résolvent pas la crise du logement mais augmentent les prix d’achat et les loyers. En matière de santé, il faut responsabiliser davantage et multiplier les « zéro à charge ». Faire croire à la gratuité des soins est une illusion qui coûte très chère.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
04.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
05.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
05.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 02/05/2019 - 22:44
Rectificatif
Lire à la fin du paragraphe :" pour Ne Pas " accorder leur confiance...
ajm
- 02/05/2019 - 22:42
Sans illusion
Ces "gens là" ne sont pas en majorité des bobos mais plutôt des conservateurs classiques avec des familles. Ils votent à droite en général, mais si on leur donne un choix entre deux mauvaises possibilités ils prennent celle qui semble la moins dangereuse, sans illusion. Beaucoup de leurs enfants ou petit-enfants vivent ou sont en capacité de vivre ailleurs qu'en France au cas où. Beaucoup sont aussi ceux parmi lesquels sont encore sélectionnés par concours ( "élitisme" décrié par les gilets jaunes) les grands cadres de l'administration, de la medecine et de l'armée qui " tiennent" encore le pays, pour combien de temps ? Ils sont tondus , pas contents du tout mais suffisamment intelligents et avertis de la marche du monde pour accorder leur confiance facilement à des amateurs qui promettent tout et le contraire.
pierre de robion
- 02/05/2019 - 22:12
Macron, alias Zeus, rend inconscients....
....ceux qu'il veut tondre!
Et il a bien raison puisque de surcroît ces gens là, essentiellement des bobos d'Ile de France, votent pour lui (cf le nombre de députs LREM / MODEM en région parisienne!
Tondus et ....contents, à moins que ce ne soit du verlan!