En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 3 heures 12 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 4 heures 14 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 5 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 7 heures 25 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 8 heures 59 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 12 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 9 heures 50 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 10 heures 21 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 10 heures 56 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 11 heures 12 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 3 heures 32 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 4 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 7 heures 15 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 7 heures 37 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 9 heures 42 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 10 heures 52 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 11 heures 1 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 11 heures 26 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Eclatement de l'offre politique

58% d’abstention aux Européennes malgré 12 listes en présence : les Français sont-ils des enfants gâtés de la démocratie ou les orphelins d’une vraie-fausse variété de l’offre politique ?

Publié le 15 avril 2019
La profusion d'offres politiques pour les européennes, résultat de la recomposition du paysage politique en 2017, ne semble pas être en mesure de répondre aux attentes des Français.
Chloé Morin est Chargée de projets internationaux chez IPSOS, ancienne conseillère en charge de l'opinion publique au sein du cabinet du Premier ministre Jean-Marc Ayrault puis Manuel Valls, de 2012 à 2016.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est Chargée de projets internationaux chez IPSOS, ancienne conseillère en charge de l'opinion publique au sein du cabinet du Premier ministre Jean-Marc Ayrault puis Manuel Valls, de 2012 à 2016.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La profusion d'offres politiques pour les européennes, résultat de la recomposition du paysage politique en 2017, ne semble pas être en mesure de répondre aux attentes des Français.

Atlantico : Avec 15 listes potentielles pour les élections européennes, les Français sont confrontés à un choix politique fortement diversifié, sans que pour autant ne se dessine une forme enthousiasme, d'intérêt, de capacité de former une majorité, ou de consensus derrière l'une ou l'autre formation. Comment expliquer ce paradoxe ?

Chloé Morin : Clairement, loin d’être perçue comme une richesse, la dispersion engendre la confusion. Notons que c’était déjà le cas lors des législatives : il y avait beaucoup de nouveaux candidats, et nombre d’électeurs se disaient désorientés face à un paysage politique en pleine transformation. Les repères d’hier sont effacés, mais le « nouveau monde » organisé autour du clivage ouverts/fermés, progressistes/populistes ne semble pas non plus tout à fait au goût de tous - LREM et le RN, qui incarnent ce clivage, ne rassemblent après tout que44,5% des votes dans notre dernière enquête électorale IPSOS pour Le Monde et le CEVIPOF...
Cette dispersion joue clairement en faveur des forces établies, installée dans le paysage, dont le positionnement global paraît clair. LREM, perçu comme clairement pro-européen quitte à être trop associé au « statu quo ». Le RN, clairement anti-européen. Et entre ces deux pôles, une fragmentation et une confusion incroyables. Le débat du 12 sur France 2 illustrait parfaitement cette impression de cacophonie...
Les forces nouvelles, comme Générations, ou en cours de transformation et de reconfiguration idéologique, comme LR ou le PS, pâtissent de cette situation. Les électeurs ne perçoivent pas - encore?- quelle est leur offre politique. Reste à savoir si certains parviendront, à la faveur de la campagne, à percer le voile de la confusion et amorcer une dynamique. Car à ce stade, ce qui est frappant, c’est qu’il n’y a aucune réelle dynamique dans cette campagne.

Quelles sont les racines de cette divergence apparente entre l'offre politique proposée aux Français et la demande des citoyens ? 

Ce n’est pas parce qu’une déception est majoritaire qu’elle se transforme nécessairement en offre politique alternative cohérente. A ce stade, et c’est un immense avantage stratégique pour Emmanuel Macron depuis mai 2017, notre paysage politique compte un front d’opposition extrêmement fragmenté. 
Une majorité de Français, installés dans le rejet du pouvoir, semblent désormais savoir ce dont ils ne veulent plus, mais n’ont pas pour autant trouvé leur bonheur dans l’offre des oppositions actuelles. 
Et c’est compréhensible :
- Il y a, à gauche de LREM, trois forces politiques dont les électeurs sont extrêmement proches sur le plan des valeurs, qui pourraient ensemble prétendre à la 3e place de cette élection, et dont on peine à comprendre le sens de leurs divisions.
- A droite, LR a joué la carte du renouveau avec Bellamy, et son entrée en campagne est assez intéressante, en tout cas moins décevante que les commentateurs avaient initialement voulu le croire. Mais Les Républicains peinent encore à justifier leur utilité par rapport à un Président largement perçu comme menant une politique de droite, qui plus est plus courageuse que celle menée par la droite elle-même lorsqu’elle a exercé le pouvoir…
 
Si l’on prend le problème non pas à partir de l’offre politique, mais à partir de la demande des électeurs, il existe là encore des lignes de faille qui expliquent la dispersion et donc la paralysie des fronts d’opposition. Le clivage entre la France « ouverte », optimiste, incluse, et celle qui craint la mondialisation, le déclin collectif et le déclassement individuel, a pris le dessus, mais il n’a pas effacé les multiples autres lignes de fracture qui divisent le pays. Ces fossés qui se creusent sans cesse compliquent d’autant plus la constitution d’une offre politique alternative à celle du pouvoir et à vocation majoritaire. 
Ajoutons à cela que pour construire une dynamique politique, ce qui fonctionne le mieux dans le paysage actuel c’est le clash, l’affrontement, la désignation d’ennemis, de boucs émissaires… autant d’attitudes qui créent davantage encore de tension et de divisions, et n’incitent pas au compromis et à la réconciliation...

Cette situation est-elle une particularité française ?

Si par « situation » vous entendez une reconfiguration profonde des clivages et donc du paysage politique, alors non, la situation Française n’est pas nouvelle. L’effondrement du « vieux monde » nous a sans doute paru extrêmement soudain, mais les plaques tectoniques sur lesquelles reposaient nos clivages partisans étaient en réalité en mouvement depuis longtemps. Et les mêmes mouvements sont à l’oeuvre ailleurs en Europe : montée de l’insécurité culturelle en Europe, sur fond de peur de l’immigration et du terrorisme, rejet du « système » politique et des élites, sentiment que les règles du jeu sont faussées en faveur des puissants, crainte du déclassement collectif et individuel, transformation de la composition ethnique de nos sociétés (la « diversité » est devenue une réalité)… autant de tendances de fond, que l’on retrouve aux Etats Unis, comme dans la plupart des pays Européens, et auxquelles les partis de gouvernement, souvent issus d’une longue histoire et focalisés sur la préservation du statu-quo, n’ont pas su adapter leur offre idéologique. 
Dès lors que nos sociétés ont changé, de nouvelles offres fleurissent partout, et les offres politiques obsolètes meurent à petit feu ou sont appelées à se transformer radicalement. Un tel processus paraît tout à fait normal, même s’il engendre une grande confusion. Reste à savoir combien de temps cette forme de transition démocratique et idéologique durera…
 
J’ajoute que les Gilets jaunes sont sans doute l’expression de l'insatisfaction d’une partie du pays face à l’offre politique actuelle, et de l’incapacité des partis politiques institutionnalisés à capter les aspirations et y apporter des réponses. De ce point de vue, le cas Français est en effet assez unique : nulle part ailleurs - dans des pays à niveau de développement et modèle démocratique comparable - on n’a vu le débat démocratique sortir de sont lit naturel aussi brutalement, pour inonder les rues. Le parallèle avec le mouvement 5 étoiles est d’ailleurs assez limité, car celui-ci avait su s’institutionnaliser, ce que les Gilets jaunes ne veulent ou ne parviennent à ce stade pas à faire. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 15/04/2019 - 11:32
Moi,je voterai...
pour ''faire barrage'' aux immigrationnistes (les gauchistes et les macronnistes) Je voterai pour le candidat qui promet de STOPPER l'immigration musulmane! Ceux qui ne voteront pas ne devront pas se plaindre ensuite si des BARBARES musulmans égorgent et violent leur femmes et leurs filles, vendent de la drogue à leurs enfants,etc..etc...Beaucoup de Français qui n'ont pas voté aux ''présidentielles'', se plaignent, maintenant, du gouvernement de Macron! Je fais partie de ''la majorité silencieuse'', des ''Français moyens'' qui en ont MARRE de se faire plumer par les islamo-collabos qui nous gouvernent et qui n'assurent pas la ''sécurité'' des Français! Le devoir numéro 1 d'un Etat est d'assurer la sécurité des biens et des personnes.. or, Macron me pique des sous pour les donner aux terroristes qui nous envahissent (et qui m'ont chassée de mon pays natal) au lieu de RENVOYER les délinquants ''étrangers'' dans ''leur'' pays!
henri beauclerc
- 15/04/2019 - 11:29
A quoi bon aller voter pour les élections européennes ?
Pourquoi donc aller voter pour les élections européennes ? L'Union Européenne est un dévoiement du projet européen dont la majorité des Français ne veut plus. Ils savent depuis le référendum bafoué de 2005 que cette "construction" supra-étatique est totalement verrouillée pour échapper aux tentations démocratiques et au contrôle des peuples. Il n'y a aucune possibilité d'évolution interne de l'UE et les britanniques l'ont bien compris. La solution passe par les élections internes à la France et l'émergence d'une politique de sortie de l'UE et de l'€.
FREXIT vite !
J'accuse
- 15/04/2019 - 09:34
Mascarade
Tous les candidats veulent la même chose: qu'ils vivent confortablement de nos impôts en nous imposant leurs visions.
Ils proposent des programmes différents, mais ce ne sont que des illusions de démocratie, des leurres pour piéger les citoyens.
La politique de l'UE ne changera pas d'un iota, quels que soient les résultats. Et tout le monde le sait.