En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 10 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 7 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 9 heures 41 sec
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 11 heures 17 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 12 heures 18 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 12 heures 44 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 14 heures 4 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 6 heures 54 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 8 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 8 heures 57 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 10 heures 44 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 13 heures 52 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 14 heures 10 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico-Business

Grand débat : Surenchère sur la fiscalité, indifférence sur les dépenses publiques et un grand absent, le chômage

Publié le 18 mars 2019
Comment sortir de la crise quand les solutions les plus souvent avancées par les gilets jaunes et les participants au grand débat passent principalement par des augmentations d’impôts pour les riches?
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comment sortir de la crise quand les solutions les plus souvent avancées par les gilets jaunes et les participants au grand débat passent principalement par des augmentations d’impôts pour les riches?

Le grand débat a été un succès. Des dizaines de milliers de débat organisés dans la France entière, plus d’un million de contributions, un besoin énorme de dialogue concernant beaucoup plus de monde que ceux qui se sont obstinés dans les manifestations de rue.

Mais ce grand débat a aussi montré à quel point la société française était fragmentée en groupes socio-professionnels tellement différents et souvent antagonistes qu’on a peine à imaginer ce qui permettra aux Français de se retrouver ensemble sur une même trajectoire.

Les gilets jaunes ont, depuis le début, réuni des gens de la classe moyenne provinciale qui travaillent mais qui vivent difficilement, sans percevoir très nettement quel peut être leur avenir et celui de leurs enfants. Les grands débats ont sans doute rassemblé une autre France, plus âgée, mieux installée mais inquiète. Jamais le fossé entre les Français des villes et ceux de la périphérie n’a été aussi profond.  Entre ceux qui ont eu la chance de faire des études et de monter dans le train de la modernité et ceux qui se sentent déclassés pour toujours.

Le seul sujet qui semble rassembler un grand nombre de Français semble être celui du climat. « Sauver la planète et éviter la fin du monde » rassemble plus de Français de toute origine et de tout âge que ceux qui manifestent pour sauver « leur fin de mois ».

 

Cela étant, la sortie de crise ne sera pas facile à trouver parce que quand on fait un premier bilan des revendications sur les ronds points et des contributions multiples du grand débat, on s’aperçoit que le programme d’actions sera compliqué à établir.

En simplifiant, disons que l’ensemble parfois hétéroclite des revendications qui sont remontées des réunions et des débats porte principalement sur les questions fiscales, mais laisse peu de place aux réformes possible et court-circuite la question du chômage.

 

1er point, les questions fiscales arrivent largement en tête de toutes les préoccupations mais s’expriment dans le cadre d’une contradiction assez difficilement soluble. Le poids des prélèvements obligatoires, impôts directs, TVA, impôts sur la production, sur l’immobilier, et les charges sociales est devenu globalement insupportable. C’est une évidence. La France est le pays au monde où le total des prélèvements obligatoires est le plus lourd avec plus de 50 % du PIB. L’urgence des urgences est donc de baisser l’impôt. Mais ce qui apparaît encore plus fort dans les revendications, c’est le sentiment d’injustice. Le ressenti. Par conséquent, on demande non seulement une baisse de l’impôt et des charges pour les catégories les moins favorisées et pour les classes moyennes, mais parallèlement ils réclament une hausse de l’impôt pour les plus riches et notamment le rétablissement de l’ISF. On ne règlera pas le problème par un tour de passe passe qui n’aura d’effet que de faire fuir les plus riches. Ils en ont les moyens.

 

2e point, la question des dépenses publiques et sociales est évidemment très présente dans les cahiers de revendications, mais beaucoup plus pour souligner le déficit de service public, et réclamer plus d’initiatives, et plus de protections sociales qu’une autre gestion. On réclame le maintien en service, pour les uns de la maternité locale, pour d’autres, la réouverture d‘une Poste ou d’une gare Sncf, sans accepter de comprendre que si ces services publics ont été fermés, c’est parce qu’ils étaient désertés par une population clairsemée.

Les revendications sont beaucoup plus pauvres dès qu‘il s’agit d’imaginer une autre gestion, plus efficace avec moins de dépenses publiques. Alors que la baisse des dépenses publiques est le seul moyen de baisser l’impôt.

 

3e point, la question du chômage en France est complètement absente des manifestations et des revendications. On réclame moins d’impôts pour les pauvres, plus d’impôts pour les riches, on réclame moins de taxes sur l‘essence, et plus de taxes sur la fortune. Les chômeurs sont absents ou très peu nombreux dans les rangs des gilets jaunes.

Tout se passe comme si la France n’avait pas de problème d’emplois. Or, la question du chômage de masse persiste, plus de 9% de la population reste le problème numéro 1 de ce pays. C’est parce qu’on a du chômage que le rendement de l’impôt est insuffisant et que les institutions de protection sociale sont en panne. C’est parce qu’il y a du chômage que nous consommons trop de dépenses publiques.

Alors si le chômage n’est pas le premier facteur d’angoisse sociale, c’est peut-être parce qu’il est assez bien indemnisé. C’est aussi plus surement parce que les chômeurs sont désabusés.

La société française réclame dans les grands débats, des solutions applicables à très court terme, sur les impôts, sur le pouvoir d’achat. Or, on a compris que le chômage de masse en France appelait des solutions qui malheureusement n’auront pas d’effet rapide.

Notre chômage est un chômage structurel. Il nécessite des investissements, il nécessite aussi une formation pour adapter la demande d’emploi à l’offre. Or, nous avons plus de 1,5 millions de chômeurs en France de longue durée. Des chômeurs qui n’ont ni formation, ni éducation, et qui sont totalement exclus du marché du travail. Pour les syndicats qui sont impuissants et pour les gilets jaunes qui sont inquiets certes, mais qui ont du « travail », le chômage n’est pas la priorité.

C’est un énorme problème pour Emmanuel Macron parce que l’essentiel de son programme de redressement passe par la compétitivité de l’économie sur les marchés mondiaux. Il se retrouve donc très loin des préoccupations quotidiennes du plus grand nombre de Français alors que la solution passe évidemment par l’équation économique.   

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 18/03/2019 - 19:14
Connivence, libéralisme.
Presque toutes les entreprises du CAC40 font l'essentiel de leurs CA et encore plus de leurs profits à l'étranger où elles sont massivement installées. Certaines gardent en France uniquement leur siège social et quelques unités de RD. Elles sont en concurrence avec leurs alter egos étrangers sur leurs marchés respectifs. Le profit dégagé dépend de leur compétitivité à l'international, pas de connivences avec un état Français prédateur dirigé par des politiques qui ne savent pas ce que c'est qu'un marché et des concurrents. La connivence, si elle existe, sert à réduire ou à atténuer le pouvoir de nuisance de l'Etat Français, sur le plan fiscal et réglementaire. Au niveau Européen qui est de plus en plus celui qui compte, toutes les grandes entreprises, directement ou par le biais de fédérations professionnelles ou d'autres entités essayent de défendre leurs intérêts auprès de la Commission ou du Parlement dont les réglementations les impactent directement, à l'instar de ce qui se passe depuis toujours aux USA, temple du libéralisme .
AZKA
- 18/03/2019 - 18:04
@Bienvu
Oui la France n'est pas libérale pour l'esprit d'entreprise, la dette, le nombre ridiculement élevé de fonctionnaires, mais elle l'est dans un capitalisme de connivence du Cac40 où la la main libre du marché est aimablement protégé par un Etat centralisé émanation d'une ville de hauts fonctionnaires et de bourgeois consanguins...Paris. Tout cela est tres "liberal" au sens post moderne, anglo saxon et décadent du terme.
cloberval
- 18/03/2019 - 14:33
On redistribue
avant d'avoir produit et même en prenant le risque d'augmenter le produit.
On ne peut pas tout faire en même temps ni aller dans tous les sens à la fois ni être seulement parce qu'on a été . Quand le comprendrons nous ?