En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

02.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

03.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

04.

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

05.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

07.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 1 heure 31 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 3 heures 58 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 4 heures 38 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 5 heures 22 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 6 heures 27 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 7 heures 7 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 7 heures 36 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 8 heures 1 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 8 heures 35 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 1 heure 59 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 3 heures 40 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 4 heures 19 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 4 heures 49 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 6 heures 27 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 7 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 7 heures 51 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 8 heures 9 min
pépites > International
Ring
Trump face à Biden : un pugilat confus, un match de boxe, plutôt qu'un débat
il y a 8 heures 51 min
© Reuters
© Reuters
Inversion de rapports de force

Pourquoi la mondialisation d’aujourd’hui se fait en effet miroir de celle du XIXe siècle

Publié le 01 mai 2019
Selon l'économiste Branko Milanovic, notre phase actuelle de la mondialisation serait un miroir de la mondialisation couvrant la période allant de la moitié du XIXe siècle jusqu'à la première guerre mondiale.
Jean-Marc Siroën
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Siroën est économiste. Il enseigne actuellement à l’université Paris Dauphine et est professeur au sein du département Master Sciences des Organisations. Il est spécialiste d’économie internationale. Il participe également au programme de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon l'économiste Branko Milanovic, notre phase actuelle de la mondialisation serait un miroir de la mondialisation couvrant la période allant de la moitié du XIXe siècle jusqu'à la première guerre mondiale.

Atlantico.fr : Dans un article publié ce 24 avril, l'économiste Branko Milanovic décrit notre phase actuelle de la mondialisation comme un miroir de la mondialisation couvrant la période allant de la moitié du XIXe siècle à la première guerre mondiale. La première étape étant celle de l'expansion de l'occident, l'étape actuelle étant celle d'un rééquilibrage avec l'Asie. Dans quelle mesure peut-on voir un lien historique "naturel" entre ces deux étapes ? 

Jean-Marc Siroën : On peut être d’accord sur un constat : l’écart de richesse entre d’une part la première puissance économique du XIX° siècle, l’Angleterre et, d’anciennes puissances industrielles comme l’Inde ou la Chine, n’a cessé de s’accroitre avec, à partir des années 1980, un retournement, qui est encore loin d’être un rattrapage. 
 
Pour Milanovic, ce qui fut vrai hier pour l’Occident, le serait demain pour l’Asie. Il faut toujours se méfier d’analogies historiques trop rapides. Si la mondialisation est un « miroir », il est très déformant. Une des critiques majeures que je fais aux travaux de Branko Milanovic, par ailleurs très éclairants, est d’attribuer toutes les évolutions économiques et sociales du monde à une mondialisation qui, par ailleurs, n’est jamais clairement définie (commerce ? capital financier ? migrations ?) ce qui laisse de côté une multitude d’autres facteurs parmi lesquels les évolutions technologiques, les changements institutionnels ou les transitions démographiques. 
 
Le découpage historique de Milanovic est contestable. D’abord, la mondialisation des trente glorieuses post-Bretton Woods n’est ni celle du XIX° siècle, ni celle des quarante dernières années. Elle se réalisait entre pays développés et marginalisait les pays du Sud. Ensuite, prendre l’Angleterre comme référence de l’Occident sur… deux siècles est extrêmement critiquable :  si au XIX° siècle, elle a fait bien mieux que la plupart des pays continentaux, elle a fait plutôt moins bien après la première et la seconde guerre mondiale. Mais surtout, la richesse (relative) anglaise n’est pas celle de l’Occident. Au XIX° siècle, les écarts au sein même de l’Europe sont extrêmement élevés avec des pays très pauvres comme l’Italie, l’Espagne, l’Irlande et même l’Allemagne, le Danemark ou la Suède dont les écarts pourraient se comparer avec ceux que présentent Milanovic pour l’Inde, la Chine et l’Indonésie à la différence que le rattrapage fut plus précoce.
 
Même si on limite la mondialisation au commerce, des différences importantes apparaissent sur les coûts de transport (qui baissent davantage au XIX° siècle qu’au XX°) et même sur les droits de douane qui restent en moyenne élevés dans certains pays protectionnistes (États-Unis, Allemagne, Russie, voir la France des tarifs Méline). Le cliché selon lequel le XIX° siècle aurait été un siècle libéral est d’ailleurs à réviser puisque ce fut aussi un siècle mercantiliste, fondé sur les conquêtes coloniales : interdiction des machines en Inde pour mieux développer l’industrie textile en Angleterre, guerre de l’opium pour ouvrir le marché chinois à la drogue produite dans les colonies asiatiques de l’Angleterre et de la France (l’actuel gouvernement chinois s’appuie d’ailleurs sur cette humiliation pour assoir son nationalisme).
 
Même si on peut s’inquiéter du néo-colonialisme chinois en Afrique, voire en Europe centrale, j’ai donc quelques difficultés à voir la « seconde » mondialisation un reflet très clair de la première. 
 
Au XIX° siècle et au début du XX°, le colonialisme a empêché la diffusion de la révolution industrielle en Asie et il faut attendre non seulement l’indépendance mais l’abandon de politiques économiques « staliniennes » et protectionnistes pour qu’ils s’engagent dans ce qui n’est encore qu’un rattrapage. Dans la croissance de ce pays, le changement de modèle économique a favorisé l’agriculture, les infrastructures et l’éducation ce qui a davantage favorisé le rattrapage que le commerce international.
 

Quels ont été les effets induits pour les populations de ces deux périodes, aussi bien en termes de migrations que de revenus ? 

 
Une des principales différences entre les deux périodes tient dans les phénomènes migratoires. Ainsi, au milieu du XIX°siècle c’est à peu près la moitié de l’Irlande qui émigre et on n’est pas loin de cette proportion pour des pays comme l’Italie ou la Prusse. Les flux migratoires de pays européens, mais aussi asiatiques (Inde, Japon, Chine) ou proche-orientaux (Liban, Turquie,) vers le nouveau monde (Etats-Unis, Argentine, Australie, Afrique du Sud, etc.) ne se voient pas dans le miroir de Milanovic car on ne trouve pas d’équivalent. Mais ils ont plus violemment encore reconfiguré l’économie mondiale que notre dernière mondialisation.
 
À partir des années 1980 et surtout 1990, si on laisse de côté (à tort !) la mondialisation financière, c’est la généralisation du libre-échange et l’expansion du commerce international qui dominent, pas les phénomènes migratoires. Ils ne sont certes pas négligeables -migration des Mexicains vers les Etats-Unis, par exemple- mais ils restent essentiellement intrarégionaux (par exemple de la savane africaine vers les villes) et sans commune mesure avec les mouvements intercontinentaux de masse du XIX° siècle.
 
Ces deux variantes de la mondialisation -commerce ou migration- n’ont pas les mêmes effets sur la distribution des revenus. Au XIX° siècle, l’émigration raréfie la main d’œuvre non qualifiée dans les pays concernés ce qui favorise la hausse des salaires et réduit les inégalités dans l’ancien-monde essentiellement européen. Le phénomène inverse a lieu dans le nouveau monde qui accueille les migrants européens ou asiatiques où les inégalités internes s’accroissent. On remarquera d’ailleurs la permanence de ce constat : les pays d’immigration du XIX° siècle, y compris les colonies (États-Unis, Brésil, Afrique du Sud…)conservent encore aujourd’hui des niveaux d’inégalités plus élevés que ceux des pays européens. 
 
A la fin du XX° siècle et jusqu’à aujourd’hui (du moins jusqu’à la crise de 2008), la délocalisation des activités intensives en main d’œuvre peu qualifiée des pays industriels vers les pays en développement, notamment, asiatiques, a permis de diffuser la révolution industrielle mais en contribuant à accroitre les inégalités dans l’« ancien monde » occidental, cette fois sans symétrie puisque les inégalités se sont souvent aussi accrues dans le « nouveau monde » notamment en Inde et en Chine. Les choses pourraient néanmoins changer. La Chine, qui a longtemps pu puiser dans le monde rural une main d’œuvre bon marché et favorisé l’émergence d’une classe moyenne urbaine voit ce réservoir s’assécher et les salaires ont augmenté rapidement ce qui pourrait conduire à la réduction les inégalités, du moins entre la classe ouvrière et les classes moyennes et supérieures. 
 

Comment interpréter la question de la fragilisation des classes moyennes et populaires occidentales, connue au cours de ces dernières décennies, dans ce processus ? 

 
Il n’y a pas de fatalité au fait que ce que gagnent certains pays soient perdus par les autres. De ce point de vue, là encore, la dernière mondialisation s’est distinguée de la précédente : elle s’est accompagnée d’une réduction des inégalités entre pays alors que celle du XIX° siècle les avait accrues comme le montre le cas de l’Inde et de la Chine. 
 
Toutefois le fait que tous les pays soient globalement « gagnants », n’empêche pas qu’à l’intérieur, une partie de la population soit perdante. 
 
Contrairement à Milanovic, je n’attribue pas à la seule mondialisation et, a fortiori, à la seule mondialisation commerciale, la fragilisation des classes moyennes et populaires, même si elle a sa part de responsabilité. Les pays occidentaux ont certes connu à partir des années 1980 une évolution de la mondialisation qui les mettait frontalement en concurrence avec les pays à bas salaires, alors que pendant les « trente glorieuses », celle-ci se réalisait avec des pays à salaires et niveaux de développement comparables. Mais les pays occidentaux ont aussi affronté de nouvelles crises économiques alimentées par une mondialisation financière spéculative qui ne doit pas grand-chose aux pays à bas salaires. Ils ont aussi connu une nouvelle révolution industrielle qui déclassait les compétences et le capital ancien et un vieillissement de la population qui impose un surcroît de transferts. Cette fragilisation d’une large partie de la population, insatisfaite du présent et inquiète de l’avenir, a déstabilisé les systèmes politiques avec l’effet pervers de rendre plus difficile encore l’adoption de mesures correctives.
 
Objectivement, on ne peut pas dire que les « gagnants » n’ont pas contribué à compenser les « perdants » comme le montre l’importance des transferts sociaux, notamment en France. Mais cette redistribution se heurte à la fois à des contraintes macro-économiques de plus en plus resserrées et au ressenti de populations légitimement plus valorisées par les revenus du travail que par les transferts sociaux. Ces derniers atténuent certes, et assez fortement, les indicateurs d’inégalités « primaires » mais avec l’effet pervers d’accroître le sentiment d’injustice chez ceux qui n’en bénéficient pas autant que ce qu’ils pensent mériter, à tort ou à raison, quand ils se comparent aux autres. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires