En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les vertus du low cost aérien

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 2 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 2 heures 50 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 6 heures 16 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 7 heures 11 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 7 heures 56 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 8 heures 54 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 11 heures 10 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 11 heures 57 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 12 heures 39 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 2 heures 37 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 3 heures 14 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 6 heures 38 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 7 heures 32 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 8 heures 11 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 11 heures 31 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 12 heures 23 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 14 heures 16 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Mauvaise route ?

Taxe Gafa : Monsieur le président, voilà pourquoi une Start-up nation devrait montrer l’exemple

Publié le 10 avril 2019
Depuis le 9 avril, le Parlement a entamé la discussion du projet de loi destiné à créer une nouvelle taxation sur le chiffre d’affaires généré par certaines entreprises du numérique.
Giuseppe de Martino
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franco-italien, Giuseppe de Martino a commencé sa carrière chez Arte avant de prendre la Direction Générale de DailyMotion jusqu’à sa revente à Vivendi. Il dirige depuis Loopsider, le media pureplayer qu’il a fondé. Outre sa carrière de dirigeant d...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le 9 avril, le Parlement a entamé la discussion du projet de loi destiné à créer une nouvelle taxation sur le chiffre d’affaires généré par certaines entreprises du numérique.

Qualifiée à tort de taxe GAFA, en référence à l’acronyme formé par les quatre acteurs majeurs du numérique (Google, Amazon, Facebook, Apple), cette mesure vise à adresser un des enjeux forts de la transformation numérique de notre société : comment la valeur nouvellement créée doit-elle être appréhendée par l’impôt ?

Depuis plus de 8 ans, de nombreux projets sont discutés. Le premier est entre les mains de l’Organisation pour la Coopération et le Développement économique (OCDE). En lien avec l’ensemble des pays du G20, les États y envisagent une réforme massive de la fiscalité internationale. Les premières briques ont déjà été adoptées. Les prochaines - destinées à prendre en compte les effets du numérique - seront étudiées dans quelques semaines. Le second projet est porté par Bruno Le Maire, qui a tenté de convaincre l’ensemble de nos partenaires européens d’adopter une fiscalité dédiée pour les acteurs du numérique venant se superposer à la fiscalité classique des entreprises.

La France démarre donc aujourd’hui la discussion d’une mesure unilatérale de taxation des entreprises du numérique. Elle repose sur un faux postulat, répété régulièrement selon lequel les grandes entreprises du numérique n’auraient acquitté que 9% d’impôt sur les sociétés. Or, et les chiffres publics le démontrent, les entreprises en question ont payé entre 22 et 29% d’impôts au cours de ces dernières années. Les États-Unis, tout comme le Japon, ont en effet mis en œuvre des mécanismes afin que leurs entreprises payent un minimum d’impôt sur leur territoire.

La question n’est donc pas celle du montant de l’impôt payé par les acteurs du numérique, mais bien du lieu où cet impôt est payé. Et en cela, l’Association des Services Internet Communautaires (ASIC) et ses membres rejoignent la préoccupation du Président de la République mais aussi d’une majorité des Français qui appellent de leur vœux une meilleure répartition de l’impôt entre les pays. Depuis plusieurs années, nous appelons tous à une adoption rapide des travaux de l’OCDE.

Hélas, la solution discutée actuellement en France ne règle pas ce problème. Au contraire, elle va avoir plusieurs effets de bords, non voulus. Tout d’abord, cette taxation sera répercutée sur les consommateurs. Plusieurs études le démontrent. Le Ministre de l’économie lui-même a concédé une augmentation des prix de 0,4% sur les places de marché sur internet. Ensuite, les entreprises soumises à cette double imposition devront revoir leurs ambitions en matière d’investissements, d’innovation ou même de création d’emplois. Une taxe sur le chiffre d’affaires d’une entreprise faiblement bénéficiaire, c’est une taxe sur sa capacité d’innovation et de développement. Enfin, on peut s’interroger sur l’image que cette taxe renverra de la France à un moment où tous nos autres partenaires comme l’Espagne, la Belgique, le Portugal, mais aussi l’Australie ou encore l’Italie ont décidé de ne pas poursuivre cette idée et de plutôt soutenir une solution rapide au niveau de l’OCDE.

Monsieur le Président, cette taxe est aussi à l’opposé de l’ensemble des valeurs que vous défendez depuis de nombreuses années. Elle promeut l’unilatéralisme - voire une situation de guerre commerciale avec certains États, alors que la France entend soutenir le multilatéralisme. Les entreprises françaises présentes à l’étranger seront les premières à payer les conséquences de cette taxe. Par ailleurs, celle-ci cherche à répondre à un problème complexe par une solution avant tout politique et dont le rendement espéré ne dépassera sans doute pas 200 millions, loin des chiffres avancés sans étude d’impact sérieuse... Enfin, elle s’oppose à l’attente des Français qui, tout en soutenant le principe d’une meilleure justice fiscale, s’opposent à toute mesure fiscale qui impacterait le prix des produits, isolerait la France sur la scène internationale ou ne serait une réponse de court terme.

Aujourd’hui, Monsieur le Président, il ne s’agit pas de reculer. Il s’agit d’avancer vers une solution qui permettra d’obtenir une meilleure justice fiscale, une répartition équitable de la valeur entre les divers États tout en maintenant l’attractivité de la France. La seule solution que la France devrait soutenir, c’est celle de l’OCDE. A tout le moins, il est aujourd’hui plus que nécessaire qu’une réévaluation complète de la mesure envisagée et de son impact sur la France, ses entreprises, ses consommateurs et son attractivité soit réalisée.

Lors de la campagne, vous le répétiez régulièrement : la force politique, c’est aussi de dire quand on se trompe. Cette taxe sur le numérique en est le parfait exemple. Alors que tout le monde s’accorde sur l’objectif final, la solution telle que proposée est, pour reprendre les propos d’un ancien membre du Gouvernement, la “pire des solutions”. La France, start-up nation, doit montrer l’exemple. Et non pas s’isoler.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires