En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© ISHARA S. KODIKARA / AFP
Dies Irae

Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?

Publié le 22 avril 2019
Pour comprendre pas besoin d'une calculette. Il suffit d'ouvrir les yeux.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour comprendre pas besoin d'une calculette. Il suffit d'ouvrir les yeux.

Il y a dans le journalisme une règle d'or bien connue : celle de la réception de l'événement et de la distance kilométrique. Elle est simple. Plus un fait est éloigné de nous plus notre intérêt s'émousse et plus notre émotion s'estompe. 10 morts en France font pour nous beaucoup plus de bruit que 1000 morts en Inde.

C'est sans doute regrettable mais c'est plutôt logique. Pour avoir longtemps dirigé la rubrique de politique étrangère dans un journal je savais avec combien de cadavres je devais me présenter en conférence pour mendier quelques lignes à la rédaction en chef. Mais parfois cette sacro-sainte règle peut subir de singulières distorsions.

C'est le cas si l'on compare les tragédies de Christchurch et du Sri Lanka : 50 morts ici, 200 morts là-bas. Un simple coup d'œil sur la carte permet de se rendre compte que Christchurch (Nouvelle-Zélande) qui a fait tant de bruit est plus éloigné de nous que le Sri Lanka qui en a fait beaucoup moins.

Ce n'est pas étonnant. Cette différence de traitement tient à la religion des victimes. A Christchurch des musulmans ont été assassinés par un suprémaciste blanc. La tragédie était épouvantable : les réactions furent hystériques.

La Première ministre de Nouvelle-Zélande mis le voile –signe visible de la soumission de la femme- pour communier avec les victimes. En France les journaux, les radios, les télévisions rivalisèrent d'ardeur pour dénoncer la haine antimusulmane et l'islamophobie.  On atteignit l'extase quand on découvrit que l'assassin de Christchurch avait lu Renaud Camus et que ce dernier avait été invité dans son émission par Alain Finkielkraut. On tenait enfin les deux coupables!

Rien de tel pour le Sri Lanka : les victimes sont chrétiennes. Et contrairement aux musulmans les chrétiens ne sont pas des victimes appétissantes. On nous a enfoncé dans la tête que ceux qui croient en Allah sont maltraités par nous. Et que quand ils meurent leur sang doit retomber sur nos têtes.

Les chrétiens ne peuvent prétendre à ce statut enviable. Certes ils meurent parfois et des Eglises brûlent comme chez nous. Mais leurs assassins ont toujours des contours flous qui permettent aux bienpensants de ne pas les désigner. Un jour viendra peut-être où les chrétiens las de tendre l'autre joue oublieront un peu le Christ pour s'adresser à Yahweh : c'est un Dieu vengeur !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

04.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

05.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

06.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

07.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
2bout
- 23/04/2019 - 22:03
Marseille, ville cosmopolite
Pas assez de parisiennes ♫ et trop de parisiens.
Allez l'OM !
parisien99999
- 23/04/2019 - 21:48
Bravo pour la manipulation (suite)
ca fait encore plus scandale que l’attentat de Christchurch et tout le monde le sait parfaitement. Surtout parce que les auteurs sont musulmans.

En tout cas bravo pour cette immense leçon de de manipulation d'une information à des fins racistes et anti musulmans.

Par contre, bizarrement l’auteur ne parle pas du cas où la victime serait une personne de religion juive. Et où dans un simple cas d’accident, le monde entier hurle à l’attentat et à l’antisémitisme avant même de savoir ce qu’il en est…. (rappelez-vous l’accident de l’avion-cargo EL AL à Amsterdam. Immédiatement après l’accident, Beregovoy avait fait un long speech sur l’antisémitisme et sur la haine des juifs…. Alors que c’est un écrou qui retenait le réacteur qui s’était brisé…)
parisien99999
- 23/04/2019 - 21:47
Bravo pour la manipulation
Précédent commentaire écrit avec mon smartphone. Je le remets en version correcte.

Impressionnant comment on peut interpréter une réalité pour la rendre raciste et anti musulman pour tromper les gens.

Tous les gens un peu pas trop bête (et qui ne font pas une analyse devant forcément donner un résultat anti musulman) se rendent bien compte que comme à Christchurch la population est beaucoup plus "occidentale" que le Sri Lanka, on se dit que ce qui s'est passé là-bas pourrait arriver chez nous. Parce qu'on s'identifie beaucoup plus aux habitants de ce pays. Tout simplement.

La preuve en est toute simple.

En Birmanie quand des milliers de musulmans se font massacrer tout le monde s'en fout. Idem quand une bombe fait des centaines de musulmans au Pakistan.

On s'en fout. On ne s'identifie pas aux Birmans et aux Pakistanais comme on s'identifie aux Australiens ou aux Néo-Zélandais.

C'est bien la preuve que ce n'est pas les victimes qui comptent, mais juste l'identification qu'on se fait de la majorité de la population locale.

Voyez quand un musulman tua juste une dizaine de chrétiens dans un pays dans lequel on peut s’identifier (usa, GB, Australie, etc…)