En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 19 min 18 sec
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 1 heure 36 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 3 heures 57 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 6 heures 6 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 7 heures 2 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 8 heures 5 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 8 heures 28 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 9 heures 29 min
décryptage > International
Exemple taïwanais

Taïwan : les leçons médicales et politiques d’une stratégie réussie face au Coronavirus

il y a 10 heures 27 min
décryptage > Politique
Impact de la crise sanitaire

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

il y a 11 heures 26 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 55 min 48 sec
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 3 heures 20 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 5 heures 32 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 6 heures 37 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 7 heures 38 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 8 heures 18 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 10 heures 10 min
décryptage > France
Voeux dangereux

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Paradoxe : alors que Bruxelles est incapable d’empêcher un désastre économique, les médecins et chercheurs réussissent à coopérer comme jamais pour limiter un désastre humain

il y a 11 heures 48 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Mauvaise route ?

Taxe Gafa : Monsieur le président, voilà pourquoi une Start-up nation devrait montrer l’exemple

Publié le 10 avril 2019
Depuis le 9 avril, le Parlement a entamé la discussion du projet de loi destiné à créer une nouvelle taxation sur le chiffre d’affaires généré par certaines entreprises du numérique.
Franco-italien, Giuseppe de Martino a commencé sa carrière chez Arte avant de prendre la Direction Générale de DailyMotion jusqu’à sa revente à Vivendi. Il dirige depuis Loopsider, le media pureplayer qu’il a fondé. Outre sa carrière de dirigeant d...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Giuseppe de Martino
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franco-italien, Giuseppe de Martino a commencé sa carrière chez Arte avant de prendre la Direction Générale de DailyMotion jusqu’à sa revente à Vivendi. Il dirige depuis Loopsider, le media pureplayer qu’il a fondé. Outre sa carrière de dirigeant d...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le 9 avril, le Parlement a entamé la discussion du projet de loi destiné à créer une nouvelle taxation sur le chiffre d’affaires généré par certaines entreprises du numérique.

Qualifiée à tort de taxe GAFA, en référence à l’acronyme formé par les quatre acteurs majeurs du numérique (Google, Amazon, Facebook, Apple), cette mesure vise à adresser un des enjeux forts de la transformation numérique de notre société : comment la valeur nouvellement créée doit-elle être appréhendée par l’impôt ?

Depuis plus de 8 ans, de nombreux projets sont discutés. Le premier est entre les mains de l’Organisation pour la Coopération et le Développement économique (OCDE). En lien avec l’ensemble des pays du G20, les États y envisagent une réforme massive de la fiscalité internationale. Les premières briques ont déjà été adoptées. Les prochaines - destinées à prendre en compte les effets du numérique - seront étudiées dans quelques semaines. Le second projet est porté par Bruno Le Maire, qui a tenté de convaincre l’ensemble de nos partenaires européens d’adopter une fiscalité dédiée pour les acteurs du numérique venant se superposer à la fiscalité classique des entreprises.

La France démarre donc aujourd’hui la discussion d’une mesure unilatérale de taxation des entreprises du numérique. Elle repose sur un faux postulat, répété régulièrement selon lequel les grandes entreprises du numérique n’auraient acquitté que 9% d’impôt sur les sociétés. Or, et les chiffres publics le démontrent, les entreprises en question ont payé entre 22 et 29% d’impôts au cours de ces dernières années. Les États-Unis, tout comme le Japon, ont en effet mis en œuvre des mécanismes afin que leurs entreprises payent un minimum d’impôt sur leur territoire.

La question n’est donc pas celle du montant de l’impôt payé par les acteurs du numérique, mais bien du lieu où cet impôt est payé. Et en cela, l’Association des Services Internet Communautaires (ASIC) et ses membres rejoignent la préoccupation du Président de la République mais aussi d’une majorité des Français qui appellent de leur vœux une meilleure répartition de l’impôt entre les pays. Depuis plusieurs années, nous appelons tous à une adoption rapide des travaux de l’OCDE.

Hélas, la solution discutée actuellement en France ne règle pas ce problème. Au contraire, elle va avoir plusieurs effets de bords, non voulus. Tout d’abord, cette taxation sera répercutée sur les consommateurs. Plusieurs études le démontrent. Le Ministre de l’économie lui-même a concédé une augmentation des prix de 0,4% sur les places de marché sur internet. Ensuite, les entreprises soumises à cette double imposition devront revoir leurs ambitions en matière d’investissements, d’innovation ou même de création d’emplois. Une taxe sur le chiffre d’affaires d’une entreprise faiblement bénéficiaire, c’est une taxe sur sa capacité d’innovation et de développement. Enfin, on peut s’interroger sur l’image que cette taxe renverra de la France à un moment où tous nos autres partenaires comme l’Espagne, la Belgique, le Portugal, mais aussi l’Australie ou encore l’Italie ont décidé de ne pas poursuivre cette idée et de plutôt soutenir une solution rapide au niveau de l’OCDE.

Monsieur le Président, cette taxe est aussi à l’opposé de l’ensemble des valeurs que vous défendez depuis de nombreuses années. Elle promeut l’unilatéralisme - voire une situation de guerre commerciale avec certains États, alors que la France entend soutenir le multilatéralisme. Les entreprises françaises présentes à l’étranger seront les premières à payer les conséquences de cette taxe. Par ailleurs, celle-ci cherche à répondre à un problème complexe par une solution avant tout politique et dont le rendement espéré ne dépassera sans doute pas 200 millions, loin des chiffres avancés sans étude d’impact sérieuse... Enfin, elle s’oppose à l’attente des Français qui, tout en soutenant le principe d’une meilleure justice fiscale, s’opposent à toute mesure fiscale qui impacterait le prix des produits, isolerait la France sur la scène internationale ou ne serait une réponse de court terme.

Aujourd’hui, Monsieur le Président, il ne s’agit pas de reculer. Il s’agit d’avancer vers une solution qui permettra d’obtenir une meilleure justice fiscale, une répartition équitable de la valeur entre les divers États tout en maintenant l’attractivité de la France. La seule solution que la France devrait soutenir, c’est celle de l’OCDE. A tout le moins, il est aujourd’hui plus que nécessaire qu’une réévaluation complète de la mesure envisagée et de son impact sur la France, ses entreprises, ses consommateurs et son attractivité soit réalisée.

Lors de la campagne, vous le répétiez régulièrement : la force politique, c’est aussi de dire quand on se trompe. Cette taxe sur le numérique en est le parfait exemple. Alors que tout le monde s’accorde sur l’objectif final, la solution telle que proposée est, pour reprendre les propos d’un ancien membre du Gouvernement, la “pire des solutions”. La France, start-up nation, doit montrer l’exemple. Et non pas s’isoler.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires