En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
info atlantico
© ABDULMONAM EASSA / AFP
Info Atlantico
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Publié le 20 mars 2019
Un sondage Ifop en exclusivité pour Atlantico en partenariat avec cinq autres instituts en Europe montre notamment que 39% des Français considèrent que pour changer la situation du pays, il faudrait une révolution. Nous publions aujourd’hui la partie un de cette enquête en quatre volets.
David Nguyen est directeur conseil en communication au Département Opinion et Stratégies d'Entreprise de l'Ifop depuis 2017. Il a été conseiller en cabinet ministériel "discours et prospective" au ministère du Travail (2016-2017) et au ministère de l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment  publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009)  et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Nguyen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Nguyen est directeur conseil en communication au Département Opinion et Stratégies d'Entreprise de l'Ifop depuis 2017. Il a été conseiller en cabinet ministériel "discours et prospective" au ministère du Travail (2016-2017) et au ministère de l...
Voir la bio
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment  publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009)  et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un sondage Ifop en exclusivité pour Atlantico en partenariat avec cinq autres instituts en Europe montre notamment que 39% des Français considèrent que pour changer la situation du pays, il faudrait une révolution. Nous publions aujourd’hui la partie un de cette enquête en quatre volets.

L'enquête entière à retrouver sur ce lien

Atlantico : Selon un sondage IFOP pour Atlantico, 39% des Français considèrent que pour changer la situation du pays, il faudrait une révolution, tandis que 50% d'entre eux considèrent plutôt qu'il faudrait un programme de réformes. Comment expliquer cette situation comparativement aux autres pays européens ?

David Nguyen : La première chose à dire est qu’il s’agit d’un chiffre absolument spectaculaire. Quatre Français sur dix considèrent qu’une révolution serait une bonne solution : même si nous ne savons pas exactement ce qu’ils mettent derrière ce mot, c’est la marque d’une radicalité très présente au sein de la société. Ce qui nous permet de dire que cela est un taux important c’est que ce chiffre est beaucoup plus élevé que dans tous les autres pays européens que nous avons testé. On observe 39% de révolutionnaires potentiels en France contre 20% en Allemagne, 14% en Autriche, 13% en Espagne, 28% en Italie et 14% parmi les Polonais. Dans ces pays, l’attachement à une logique réformiste est plus élevée qu’en France et la propension à la révolution plus faible. Même si le réformisme reste dominant dans notre pays avec 50% des français qui ne veulent pas en passer par une révolution mais plutôt par des réformes, ce résultat indique un désir de changement particulièrement intense.

Ne peut-on pas voir un décalage entre la perception du gouvernement qui semble parier sur un tassement du mouvement et le résultat de ce sondage ?

David Nguyen : Effectivement. L’adhésion à une logique révolutionnaire chez une grosse minorité des Français indique un niveau de tension politique élevé. Il faut préciser de surcroit que notre enquête a été réalisée au milieu du mois de février, quand la situation s’était en apparence un peu calmée. Nous étions en plein grand débat avec une forme de reconnexion de l'exécutif avec une partie des Français et une remontée d’Emmanuel Macron dans les sondages. Or, ce sondage montre que la colère était encore là et était prête à exploser à la moindre étincelle. C’est ce qui s’est produit lors de ce dernier samedi, probablement avec un effet de contraste avec un président sur les pistes de ski qui n’a pas dû arranger les choses. On voit bien que, malgré un grand débat presque terminé, le niveau de radicalité n’a pas du tout baissé. Pour les jours à venir, il faut rappeler que nos dernières mesures établissaient un aggloméré de 54% des Français qui soutenaient ou avaient de la sympathie pour le mouvement des gilets jaunes. Il est possible que l’on assiste à une baisse de ce soutien global après un acte 18 particulièrement violent, mais ce sera le “ventre mou” qui aura un peu bougé, et nous aurons encore probablement plus de 40% des Français qui auront une opinion positive, malgré la dramatisation des violences. Le gouvernement ne peut donc a priori pas miser sur un grand basculement de l’opinion vis-à-vis des gilets jaunes, tout simplement parce que leurs demandes sociales sembleront toujours légitimes à toute une partie de la population.

Quelles sont les différences de ce caractère révolutionnaire selon des orientations politiques des Français ?

David Nguyen : Les électorats majoritairement révolutionnaires se trouvent du côté de la France insoumise que du Rassemblement national : 57% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon de 2017 et 66% des électeurs de Marine Le Pen 2017 pensent qu’il faut passer par une révolution pour changer les choses en France (contre 13% pour les électeurs d’Emmanuel Macron). Lorsqu’on regarde les intentions de vote pour les européennes de 2019, on passe à 67% des électeurs de la FI soit 10 points de plus de radicalité révolutionnaire et 71% des électeurs du RN, soit 5 points de plus. On voit donc que les révolutionnaires potentiels se trouvent d’abord dans les formations les plus opposées au gouvernement actuel et que cette radicalité s’est renforcée depuis le début du quinquennat. Cela veut dire que les électorats de ces deux formations, qui n’ont jamais été au pouvoir, considèrent qu’il n’y a pas d’issue dans le cadre institutionnel actuel. A ce stade on ne sait donc pas si une alternance régulière avec Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen serait suffisante aux yeux de ces électorats, ou s’il faudrait aller plus loin en mettant à bas les institutions actuelles. Il y a en tout cas une appétence pour un changement radical. A ce titre, il ne faut pas oublier que le livre d’Emmanuel Macron qui avait lancé sa campagne s’intitulait “Révolution”. Si évidemment tous les Français n’y ont pas cru, et que tout le monde a bien compris qu’il ne s’agissait pas de renverser totalement le système en place, nous avions vu dans nos études qu’il y a eu une vraie séduction qui s’était opérée en début de quinquennat auprès de certaines catégories même parmi les plus populaires, sur l’idée d’un changement radical, de quelqu’un qui allait faire ce que les autres n’avaient jamais fait, qui avait renvoyé dans leurs cordes les anciens responsables politiques. On peut penser que ce désir de révolution et de radicalité a été d’autant plus déçue pour ces populations, qui ont pu avoir l’impression d’être finalement face à un pouvoir encore plus éloigné d’eux qu’auparavant. 

Selon un sondage IFOP pour Atlantico, 39% des Français considèrent que pour changer la situation du pays, il faudrait une révolution, tandis que 50% d'entre eux considèrent plutôt qu'il faudrait un programme de réformes. Comment expliquer cette situation comparativement aux autres pays européens ?   

Christophe Boutin : Effectivement, les Français se distinguent, avec un score de 11 points de plus que celui des deuxièmes « révolutionnaires » européens, les Italiens (28%), et de près du double de celui des Allemands (20%) ou du triple de celui des Espagnols (13%).

Il serait tentant de faire un détour par les traditions politiques de ces différents peuples, et de s’interroger sur la place qu’ont eu les phénomènes révolutionnaires dans leur histoire, comme sur la connotation consécutive qu’a pour eux le mot de « révolution ». Or la France, on l’a assez dit, est une nation volontiers révolutionnaire, dont l’histoire récente a été agitée de soubresauts de ce type : 1789, 1830, 1848, 1958… et quand la transition entre deux régimes a pris une autre forme, c’est simplement qu’un coup d’État ou une défaite militaire le permettait, et non qu’il s’agissait d’une transition « pacifiée » (Thermidor, Brumaire, 1814, 1870, 1940, 1944). Dans les autres nations considérées dans le sondage, on trouve dans la même période des guerres dynastiques ou des guerres d’unification, plutôt que des révolutions – même si, effectivement, la crise des nationalités secoua toute l’Europe du XIXe siècle.

Ajoutons à cette première spécificité que notre mystique républicaine, ce « roman national » de propagande, non seulement, fait volontiers d’une révolution, celle de 1789, l’acte de naissance véritable de notre nation, gommant sans vergogne des siècles d’histoire et l’œuvre de nos rois, mais qu’elle exalte volontiers les autres révolutions que nous avons connues, dans lesquelles, comme dans le célèbre tableau de Delacroix, la liberté est toujours censée guider le peuple. On en est au point dans notre pays où, cinquante ans après l’événement, les « révolutionnaires » de 1968 peuvent utiliser dans les médias et les salons le capital de sympathie acquis en bravant les CRS de Charles De Gaulle, tant être « révolutionnaire » vaut en France brevet d’intelligence et de courage, quelle qu’ait pu être la réalité.

Or on trouve moins de fascination pour les aventures révolutionnaires chez les autres peuples évoqués dans le sondage. Les Italiens, deuxièmes on l’a dit, n’oublient peut-être pas que leur Risorgimento, préparé par les carbonari, fut – un temps – révolutionnaire, et se souviennent peut-être de leurs pulsions garibaldiennes. Mais les Allemands savent que leur gouvernement socialiste mata dans le sang la révolution communiste de Liebknecht et Luxemburg, et que le pays paya ensuite de n’avoir pas su écraser à temps la révolution national-socialiste ; les Espagnols se souviennent qu’ils ont payé bien cher les excès de leur aventure révolutionnaire ; et les Polonais ont trop entendu le mot de « révolution » dans la bouche de commissaire-politiques venus de pays frères pour ne pas hésiter à l’employer.

Mais l’histoire des mentalités n’est pas tout, et, une fois évoqué cet éventuel atavisme, encore faut-il se poser la question de l’impact de la situation actuelle sur la réponse donnée. Quel Français se sent plus particulièrement révolutionnaire ? Si l’on en croit votre sondage, un Français ayant entre 25 et 34 ans (45% privilégient la révolution sur les réformes), appartenant aux catégories populaires (50%) - mais pas chômeur (34%) -, ayant un CAP ou un BEP (50%), habitant une ville de province (41%) et se sentant pauvre (69%). Le portrait-type de ces « Gilets jaunes » du début du mouvement, de cette France périphérique des ronds-points.

Alors, certes, les « laissés pour compte » de la mondialisation existent bien dans les autres pays sondés, mais pas de la même manière. D’abord, parce que certains de ces pays tirent mieux leur épingle du jeu européen que la France, l’Allemagne, bien sûr, mais aussi une Espagne très largement aidée dans les précédentes décennies, ou une Pologne qui l’est de nos jours, autant d’éléments financiers qui peuvent tempérer la sensation d’exclusion. Pourtant, ce n’est pas tant là qu’est la différence que dans la capacité qu’ont ces exclus de se faire entendre. Prenons les pays sondés : en dehors d’une Allemagne toute puissante, en Pologne, en Italie et en Autriche des populistes et/ou nationalistes sont au pouvoir, et en Espagne les révoltés, de gauche ou de droite, jouent un rôle, au moins sur la scène très décentralisée de leurs régions. Il n’y a finalement qu’en France que la contestation du système est à ce point stigmatisée pour ne pas être entendue, que des millions d’électeurs n’ont quasiment pas de représentants, et que les réformes mises en oeuvre depuis quarante ans vont à rebours de leurs attentes clairement exprimées.

Quant aux proximités politiques des révolutionnaires potentiels du sondage, on notera que si les électeurs de La France Insoumise sont 60% à privilégier l’action révolutionnaire, ils sont 61% chez ceux de Debout La France et 73% chez ceux du Rassemblent national. La droite est donc actuellement plus farouchement révolutionnaire que la gauche… ce qui peut nous interroger sur le sens de la révolution envisagée. Deux des fameux « non-conformistes des années 30 », Robert Aron et Arnaud Dandieu, écrivaient en 1933, dans leur ouvrage  La révolution nécessaire : « Quand l’ordre n’est plus dans l’ordre, il faut qu’il soit dans la révolution ». Nous y sommes.

De la colère au dégoût en passant par déception, les sentiments des Français à l'égard de la situation du pays sont largement négatifs. Comment analyser cette situation ?

David Nguyen : C’est très préoccupant parce que ces sentiments négatifs sont encore plus partagés en France que dans les autres pays européens. Notamment le sentiment de la colère qui est a priori le moteur principal d’un esprit révolutionnaire. Sur ce point, les Français se distinguent de nouveau des autres pays européens avec 32% des citations pour ce sentiment de colère, contre 19% en Allemagne, 18% en Autriche, 23% en Espagne. On voit de nouveau que l’intensité de la défiance est plus forte en France. Ce qu’il faut également noter, c’est que même si tous les pays ont la même hiérarchie des sentiments négatifs, et que l’espoir et la confiance sont partout en bas de tableau, l’intensité de la colère est également moins forte en Italie alors même que le pays est dirigé par un pouvoir dit populiste. On peut donc penser qu’une partie de la population italienne se retrouve dans le changement politique opéré en Italie et qu’elle considère que, quels que soient les résultats socio-économiques ou sur le front de l’immigration, il y a eu au moins un vrai changement. On peut voir dans ce contraste entre la France et l’Italie une forme d’avant/après le passage du populisme, avec une France dans une situation de cocotte-minute sous pression maximale, quand bien même le président a lâché 10 milliards de dépenses sociales et a organisé le grand débat national. Malgré cela, le pays est au bord de l’explosion sociale. Alors qu’un pays comme l’Italie, qui est souvent présenté dans une situation de chaos, manifeste un sentiment de tension moins élevé, malgré des craintes très élevées notamment sur le front de l’emploi. Dans le détail et pour revenir à la France, les catégories qui expriment d’abord l’idée de déception sont les professions intermédiaires, c’est à dire le gros des troupes de la France du travail. C’est certainement cette France qui a cru en Emmanuel Macron et son discours sur la valeur travail et sur l’idée du redémarrage du pays. Il est inquiétant de voir que la déception est forte chez eux, et cela est certainement le stade qui précède la colère qui concerne déjà les catégories les plus populaires, les ouvriers notamment. Quand on en est à ce stade, on est effectivement moins dans une logique d’alternance démocratique et plus vers quelque chose de radical et de renversement du pouvoir.

De la colère au dégoût en passant par déception, les sentiments des Français à l'égard de la situation du pays sont largement plus négatifs que dans les autres pays considérés. Faut-il voir ici, comparativement à d'autres pays, l'expression d'un décalage perçu entre le statut du pays et la réalité vécue par la population ?

Christophe Boutin : « Déception » (38% des sondés), « colère » (32%) et « dégoût » (28%) sont en effet les trois items qui, dans cet ordre, arrivent en tête en France. À noter que la « déception » est en tête dans l’esprit de tous les citoyens pays sondés, et que les Allemands, avec 40%, sont plus « déçus » encore que les Français par la situation de leur pays. C’est en fait avec la « colère » que la France remporte la palme sur ses pairs, puisque les Polonais sont encore plus « dégoûtés » que les Français de la situation de leur pays.

On retrouve donc ici l’ambiance révolutionnaire, et plus encore quand on examine les items positifs : les Français sont ceux qui ressentent le moins de « l’espoir » (7%, mais autour de 20% dans la plupart des autres pays), et disputent aux Espagnols le plus faible sentiment de « confiance » (3%). On comprend que ces mêmes Français, qui ressentent plus de « tristesse » pour la situation de leur pays que tous les autres peuples sondés, soient les plus gros consommateurs de psychotropes du monde !

On est parfois surpris par contre par la ventilation de ces items entre les différentes catégories de Français. Socialement, ce sont par exemple les 35/49 ans, et ceux qui ont fait des études supérieures (ces derniers n’ayant d’ailleurs guère « d’espoir »), qui sont le plus « déçus ». Et si les 25/34 ans sont en « colère », les 50/64 ans le sont tout autant, et l’on trouve côte à côte dans ce péché capital les CPA/BEP comme les Bac+2…

Politiquement ensuite, pour reprendre les trois items arrivés en tête, les plus « déçus » sont les électeurs du Parti Socialiste (47%) et d’Europe Écologie Les Verts (50%) – mais il est vrai que La République en Marche a taillé des croupières à ceux qui ne s’y sont pas ralliés. Les plus en « colère » - et nous retrouvons bien l’aspect révolutionnaire - sont les électeurs de La France Insoumise et du Rassemblement national. Mais les plus « dégoûtés » viennent notamment de l’Union des Démocrates et des Indépendants et de Debout La France…

On peut tirer de ces ventilations la difficulté de savoir ce que recouvrent véritablement ces items.  Les « dégoûts » ou les « colères », même partagés, n’ont en effet peut-être pas les mêmes causes : un UDI pourra par exemple être « dégoûté » par une manifestation violente de « Gilets jaunes », qui pourra aussi mettre « en colère » un 50/64 ans, quand ce « dégoût » et  cette « colère » n’auront que peu à voir avec ceux qu’expriment les manifestants.

Quant à la question est de savoir s’il y aurait un décalage entre la réalité du pays et le sentiment des Français, soulignons, d’abord, qu’on fait de la politique avec des sentiments autant qu’avec des faits, et que ces derniers passent même souvent en second en termes d’effets. Et reconnaissons ensuite qu’il y a une forte propension à nier crûment certains faits pour tenter de faire disparaître le sentiment : il n’y aurait ainsi pas d’insécurité en France, mais un « sentiment d’insécurité », pas d’immigration croissante, mais un « sentiment d’immigration », et donc pas de décadence de notre nation, en fait riche et puissante, mais un « sentiment » d’où naîtraient, bien injustement, « déception », « colère » et « dégoût ». Hélas pour nos spécialistes et consultants, les Français sortent dans la rue et doivent payer leur baguette de pain, un choc avec la réalité toujours problématique.

Le mouvement des Gilets jaunes a pu mettre en évidence une rupture entre peuple et élite qui s'affirme au travers de ce sondage, 81% des Français estiment ainsi que l'opposition entre peuple et élite sera forte à court terme. Comment analyser un tel chiffre ?

David Nguyen : Encore une fois la France se distingue de ses voisins européens. Il y a donc une logique dans ce sondage, une cohérence des résultats. On voit une France au bord de l’implosion. 81% des Français pensent qu’il y a une opposition entre peuple et élites qui est forte et même 41% qui la considèrent très forte, ce qui est très élevé. Cela rejoint totalement le concept de sécession des élites qui a été exposé par Jérôme Fourquet dans son livre “L’archipel français” avec l’idée d’une élite qui s’est autonomisée par rapport aux classes populaires. S’il y a toujours eu une opposition et une distinction, la différence est que le poids de l’élite dans la société a explosé avec le renforcement de l’éducation supérieure. On peut donc observer aujourd'hui des bulles assez larges avec des populations urbaines et métropolitaines qui vivent en vase clos, s’expatrient à travers le monde, loin des assignés à résidence des catégories populaires qui ont le sentiment d’être complètement en dehors du film national. Ce qui est terrible, c’est que concernant ce sentiment d’opposition élite/peuple, nous n’avons pas de clivage social ou de clivage politique. C’est à dire qu’il y a une unanimité du constat selon lequel l'opposition peuple / élites est très forte. On peut le voir d’un point de vue positif, en pensant qu’il s’agit d’une prise de conscience, alors que nous avons au début de la crise des gilets jaunes une forme de sidération des élites. Mais on peut également le voir sous un angle négatif avec une forme d’acceptation de cet état de fait de la sécession des élites.   

Christophe Boutin : Premier élément, le terme d’élite est fort mal choisi, car il s’agit en fait, dans l’esprit des sondés, d’oligarchies, c’est à dire justement de fausses élites, d’élites dirigeantes sans véritable légitimité. De vraies élites, il y en aura en effet toujours, dans tous les domaines, dans tous les milieux, élites politique ou ouvrière, artisanale ou paysanne, militaire ou intellectuelle – et sans que ces termes ne soient aucunement exclusifs les uns des autres. Ce à quoi nous assistons, c’est à la fermeture sur elle-même d’une caste oligarchique, interdisant justement la « circulation des élites », la « méritocratie républicaine », « l’ascenseur social », autant de termes qui recouvrent une simple et même chose, l’application de l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 selon lequel : « Tous les citoyens (…) sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents ». Il n’y a donc pas de rupture entre le peuple et l’élite, mais seulement une rupture entre le peuple et l’oligarchie.

Intéressante ensuite est la répartition des pourcentages entre les différents peuples sondés : la France est ainsi en tête quand il s’agit de voir à terme une « forte opposition » entre peuple et élite (81%), tous ces peuples ne répondent pas forcément pour les mêmes raisons. La notion « d’élite » a en effet un sens différent selon les pays : très lié au politique dans certains – dont la France, pour des raisons historiques – elle déborde largement sur l’économique dans d’autre pays – l’Allemagne par exemple, où le sentiment d’opposition n’est que de 66%. Il faut aussi tenir compte des possibilités d’expression actuelles du peuple, de sa possibilité de voir des dirigeants (donc l’élite) porter ses revendications. Et la France, bloquée sur ce point nous l’avons dit, est ainsi logiquement largement devant des pays qui ont, par exemple, un gouvernement conservateur, comme l’Autriche (64%) ou la Pologne (50%).

Enfin, tous les pays sondés pensent majoritairement que cette opposition sera forte dans les temps qui viennent, ce qui veut dire qu’il est politiquement indispensable de renouer le lien entre le peuple et les élites, les véritables élites. Or la politique prévue par l’oligarchie pour sortir de la crise des « Gilets jaunes » consiste purement et simplement à accentuer ce clivage, et à dériver la colère qui la vise contre les véritables élites, en jouant sur les armes redoutables que sont le sentiment d’envie et un égalitarisme niveleur qui ne la concerne pas, placée trop haut et trop loin.

 

Derrière ce constat de déception et de colère, quels sont les enseignements à tirer des principaux problèmes listés par les Français ?   

David Nguyen : On le voit assez clairement, c’est la crise des Gilets jaunes qui impose l’agenda des préoccupations prioritaires en France aujourd'hui. Dans l’ordre, il s’agit du niveau faible des salaires et du pouvoir d’achat, du creusement des inégalités sociales, et les flux migratoires en troisième position. Il est intéressant de noter que la France se distingue de l’Allemagne et de l’Autriche, où les questions migratoires sont beaucoup plus en avant qu’en France. Le premier enseignement est que le chômage n’arrive plus en tête des préoccupations comme cela était le cas sous le quinquennat de François Hollande, alors même que nous avons un niveau de chômage qui reste élevé en France. On peut y voir une mécanique de sortie de la crise débutée en 2008. Les Français peuvent avoir le sentiment que la question du chômage, tout en restant importante, est moins intense. Dès lors il s’agit que chacun ait sa part du redémarrage économique, que chacun puisse en bénéficier en termes de pouvoir d’achat. L’autre enseignement concerne le relèvement du niveau des salaires qui arrive bien avant la question des inégalités sociales, ce qui montre que derrière le mouvement des gilets jaunes, il y a peut-être moins une logique égalitariste qu’une logique d’accès à la société de consommation et à l’élévation sociale.  Ce qui est demandé, c’est plus d’argent pour survivre pour certains, et pour d’autres, pour pouvoir correspondre au modèle de la classe moyenne avec une maison dont on est propriétaire et une capacité d’offrir des loisirs à sa famille. On voit donc davantage une logique consumériste et statutaire qu’égalitariste puisque la question du pouvoir d’achat se place bien avant celle des inégalités sociales.

Au regard de la hiérarchie des priorités des Français, ne pourrait-on pas voir un "manque" dans l'offre politique française, respectant les attentes de la population ? Quelle serait-elle ? 

Christophe Boutin : Ces priorités révèlent un double besoin. Le premier est un besoin de protection, sociale d’abord - augmentation du pouvoir d’achat, diminution de la fiscalité, lutte contre le chômage, garantie des retraites et de la protection de la santé -, physique ensuite - lute contre l’insécurité et le terrorisme, mais aussi protection de l’environnement. Le second est un besoin de cohésion sociale, au sein d’une même génération - lutte contre les inégalités sociales, contre la pauvreté, question des flux migratoires et des migrants, encadrement de la finance -, mais aussi intergénérationnelle - gestion de la dette publique, question de l’environnement.

Satisfaire ces priorités suppose de mener une politique à la fois nationale et sociale, une politique conservatrice au plein sens du terme, c’est-à-dire une politique de transmission qui s’inscrive dans la durée, dans l’histoire, et une politique de souveraineté et de décision – le contraire en fait de ce que peut être la gouvernance progressiste. Une politique de réconciliation française, qui mêlerait, par exemple, les noms de René de La Tour du Pin ou de Philippe Seguin, et retrouverait l’élan du gaullisme. Les Français veulent reprendre leur destin en main, ils veulent être à nouveau cette communauté qui pourra perdurer dans son être et non se dissoudre au fil des reniements. Et devant le refus qui leur est signifié, ils sont, effectivement, en colère et pensent à la révolution…

La suite de l'enquête demain sur Atlantico

L'enquête entière à retrouver sur ce lien

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
04.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
05.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
06.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 20/03/2019 - 18:08
hymthym711 - 20/03/2019
Mais la France aura la puissance qu'elle pourra avoir, si nous nous désendettons, si nos réformes ne font pas de nouveau une rechute sur le coût du travail & sur lui seul comme nos anciens l'ont fait juste par une pure idéologie Socialiste Marxiste. Il faut Libérer les Énergies par les Régions Françaises avec l'indépendance qu'elles avaient à une très ancienne époque mais sans renier le fait France pour sa puissance dans l'UE. Mais il faut accepter comme les 50 États des USA qui sont dans (la puissance USA 350 millions )& donc d'être dans la puissance Européenne de plus de 540millions d'habitants voir 700millions. Si l'UE disparaissait & bien nous seront & beaucoup le souhaitent l'éclatement de cette UE comme ls USA, la Chine, la Russie, mais aussi les pays du Moyen Orient dont les Mds de la péninsule Arabique & en plus l'Iran, Turquie, les pays du Maghreb .:)::) & bien nous serions mangés par eux car chacun n'est rien sans les autres. C'est une donnée incontournable de notre avenir en tant que Français.
thymthym711
- 20/03/2019 - 14:37
L'essentiel n'est pas le pouvoir d'achat.
"Les Français veulent reprendre leur destin en main, ils veulent être à nouveau cette communauté qui pourra perdurer dans son être et non se dissoudre au fil des reniements. Et devant le refus qui leur est signifié, ils sont, effectivement, en colère et pensent à la révolution…"
Là nous touchons à l'essentiel. On ne reconnaît plus la France. Serions-nous encore capables de dire ce qu'est un Français ? Les "penseurs" ou ceux qui se prennent comme tels ne cessent de nous pousser à l'effacement de soi, à l'excuse permanente, au repentir. C'est tout juste si nous ne devons pas demander pardon chaque matin d'être nés Français !
Avons-nous encore le droit d'être singuliers ? Avons-nous encore le droit de faire et de vivre nos propres expériences comme un peuple qui veut décider de son projet et de la façon d'essayer de le réaliser ? Un peuple qui ne veut pas se retirer du monde mais qui veut être lui pour pouvoir se tourner avec humanité vers les autres.
thymthym711
- 20/03/2019 - 14:28
Le nivelage pourrait être explosif.
"Or la politique prévue par l’oligarchie pour sortir de la crise des « Gilets jaunes » consiste purement et simplement à accentuer ce clivage, et à dériver la colère qui la vise contre les véritables élites, en jouant sur les armes redoutables que sont le sentiment d’envie et un égalitarisme niveleur qui ne la concerne pas, placée trop haut et trop loin."
Si le pouvoir actuel pense qu'il résoudra le problème qui lui est soumis par le Peuple en ponctionnant davantage ceux qui ont un salaire compris, disons, entre 3000 et 4000 euros par mois pour en arriver à ce que le revenu disponible soit à peu près le même pour 80% des Français il se trompe lourdement. S'il fait cela la colère pourrait sans doute être d'une autre nature que celle que nous voyons depuis quelques mois tous les samedis. Un système qui cherche à accréditer l'idée que les différences de revenus disponibles ne sont jamais justifiées est basé sur le mensonge et la malhonnêteté intellectuelle. Tous les travailleurs n'ont pas fait les mêmes efforts et n'ont pas acquis les mêmes compétences. Le mérite n'a pas encore été éliminé du dictionnaire de l'académie française.