En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© DR
Atlanti-culture
Dans le faisceau des vivants : pour l'amour des langues et de la littérature
Publié le 10 avril 2019
Marine Baron est chroniqueuse pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marine Baron pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marine Baron est chroniqueuse pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

LIVRE

DANS LE FAISCEAU DES VIVANTS

DE VALERIE ZENATTI

EDITIONS DE L’OLIVIER 

 160 PAGES 

 16.50 EURO

 

RECOMMANDATION

             EXCELLENT

THÈME

Valérie, auteure et traductrice, apprend la mort d’Aharon Appelfeld, auteur de renommée mondiale dont elle a traduit les livres de l’hébreu vers le français. Cette disparition représente pour elle à la fois la perte d’un ami, d’un père spirituel, mais aussi celle de la matière de son travail et peut-être même du sens qu’elle a donné à sa propre vie. Elle retrace ses souvenirs de l’homme et l’histoire personnelle de ce dernier, laquelle a été marquée par une enfance au cœur de la barbarie de la Shoa et d’une vie poursuivie par un déracinement en Israël, dans une nouvelle langue qui deviendra celle dans laquelle il écrira.

POINTS FORTS

-Le livre tourne autour d’un auteur étant en lui-même fascinant en tant que personnage : Aharon Appelfeld est un écrivain de talent et un être hors du commun, à la fois sage et espiègle, pudique et intrusif, chaleureux et rude. Et, quand bien même le lecteur connaîtrait d’ores et déjà l’histoire de la vie de cet homme, il est encore fascinant de se replonger en elle, tant elle est exceptionnelle.

-Le livre est marqué par un thème original qui interroge la relation entre un auteur et sa traductrice. L’occasion d’une réflexion intéressante sur les langues, les sonorités de l’hébreu et du français, le lien intime qui unit l’auteur du texte original et celui ou celle qui doit en transmettre avant tout l’esprit, sans jamais pouvoir en délivrer la copie conforme.

-L’écriture du texte sonne juste, avec précision, utilisant des images tout à fait parlantes qui définissent le vide, l’absence, la violence que peuvent représenter les souvenirs de l’être qui n’est plus là et le sentiment d’irréalité qui les accompagne.

POINTS FAIBLES

Ce livre est à la fois puissant et, de façon assumée, assez monomaniaque. Tournant autour du deuil du personnage central, Aharon Appelfeld, il ne s’éloigne pas de son unique sujet, certes très riche mais évidemment très spécifique. Les lecteurs qui ne connaissent Aharon Appelfeld que de nom, qui s’attendent à des rebondissements palpables ou à un peu de légèreté narrative, pourront être déçus.

EN DEUX MOTS 

Un livre émouvant et bien écrit, une déclaration d’amour à un auteur mais aussi aux langues et à la littérature.

UN EXTRAIT

« Notre première rencontre a été une rencontre entre une lectrice et un livre, entre une lectrice et un écrivain dont j’ignorais tout hormis le nom, Aharon Appelfeld. J’avais la chance de pouvoir lire le texte à la fois dans sa langue originale, l’hébreu, et dans sa traduction française, je faisais l’aller-retour entre les deux langues, pénétrée à chaque page par le sentiment qu’un mystère palpitait sous chaque phrase, et jusque sous les traits anxieux des Juifs qui n’avaient jamais mis les pieds à la synagogue et s’y trouvaient piégés à la veille d’être déportés, rampant vers le rabbin responsable à leurs yeux de leurs malheurs : à cause de lui ils avaient été désignés comme Juifs, et ils le torturaient toute la nuit, dans une scène qui tenait en une demi-page et ouvrait un abîme d’horreur hallucinée ; ce mystère semblait tantôt être le filtre par lequel Bruno regardait le monde et tantôt le monde lui-même en train de basculer dans une réalité qui n’avait plus rien à voir avec la réalité, et la langue limpide qui servait ces visions distillait en moi une intranquillité que rien ne pouvait atténuer, si ce n’était d’affirmer un jour : je veux traduire Aharon Appelfeld ». p 35

L'AUTEUR

Valérie Zenatti est une écrivaine, traductrice et scénariste française née à Nice en 1970. Elle a également été enseignante et journaliste. On lui doit plusieurs romans pour enfants dont Une montre pour Grandir (1999) et Le Secret de Micha (2002), ainsi que des romans pour adultes, dont En retard pour la guerre (2006) et Mariage Blanc (2012). Elle a traduit plus d’une dizaine de livres d’Aharon Appelfeld de l’hébreu vers le français, dont le célèbre récit Histoire d’une vie, publié dans notre langue en 2004. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
05.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
06.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
07.
Comment les socialistes en sont arrivés à se demander ce qu'est le vrai vote utile pour eux
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 11/04/2019 - 16:44
Loiseau
Mon dieu c’est une «  sans dent » jamais un sourire et laide comme elle et un sourire de temps en temps elle serait moins laide