En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© MIGUEL MEDINA / AFP
Insta-drame
Pourquoi vous ne devriez vraiment pas vous fier à Instagram pour décider de votre nouvelle décoration intérieure
Publié le 03 mars 2019
Les professionnels du milieu de la déco sont de plus en plus nombreux à utiliser le réseau social Instagram pour mettre en avant leurs créations.
Emilie Coutant est sociologue, consultante en mode, médias, tendances, risques et addictions.Docteur de l’Université Paris V, elle a soutenu une thèse intitulée “Le mâle du siècle : mutation et renaissance des masculinités. Archétypes, stéréotypes, et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emilie Coutant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emilie Coutant est sociologue, consultante en mode, médias, tendances, risques et addictions.Docteur de l’Université Paris V, elle a soutenu une thèse intitulée “Le mâle du siècle : mutation et renaissance des masculinités. Archétypes, stéréotypes, et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les professionnels du milieu de la déco sont de plus en plus nombreux à utiliser le réseau social Instagram pour mettre en avant leurs créations.

Atlantico : Comment est-ce qu'Instagram a raccourci la durée des tendances en termes de décoration et d'architecture d'intérieur ? De manière générale quel a été l'impact d'Instagram sur ces sujets et les professions qui y sont liées ?

Emilie Coutant : Ce que l’on observe ces dernières dans le domaine de l’architecture d’intérieur est une prolongation d’un mouvement initié dans le monde de la mode. En matière d’inspiration créative et de décoration, ce sont de nouveaux acteurs (influenceuses, modeuses, blogueuses, instagrammeuses…) qui, à travers les réseaux sociaux, donnent le LA et révèlent les tendances à suivre à coups de hashtags au caractère très éphémère. Or, plus ces images et styles seront partagés, plus ils risquent d’être rapidement dépassés. Les tendances suivent une courbe de Gausse: plus elles sont suivies, plus elles risquent de rapidement tomber en désuétude. L’immense réservoir d’images partagées avec les mêmes hashtags et dans un objectif de courses aux likes accélère la durée de cycle des tendances.

Cependant, si les tendances à suivre semblent aussi éphémères que les mots-clés qui y sont liés, c’est bien la tendance de fond qui est révélateur d’un changement à l’égard du rapport à la consommation et la construction du soi. Les recherches sur des réseaux comme Pinterest avant d’acheter sont devenues pratiques courantes et Instagram apparait désormais comme un réseau social incontournable pour les passionnés de décoration intérieure, d’upcyling et autre Ikea Hack (détournement de meubles Ikea), faisant de cette plateforme un véritable lieu de rencontres, de partages d’expériences et de mise en avant de ses choix identitaires. En effet, ces expositions de soi et mises en scènes de la vie personnelle participent de la construction de l’identité. La société dans laquelle nous vivons est de moins en moins individuelle et de plus tribale. Nos désirs d’achats et choix personnels sont guidés par cette volonté d’appartenance tribale. Il s’agit là d’un parcours initiatique dans lequel chacun s’inspire tout en inspirant l’autre. Nous ne sommes plus dans cette logique verticale et ascendante de la mode mais bien dans une transmission horizontale de valeurs. Or, les marques et entreprises se sont insérées dans ce parcours en ayant également “pignon sur rue” sur ces plateformes. Les réseaux sociaux dans ce secteur sont un moyen d’accroître leur visibilité et de promouvoir leurs produits.  En utilisant ces canaux, et en favorisant la transmédialité, les marques décuplent leur performance sociale constituée de leurs communautés, des publications et des interactions. L’impact de ces réseaux a été de favoriser un engagement fort d’une communauté autour d’un secteur dans lequel marques et influenceurs s’inspirent mutuellement en inspirant d’autres acheteurs.

Quel risque prend-t-on on vouloir calquer ce que l'on a pu voir sur ce réseau social sur son propre lieu de vie ?  Ne risque-t-on pas de se lasser assez rapidement ?

L’imitation est, avec la distinction, une des dimensions de la dialectique de la mode. Gabriel Tarde plaçait l’imitation au principe même de toute activité humaine : “la réalité sociale c’est l’imitation sous toutes ses formes.” La mode concilie ces deux sentiments  contradictoires présents dans la société : le besoin de distinction et le désir d’appartenance. Elle dessine ainsi l’unité d’un groupe et sa rupture avec l’extérieur. En s’inspirant des images partagées sur Instagram et autres réseaux pour guider ses désirs d’achats, on cherche bien sur à s’imprégner des styles esthétiquement valorisées et mis en avant par des figures d’influences partageant leurs acquisitions et savoir-faire et constituant ainsi un groupe de projection et de référence en la matière. Ces sources d’inspiration, plus proches de soi et plus “cools”, qui semblent libérées du joug de la publicité des marques et enseignes spécialisées deviennent finalement des styles mainstream que l’on finit par retrouver partout alors qu’ils ne correspondent pas à tous les intérieurs.  Comme nous devons accepter que certains styles vestimentaires conviennent plus à certaines personnes, nous devons accepter que certaines tendances de décoration intérieure ne conviennent pas à tous les habitats.

Enfin, quels conseils pourriez-vous donner  en termes d'aménagement? Est-ce pour autant une mauvaise chose de s'inspirer de ce que l'on peut voir passer et qui retient notre attention ?

En termes d’aménagement, je n’ai pas de conseils à donner, chacun son métier. Je ne pense pas que les consommateurs d’aujourd’hui soient encore les moutons individualistes que le paradigme moderne de la mode (et de la société de manière globale) avait engendré. Ce que les penseurs et observateurs sociaux constatent depuis quelques décennies c’est la naissance d’une nouveau rapport à la consommation, à l’apparence et à la construction du style de soi. Une nouvelle prise en compte de la singularité de chacun permet de sortir d’une tyrannie des normes en rendant visibles les différences, les étrangetés voire les déviances. Les réseaux sociaux participent de cette mutation en offrant à voir des alternatives au diktat de l’industrie de la mode. Ce n’est ainsi pas une mauvaise chose de s’inspirer de ce que l’on peut voir passer à condition de bien constituer son fil d’actualité et donc de faire de faire les bons choix en matière d’abonnements. A ce titre, le conseil que je pourrais donner est de regarder du côté des tendances éthiques dans la mode et l’architecture d’intérieur, privilégier des matières et matériaux durables, miser sur des marques engagées et responsables à l’égard de l’environnement et de l’humain dans toute sa filière de production, depuis la création jusqu’à la distribution. Car s’il y a bien un enjeu fondamental dans la mode de demain, des créatifs aux consommateurs en passant par les fabricants et les influenceurs, c’est bien celui de la responsabilité de chacun face aux conséquences de la “surfabrication” et de la “surconsommation” d’objets de mode et de décoration.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
06.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires