En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

69% des Français considèrent qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

07.

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

03.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Coronavirus
Virus en Chine : l’OMS prolonge sa réunion d’urgence d’une journée, les transports publics suspendus à Wuhan
il y a 2 heures 38 min
pépites > International
Soupçons
Piratage du téléphone de Jeff Bezos par l'Arabie saoudite : des experts de l'ONU réclament une enquête
il y a 5 heures 53 min
pépite vidéo > International
Tension
Incident entre Emmanuel Macron et des policiers israéliens au cœur de la Vieille Ville de Jérusalem
il y a 9 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part" de Arnaud Viard : l'amour, la tendresse et la nostalgie en partage...

il y a 11 heures 44 min
pépite vidéo > Europe
Vigilance
Les images impressionnantes de la tempête Gloria dans les Pyrénées-Orientales et en Espagne
il y a 12 heures 50 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

L’affaire des "médecins empoisonneurs" : quand Staline inventait des complots imaginaires contre les Juifs

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Economie
Larmes de crocodile

Inégalités : et le choeur des pleureuses milliardaires repris à Davos

il y a 14 heures 12 min
décryptage > Social
France

Les cercles vicieux du modèle social français

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Europe
Concurrence européenne

Post-Brexit : entre un Singapour britannique et un cavalier solitaire allemand, quel destin pour l’économie française ?

il y a 16 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

A trop célébrer l’attractivité française, on en oublie les effets pervers

il y a 17 heures 8 min
pépites > Justice
Ultimes mystères
Affaire Benalla : le témoin-clé Chokri Wakrim met en cause des membres de l’Elysée sur la question de la disparition des coffres-forts
il y a 3 heures 28 min
pépites > Politique
L'heure du bilan
69% des Français considèrent qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022
il y a 6 heures 40 min
light > Culture
"Always look on the bright side of life"
Mort de Terry Jones, membre des Monty Python et réalisateur de "La Vie de Brian"
il y a 10 heures 52 min
pépites > Politique
Bataille de chiffres
L'Association des maires de France souhaite obtenir une modification de la "circulaire Castaner" pour les municipales
il y a 12 heures 14 min
décryptage > Santé
Industrie pharmaceutique

Autorisation de médicaments : les consommateurs ont droit à la transparence

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Social
Surtout que Martinez ne se fâche pas !

CGT : Cancer Généralisé du Travail

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Social
Réforme

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Environnement
Révolution ?

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

il y a 15 heures 35 min
décryptage > Politique
Souvenirs, souvenirs

Nicolas Sarkozy présente ses voeux, c’est l’occasion de se repencher sur son mandat ou le dernier mandat présidentiel "tranquille"

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Environnement
Davos 2020

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

il y a 17 heures 24 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Match nul

Décomposition de la vie politique : raisonnables ou populistes, le match des responsabilités

Publié le 19 avril 2019
Des découvertes de Thomas Guénolé aux menaces de Nathalie Loiseau, jusqu'aux complotistes à propos de l'incendie de Notre-Dame, la parole politique peine à convaincre les Français de se déplacer pour voter
Frédéric Mas est journaliste à la rédaction de Contrepoints.org. Après des études de droit et de sciences politiques, il a obtenu un doctorat en philosophie politique (Sorbonne-Universités).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Mas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Mas est journaliste à la rédaction de Contrepoints.org. Après des études de droit et de sciences politiques, il a obtenu un doctorat en philosophie politique (Sorbonne-Universités).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des découvertes de Thomas Guénolé aux menaces de Nathalie Loiseau, jusqu'aux complotistes à propos de l'incendie de Notre-Dame, la parole politique peine à convaincre les Français de se déplacer pour voter

Atlantico : L'affaire qui oppose Thomas Guénolé, tête de liste LFI, et son désormais ancien parti montre bien une certaine hypocrisie dans le fonctionnement du parti de gauche radicale, enfermée dans des guerres intestines qui frisent le ridicule. Plus généralement, les partis politiques aujourd'hui se trouvent incapables de jouer leur rôle de corps intermédiaire face au pouvoir. Mais qu'est-ce qui fait le plus de mal à notre démocratie aujourd'hui : LREM qui se considère comme la voix incontestable d'une sorte de Cercle de la Raison, ou des partis tels que LFI, le PS ou le RN, voire LR, qui multiplient les contradictions et s'appuie sur un lyrisme qui semble fait en toc ?

Frédéric Mas : Il y a entre LREM et ses adversaires une sorte de nouvelle division des tâches entre d’un côté, comme vous le soulignez, le cercle de la raison, et de l’autre celui des passions. D’un côté, la majorité présidentielle est tellement sûre d’être le camp naturel de l’expertise et de la politique rationnelle qu’elle ne semble pas tellement pressée de convaincre et de discuter avec un public qu’elle juge globalement incompétent. De l’autre, certaines formations, comme le Rassemblement national ou la France insoumise, mais aussi LR, capitalisent sur les passions populaires, qu’elles soient identitaires ou égalitaires, pour gagner les cœurs plus que les esprits. Là non plus la discussion n’est pas possible, car la grammaire des intérêts et des passions est une logique de rapports de forces : on attend des dirigeants qu’ils soient pris en compte dans le processus de décision publique sans discuter.

Or dans les deux cas, ce qui est révélé en creux, c’est l’évaporation de la culture politique nationale. Comme l’observait le philosophe britannique Michael Oakeshott, la politique est comme une conversation commune entre les membres d’une même association civile : elle suppose, pour s’occuper des problèmes qui concernent tout le monde, de partager une éducation et une culture commune de la discussion et de la délibération rationnelle. Ce qui est ici symptomatique, c’est qu’au lieu d’un dialogue national en vue d’adopter la plus raisonnable des solutions, nous avons plutôt l’impression d’assister au fractionnement du corps social et politique, et à l’installation de monologues s’adressant à des clientèles politiques difficilement conciliables, et surtout pas très pressées de s’écouter entre elles.

Maintenant, du parti des passions ou de celui de la raison, lequel est préférable ? Il me semble assez difficile de trancher, tant les deux logiques me paraissent délétères. J’aurais toutefois tendance à préférer le camp qui entretient la culture de la raison, même si ses tenants aujourd’hui semblent avoir la fâcheuse tendance à en faire un club élitiste pour les habitants des hypercentres urbains. Il est à mon avis plus facile de revenir à l’esprit originel du gouvernement représentatif par cette voie que par celle empruntée par les populistes.

Les formes traditionnelles de parti semblaient autoriser le débat en interne, malgré des divergences réelles. Comment expliquer la disparition de la composante démocratique au sein des formations politiques ?

Les formations politiques se sont tout naturellement adaptées aux transformations de notre système institutionnel, qui se caractérise par l’hypertrophie de la fonction présidentielle. Comme tout tourne autour de la tête de l’exécutif, en particulier depuis la réforme du quinquennat, les écuries politiques sont devenues totalement dépendantes de l’élection présidentielle : c’est du champion national que dépend le succès ou l’échec des élections qu’elles soient locales, nationales ou européennes.

Souvenez-vous, la déconfiture de Hollande a précipité celle de ses élus locaux et la victoire de Macron a propulsé à l’assemblée nationale une palanquée de nouveaux venus sans expérience politique ! Cette « présidentialisation » des formations politiques incite à se comporter comme une armée orientée vers la victoire d’une seule équipe. Il n’y a pas beaucoup de place pour le pluralisme au sommet.

Il y a une raison plus sociologique à cette extinction de la culture démocratique, à savoir la montée en puissance des experts et la sclérose de la classe politique française. Les Etats-majors nationaux des partis, pour répondre aux problématiques complexes d’aujourd’hui, préfèrent piocher directement dans les grandes écoles pour se trouver des collaborateurs compétents. Ils piochent aussi dans la haute fonction publique pour se retrouver dans le maquis bureaucratique qu’est devenue la politique française. De fait, la fonction des partis, qui étaient aussi de sélectionner les militants les plus expérimentés et les plus compétents, a perdu beaucoup de sa superbe. On pense à LREM, qui est largement une formation politique fantôme sans vrais militants et dont les cadres ne sont pas vraiment issus d’un quelconque terrain qu’ils n’ont pour la plupart jamais connu.

De son côté, la culture de la démocratie de LREM type "Grand débat" est-elle plus enviable ?

Paradoxalement, l’organisation par la formation présidentielle d’un Grand débat ne tient pas à mon sens de sa culture de la démocratie, mais au contraire, de la difficulté qu’elle en a à intégrer les codes et les exigences. Il a fallu des semaines de crises des Gilets jaunes, la formalisation d’un débat avec consultation populaire pour que la classe dirigeante s’aperçoive du malaise social et économique qui traverse les classes populaires.

Oui, la pression fiscale est trop forte, oui la confiance envers les élites est écornée, oui tout ce qui permet de rapprocher le pouvoir du citoyen est bon à prendre. La culture démocratique suppose de reconnaître un minimum d’égalité, je dirais même d’empathie, entre citoyens d’une même Cité. C’est une condition essentielle pour que s’installe le dialogue et la reconnaissance mutuelle des intérêts et des revendications.

Ici, nous avons affaire à une culture bureaucratique, avec deux de ses travers les plus profonds : le premier part du principe que le citoyen-administré n’est pas compétent et n’a rien à apprendre à l’administration, le second est l’aversion de la structure bureaucratique à toute nouvelle information qui ne vient pas de la structure bureaucratique elle-même. Il y a quelque chose de symptomatique dans la façon dont LREM traite ses adversaires politiques, tour à tour désignés comme factieux, complotistes et mineurs incapables. La polarisation de la vie politique française continue, et LREM ne fait pas beaucoup d’efforts pour résorber quoi que ce soit.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

69% des Français considèrent qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

07.

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

03.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gpo
- 20/04/2019 - 16:26
Complotisme?
Nouveau mot à la mode pour justifier la censure et les insultes? Est il interdit de poser de questions remettre des hypothèses ?
Ça suffit. ..
hoche38
- 20/04/2019 - 09:12
Il faut bien gagner sa croute
mais voir dans nos Marcheurs emmacronés le dernier conservatoire de la raison en politique a quelque chose de "jubilatoire", comme on disait chez les bobos.
Jardinier
- 19/04/2019 - 16:52
Fermer feissenheim,
C'est la raison ?