En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 12 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 12 heures 48 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 13 heures 14 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 14 heures 43 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 15 heures 54 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 17 heures 45 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 19 heures 9 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 20 heures 22 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 21 heures 20 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 22 heures 20 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 13 heures 2 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 14 heures 12 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 15 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 16 heures 39 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 18 heures 25 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 20 heures 5 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 21 heures 6 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 22 heures 37 min
© - / AFP
© - / AFP
Cinémagogique

« J’veux du soleil » : truffé de fake news et dégoulinant d’émotions démagogiques, François Ruffin se pose en vrai leader des « populistes des gauche »

Publié le 01 avril 2019
Le film documentaire de François Ruffin et Gilles Perret, « J’veux du soleil ! » sort en salle le 3 avril. Mais c’est tellement dégoulinant de démagogie que les gilets jaunes vont avoir du mal à se reconnaître.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le film documentaire de François Ruffin et Gilles Perret, « J’veux du soleil ! » sort en salle le 3 avril. Mais c’est tellement dégoulinant de démagogie que les gilets jaunes vont avoir du mal à se reconnaître.

François Ruffin a sans doute tout compris de la communication efficace : plus c’est gros, plus c’est faux. Plus ça fait pleurer, mieux c’est. « J’veux du soleil » Il s’agit d’un road movie, à la rencontre des gilets jaunes du Nord au Sud de la France. François Ruffin, qui se définit comme un artiste, et Gilles Perret, qui est un très bon réalisateur de documentaires, sont partis sur les routes de France et les ronds-points pour recueillir des témoignages qui regorgent de vérité, sans doute, de sincérité surement, mais le montage est tellement sophistiqué qu’il se résume à une série de cartes postales bien filmées où l’esthétisme est au service de la pleurnicherie sociale.

Au bout de quelques minutes, les âmes sensibles sortiront leurs mouchoirs. Forcément, tous les témoignages ont été rassemblés pour offrir un tableau désastreux et désolant de la société française. A la fin du film, on en ressort avec l’idée que le pays que François Ruffin a traversé est un pays plongé dans la misère, où les enfants ne mangent pas à leur faim, où les parents n’ont plus un centime pour payer l’essence de la voiture ou l’abonnement à Netflix. Un pays où les entreprises ferment les unes après les autres, où les campagnes sont devenues des lieux où les agriculteurs n’ont plus qu’une occupation, organiser leur suicide.

Et quand François Ruffin reprend sa Harley Davidson (parce qu’il voyage en Harley), c’est pour aller dans une ville voisine où les services publics sont fermés, où l’hôpital, la maternité, la Poste, la Sncf ne fonctionnent plus. Au bout du compte, on a l’impression que la seule chose qui fonctionne correctement en France, c’est le téléphone mobile (iPhone de préférence) et les opérateurs privés. Bizarre, non ?

 

Le tableau que François Ruffin a peint correspond évidemment à une réalité. Sur fond de misère, il y a certes beaucoup de solidarité, de dialogue retrouvé.  Autrefois, on percevait cette réalité au comptoir du bistrot dans le village de notre enfance, entre l’église et la boulangerie. Un temps dont les plus de vingt ans ont gardé la nostalgie. Et cette nostalgie d’antan rejoint l’émotion d’aujourd’hui.

Oui, le film de Gilles Perret est beau, mais l’histoire racontée par François Ruffin nous met mal à l’aise.

Pourquoi? Parce que la France qu’il décrit correspond à la réalité telle que lui, député d’extrême gauche, militant de la France insoumise, voudrait qu’elle soit.

Mais la réalité française n’est pas. Où sont les Français qui travaillent, où sont les médecins qui se battent, les chercheurs, les étudiants qui ont compris que l‘expertise était plus constructive que la recherche d’une assistance, où sont toutes ces mères de famille, ces fonctionnaires, ces enseignants? Où sont tous les commerçants qui ne travaillent plus les week-ends depuis des mois, où sont les touristes qui ne viennent plus à Paris ?

Où sont tous les bénévoles des Restos du cœur qui, sans gilet jaune, sont venus tous les jours à la porte des hypermarchés récupérer des invendus pour ensuite les distribuer à ceux qui n’ont vraiment rien à manger ? On a rarement vu des gilets jaunes ou des amis de François Ruffin de la France insoumise dans les rangs du Secours catholique, des Restos du cœur ou même Emmaüs.

Où sont les Français écœurés, épuisés par tant de violences dans les manifestations, par tant de destructions dans les centres villes ?

Mais il y a plus grave dans le film de Ruffin, on en ressort exténué de compassion, mais frustré et écœuré faute de solutions constructives. François Ruffin a beau expliquer qu’il y a des solutions, qu’il suffirait d’écouter les Gilets jaunes, de leur répondre et de négocier un compromis. C’est là où le député François Ruffin descend de sa Harley et déroule son discours purement politique, quintessence de la démagogie, à tel point qu’on se demande s‘il ne prend pas tous ces gens malheureux pour des imbéciles. C’est assez incroyable, même Boris Johnson en Grande Bretagne a eu l’honnêteté de reconnaître qu’il avait menti pendant la campagne pour gagner le referendum sur un Brexit, qui tournerait à la farce s’il ne s’agissait pas de l‘avenir des Anglais désormais embourbés dans une situation inextricable.

Qu’on nous préserve de telles facéties.

Ce qui est incroyable dans le comportement de François Ruffin, c’est qu’il puisse croire que « ses amis », les gilets jaunes dans cette France invisible, pour laquelle il a tant de compassion, le croient lui ...

Avec tout le respect qu’on doit à sa fonction de député, l’artiste qu’il prétend être « se fout du monde ».

Les revendications qu’il considère comme indispensables pour rétablir l’ordre, le calme et la sérénité constructives dans ce pays sont autant d’atteintes à la démocratie représentative, et surtout à la liberté individuelle (qui ne peut s’arrêter que là où commence celle des autres).

L’ambition de François Ruffin est de s’installer comme le vrai leader des mouvements populistes. Jean-Luc Mélenchon lui a permis de rentrer à l'Assemblée, les gilets jaunes peuvent lui permettre d’être légitime. Tout son programme, toutes ses promesses et toute sa présence dans le film qu’il incarne, avec une seule rengaine « moi j’aime les gilets jaunes ». Tout transpire, dans cette ambition, d’accéder au pouvoir au nom de cette France du malheur.

 

François Ruffin demande le départ d’Emmanuel Macron, il peut, sauf qu’il faut encore que la majorité des Français le vote. Mais s’il n’y a pas de vote, « le peuple des gilets jaunes qui incarne le pouvoir, doit foncer sur l’Elysée”. Et Macron finira au mieux comme Kennedy. Quelle irresponsabilité.

François Ruffin demande plus de démocratie directe avec l'instauration du RIC, le referendum d’initiative citoyenne, comme en Suisse. Mais c’est un fake. Sait-il que le dernier referendum à Genève avait pour objectif de décider si on pouvait ou non autoriser la publicité commerciale sur les bus de transport urbain? Bien loin donc des préoccupations des populations oubliées. A moins que ce soit le modèle suisse qui puisse attirer le militant de la France insoumise. La Suisse, le modèle le plus abouti d’une société hyper capitaliste, très inégalitaire et dont la richesse s’est construite sur des capitaux venus de nulle part, attire par un régime fiscal hyper favorable, et notamment aux plus riches. Normal, la Suisse n’a pas à financer une inflation de dépenses publiques et sociales.

 

François Ruffin demande le rétablissement de l’impôt sur la fortune. Très bien ! So what ? Évidemment, les symboles ont la peau dure, mais ils coutent très chers. L’impôt sur la fortune, constituée en actifs financiers, n'a servi strictement à rien au cours des 30 dernières années, sinon à décourager l'investissement industriel. Depuis sa suppression, les investissements ont retrouvé la route de l’Hexagone l’année dernière.

 

François Ruffin dit que les gilets jaunes veulent une augmentation de pouvoir d’achat. Très bien ! So what ? Sans doute mais la responsabilité d’un député n’est-elle pas d‘expliquer que l’augmentation du pouvoir d’achat ne se décrète pas. Mais ni le rétablissement de l’impôt sur la fortune (3 milliards d’euros) ni la fermeture de la manufacture de Sèvres ou du musée du Louvre, sous prétexte idiot que ça ne servirait qu'aux riches et aux étrangers. Aucune de ces décisions ne résoudra le problème. Parce que le vrai problème est ailleurs. Il est dans l’équilibre du modèle social, son cout et son efficacité. 

Le rôle d’un député, c’est aussi d’expliquer que l'augmentation du pouvoir d’achat passe par la compétitivité des entreprises, par les créations d’emplois, etc...

Mais de cela, François Ruffin n’en parle pas. Il préfère pleurer avec les gilets jaunes. Il ne parle même pas des 12 milliards distribués en décembre pour répondre aux revendications de ses amis les gilets jaunes.

 

« J’veux du soleil. » est un très beau film de cartes postales. Mais le restera- t –il ?  En mai 1968, les réalisateurs avaient eux aussi fait de très beaux films sur la France qui bouge. Jean-Luc Godard, François Truffaut, Claude Chabrol, et même Claude Lelouch qui lui aussi savait filmer la plage de Deauville avant que Deauville ne soit Deauville...  Romain Goupil, lui, avait su nous montrer les raisons, à l’époque, de « mourir à trente ans ».

50 ans plus tard, leurs films existent encore.  Ce sont des chefs d’œuvre.

Pourquoi ? Sous les pavés de St Michel, il y avait certes déjà la plage, mais sur les écrans, il y avait beaucoup d’honnêteté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le Gaulois
- 03/04/2019 - 14:33
Sylvestre et le français
Comme beaucoup d’autres, il semblerait que M. Sylvestre soit fâché avec le français avec la multiplication de ses « so what ».
georges0600
- 03/04/2019 - 12:13
Ganesha
Je conçois qu'on puisse apprécier mr. Ruffin mais pas au-delà d'une certaine limite surtout quand on a pris pour pseudonyme le nom "demi" dieu (pourquoi féminisé ?) et qu'on pare le premier de toutes les plumes du paon dont on sait que c'est un des animaux les plus bêtes du monde.
"On devrait déjà négocier avec mr. Ruffin : pour cela Il suffira qu'il supplante Mélenchon, et déclare que la France cesse, au moins provisoirement, d'accueillir ''toute la misère du monde''. Avec Ganesha je crains que le provisoire ne soit définitif comme tous ses jugements et que la misère du monde doit s'arrêter à nos frontières afin que nous puissions satisfaire toutes nos envies avant de penser aux autres. Serait-ce là un mantra de pus des gilets jaunes ?
Allez Ganesha, un effort de plus et vous accepterez de gouverner avec Marine le Pen si cela permet à Ruffin de gouverner... et vous avec, bien sûr !
ajm
- 02/04/2019 - 15:47
Rien de nouveau sous le soleil.
Ruffin est, comme tous les gens de la gauche forte et assumée ( et d'extrême droite on devrait ajouter ), c'est à dire dans le slogan intégral, la démagogie à une puissance infinie, le déni de toute réalité et la méconnaissance absolue des mécanismes élémentaires de l'économie, libérale évidemment, car l'economie socialiste est une apparence d'économie , qui fait semblant de produire des biens et des services que personne ne choisirait librement. Rien de nouveau sous le soleil donc, les mêmes crétins menteurs déversant leurs sottises aux gogos habituels.