En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

07.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 3 min 56 sec
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 25 min 1 sec
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 48 min 29 sec
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 1 heure 11 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 1 heure 28 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 1 heure 49 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 2 heures 35 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 3 heures 16 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 3 heures 39 min
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'a annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 3 heures 56 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 14 min 31 sec
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 29 min 16 sec
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 52 min 23 sec
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 1 heure 13 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 1 heure 46 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 2 heures 10 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 2 heures 39 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 3 heures 33 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 4 heures 21 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Bonnes feuilles

La liberté politique : la plus vulnérable des libertés

Publié le 24 mars 2019
Monique Canto-Sperber publie "La fin des libertés ou comment refonder le libéralisme" (Robert Laffont). Ce livre établit que de larges pans de l'expérience des libertés ont disparu de notre vie politique et sociale. Nous défaire des dogmes du libéralisme est une condition pour sauver nos libertés les plus précieuses et mieux comprendre le temps présent. Extrait 2/2.
Monique Canto-Sperber
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Monique Canto-Sperber est philosophe. Elle a enseigné à l'université avant d'entrer au CNRS comme directrice de recherche. Elle a dirigé l'École normale supérieure, puis établi et présidé l'université de recherche Paris-Sciences-et- Lettres. Elle a...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Monique Canto-Sperber publie "La fin des libertés ou comment refonder le libéralisme" (Robert Laffont). Ce livre établit que de larges pans de l'expérience des libertés ont disparu de notre vie politique et sociale. Nous défaire des dogmes du libéralisme est une condition pour sauver nos libertés les plus précieuses et mieux comprendre le temps présent. Extrait 2/2.

L’affaiblissement de la liberté politique évoqué au début de ce chapitre résulte de plusieurs facteurs. D’abord de son histoire. Elle est, si l’on peut dire, une vieille liberté, issue de la lutte contre l’absolutisme royal puis de l’action émancipatrice de la bourgeoisie. Le cadre conceptuel dans lequel elle a été définie n’a pour cette raison plus grand-chose de commun avec le monde contemporain, au point qu’on peut se demander si elle est encore, dans la définition que j’ai rappelée, une liberté de notre temps. 

La liberté politique est par ailleurs la plus vulnérable des libertés. Qu’elle exprime la pluralité sociale ou se nourrisse des initiatives des citoyens, sa fonction critique, comme le fait qu’elle dépende largement de la volonté de respecter des règles et des procédures, qu’elle impose la prise en compte de la pluralité de points de vue et rende nécessaires les arbitrages l’oblige le plus souvent à ralentir l’action politique ou à la rendre moins spectaculaire. C’est pourquoi elle est souvent perçue comme une gêne face à l’urgence et à l’efficacité aujourd’hui exigée des gouvernants. 

Surtout, la liberté politique n’a plus beaucoup d’espace où se déployer lorsque, conformément à une pratique du pouvoir de plus en plus répandue, l’action gouvernementale prétend se fonder sur une expertise souvent issue de la haute administration, comme en une forme de gouvernement des cadres ou « épistocratie », qui n’a pas la légitimité de la recherche ou de l’expérimentation des actions préconisées, mais qui tend tout de même à s’imposer aux délibérations du Parlement, voire à s’y substituer. 

Enfin, la menace qui guette aujourd’hui plus que jamais la liberté politique mais qui est paradoxalement la plus ancienne, consiste à en appeler directement au peuple pour légitimer les gouvernants en négligeant les représentants, les contre-pouvoirs ou l’avis des autorités indépendantes. 

Le fait que les libertés personnelles soient garanties et que le développement économique permette de dispenser à tous des moyens de liberté ne suffit pas à assurer que nous vivrons toujours dans des pays libres. Des gouvernements libéraux sont parfois à l’origine de l’affaiblissement des libertés. Faut-il pour autant donner raison à Friedrich Hayek, selon lequel, dès qu’un État libéral veut intervenir dans l’économie et rétablir une forme d’égalité sociale entre les citoyens, il évolue lentement vers la tyrannie (et donc vers l’anéantissement de la liberté politique) ? Ou faut-il au contraire s’obstiner à montrer que le fait de dispenser des aides et protections sociales n’est pas liberticide quand de telles aides sont conçues comme des moyens de liberté pour ceux qui en bénéficient ? Faut-il persister à défendre le pluralisme politique, la neutralité de l’État et la protection de la vie privée comme des libertés individuelles comme autant de moyens de renforcer la liberté politique au sein des États modernes, alors que ces derniers sont devenus responsables de la réalisation des biens collectifs ? 

Extrait du livre de Monique Canto-Sperber, "La fin des libertés ou comment refonder le libéralisme", publié aux éditions Robert Laffont.

A lire aussi sur Atlantico, un entretien avec l'auteur : Monique Canto-Sperber : « La dramatisation de la confrontation entre raisonnables et populistes qui est  la clé de la stratégie d’Emmanuel Macron est préoccupante pour la démocratie libérale »

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 25/03/2019 - 11:46
Friedrich Hayek est un Salaud !
Ce qui est vraiment pathétique et consternant, c'est la quasi-totalité des ''papys-Atlantico'', qui ne comprennent strictement rien à la situation politique et économique actuelle !

Nous vivons actuellement dans un système ''ultra-libéral'', où 1% de la population a réussi à accaparer environ 50% du patrimoine.

Mais, ''en même temps'' on a développé un énorme système d'aide sociale, qui limite le taux de pauvreté à 14 %.

Vous devriez donc comprendre ce paradoxe : la France est à la fois un ''pays hyper-libéral, mondialiste et financier'', MAIS AUSSI ''hyper social et étatiste''
Ganesha
- 25/03/2019 - 11:41
La Finance !
Ce que ne comprennent pas les ''vieux débris'', qui viennent ici pousser leurs jérémiades, c'est qu'ils se trompent d'ennemi !

Vous venez réclamer que l'on diminue les budgets sociaux, dans l'espoir de diminuer vos impôts.
Mais, vous ne vous rendez pas compte que, dans ce cas, vous vous feriez égorger en sortant dans la rue !

Votre véritable ennemi, c'est, comme le disait François Hollande, la Finance !

Les français pauvres, les Gilets Jaunes, tout comme les retraités aisés qui viennent s'exprimer sur ce site, hésitent à franchir le pas, à voter pour le Rassemblement National : ils ont peur de ''casser le système'' qui assure, malgré toute son injustice, leur survie.

Ils ont tort : c'est pourtant là que réside la seule solution réelle pour sortir de la Crise !
Liberte5
- 24/03/2019 - 19:54
La France n'est pas et n'a jamais été un pays libéral ...
sur le plan économique. L'étatisme est très prégnant , la bureaucratie n' a cessé de proliférer , la haute fonction publique dirige le pays, et le socialisme s'est diffusé sur tout le pays. Ce qui recule c'est la liberté d'expression , et les libertés individuelles.