En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Et si Trump avait raison sur la Chine

07.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

ça vient d'être publié
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 1 heure 2 min
décryptage > France
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Politique
Présidentielle américaine

Retrait de Bernie Sanders : les failles idéologiques de l’idole des jeunes n’auront pas résisté au coronavirus

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Société
Contrepoids

Pourquoi les fantasmes de nouveau monde de Frédéric Lordon et des anti-capitalistes ne sont que les mêmes et (vieilles) lunes dangereuses

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Santé
Restrictions

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

il y a 4 heures 33 min
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 13 heures 45 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 14 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 16 heures 3 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 16 heures 54 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 19 heures 31 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Société
Problème de langage

Pourquoi les libéraux parlent-ils si mal du libéralisme ? Parce qu’ils utilisent les mots de ses adversaires !

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Economie
Nouveau symptôme du coronavirus

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Société
Du grand soir au petit matin

Et si la seule chose que nous ayons vraiment besoin de réapprendre à gérer post-Coronavirus était le temps

il y a 4 heures 50 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 14 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 15 heures 38 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 16 heures 23 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 19 heures 6 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 19 heures 56 min
Bonnes feuilles

Autopsie d'une reine : comment Anne d'Autriche a succombé... à un cancer du sein

Publié le 02 mars 2019
Philippe Charlier et David Alliot publient "Autopsie des morts célèbres" aux éditions Tallandier. La récente apparition de la paléopathologie – cette médecine appliquée aux cadavres anciens – a permis de réelles avancées dans le domaine des connaissances et a même contribué à résoudre des "énigmes historiques". Extrait 1/2.
Philippe Charlier est maître de conférences des universités (UVSQ), chercheur au Laboratoire d’Éthique Médicale et de Médecine Légale (EA 4569, Paris-Descartes) et praticien hospitalier (AP-HP, CASH de Nanterre). Il est spécialisé en médecine légale et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Spécialiste de Louis-Ferdinand Céline, David Alliot est l'auteur du remarqué D'un Céline l'autre, publié dans la collection 'Bouquins' chez Robert Laffont.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Charlier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Charlier est maître de conférences des universités (UVSQ), chercheur au Laboratoire d’Éthique Médicale et de Médecine Légale (EA 4569, Paris-Descartes) et praticien hospitalier (AP-HP, CASH de Nanterre). Il est spécialisé en médecine légale et...
Voir la bio
David Alliot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Spécialiste de Louis-Ferdinand Céline, David Alliot est l'auteur du remarqué D'un Céline l'autre, publié dans la collection 'Bouquins' chez Robert Laffont.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Charlier et David Alliot publient "Autopsie des morts célèbres" aux éditions Tallandier. La récente apparition de la paléopathologie – cette médecine appliquée aux cadavres anciens – a permis de réelles avancées dans le domaine des connaissances et a même contribué à résoudre des "énigmes historiques". Extrait 1/2.

Le cancer du sein d’Anne d’Autriche (1601-1666) est médicalement intéressant à plus d’un titre. Tout d’abord, il est plutôt bien documenté pour l’époque. Épouse de Louis XIII, reine de France et mère de Louis XIV, tous ses faits et gestes sont publics. Aussitôt diagnostiquée, sa maladie devient une affaire d’État ; à chaque numéro de La Gazette, les lecteurs peuvent suivre l’évolution de son cancer. Ensuite il est révélateur de la perception de la maladie au XVIIe siècle, qui, fondamentalement, est mal connue. Ce n’est qu’un siècle plus tard qu’arriveront les premières hypothèses physiopathologiques allant dans le sens que l’on connaît aujourd’hui. Au temps du Grand Roi, le cancer est une maladie mystérieuse, parce que d’origine invisible, et quand il est diagnostiqué, il est hélas trop tard. 

Les soins sont au diapason : plutôt que de s’en remettre aux médecins pour assurer la guérison, on se tourne vers Dieu. Il faut dire qu’à l’époque, le pronostic est sombre. Pas de traitement curatif expressément reconnu, uniquement des soins « de confort », tous plus mutilants les uns que les autres, à commencer par l’amputation du sein au fer chaud. Pour éviter d’en arriver à cette extrême limite, c’est l’ensemble de la nation qui est appelée à prier pour le salut de la reine mère… De son côté, Anne d’Autriche prendra cette maladie comme une nouvelle épreuve, qu’elle affrontera avec dignité et abnégation, « en chrétienne », sans jamais se plaindre ni s’épancher.

*

Lorsque le cancer d’Anne d’Autriche apparaît en novembre 1664, sur son sein droit, elle est âgée de 63 ans. D’un point de vue médical, Anne d’Autriche présentait également des facteurs à risque pour le développement de ce type de cancer. Tout d’abord, apparition précoce des règles, combinée à deux grossesses tardives, Louis et Philippe, respectivement nés en 1638 et 1640, c’est-à-dire alors qu’elle a 37 puis 39 ans, sans oublier plusieurs fausses couches qui jalonneront son existence. 

L’évolution du processus tumoral est relativement rapide. Très vite, les pansements ont du mal à couvrir l’inflammation qui gagne tout le volume du sein. Et face à la maladie, les praticiens directement rattachés à la reine sont impuissants. Comme de coutume à cette époque, on pratique la saignée, ce qui ne fait qu’affaiblir la patiente et précipiter sa fin. Autres tentatives thérapeutiques, l’application de la ciguë sur le centre de la tumeur. Depuis l’Antiquité, la ciguë était connue pour « refroidir » l’organisme, et son emploi vise clairement, dans l’esprit de la pharmacopée du XVIIe siècle, à « glacer » la tumeur, c’est-à-dire à empêcher sa croissance et sa dissémination à défaut de la guérir. 

Autre tentative de traitement essayée, la « thérapie alimentaire ». On considère alors que le cancer est un être vivant qui se nourrit aux dépens de l’organisme où il se développe. Un parasite invisible qui se propage dans la paroi de la peau et la grignote lentement. Pour soigner la maladie, on incise la tumeur dans laquelle on insère des morceaux de viande de bœuf. Pendant que le parasite se nourrira des morceaux de viande, le reste du corps sera épargné, du moins le pense-t-on – cette pratique thérapeutique perdurera jusqu’au début du XIXe siècle. À nouveau sans succès, puisque Anne d’Autriche sera finalement amputée de son sein, tandis qu’une nouvelle tumeur apparaît dans l’autre.

Devant l’inefficacité de tous les traitements disponibles, chacun y va de sa petite proposition, entre gri-gri et recette de grand-mère. Parmi celles qui sont parvenues jusqu’à nous, un curé originaire de la région d’Orléans offre à la reine du sel géologique du lac Érié (actuel Canada) théoriquement capable de pétrifier le cancer… Un autre curé présente une pommade à base de belladone et de cendres de roche de la Beauce… sans plus de succès, évidemment. Le 27 mai 1665, alors qu’Anne d’Autriche séjourne au château de Saint-Germain-en-Laye, on constate une douloureuse plaque rougeâtre sur son bras et son épaule. Le diagnostic d’érysipèle est posé et, pour la soulager, il est décidé d’inciser ladite plaque. Il en sort un liquide sanglant qui ne la soulage qu’à peine… La pâleur de la reine mère est extrême et beaucoup pensent qu’elle ne passera pas la nuit. Mais elle survit.

En mars 1665, on fait venir un praticien lorrain, Pierre Alliot (1610-1685), accompagné de son fils Jean-Baptiste (1639-1729), tout frais diplômé en médecine. Le père est fameux, à l’époque, pour la récente publication d’un opuscule dans lequel il propose de soigner le cancer sans amputation, en usant d’une poudre de sa composition. Très clairement, Alliot père et fils sortent du lot en considérant l’origine des cancers non comme un corps étranger (un animal parasite rongeant les chairs) mais comme une anomalie des tissus causée par des acides. Ils figurent parmi les premiers à reconnaître des cas de cancers héréditaires au sein de la même famille. Ils décrivent aussi le système des métastases et des récidives tumorales après extirpation chirurgicale de la tumeur principale. 

Malgré toutes ces tentatives, et après un début d’amélioration, l’état clinique de la reine empire. En août 1665, l’ensemble du sein est gangrené et les cataplasmes à base de chaux qu’on y dépose sont sans effet, mais particulièrement douloureux. À la fin du mois, devant l’avancée de la maladie, mais aussi devant l’insistance des proches, la reine consent au traitement sanglant. La tumeur est « refroidie » puis découpée par tranches. Autrement dit, le sein est partiellement amputé et la tumeur est (théoriquement) extirpée en totalité. Médecins, chirurgiens, familiers et membres de la Cour assistent à ce qui ressemble plus à une boucherie qu’à de la chirurgie au sens moderne du terme.

Le 20 janvier 1666, considérablement amaigrie, atteinte désormais à l’autre sein mais aussi aux poumons, peu calmée par les jus de pavot, Anne d’Autriche finit par mourir mais demande, tant la souffrance a été forte de son vivant, que lors de son embaumement on ne prélève que son cœur pour le déposer au Val-de-Grâce, laissant le reste du cadavre intact.

Extrait du livre de Philippe Charlier et David Alliot, "Autopsie des morts célèbres", publié aux éditions Tallandier.

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Et si Trump avait raison sur la Chine

07.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 02/03/2019 - 16:14
Finalement confirmation que le Cancer ne provient
pas de l'Usine Monsanto. D'ailleurs sur les momies Égyptiennes il a été découvert aussi des cancers. Il faut ajouter que malgré le manque de traitement de la maladie mais aussi de la douleur (la science n'était pas encore comme aujourd'hui ) & bien aucune personne ne réclamait l'Euthanasie. Aujourd'hui ou la fin de vie est enfin parfaitement traitée les humains ne souffrant pas refusent d'accompagner le mourant trop longtemps car cela les perturbent dans leur emploi du temps & demandent donc l'euthanasie. En fait pour reprendre plus rapidement leurs occupations....