En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

03.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

04.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

05.

Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct

06.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

07.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 4 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 5 heures 42 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 7 heures 2 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 12 heures 12 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 12 heures 41 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 13 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 15 heures 19 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 15 heures 59 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 17 heures 39 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 5 heures 16 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 6 heures 11 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 8 heures 19 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 12 heures 27 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 12 heures 58 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 14 heures 55 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 15 heures 45 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 16 heures 7 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 17 heures 11 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 17 heures 42 min
© FRED TANNEAU / AFP
© FRED TANNEAU / AFP
Petite baisse pour tous ou grosse baisse pour quelques uns ?

5 milliards de baisse d’impôts : mais quelle répartition pour les 15 millions de Français censés en bénéficier ?

Publié le 27 avril 2019
"Baisser les impôts des classes moyennes" a été un élément structurel des annonces formulées par Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse du 25 avril. Pour ce faire, le gouvernement a choisi de baisse l’impôt sur le revenu des Français. Dans un rapport publié par l’OCDE en ce mois d’avril 2019, les classes moyennes formeraient 61% de la population du pays alors que la DGFIP indiquait, en 2016, que l’IR touchait 42% de la population, et ce, de façon très progressive.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Baisser les impôts des classes moyennes" a été un élément structurel des annonces formulées par Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse du 25 avril. Pour ce faire, le gouvernement a choisi de baisse l’impôt sur le revenu des Français. Dans un rapport publié par l’OCDE en ce mois d’avril 2019, les classes moyennes formeraient 61% de la population du pays alors que la DGFIP indiquait, en 2016, que l’IR touchait 42% de la population, et ce, de façon très progressive.

Atlantico : En quoi la structure de l’impôt sur le revenu (IR) pourrait mal se prêter à une « baisse des impôts sur les classes moyennes » ?

Michel Ruimy : A l’heure où les contribuables commencent à remplir leur déclaration d’impôts 2019, Emmanuel Macron a annoncé une baisse d’impôt sur le revenu à destination des classes moyennes.

Première embûche et elle est de taille. Il n’existe pas de définition officielle des « classes moyennes », qui est un concept multiforme. Intuitivement, ce concept traduit la volonté de dépasser une vision binaire de la Société entre dominants et dominés, la France d’en haut et celle d’en bas, entre les prolétaires et les capitalistes.

Dans une conception restrictive, les classes moyennes se définissent par leur niveau de vie. Plusieurs définitions ont été proposées. L’Observatoire des inégalités considère, par exemple, qu’elles se situent au-dessus des 30 % les plus pauvres et en-dessous des 20 % les plus aisés. Un certain nombre de travaux incluent des populations des tranches supérieures, parfois parmi les 10 % les plus aisés car, au sein de ces populations, les écarts de revenus sont considérables.

Dans une conception plus large, les classes moyennes sont des catégories qui regroupent les professions situées à un niveau social intermédiaire entre les catégories supérieures et populaires. Le cœur de ces classes est constitué par les « professions intermédiaires » (techniciens, agents de maîtrise, instituteurs…). A cet ensemble, il convient ajouter une partie des employés et des ouvriers les plus qualifiés, des cadres supérieurs (notamment ceux qui débutent).

Enfin, à l’intérieur même des classes moyennes, les niveaux de revenus et de diplôme, les modes de vie incitent à distinguer, du point de vue des revenus, les classes moyennes dites « inférieures » des classes moyennes dites « supérieures ».

Concrètement, l’INSEE classe, dans la classe moyenne, toutes les personnes dont le revenu disponible mensuel- autrement dit l’ensemble des revenus, prestations sociales comprises - est situé entre 1 350 euros et 2 487 euros (chiffres portant sur l’année 2016). Une distinction est effectuée entre les classes moyennes dites inférieures, entre 1 350 euros et 1 906 euros par mois, et les classes moyennes supérieures, entre 1 906 euros et 2 487 euros par mois.

Seconde embûche. Ces valeurs limites sont discutables car il s’agit de revenus après impôts et prestations sociales et non uniquement les revenus perçus.

Enfin, concernant la « justice fiscale », qui est au cœur des doléances des « Gilets jaunes », il faut rappeler que l’IR n’était acquitté que par 42 % des foyers fiscaux en 2016, une proportion en constante diminution. Si son principe de la progressivité reste incontesté (son taux est plus élevé pour les revenus supérieurs), la question de son universalité est toujours d’actualité. Une faiblesse qui a d’ailleurs été compensée par la création de la contribution sociale généralisée (CSG), une sorte de deuxième impôt sur le revenu, mais qui lui n’est pas progressif. Finalement, cette mesure n’est pas une avancée significative.

Bruno Le Maire a indiqué que cette baisse profiterait à 15 millions de foyers fiscaux, ce qui semble donner un indice sur la méthode. Quelles pourraient être les méthodes employées par le gouvernement d’une baisse annoncée de 5 milliards d’euros sur 15 millions de foyers fiscaux (soit une moyenne de 333 euros par foyer fiscal) ?

En 2017, la France comptait environ 38 millions de foyers fiscaux :16,5 millions de foyers imposables (42 %du total) et 21,5 millions de non imposables.En estimant que 15 millions de foyers fiscaux bénéficieraient d’une baisse d’IR, ceci signifie donc que pratiquement tout le monde en bénéficierait !

La solution qui permettrait d’arriver à satisfaire le plus grand nombre est de recourir au mécanisme de la décote et d’envisager son relèvement. Les 5 milliards d’euros de baisse d’impôt pourraient être mis en place à l’intérieur de la deuxième tranche (de 9 964 euros à 27 519 euros) pour laquelle s’applique un taux à 14%. Afin d’adoucir l’entrée des contribuables dans le bas du barème de l’IR, deux nouvelles tranches de 5 % et de 10 % pourraient être créées.

A titre d’illustration, le mécanisme de la décote en 2019 ne peut se déclencher que jusqu’à un montant limite d’imposition pour un célibataire de 1 595 euros d’impôt, ce qui représente des revenus nets imposables de 14 610 euros. Cette réforme viserait à atteindre, pour le célibataire, une annulation de son impôt jusqu’à la limite de la tranche supérieure de son impôt à 14 %. Après calcul, la décote serait donc augmentée d’environ 15 %.

Actuellement, ce dispositif de décote est envisagé à hauteur de 4,5 milliards d’euros pour 2019. La réforme le ferait donc « bondir » à 5 milliards d’euros pour 2020.

Cette mesure est peu connue des contribuables. La plupart de ceux qui en bénéficient ne le savent même pas car l’administration fiscale l’applique automatiquement. L’impact sur l’opinion publique sera donc faible. Toutefois, outre le fait de faire preuve de pédagogie pour convaincre les Français qu’il s’agit bien d’un geste en faveur du pouvoir d’achat, le gouvernement pourra compter sur le prélèvement à la source pour le rendre visible, à partir de janvier 2020.

Des classes moyennes qui ne payent pas l’impôt sur le revenu aux classes supérieures qui se « vivent » comme étant des classes moyennes en raison de leurs dépenses contraintes, quels sont les risques de voir cette réforme engendrer des « déçus » ?

En fait, la décote présente l’avantage de ne pas toucher au barème lui-même et à ses tranches. Autrement dit, elle permet de ne pas faire varier à la baisse le nombre d’assujettis tout en faisant pourtant « sortir », en pratique, encore davantage de contribuables de l’IR. De plus, même si mécaniquement, elles profiteraient à l’ensemble des contribuables imposables, les classes populaires et moyennes en seraient les premières bénéficiaires. Enfin, aucun contribuable non-imposable aujourd’hui n’entrerait dans l’impôt pour autant, le seuil d’entrée dans l’impôt restant inchangé, à 9 964 euros par an.

On voit donc que cette technique ne frustrerait personne et présenterait même des avantages pour le gouvernement en dépit de la baisse des recettes fiscales.

Si le gouvernement veut baisser l’IR pour les classes moyennes les plus modestes, il n’a pas d’autre choix que d’augmenter la décote. En effet, comme le relève l’INSEE, la baisse des taux du barème crée mécaniquement plus de « pauvres » sans, pour autant, être sûr que cette mesure n’aboutisse au même résultat (baisse de l’IR pour les classes les plus modestes). En effet, pour 2016, le revenu médian en France s’établissait à environ 21500 euros. Il était donc inférieur au « revenu fiscal » de 26791 euros pour la limite supérieure de la tranche à 14% (27 519 euros pour 2019). Tout allègement du fardeau fiscal sur cette tranche aboutirait à impacter à la hausse du revenu médian et donc à faire augmenter le taux de pauvreté. Il devrait s’en suivre mécaniquement un réajustement à la hausse des minima sociaux indexés sur ce même revenu.

De manière plus large, cette mesure éloigne également un peu plus la perspective d’un élargissement progressif de la base de l’IR, pourtant souhaitable si l’on veut parvenir à imposer 1 euro issu des revenus de remplacement ou de la solidarité comme1 euro issu du travail c’est-à-dire un renforcement de la citoyenneté fiscale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 28/04/2019 - 09:20
Pauvres ou modestes, mais pas....
Moyennes. Les classes vraiment moyennes ont compris que l'on parlait des "pauvres" que l'on qualifie de moyens pour ne pas les humilier.
Jardinier
- 27/04/2019 - 19:34
Les classes moyennes à 1350 euros,
Faut pas déconner, c'est à peine au dessus d'un revenu minimum. Et le maximum à 2500 euros, la encore c'est pas ça pour moi les classes moyennes. Entre 2000 et 5 à 10000, ça me semble plus en ligne avec l'image qu'on s'en fait.
lasenorita
- 27/04/2019 - 16:41
Il va encore faire les poches des Français qui travaillent!
En France, nous avons les plus lourds impôts et les taxes du monde parce que Macron est très ''généreux'' avec les sous des contribuables français: il veut 13,5 milliards d'euros (sur 4 ans) pour les migrants,qui arrivent de plus en plus nombreux,chez nous,tandis qu'ils ont de quoi s'occuper dans ''leur'' pays. Les sous des Français de ''la classe moyenne'', ceux qui travaillent, ne sont pas redistribués aux Français qui voient leur niveau de vie baisser! Nos budgets sont pour nourrir, loger, entretenir gratuitement les extra-Européens! Les musulmans augmentent les impôts et l'insécurité des Français ils représentent 10% de la population française et 90% de nos prisonniers sont musulmans. En prison: ils continuent à coûter très cher aux 46% des Français imposables: ils ont la télé, des consoles de jeux, un baisodrome, de la nourriture hallal, des salles de prières, le téléphone,etc..il serait plus simple de les RENVOYER dans ''leur'' pays et de les empêcher d'entrer sur notre territoire!...