En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Justice
Barème d’indemnité prud'homales : pourquoi Nicole Belloubet a raison de rappeler aux juges l’importance du respect des lois votées
Publié le 07 mars 2019
Face à la multiplication des jugements prud'homaux refusant d'appliquer le plafonnement des indemnités qui a été institué par les ordonnances Macron, Nicole Belloubet a adressé une circulaire aux procureurs généraux auprès des cours d'appel.
François Taquet est professeur en droit du travail, formateur auprès des avocats du barreau de Paris et membre du comité social du Conseil supérieur des experts-comptables. Il est également avocat à Cambrai et auteur de nombreux ouvrages sur le droit...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Taquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Taquet est professeur en droit du travail, formateur auprès des avocats du barreau de Paris et membre du comité social du Conseil supérieur des experts-comptables. Il est également avocat à Cambrai et auteur de nombreux ouvrages sur le droit...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face à la multiplication des jugements prud'homaux refusant d'appliquer le plafonnement des indemnités qui a été institué par les ordonnances Macron, Nicole Belloubet a adressé une circulaire aux procureurs généraux auprès des cours d'appel.

Atlantico : Alors que de plus en plus de jugements refusent d'appliquer les ordonnances Macron, et le plafonnement des indemnités prud’homales, la Garde des Sceaux Nicole Belloubet réplique en demandant l'appel au Parquet Général. S'agit-il d'une réaction compréhensible en ce que l'Etat doit faire appliquer la loi, ou au contraire d'une intrusion abusive du pouvoir exécutif dans le domaine judiciaire ?

François Taquet : Le plafonnement des dommages intérêts en cas de licenciement sans cause réelle ni sérieuse a été prévu par une des ordonnances dites « Macron » du 22 septembre 2017. Ce système a été essentiellement mis en œuvre pour sécuriser les chefs d’entreprise en chiffrant le risque maximum pour l’employeur. Dès lors que certains conseils de prud’hommes estiment que ce barème n’est pas conforme à certains textes internationaux, il paraît cohérent que les Cours d’appel, puis la Cour de cassation donnent clairement leur point de vue afin de mettre fin à une incertitude…Tel est le sens de l’intervention de la Ministre de la Justice qui a demandé au Parquet Général de se porter partie intervenante afin de rappeler aux juges du siège comment la loi doit être appliquée. Certes la procédure est exceptionnelle s’agissant  de dispositions du droit du travail. Mais l’article 424 du Code de procédure civile prévoit bien que « le ministère public est partie jointe lorsqu'il intervient pour faire connaître son avis sur l'application de la loi dans une affaire dont il a communication ». Cela montre à quel point  le sujet est sensible et l’intervention du Parquet général donne du poids dans cette intervention !

Les "récalcitrants" invoquent l’article 10 de la convention 158 de l’Organisation internationale du travail (OIT) et l’article 24 de la charte sociale européenne. Cette lecture de la loi est-elle valable ?

D’abord et à titre liminaire, il est pour le moins étrange que ce barème maximum prévu en cas de licenciement sans cause réelle ni sérieuse fasse autant parler de lui alors les autres pays européens disposent d’un tel outil depuis bien longtemps.

Notons également que le Conseil constitutionnel (arrêt du 21 mars 2018) et le Conseil d’Etat (7 décembre 2017) ont validé le système.

Malgré cela plusieurs Conseils de prud’hommes (Troyes, Lyon, Agen, Amiens, Grenoble…) ont estimé que ce barème n’était pas conforme à l’article 10 de la convention n° 158 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) et à l’article 24 de la Charte sociale européenne ! De quoi s’agit-il ? Pour faire simple, l’article 10 de la Convention de l’OIT, prévoit en cas de licenciement abusif « le versement d'une indemnité adéquate ou toute autre forme de réparation considérée comme appropriée  » ; quant à l’article 24 de la Charte, il renvoie également à une « indemnité adéquate ou à une autre réparation appropriée » (on notera que les termes sont très vagues et ne mentionnent pas une réparation « intégrale »).

La référence à la Convention 158 ne semble pas devoir prospérer. En effet, si le barème prévu par la France est condamné, il en sera de même, par effet de domino, de tous les autres pays qui ont prévu dans leur législation des plafonnements de dommages intérêts pour rupture abusive (souvent beaucoup plus contraignants pour les salariés que le système français).

En revanche, le renvoi à la Charte sociale européenne est plus sérieux. En effet, par une décision du 8 septembre 2016 le Comité européen des droits sociaux a rendu une décision estimant que  la Finlande qui limite à 24 mois les indemnités susceptibles d’être allouées en cas de licenciement injustifié ne respectait pas les dispositions de l’article 24 susvisé….Et, bien évidemment, on pense à la France qui plafonne les indemnités à 20 mois…Toutefois,  les apparences sont trompeuses pour plusieurs raisons : d’abord, en Finlande, ce plafonnement est applicable dans toutes les hypothèses, même en cas de nullité de la rupture (ce qui n’est pas le cas dans le système français) ;  en outre, dans le système finnois, les indemnités allouées par le juge sont soumises à impôt et déduites les sommes que le salarié a touché depuis son licenciement…ce qui n’est pas non plus le cas en France. Les systèmes ne sont donc pas comparables.  Et les chances de succès de ces « récalcitrants » sont loin d’être évidentes !

Après un tel rappel à l'ordre lancé par Mme Belloubet, quelles peuvent être les réponses apportées par le Parquet Général ?

Il est à parier que beaucoup d’employeurs condamnés en première instance ont déjà exercé un recours à l’encontre des décisions qui leur sont défavorables ! En tout cas, s’ils ne l’ont fait, la Garde des Sceaux par cette circulaire du 26 février 2019 adressée à l’ensemble des procureurs généraux auprès des cours d’appel entend signifier la fin de la récréation et rappeler les juges à la stricte observation de la loi ! Car ce qui est clair, c’est que nul ne peut se contenter des flottements actuels !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
04.
Il manque d'écraser un malvoyant et sort de sa voiture pour le frapper
05.
"Vous pesez autant qu'un épagneul breton" : la charge d'un élu RN contre Ian Brossat
06.
La métropole du Grand Paris prépare la transhumance des urbains vers les campagnes
07.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
COUKOUCéMOI
- 07/03/2019 - 19:14
Juge et surtout INTERPRETE !
Bin oui, certains (nombreux) de ces fonctionnaires (rappelons leur statut !) sortent de plus en plus fréquemment de leur rôle et ne sont plus dans leur registre; c'est une des principales causes du déclin sociétal auquel nous assistons depuis plusieurs décennies ! Et dés que l'on pointe les dérives de l'institution il y a... outrage à magistrat ! Ceux-ci, cependant, peuvent outrager comme bon leur semble. "L'interprêtation" est à l'infini, par définition et par nature ! Chaque strate du parcours judiciaire le démontre de l'instance à la cassation en passant par l'appel, et maintenant la Cour européenne ! Il y aurait quelque chose de pas très au point dans "le système"... ! Mais... ça ne nous regarde pas !!!! Belloubet, qui n'est pas ma copine, a raison de recadrer ce petit monde qui est censé rendre la justice "au nom du peuple", ce qui n'est pas démontré, mais le reste !!!
lilasbleu
- 07/03/2019 - 15:56
Mort des entreprises
Les juges payés sans contrôle aucun ou presque et surtout avec de rares sanctions de leurs pairs, se croient au dessus des lois
Il est temps de revoir la formation des magistrats ( école de la magistrature) et leur statut et si les magistrats , veulent être politisés , pourquoi pas , dans ce cas doivent être élus... tout cela n’est pas pour demain
lilasbleu
- 07/03/2019 - 15:55
Mort des entreprises
Les juges payés sans contrôle aucun ou presque et surtout avec de rares sanctions de leurs pairs, se croient au dessus des lois
Il est temps de revoir la formation des magistrats ( école de la magistrature) et leur statut et si les magistrats , veulent être politisés , pourquoi pas , dans ce cas doivent être élus... tout cela n’est pas pour demain