En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

07.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 40 min 58 sec
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 1 heure 25 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 2 heures 9 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 3 heures 39 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 6 heures 51 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 7 heures 26 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 7 heures 47 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 52 min 1 sec
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 1 heure 47 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 2 heures 43 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 24 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 7 heures 1 sec
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 7 heures 43 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 8 heures 20 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 8 heures 56 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 9 heures 46 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 10 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
Double discours

Offensive néerlandaise sur Air France-KLM : l’Europe pourra-t-elle survivre au grand écart entre les discours d’union et les actes ?

Publié le 28 février 2019
En réaction à la montée au capital d'Air France par l'Etat néerlandais, Bruno Le Maire a déclaré : "il est essentiel de respecter les principes de bonne gouvernance et qu'Air France-KLM soit géré sans interférence étatique nationale".
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En réaction à la montée au capital d'Air France par l'Etat néerlandais, Bruno Le Maire a déclaré : "il est essentiel de respecter les principes de bonne gouvernance et qu'Air France-KLM soit géré sans interférence étatique nationale".

Atlantico: Ne peut-on pas voir une problématique propre au gouvernement français à vouloir trop promouvoir l'idée européenne tout en oubliant parfois les besoins de préservation des intérêts nationaux ? Ne serait-ce pas rendre un service à l'Europe, sur ces questions économiques, que de privilégier également la "case nationale" ? 

Florent Parmentier: Les grandes compagnies nationales ont longtemps été considérées comme des acteurs stratégiques. KLM, l'entreprise nationale néerlandaise, a été fondée en 1919, Air France quelques années plus tard, en 1933. L'Alliance Air France - KLM est le résultat d'un certain nombre d’évolutions du marché aérien : une concurrence accrue au niveau international, l'arrivée des compagnies low-cost et l'émergence de nouveaux marchés ont contraint ces grandes compagnies à redoubler d'efforts pour rester compétitives. Cela a induit la multiplication des partenariats et des alliances. Ces évolutions ont conduit à la création d'Air France KLM par la fusion des groupes français et néerlandais en 2004. Laissant un sentiment de méfiance latent du côté de KLM, plus vieille compagnie encore active au monde, sentiment encore renforcé par les différences de compétitivité entre les deux entreprises. Depuis 2004, le chiffre d’affaires de KLM a presque doublé, alors que celui d’Air France a stagné.

 A quoi vient-on d’assister ? L'Etat néerlandais vient d'acheter en toute discrétion des actions de ce groupe à la Bourse de Paris (acquérant 12,68% du capital), devenant ainsi le deuxième actionnaire du groupe après l'État français (14%). La présence capitalistique de l'État français n'est pas remise en cause par Bercy : on peut la justifier par le choix de l'État français de détenir des actifs stratégiques. Dès lors, comment dénier ce même droit de présence capitalistique de l'État néerlandais au sein d’une entreprise pouvant être considérée comme stratégique ? Il est difficile de reprocher à d'autres ce que l'on fait soi-même.

 On peut effectivement reprocher à nombre de nos élites françaises de ne pas comprendre le fonctionnement et les évolutions européennes : la négligence vis-à-vis du Parlement en est un exemple flagrant. L’idée selon laquelle le poids politique de la France lui permettra d’éviter d’être montrée du doigt tout en restant parfaitement crédible et audible en est un autre exemple. La magie du verbe et de l’image ne suffira pas longtemps à masquer le double discours français, mal perçu par nos partenaires. 

 

Quels sont les exemples, les dossiers économiques, ou le gouvernement français, peut montrer, parfois dans son discours, une forme d'incohérence entre cette nécessité de préserver les intérêts du pays, et ce souhait de vouloir "escalader" les questions au niveau européen ?

 La France, du fait de sa tradition colbertiste, des liens entre ses élites économiques et administratives ainsi que de ses conceptions économiques et politiques, accepte le marché unique et la mondialisation du bout des lèvres, en souhaitant conserver sa gouvernance sans l’adapter en conséquence, au détriment de son système productif.

Nos relations avec l'Italie, bien avant l'arrivée de la coalition populiste actuellement au pouvoir, ont été gâchées par nombre de différends d'ordre économique. Certes, l'immigration, la Libye, les activités des Italiens accueillis en France et recherchés pour terrorisme pendant les années de plomb y sont pour beaucoup dans la complication des relations entre les deux pays. Lorsqu’en 2006, l'entreprise italienne Enel fait une offre pour acheter Suez, le gouvernement français fait front pour y opposer une alliance nationale avec GDF. Les relations entre Air France et Alitalia monte également fait la preuve de nombreuses difficultés. Les investissements français en Italie on d’ailleurs fait l'objet de nombreuses critiques des partenaires de Silvio Berlusconi à l’époque. Phénomène aggravant pour l’Italie, la France n’a pas eu les mêmes scrupules dans certains dossiers industriels avec les Etats-Unis et l’Allemagne, où nous n’avons pas fait preuve de la même résistance.

 Dans le cas du champion français des industries navales, Naval Group, l'alliance avec l'italien Fincantieri a été faite sur le plus petit dénominateur. L'ambition n'a pas été de créer un champion national européen, tout juste d’accepter une relation dont les deux pays s’accordent sur la pertinence.

 

Quel serait le discours le plus adapté permettant de montrer le lien entre préservations des intérêts du pays, et ceux de la construction européenne ?

 Le problème de la cohérence entre le discours et la pratique en France mérite effectivement d'être soulevé. Le plus grave est certainement qu’il s’agit d’un déni de réalité plus général sur les fondamentaux économiques et politiques du pays, ce qui explique des déconvenues.

 Nous sommes face à des injonctions contradictoires, avec une compréhension assez française des enjeux. D’un côté, nous souhaitons voir dans l'Union européenne le multiplicateur de la puissance française : cela suppose de mettre sur pieds des champions européens à même de résister au-delà de nos frontières. De l'autre, nous souhaitons faire avancer au mieux les intérêts des entreprises du pays, avec l'appui et les moyens de l'État, quitte à froisser nos partenaires. Quitte également à ce que nos partenaires adoptent des pratiques similaires, à notre détriment. D’où l’intérêt d’avoir une stratégie sur un état des lieux sérieux, et de s’y tenir dans l’action. C’est bien ce à quoi l’Etat néerlandais nous amène précisément à réfléchir.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 28/02/2019 - 09:51
Ben voilà il faut voir l'incohérence Economique & Politique
de la France. L’État en France décide de tout! Les élites qui décident sont majoritairement des Fonctionnaires & qui par la constitution ont le droit d'être aussi des élus(Députés,Sénateurs,Régions,Grandes Villes,Parlement Européen, & cerise sur le Gâteau font aussi le contrôle de l’État.Donc en effet aucun changement dans tous les domaines en France depuis Mitterrand, enfin si mais seulement pour nourrir la Bête qui s'occupe de tout. Il serait temps d'interdire aux Fonctionnaires d'être des élus comme en UK, Allemagne, Autriche, Pologne, etc... Les Fonctionnaires font fonctionner & les Députés, Sénateurs de la Société Civile, décident la marche à suivre enfin pour la France.
C'est clair que la parole de la France ne peut être ni ne pourra être écoutée sans des réformes de structure en profondeur de l’État ne sont effectuées urgemment.