En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© JOEL SAGET / AFP
Le meilleur système du social du monde, vraiment ?
Ces recettes utilisées par les pays du nord de l’Europe pour mettre sur pied des systèmes de retraite bien plus performants que le modèle français
Publié le 09 avril 2019
Contrairement à la France, beaucoup de pays ont choisi d'associer répartition et capitalisation concernant l'épargne retraite. Un choix pragmatique.
Directeur de l'Institut économique Molinari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Marques, directeur général de l'Institut économique Molinari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur de l'Institut économique Molinari
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Contrairement à la France, beaucoup de pays ont choisi d'associer répartition et capitalisation concernant l'épargne retraite. Un choix pragmatique.

Atlantico : La génération née après 1945 est la plus favorisée de l'histoire de l'humanité: pas (ou très peu) de guerre et de chômage, bond de la longévité et du niveau de vie, accession gratuite à la propriété, peu de cotisations retraites. Elle laisse, en outre, des dettes aux générations suivantes. Quelle est l'ampleur de ces dettes ? 

Nicolas Marques : Les promesses faites au titre des retraites par répartition représentent 370 % du PIB fin 2015, selon les derniers chiffrages de l'INSEE. Nos régimes de retraite encaissent des cotisations qui servent immédiatement à financer les pensions des retraités. Elles ne sont pas mises de côté en prévision de la retraite des cotisants. Pour autant elles créent des droits, même en l'absence de mise en réserve, contrairement à ce que ferait un gestionnaire de retraite privé. Ces droits représentent 370 % du PIB si l'on retient l'estimation centrale de l'INSEE. Bien sûr ce chiffrage est approximatif, entre 430 % et 300 % du PIB, selon que l’on retient des taux d’actualisation plus ou moins élevés, mais il témoigne du caractère engageant de la répartition.

La répartition est aujourd’hui, de loin, la principale source de revenus des retraités français. C'est la conséquence d'un choix historique, celui de solder l'endettement public lié aux 2 guerres mondiales par l'inflation. Ce choix inflationniste a ruiné des générations de français, dont l’épargne retraite était massivement investie en dette publique. Au lieu d'indemniser les retraités et futurs retraités, par l'intermédiaire de leurs mutuelles et caisses de retraite, les pouvoirs publics de l’époque ont préféré tout miser sur la répartition. Solution de facilité, elle a permis de distribuer immédiatement des retraites. Au début elles étaient faibles, financées par des cotisations limitées, dans un contexte démographique exceptionnellement favorable.

La génération 1950 est celle de l'âge d'or de la répartition. Elle a bénéficié d’un contexte démographique porteur, ce qui explique qu’elle soit gagnante par rapport aux générations qui précèdent ou qui suivent. En ce sens, paraphrasant Jean-François Sirinelli, les baby-boomers sont une « génération sans pareille ».

Pour autant, les baby-boomers ayant commencé à prendre leur retraite dans les années 1990 n'ont pas bénéficié d'un repas gratuit. Ils ont cotisé de façon significative, à hauteur de 24 % des salaires bruts, en contrepartie de pensions de retraite dont la progression est désormais contrainte. Le changement des règles de revalorisation de la répartition, initié dès la fin des années 1980, a permis de contenir l’essor des dépenses de retraite. D’un point de vue économique, le taux de rendement de la répartition avoisinait les 2,5 % pour la génération 1950. Il est supérieur à celui de la génération 1970, à 1,75 %, mais n’est pas attrayant par rapport à ce qu’on observe dans les pays ayant combiné répartition et capitalisation. Si les retraités issus du baby-boom sont mieux lotis que ceux que les futurs retraités, c'est avant tout en raison de notre incapacité collective à penser l'avenir. Il était évident que la répartition allait devenir moins attrayante dans un contexte de vieillissement. Il aurait fallu corriger le tir de façon systémique en épargnant plus, ce qu’organisait la loi Thomas de 1997. Ce texte a été abrogé en 2002, sans que ses décrets d’application n’aient jamais été publiés. Le gouvernement de Lionel Jospin a fait le choix de tout miser sur une démarche bien plus timide, avec la mise en place du Fonds de réserve des retraites. Ce dispositif n’a jamais été alimenté comme prévu et a été détourné de son objet, pour aider à partir de 2010 à rembourser la dette sociale. En dépit de performances financières très correctes, il représente 2 % du PIB, alors qu’on en attendait trois fois plus en 2020.

D'autres pays européens s'en sortent mieux que nous et ont pu accumuler de l'épargne retraite. C'est le cas des Pays-Bas. Pouvez-vous décrire cet écart de situations ? Y a-t-il d'autres pays qui s'en sortent mieux ? 

Un grand nombre de pays a choisi d’associer répartition et capitalisation, avec des pensions financées pour partie par l'épargne retraite. Cela permet de diversifier les risques, de provisionner les besoins futurs, de profiter du rendement des marchés financiers et d’alléger le cout de financement des retraites. En 1997 Davanne et Pujol montraient qu'un salarié plaçant ses cotisations retraites, au lieu de les verser à la répartition française, pourrait se constituer la même retraite avec des cotisations deux à trois fois moindres.

Nos voisins du nord de l’Europe ont été plus pragmatiques que nous. Ils ont massivement épargné. Les champions sont au Danemark, avec 210 % du PIB mis de côté et aux Pays-Bas (184 %). Compte tenu du rendement de leurs placements, cela leur procure une manne de plusieurs point de PIB par an, qu’il n’ont pas besoin de prélever sous forme de cotisations sociales sur les actifs pour payer les retraites. Et ils ne sont pas les seuls, on trouve une épargne retraite très significative au Royaume-Uni (105 %) ou en Suède (90 %).

Certains font valoir que le patrimoine des Français restent avantageux, notamment en assurance vie, épargne, ... Est-ce aussi simple ? 

Heureusement, les Français ont une habitude d’épargne significative en assurance vie, dans laquelle ils ont placé l’équivalent de 75 % du PIB. Ce n’est pas négligeable, mais l’alimentation n’est pas toujours régulière et moins de 25 % de cette épargne est investie en placements à long terme. Aussi, cela ne sera pas suffisant pour compenser la baisse massive du pouvoir d’achat des retraités futurs. Selon l’INSEE, les retraités de 2070 auront en moyenne de 17 % de pouvoir d’achat de moins que les retraités d’aujourd’hui. La richesse des Français est loin d’être suffisante pour compenser cela. Le patrimoine total des ménages représente 4,8 années de PIB, alors que les dettes publiques implicites et explicites représentent 4,7 années. Nous sommes clairement mal préparés au vieillissement…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
04.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
05.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
05.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 11/04/2019 - 10:07
Jardinier cela baisse mais cela remonte aussi merci de lire
https://www.boursier.com/indices/graphiques/dow-jones-industrial-US2605661048,US.html
Quand tu détiens dans un Fonds de pension les risques sont répartis sur différents supports, différentes Régions, différents marchés, etc...
Le Fonds de pension Norvégien était à environ 700Mds€ en 2016 & il est aujourd'hui à 1000Mds€. Dont des actions des Entreprises Internationales Françaises dont il touche ces salops de dividendes :)::)) Dividendes obtenus après les Salaires & Charges, après les investissements,après les Impôts & Taxes de l’État.
Jardinier
- 09/04/2019 - 17:20
Le probleme de la capitalisation, ce sont les crises
Économiques, celle de 2008, par exemple qui a ruinée une partie des retraités américains. Mais est ce qu'on ne pourrait pas trouver une manière de lisser ces baisses du marché à la manière de ce que font les assurances sur les risques (les risques seraient pris par l'organisme gérant les fonds en échange de sa rémunération, le placement restant sur pour l’épargnant). La ça deviendrait prévisible et donc acceptable, en particulier pour tout ce qui est au delà du nécessaire.
jfakar
- 09/04/2019 - 14:36
Répartition/Capitalisation
Ce ne sont pas des calculs économiques qui ont conduit à privilégier la répartition contre la capitalisation. 2 raisons: l'une, la ruine de la monnaie entre 1920 et 1958. Et l' autre, idéologique ou, si l'on préfère, religieuse: la haine contre le capitalisme .
La politique de monnaie de singe a ruiné les épargnants qui avaient acheté des rentes et autres placements à revenu fixe. C'était pourtant la tradition nationale. Quand on a créé les retraites à partir de 1936, il n' était déjà plus question de faire confiance aux obligations publiques ou privées pour accumuler des droits et du capital. Et personne de bon sens n' en achetait plus: il fallait des avantages fiscaux pour trouver des souscripteurs (ex: l' emprunt Pinay).
Et la haine du capitalisme a interdit de faire souscrire des actions par les salariés au titre de leurs retraites. Les timides essais de M. Thomas ou Madelin ont été annulés par M. Jospin et son parti dès son arrivée au pouvoir. Ils m' on dit (souvenir perso) "qu' il était immoral de faire participer les travailleurs à leur propre exploitation". Ça ne se discute pas. C'est un dogme, comme l' infaillibilité du Pape , et tant pis pour le bon sens....