En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

06.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

07.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 7 heures 59 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 10 heures 24 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 11 heures 37 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 13 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 14 heures 14 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 15 heures 13 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 15 heures 57 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 16 heures 29 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 16 heures 53 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 17 heures 28 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 10 heures 1 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 10 heures 49 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 12 heures 49 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 13 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 15 heures 53 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 16 heures 14 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 16 heures 46 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 16 heures 59 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 17 heures 28 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Match nul

Décomposition de la vie politique : raisonnables ou populistes, le match des responsabilités

Publié le 19 avril 2019
Des découvertes de Thomas Guénolé aux menaces de Nathalie Loiseau, jusqu'aux complotistes à propos de l'incendie de Notre-Dame, la parole politique peine à convaincre les Français de se déplacer pour voter
Frédéric Mas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Mas est journaliste à la rédaction de Contrepoints.org. Après des études de droit et de sciences politiques, il a obtenu un doctorat en philosophie politique (Sorbonne-Universités).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des découvertes de Thomas Guénolé aux menaces de Nathalie Loiseau, jusqu'aux complotistes à propos de l'incendie de Notre-Dame, la parole politique peine à convaincre les Français de se déplacer pour voter

Atlantico : L'affaire qui oppose Thomas Guénolé, tête de liste LFI, et son désormais ancien parti montre bien une certaine hypocrisie dans le fonctionnement du parti de gauche radicale, enfermée dans des guerres intestines qui frisent le ridicule. Plus généralement, les partis politiques aujourd'hui se trouvent incapables de jouer leur rôle de corps intermédiaire face au pouvoir. Mais qu'est-ce qui fait le plus de mal à notre démocratie aujourd'hui : LREM qui se considère comme la voix incontestable d'une sorte de Cercle de la Raison, ou des partis tels que LFI, le PS ou le RN, voire LR, qui multiplient les contradictions et s'appuie sur un lyrisme qui semble fait en toc ?

Frédéric Mas : Il y a entre LREM et ses adversaires une sorte de nouvelle division des tâches entre d’un côté, comme vous le soulignez, le cercle de la raison, et de l’autre celui des passions. D’un côté, la majorité présidentielle est tellement sûre d’être le camp naturel de l’expertise et de la politique rationnelle qu’elle ne semble pas tellement pressée de convaincre et de discuter avec un public qu’elle juge globalement incompétent. De l’autre, certaines formations, comme le Rassemblement national ou la France insoumise, mais aussi LR, capitalisent sur les passions populaires, qu’elles soient identitaires ou égalitaires, pour gagner les cœurs plus que les esprits. Là non plus la discussion n’est pas possible, car la grammaire des intérêts et des passions est une logique de rapports de forces : on attend des dirigeants qu’ils soient pris en compte dans le processus de décision publique sans discuter.

Or dans les deux cas, ce qui est révélé en creux, c’est l’évaporation de la culture politique nationale. Comme l’observait le philosophe britannique Michael Oakeshott, la politique est comme une conversation commune entre les membres d’une même association civile : elle suppose, pour s’occuper des problèmes qui concernent tout le monde, de partager une éducation et une culture commune de la discussion et de la délibération rationnelle. Ce qui est ici symptomatique, c’est qu’au lieu d’un dialogue national en vue d’adopter la plus raisonnable des solutions, nous avons plutôt l’impression d’assister au fractionnement du corps social et politique, et à l’installation de monologues s’adressant à des clientèles politiques difficilement conciliables, et surtout pas très pressées de s’écouter entre elles.

Maintenant, du parti des passions ou de celui de la raison, lequel est préférable ? Il me semble assez difficile de trancher, tant les deux logiques me paraissent délétères. J’aurais toutefois tendance à préférer le camp qui entretient la culture de la raison, même si ses tenants aujourd’hui semblent avoir la fâcheuse tendance à en faire un club élitiste pour les habitants des hypercentres urbains. Il est à mon avis plus facile de revenir à l’esprit originel du gouvernement représentatif par cette voie que par celle empruntée par les populistes.

Les formes traditionnelles de parti semblaient autoriser le débat en interne, malgré des divergences réelles. Comment expliquer la disparition de la composante démocratique au sein des formations politiques ?

Les formations politiques se sont tout naturellement adaptées aux transformations de notre système institutionnel, qui se caractérise par l’hypertrophie de la fonction présidentielle. Comme tout tourne autour de la tête de l’exécutif, en particulier depuis la réforme du quinquennat, les écuries politiques sont devenues totalement dépendantes de l’élection présidentielle : c’est du champion national que dépend le succès ou l’échec des élections qu’elles soient locales, nationales ou européennes.

Souvenez-vous, la déconfiture de Hollande a précipité celle de ses élus locaux et la victoire de Macron a propulsé à l’assemblée nationale une palanquée de nouveaux venus sans expérience politique ! Cette « présidentialisation » des formations politiques incite à se comporter comme une armée orientée vers la victoire d’une seule équipe. Il n’y a pas beaucoup de place pour le pluralisme au sommet.

Il y a une raison plus sociologique à cette extinction de la culture démocratique, à savoir la montée en puissance des experts et la sclérose de la classe politique française. Les Etats-majors nationaux des partis, pour répondre aux problématiques complexes d’aujourd’hui, préfèrent piocher directement dans les grandes écoles pour se trouver des collaborateurs compétents. Ils piochent aussi dans la haute fonction publique pour se retrouver dans le maquis bureaucratique qu’est devenue la politique française. De fait, la fonction des partis, qui étaient aussi de sélectionner les militants les plus expérimentés et les plus compétents, a perdu beaucoup de sa superbe. On pense à LREM, qui est largement une formation politique fantôme sans vrais militants et dont les cadres ne sont pas vraiment issus d’un quelconque terrain qu’ils n’ont pour la plupart jamais connu.

De son côté, la culture de la démocratie de LREM type "Grand débat" est-elle plus enviable ?

Paradoxalement, l’organisation par la formation présidentielle d’un Grand débat ne tient pas à mon sens de sa culture de la démocratie, mais au contraire, de la difficulté qu’elle en a à intégrer les codes et les exigences. Il a fallu des semaines de crises des Gilets jaunes, la formalisation d’un débat avec consultation populaire pour que la classe dirigeante s’aperçoive du malaise social et économique qui traverse les classes populaires.

Oui, la pression fiscale est trop forte, oui la confiance envers les élites est écornée, oui tout ce qui permet de rapprocher le pouvoir du citoyen est bon à prendre. La culture démocratique suppose de reconnaître un minimum d’égalité, je dirais même d’empathie, entre citoyens d’une même Cité. C’est une condition essentielle pour que s’installe le dialogue et la reconnaissance mutuelle des intérêts et des revendications.

Ici, nous avons affaire à une culture bureaucratique, avec deux de ses travers les plus profonds : le premier part du principe que le citoyen-administré n’est pas compétent et n’a rien à apprendre à l’administration, le second est l’aversion de la structure bureaucratique à toute nouvelle information qui ne vient pas de la structure bureaucratique elle-même. Il y a quelque chose de symptomatique dans la façon dont LREM traite ses adversaires politiques, tour à tour désignés comme factieux, complotistes et mineurs incapables. La polarisation de la vie politique française continue, et LREM ne fait pas beaucoup d’efforts pour résorber quoi que ce soit.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gpo
- 20/04/2019 - 16:26
Complotisme?
Nouveau mot à la mode pour justifier la censure et les insultes? Est il interdit de poser de questions remettre des hypothèses ?
Ça suffit. ..
hoche38
- 20/04/2019 - 09:12
Il faut bien gagner sa croute
mais voir dans nos Marcheurs emmacronés le dernier conservatoire de la raison en politique a quelque chose de "jubilatoire", comme on disait chez les bobos.
Jardinier
- 19/04/2019 - 16:52
Fermer feissenheim,
C'est la raison ?