En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© XAVIER LEOTY / AFP
Y a-t-il un pilote (doué de maturité) dans l’avion ?

Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement

Publié le 21 mars 2019
Après les scènes de violence de la semaine dernière à Paris, l'exécutif a décidé de mobiliser la force Sentinelle ce samedi pour l'acte 19 des Gilets jaunes.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après les scènes de violence de la semaine dernière à Paris, l'exécutif a décidé de mobiliser la force Sentinelle ce samedi pour l'acte 19 des Gilets jaunes.

Atlantico : Le gouvernement a annoncé, mercredi 20 mars, son intention de mobiliser les militaires de l’opération antiterroriste « Sentinelle » dans le cadre du dispositif de maintien de l’ordre prévu samedi 23 mars pour encadrer la dix-neuvième journée de mobilisation des « gilets jaunes ». Est-ce une mission normale pour l’armée, qui se doit avant tout de défendre les Français ?

Alain Rodier : Tout d’abord il faut raison garder face à des déclarations gouvernementales qui sont destinées à faire le buzz. Les militaires ont toujours eut des missions de garde de points sensibles et d’interventions dans le milieu civil. Ces interventions ont toujours été pacifiques, telle l’aide aux populations en cas de catastrophes naturelles. Je me rappelle personnellement de missions où nous allions aider des agriculteurs, déménager des immeubles menacés par des incendies, dresser des barrages de fortune lors d’inondations, etc... Il faut reconnaître qu’il fut aussi un temps où l’armée était appelée à la rescousse en cas de grèves dans les transports ou du ramassage des ordures pour assurer un minimum de service public. Elle était alors accusée par les syndicats d’être "briseuse de grèves" mais elle agissait sur instructions du pouvoir politique. 

Le fait que les militaires participent à la vie civile n’est donc pas quelque chose de très nouveau. Il n’est pas non plus nouveau qu’ils reçoivent pour mission de garder des points sensibles mais, jusqu’à présent, il s’agissait essentiellement d’enclaves militaires. Aujourd’hui, il va falloir savoir quelles sont les structures à défendre et quels effectifs de police ils doivent remplacer. A Paris, c’est déjà le rôle des gendarmes (qui sont des militaires), avec notamment la présidence et l’Assemblée nationale : il y a effectivement des militaires qui sont de garde 24/24h et 365 jours par an. Je pense en particulièrement à la Garde Républicaine qui ne fait pas que rendre les honneurs.

Dans le contexte actuel de tensions sociales fortes, n’est-il pas cependant dangereux de la part du gouvernement d’insister sur cette participation, même inactive, des militaires aux opérations de maintien de l’ordre ?

Il est vrai que sur le fond, je ne suis pas choqué mais étonné. Toutefois, après les déclarations pour le moins surprenantes de l'Élysée, le ministère des Armées a précisé qu'il ne s'agissait  "pas de mission de maintien de l'ordre pour Sentinelle" mais uniquement d'un "effort" pour soulager les forces de l'ordre sur certains points sans qu'il soit besoin d'apporter des "renforts". Pour lui, le ministère des Armées, il s'agit d'"une mesure ponctuelle".

En revanche, l’effet d’annonce initial est problématique. Dire que l’armée va intervenir pour dégager des effectifs de policiers voire de gendarmes pour permettre à ces derniers de renforcer le dispositif maintien de l’ordre, et ainsi de mettre en avant le rôle de l’armée dans une mission de ce type qui n’est pas la sienne, c’est extrêmement inquiétant.

En matière de maintien de l'ordre, les forces armées sont régies par l'Article D1321-10 du Code de la Défense. C'est l'autorité publique qui doit "réquisitionner" les forces nécessaires. Le commandement a ensuite la responsabilité de leur mise en oeuvre. Il me semble qu’il y a là une dérive du politique qui n’engage bien entendu absolument pas les militaires. C’est une erreur de communication qui est extrêmement dangereuse pour l’avenir.

On aurait très bien pu mettre en place ce dispositif sans l’annoncer. Et dans ce cas cela n’aurait posé aucun problème. C’est dans la mission des forces armées que de garder les zones sensibles. Cela dit, il y a un point opérationnel qui me semble épineux. Les militaires sont là pour garder des zones sensibles contre un "ennemi" armé, par exemple du temps de la splendeur du Pacte de Varsovie, contre les Spetsnaz dont la mission était d’infiltrer les pays européens pour neutraliser des points vitaux (centres de commandement, de communications, ports, aéroports, etc.). Dans ce cas là, c’était logique car c’était l’ennemi extérieur officiel qui menait des opérations agressives sur le sol français.

Or, les manifestants ne constituent absolument pas un "ennemi". En maintien de l’ordre, les gendarmes parlent parfois de "citoyens égarés". Et il faut bien savoir que les militaires, hormis quelques rares unités précises, ne sont pas formés aux techniques du maintien de l’ordre. Ils ne sont pas non plus équipés pour cela.  Si une manifestation venait à arriver devant un lieu gardé par des militaires, quelles sont les consignes données par le pouvoir politique à ces militaires ? Je rappelle qu’en France, l’armée est aux ordres du pouvoir politique. Qui assumera la responsabilité d’un incident qui pourrait être grave ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition Stéphane Gayet

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

07.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pharamond
- 23/03/2019 - 10:24
Trois pelés et quatre tondus
Ainsi, pour certains,il y aurait disproportion entre quelques broutilles causés par "trois pelés et quatre tondus" et l'implication de l'Armée pour des missions de protection. Solution proposée? La dissolution de l'AN! Pour "trois pelés et quatre tondus ? Cela manque de cohérence! Ces pelés et tondus provoquent directement/indirectement quand même la désarticulation de la vie économique et sociale du pays? Cette désarticulation est un des objectifs de l'extrême-gauche, qui sait ne jamais pouvoir accéder aux commandes par la voie de l'élection.
Benvoyons
- 22/03/2019 - 13:52
zen-gzr-28 - 21/03/2019 Tient un adepte du Général Pinochet
& du Général Omar el-Béchir
Benvoyons
- 22/03/2019 - 13:42
Mais enfin les Gendarmes sont des Militaires &
qui participent au maintien de l'ordre. Il faut aussi signaler que les Gendarmes donc des Militaires qui gardent les édifices actuellement sont armés d'armes létales & en aucune manière avec des matraques & des flashballs. Donc les militaire qui garderont les édifices samedi auront aussi des armes létales comme les Gendarmes qui les gardent aujourd'hui. Donc si des casseurs se présentent samedi pour y entrer auront la même réponse que les Gendarmes Militaires qui gardent aujourd'hui que demain avec les autres militaires qui ne sont pas des Gendarmes.