En direct
Best of
Best of du 16 au 22 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Réforme
Grève du 5 décembre : Emmanuel Macron considère que la mobilisation est "avant tout contre la fin des régimes spéciaux"
il y a 5 heures 36 min
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 10 heures 44 min
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 11 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 11 heures 51 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 13 heures 41 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 15 heures 23 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 17 heures 22 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 18 heures 5 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 21 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 21 min
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 11 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 11 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 14 heures 56 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 15 heures 54 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 17 heures 9 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 18 heures 48 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 19 heures 19 min
© LUCAS BARIOULET / AFP
© LUCAS BARIOULET / AFP
Bonnes feuilles

Gilets jaunes : épuisement du conflit social, désarroi syndical

Publié le 31 mars 2019
Dans son ouvrage "Une colère française" (éditions de l'Observatoire), Denis Maillard décrypte une mutation récente, mais profonde, de la société française, pour tous ceux qui cherchent à la comprendre pour la domestiquer. Extrait 2/2
Philosophe politique de formation, Denis Maillard est le fondateur de www.temps-commun.fr, un cabinet de conseil en relations sociales. Il a publié en 2017 Quand la religion s’invite dans l’entreprise (Fayard).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Maillard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philosophe politique de formation, Denis Maillard est le fondateur de www.temps-commun.fr, un cabinet de conseil en relations sociales. Il a publié en 2017 Quand la religion s’invite dans l’entreprise (Fayard).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son ouvrage "Une colère française" (éditions de l'Observatoire), Denis Maillard décrypte une mutation récente, mais profonde, de la société française, pour tous ceux qui cherchent à la comprendre pour la domestiquer. Extrait 2/2

Même partagée avec des semblables au cours de manifestations ou sur des ronds-points, cette radicalité particulière et individuelle ne peut que décontenancer les professionnels de la contestation que sont les syndicats. Ils ne savent agir qu’à l’opposé de tout ceci. Ils forment des machines à refroidir les colères. Ils transforment la rage en programme pour l’élever vers l’intérêt général. Rien de tel désormais.

La structure individualiste de la révolte, son incapacité à s’organiser sont les conditions de son maintien comme mouvement et de sa pérennité comme lutte sociale. On l’a bien vu : là où les syndicats auraient pu entamer des négociations, les Gilets jaunes étaient au contraire poussés à la surenchère. C’est pourquoi cette crise inédite de la fin de l’année 2018 et du début de l’année 2019 pourrait bien être la première d’une série de révoltes individualistes, hors de tout cadre institutionnel ou social. Car la société de l’évitement du conflit individuel et du refoulement du conflit social n’en est pas moins une société radicale.

Avant d’analyser la radicalité propre aux nouvelles relations sociales, sans doute faut-il bien expliquer en quoi consiste l’épuisement du conflit social traditionnel. D’autant que le mouvement des Gilets jaunes – seul point d’observation massif dont nous disposons pour l’heure – a pu emprunter à des formes anciennes de mobilisation sans pour autant en partager ni l’esprit ni le but. Les fameuses coordinations des années 1980‑1990 ne tentaient-elles pas, elles aussi, de déborder les syndicats représentatifs ? En quoi consiste la nouveauté ? Les méthodes peuvent-elles perdurer avec des objectifs différents ?

« Les révolutionnaires doivent constamment s’efforcer, non seulement de renouveler l’appareil des syndicats, en proposant […] de nouveaux leaders prêts à la lutte, à la place des fonctionnaires routiniers et des carriéristes, mais encore de créer, dans tous les cas où c’est possible, des organisations de combat autonomes qui répondent mieux aux tâches de la lutte… » Cette phrase, empruntée au Programme de transition rédigé par Trotski en 1938, a été l’inspiratrice de toute la pensée d’extrême gauche dans les mouvements sociaux à la suite de Mai 68 : créer des coordinations d’étudiants, de lycéens, de cheminots, d’infirmières, etc. pour déborder les syndicats sans toutefois les remettre en cause ; les bousculer pour les amener à bouger et… à négocier. Ce que montre de façon parodique un film comme Moi y’en a vouloir des sous de Jean Yanne et Gérard Sire, tourné en 1973, et notamment cette scène loufoque d’une manifestation gauchiste menée par le « Camarade Kervoline » prétexte à une négociation téléphonique entre le patron de l’entreprise, les forces de l’ordre, le syndicat majoritaire et des révolutionnaires qui mettent celui-ci sous pression.

Tout est absolument négociable.

Cette manière d’agir a engendré par la suite un certain « mouvementisme » propre à l’extrême gauche politique, associative et syndicale. Reprenant l’expression du social-démocrate allemand Bernstein –  en la détournant évidemment de son sens originel –, la gauche de la gauche affirmait ainsi : « Le but final, quel qu’il soit, n’est rien, le mouvement est tout. » Presque du Gilet jaune dans le texte ! En effet, l’accumulation des « Actes », samedi après samedi, a pu laisser penser que le mouvement, la manifestation ou même l’émeute étaient eux-mêmes leur propre fin, sans possibilité de discussion ou de négociation. Pourtant, si les formes peuvent rester les mêmes, les acteurs et leurs motivations ont entièrement changé.

D’où l’impossibilité d’une gestion sociale et politique de la crise. Rien n’est encadré, tout est émietté et la puissance du mouvement n’existe que par l’absence d’acteurs susceptibles d’aider à la canaliser. La fin de crise ne peut donc pas être négociée ; sans doute est-elle condamnée à s’éteindre d’elle-même comme un feu qui aurait consommé tout l’oxygène disponible. L’époque a changé. Et l’erreur du gouvernement et des organisations syndicales est de ne pas l’avoir compris, d’où leur grand désarroi : dans l’ancien monde social, l’usage était de laisser se construire peu à peu un rapport de force – parfois musclé – parce que l’on disposait d’une possibilité de négocier avec des acteurs mandatés pour cela. On savait d’ailleurs par avance quelle limite chacun était disposé à ne pas dépasser et les concessions qu’il était donc prêt à consentir (ce qu’on appelle un « mandat » de négociation). Pour tout cela, il fallait organiser la contestation. Aujourd’hui, la société des individus est beaucoup moins prévisible. Tout est immédiatement « sur la table » et s’exprime sous forme de colère et d’affects : « une fièvre impossible

à négocier1 ». Avis aux futurs responsables politiques et syndicaux : les relations sociales rentrent désormais dans un monde constitutivement incertain. Incertitude face à la colère qu’il serait possible de laisser s’exprimer sans risque, voire se développer, et celle que l’on devra illico stopper sous peine de la voir muter en mouvement d’ampleur ou en manifestation radicale. Quand on ne dispose pas d’interlocuteur représentatif, peut-on laisser le feu couver ? Faut-il le laisser s’étendre sans risque ou bien l’étouffer immédiatement ? Plus que jamais le lien avec la société réelle, avec son imaginaire, ses émotions, ses tourments, ses rejets, devient, plus qu’une vertu politique, un véritable impératif. L’imaginaire du conflit social exigeait permanence et stabilité  pour organiser –  selon son orientation politique  – la confrontation ou le compromis. La fin du conflit social débouche sur cette alternative : lutte des classes impossible, compromis impensable. Dès lors, une nouvelle manière d’en découdre se fait jour : régler ses problèmes autrement, de manière autonome. Dans ce contexte, parler d’une fin du conflit social ne signifie donc pas que la conflictualité n’existe plus ; il n’y a pas vraiment d’apaisement. En réalité, elle se reconfigure. Elle arbore alors le visage d’un individu qui oscille – selon son intérêt ou l’intensité de sa colère  – entre l’évitement et le passage à l’acte. Cette colère ne se négocie pas ; elle s’apaise ou elle s’exprime. On évite ou on se bat.

Extrait de "Une colère française" de Denis Maillard, publié chez les éditions de l'Observatoire.

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Une colère française

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AZKA
- 31/03/2019 - 20:37
@caustique317
Bon argument.
jurgio
- 31/03/2019 - 20:16
Nous allons probablement connaître
une ère de colère rentrée et le pauvre président aurait tort de croire qu'il vient d'étouffer les mécontentements. C'est en faisant face à un seul interlocuteur qu'il aurait davantage gagné.
Caustik317
- 31/03/2019 - 17:00
C'était pourtant simple !
Il suffisait d'imposer une élection de mi-mandat (comme aux USA); façon la plus simple de garantir et faire respecter la Démocratie, par les présidents qui ne respectent pas leurs engagements ou ne font pas le job annoncé. De cette façon, Hollande n'aurait pas résisté, et les français, épuisés, n'auraient pas perdu 10 ans de leurs existence pour RIEN !