En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Atlanti-Culture
"La voix du peuple" de Michel Hébert : et oui, le Moyen Age a quelques leçons à nous donner !
Publié le 19 mars 2019
L'ouvrage de Michel Hébert n'est pas toujours facile à lire ni réjouissant, mais il est d'une réelle actualité. A conseiller, en particulier, à tous ceux qui se demandent quelles leçons institutionnelles tirer de l'aventure des Gilets Jaunes.
Michel Kerjean est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Kerjean
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Kerjean est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ouvrage de Michel Hébert n'est pas toujours facile à lire ni réjouissant, mais il est d'une réelle actualité. A conseiller, en particulier, à tous ceux qui se demandent quelles leçons institutionnelles tirer de l'aventure des Gilets Jaunes.

 

LIVRE
La voix du peuple.
Une histoire des Assemblées au Moyen Age

de Michel Hébert

Ed.  Presses Universitaires de France

308 pages

 

RECOMMANDATION

           BON

 

THEME

Ce n’est pas un hasard si ce livre est publié aux PUF car c’est un cours d’anthropologie historique du Moyen Age occidental chrétien… En s’appuyant sur l’exemple de la France, de l’Angleterre, de la Catalogne, de La Pologne  l’auteur fait émerger le principe que les élites et en particulier les premiers d’entre eux- le Roi en France par exemple- ont besoin de l’opinion du peuple pour appréhender sagement certains grandes valeurs du quotidien : la garantie d’une bonne justice et le consentement à l’impôt en tout premier lieu. 

Afin de  prévenir tout désordre populiste et toute récupération le cheminement vers les Assemblées Territoriales se fera pas à pas.  Dans l’élaboration de ce que l’auteur considère comme un laboratoire de techniques de représentativité du peuple, rien ne sera laissé au hasard. Pour siéger en face du Roi et près des élites laïques ou religieuses le peuple va  devoir élire des représentants qui parleront en son nom et non en leur nom propre. Les convocations à siéger seront datées avec soin, personnalisées et impératives. Le lieu de l’assemblée sera le plus souvent variable en raison du fréquent climat de guerre et de l’itinérance de la cour et des monarques .

La contrainte sur la  disposition des locaux est particulièrement sévère... Pas toujours majestueux, ils devront recevoir les participants en un schéma quadrilatère ; le roi regardant d’en  haut et en face les membres du peuple. La scénographie est précise. Sur les autres côtés sont réglés les problèmes importants et parfois conflictuels de préséance du clergé et de la noblesse. 

On est frappé par la fréquence de ces assemblées, bientôt appelées Etats Généraux en France, et par la variété des sujets abordés, qui doivent conduire à un consensus. 

Intéressant aussi le rendu des conclusions au peuple par leurs représentants .A côté du rapport froid et administratif on y trouve la langue de bois, l’auto-promotion ou la publicité régionale. 

Ce grand mouvement de présence populaire constructive - loin de la simple figuration antérieure - dans les assemblées, et d'affirmation de sa valeur politique n’a été possible que par gestion très précise de la  représentativité, afin que personne ne s’approprie la voix du peuple .Ce mécanisme est déjà un petit pas vers la démocratie et la représentation parlementaire qui utilisera bien d’autres ingrédients pour s’affirmer : «  Les lois sont les filles des faits »

 

POINTS FORTS

Ils concernent le fond: Ce livre a le mérite de faire réfléchir sur le fait qu’être souverain ou monarque au Moyen Age n’était pas une sinécure. Il montre qu’à une époque où l’on était, bien loin de la monarchie absolue, confronté à des problèmes de guerre, de succession, d’épidémie, de croisades, la recherche expérimentale d’un consensus sur la gestion de L’Etat auprès d’une instance populaire participative non populiste semblait être une vraie bonne idée.

 

POINTS FAIBLES

Ils concernent la forme: La lecture du premier tiers du livre a déclenché chez moi le même enthousiasme que la prise d’une cuillérée d’huile de foie de morue sans morceau de chocolat ! Une accumulation de références, d’érudition, de sémantique compliquée, de redites par rapport aux ouvrages précédents vous menant rapidement au bord de la rupture.

En étant obstiné on arrive à lire la suite, qui traite de la mise en place des assemblées, ce qui est fort intéressant mais littérairement attirant comme un polycopié d’amphithéâtre.

A l’évidence, le style universitaire, même chez  meilleurs, n’a pas dépassé le style « thésard ».On est presque surpris de ne pas entendre quelqu’un, à la fin du livre, nous dire : «  Parlez- moi de la Grande Charte. Vous avez deux heures…. ! »

Messieurs les universitaires donnez-nous plus de plaisir en vous lisant...


EN DEUX MOTS

Ce livre fait montre de références médiévales impressionnantes dans son introduction, sa conclusion, ses notes de bas de page et sa bibliographie. Il s’adresse aux Médiévistes confirmés, aux étudiants en Histoire, en Science Politique, en  Anthropologie et en Droit. Le lecteur « amateur » peut l’aborder , mais assis à son bureau, un crayon à la main, un dictionnaire à proximité ! 

Ceci étant, la comparaison avec le comportement politique actuel de notre classe dirigeante, exercice qui n’est pas recommandé par l’auteur, ne manque cependant pas de sel !

 

UN EXTRAIT

L’auteur parle des hésitations et refus lors des convocations:

« Des villes tirent argument de la pauvreté ou de l’état de leurs finances, des prélats et des barons se disent occupés à des affaires plus pressantes, malades, infirmes ou trop âgés pour entreprendre un voyage toujours qualifié de périlleux .Les cas ne sont pas rares. Ils sont même peut-être suffisamment fréquents pour que Jaume Callis , dans son traité sur la convocation des Cortés au début du XVème siècle, pose une règle aussi explicite qu’elle peut nous paraître cocasse :seule une maladie « au cul ou au membre viril »qui empêcherait le dignitaire d’enfourcher sa monture, peut lui donner prétexte à se faire excuser en toute légitimité ! … » Voilà du concret !

 

L'AUTEUR

Michel HEBERT est canadien, historien médiéviste, professeur émérite à l’université du Québec à Montréal. Il est membre de la Société royale du Canada et fondateur de la Société des études médiévales du Québec .En 2014 il  remporte le premier prix Gobert de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres de France pour son livre : «  Parlementer - Assemblées représentatives et échange politique en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge » (éditions de Boccard)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Le Royaume-Uni champion des investissements en capital risque malgré le risque du Brexit
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Et encore des contacts "volés" à ses utilisateurs : l’heure de dissoudre Facebook est-elle venue ?
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
Notre-Dame de Paris : l'entreprise en charge des travaux impliquée dans un autre départ de feu récent
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires