En direct
Best of
Best of du 5 au 11 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Il aime le "jeune Adolf", Goebbels et Auschwitz. Et comme c'est du rap…

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Bridgestone ne ferme pas son usine de Béthune à cause du Covid-19 mais de l’incompétence de ses dirigeants...

05.

Emmanuel Macron s'en prend à Olivier Véran

06.

Bertrand se fait flinguer en off chez LR, Jadot tente d’y échapper chez les radicaux d’EELV: Hidalgo exhibe ses origines; Une large part du tri de déchets ne sert à rien, une bonne part de nos objectifs de développement numérique ne sont jamais atteints

07.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Beatrice Dalle & Anthony Delon épousent des jeunesses; Julie Gayet & Francois H. s’engueulent en regardant le foot; Angelina veut pourrir la vie de Brad Pitt, Jade Hallyday commence à pourrir celle de sa mère; Yannick Noah fait ses besoins dehors

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

01.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

02.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

03.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

04.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

05.

Le maire éconlogiste (le « n » est voulu) de Lyon part en guerre contre les vélos

06.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

ça vient d'être publié
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 5 sec
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 18 min 26 sec
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 49 min 21 sec
pépites > Santé
Luttre contre le coronavirus
Covid-19 : Olivier Véran a détaillé la nouvelle stratégie du gouvernement
il y a 14 heures 48 min
pépites > Terrorisme
ONG Acted
Niger : l'Etat islamique revendique l'assassinat des six humanitaires français et de deux Nigériens
il y a 15 heures 52 min
light > Culture
Reconstruction
Gallimard va reverser 40.000 euros provenant des ventes de "Notre-Dame de Paris" de Victor Hugo pour la restauration de l'édifice religieux
il y a 16 heures 49 min
pépites > International
Big Brother
Séjours imposés d'inspecteurs chinois au domicile de familles ouïgoures
il y a 19 heures 11 min
pépite vidéo > International
Destructions
Les images de l'ouragan Sally en Floride et en Alabama
il y a 19 heures 36 min
décryptage > France
Chiffres de la délinquance

Insécurité : quand 20 Minutes invente des fake news en prétendant les dénoncer

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Science
Proteus

Le petit-fils du commandant Cousteau veut construire la station internationale du dessous des océans

il y a 21 heures 28 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 8 min 8 sec
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 35 min 29 sec
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 1 heure 26 min
light > Media
Présentatrice du "13 heures" de France 2
Marie-Sophie Lacarrau va officiellement remplacer Jean-Pierre Pernaut au JT de 13h sur TF1
il y a 15 heures 16 min
pépites > Histoire
Education
Deux tiers des jeunes Américains ignorent l'existence de la Shoah
il y a 16 heures 16 min
pépites > International
Investigations
Alexeï Navalny aurait été empoisonné à son hôtel à l'aide d'une bouteille d'eau, selon les proches de l'opposant
il y a 18 heures 50 min
pépites > Santé
Rebond de l'épidémie
Covid-19 : l'OMS s'inquiète du niveau "alarmant" de transmission en Europe et des quarantaines réduites
il y a 19 heures 14 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Bertrand se fait flinguer en off chez LR, Jadot tente d’y échapper chez les radicaux d’EELV: Hidalgo exhibe ses origines; Une large part du tri de déchets ne sert à rien, une bonne part de nos objectifs de développement numérique ne sont jamais atteints
il y a 19 heures 52 min
décryptage > International
Influence des médias

Les médias américains sont-ils trop enclins à excuser les erreurs de Biden ?

il y a 21 heures 5 min
décryptage > Santé
Tribune

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

il y a 22 heures 33 min
© KHALED DESOUKI / AFP
© KHALED DESOUKI / AFP
Polémique

Tempête sur le hijab de running : Décathlon 0 - Frères Musulmans 1

Publié le 27 février 2019
Décathlon a annoncé la commercialisation d'un hijab dédié au running au Maroc. La marque sportive française avait également annoncé vouloir commercialiser le hijab de running en France avant de faire marche arrière.
Naëm Bestandji
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Naëm Bestandji est militant laïque et féministe. Il a longtemps travaillé dans le domaine socio-culturel auprès des enfants et adolescents des quartiers populaires, où il a été très tôt confronté à la montée de l'intégrisme religieux. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Décathlon a annoncé la commercialisation d'un hijab dédié au running au Maroc. La marque sportive française avait également annoncé vouloir commercialiser le hijab de running en France avant de faire marche arrière.

Atlantico: Concernant la polémique autour de Décathlon et du "Hijab de running", et en considérant que la stratégie des Frères musulmans est de générer des points de tensions au sein des sociétés, ne peut-on pas voir cette question comme un cas d'école ?

Naëm Bestandji : Le Hijab vendu par Décathlon au Maroc ne fait pas partie de la stratégie des Frères musulmans, c'est une opportunité commerciale qui vient de la marque française. Mais c'est une conséquence, une sorte de symptôme. C'est le symptôme de toute une stratégie politique, je ne dis même pas politico-religieuse mais uniquement politique, qui véhicule une conception du monde et des valeurs qui nous semblent rétrogrades. Le cheval de Troie de cette volonté d’expansion politique est le voile. Et cela l’a toujours été depuis le XXe siècle. La première raison est que les islamistes sont obsédés par le sexe, du matin au soir et jusqu’au jour de leur mort, qu’ils soient hommes ou femmes. Ils se partagent en deux groupes. Ceux qui, dans une société ou un milieu remplient d’interdits et de tabous, veulent satisfaire leurs pulsions, et ceux qui sont obsédés par la crainte de la tentation. Tous peuvent passer d'un groupe à l'autre selon les moments. C’est là, avec toutes les procédures de non mixité, de limites à l'accès à certaines professions, au sport, qu'intervient le voile. Ce tissu lourd de sens est d'abord, selon eux, leur moyen de protéger la libido masculine des tentations charnelles produites par le corps féminin. Cet héritage est culturel, pas religieux. Le voile a été “religiosifié” pour tenter de le rendre intouchable au nom du respect de Dieu pour les uns et du respect de la liberté religieuse pour les autres. Cela a aussi permis d'en faire un instrument politique qui permet de matérialiser la visibilité islamique notamment à l’époque coloniale. L'islam n'étant pas une "race", il fallait trouver le moyen de le rendre visible. Le voile devint une sorte de porte étendard identitaire pour lutter contre la colonisation. Puis, le Hijab est apparu en France à la fin des années 1980, bien avant d’apparaître en Tunisie par exemple où il n'apparut vraiment qu'à la fin des années 1990. Une irruption progressive dans l'espace publique par l'influence des islamistes et la contestation symbolique du régime de Ben Ali.

Cette apparition se fit d'abord en France car nombre d'islamistes étaient venus s'y réfugier, pourchassés par les régimes autoritaires du Maghreb, surtout lors de la guerre civile algérienne. Ils ont donc pu continuer leur prosélytisme, cette fois en direction des musulmans étrangers vivant en Europe et des européens de confession musulmane, notamment en France. Tout ce prosélytisme s'appuyait aussi sur des associations culturelles (en réalité cultuelles), des prêches, des livres, des conférences, des chaînes satellitaires, etc. Au milieu des années 1990, nous vîmes émerger des prédicateurs parfaitement francophones tels que Tariq Ramadan. Aujourd'hui, nous sommes dans l’héritage de cet embrigadement avec une nouvelle génération d'islamistes, héritiers des enseignements de leurs ainés. Depuis les années 2000, s’observe aussi l'essor de l’économie halal, apparu en France à la même époque que les premiers voiles quinze ans auparavant. On assiste à une instrumentalisation de l’économie comme outil de propagande politique et religieux. C'est là qu'entrent en jeu les grandes entreprises, comme Decathlon aujourd'hui.

 

Ne serait-il pas, dès lors, plus important de dénoncer tous les relais ou les idiots utiles des frères musulmans plutôt que de s'en prendre au symptôme Decathlon ?

Decathlon n’en est plus au stade du symptôme, il en devient le relai ou "l’idiot utile". Les "idiots utiles" d'aujourd'hui sont les Decathlon d'hier. Edwy Plenel, Mediapart, certains journalistes ou associations, y compris féministes, qui relativisent le port du voile avaient exactement les mêmes arguments que ceux avancés par Decathlon ces derniers jours. Ils étaient eux aussi une forme de symptôme, et en sont devenus des acteurs. Cette marque, comme d’autres, a une énorme responsabilité. Mais là nous parlons d'une marque française. C'est ce qui est nouveau.

Ce développement ne s’est pas fait du jour au lendemain. Qui aurait pensé au début des années 90 que l’on en serait là aujourd'hui ? Personne n’imaginait que l’on verrait de telles revendications, que le Comité International Olympique cèderait, que Mattel vendrait des Barbies voilées. Personne n'aurait imaginé non plus que les féministes universalistes, y compris musulmanes, et celles qui se battent contre les islamistes dans les pays musulmans, se feraient traiter de "racistes" ou "d'islamophobes" (c’est-à-dire blasphématrices), etc. Tous ces petits renoncements ont permis un développement mercantile pour satisfaire un besoin créé par les islamistes. On en vient, au nom du business (Ce que Decathlon nomme "au nom du sport"), à promouvoir l'intolérable au nom de la tolérance. Les islamistes ont réussi à poser suffisamment de jalons pour que de nombreuses femmes considèrent aujourd'hui qu’il faut sortir la tête couverte. Decathlon vient répondre à cette demande créé par les islamistes en proposant son Hijab de course.

 

L’argument avancé par Décathlon est : « Ce couvre-tête a été co-créé avec nos équipes de Decathlon Maroc qui souhaitaient rendre accessible cette pratique à toutes les sportives et futures sportives de leur pays ». Dans quelle mesure la réponse de Decathlon est-elle également inadaptée ?

C’est tout le sujet de la complexité de l’islamisme qui n’est pas monobloc. Même en distinguant salafistes et Frères musulmans, on constate que ces deux courants ne sont pas non plus homogènes. On voit par exemple le blog islamiste à tendance salafiste Al-Kanz. Les salafistes refusent en général que les femmes aient une activité sportive et/ou professionnelle, sauf à être totalement sûr qu'il n'y a pas la moindre présence masculine à 100 mètres à la ronde. D'autres refusent catégoriquement toute activité. Al-Kanz ne voit pas de problèmes à ce qu'une femme travaille ou fasse du sport. A la condition que son corps et sa tête soient bien couverts pour ne pas "attirer le regard". Toute la responsabilité des débordements masculins est portée par la femme. Mais l'emballage ne doit pas être n'importe lequel. Sinon, il suffirait de se couvrir la tête avec un bonnet et porter une écharpe ou un foulard pour cacher le cou par exemple. Cet emballage doit être reconnaissable, pour se distinguer des femmes "occidentales". D'où la revendication du Hijab. Nous retrouvons la symbiose entre sexisme et revendication identitaire et politique. Pour répondre à cela, et aussi étendre son idéologie, Al-Kanz a fait du vecteur économique une stratégie politique. Depuis sa création, l’objectif est de développer le marché du halal, le marché économique du voile, se mettre en contact avec les entreprises pour leur faire miroiter un marché porteur. Ce qui permet de donner une visibilité à l'idéologie islamiste - je ne parle pas de l’Islam, qui ne se voit pas en tant que religion - de le banaliser, de le rendre acceptable à travers l’économie de marché. Si des marques produisent ces biens, accompagnés de codes de langage marketing comme “mode pudique” ou “vêtements modestes”, elles participent à cela. Ce qui est surréaliste, c’est que l’on a pu voir Al-Kanz interpeller Decathlon sur Twitter en leur disant de “tenir bon” et en posant la question de savoir si ce Hijab de course sera vendu en France. Décathlon a répondu par l’affirmative et Al-Kanz a pu manifester sa joie. La marque de sport a donc eu un dialogue bref, mais un dialogue, avec un blog islamiste pour expliquer que cela va être vendu en France. Cet échange est à la fois effrayant et très fort symboliquement, pour toutes les raisons que j'ai évoquées.

Quand on regarde le communiqué que vous citez, on voit qu’il s’agit de permettre aux musulmanes, au Maroc, d’accéder au sport. Cela sous entendrait que toutes les sportives marocaines ne peuvent pas faire de sport si elles n’ont pas la tête couverte ? Il suffit de consulter la presse maghrébine et notamment marocaine pour voir que les athlètes féminines, et des athlètes de très haut niveau qui gagnent des médailles dans les compétitions internationales, sont nombreuses. Et elles ne sont pas voilées. La plupart des sportives maghrébines ne se voilent pas. Mais aujourd'hui, grâce à Decathlon, les islamistes vont pouvoir dire aux femmes qu’elles n’ont plus aucune excuse. Rien n'est hermétique. Ce qui se passe au Maghreb a des conséquences en France et inversement. Les islamistes au Maghreb vont s’appuyer sur ce qui se passe chez nous pour légitimer leurs discours chez eux. Puisqu'une marque française fabrique un Hijab de sport, et le vend dans le pays des droits de l’Homme, ce serait bien la preuve que ce n'est pas un outil d'oppression. Si "même en Europe ils le vendent et elles le portent", les sportives maghrébines n'ont plus aucune excuse pour ne pas se bâcher. A partir de là, l’injonction de se voiler dans les pays musulmans devient plus forte. Cela participe à l’oppression des femmes dans un domaine qui était plus ou moins épargné, le sport. Et par la technique des petits pas, cela va permettre à ces mêmes intégristes, avec le temps, d'assurer une pression plus efficace auprès des fédérations sportives pour que le voile soit autorisé lors des compétitions, au Maghreb, en France et ailleurs.

Voilà comment Decathlon se retrouve partenaire du développement politique et sexiste de l'islamisme. Tout ça au nom du sport, bien sûr...

La marque a finalement reculé en décidant de ne pas vendre ce produit en France. Elle n'a pas pris cette décision parce qu'elle aurait soudain pris conscience de tout ce que j'ai évoqué. Ce hijab reste en vente ailleurs. Elle l'a prise sous la pression grandissante créée par la polémique. Nul doute que cela est provisoire, ce qui transparait d'ailleurs dans sa déclaration. Decathlon attendra que toute cette polémique retombe et tentera à nouveau, peut-être, de vendre ce produit sur notre territoire. Ce n'est donc qu'un échec provisoire pour les islamistes et qu'un répit pour les féministes universalistes. Mais aussi, espérons-le, un espoir, une source d'inspiration et de motivation pour les féministes maghrébines, quoi que Decathlon en pense.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 28/02/2019 - 09:23
Cela fait des années que Quick
vend ses hamburgers faits avec du Halal. On a vu ce qu'il est devenu.
jmf46
- 27/02/2019 - 18:53
quelle polémique, Cornegidouille?
pas plus de polémique que de beurre au c.. (pardon mesdames): si Décathlon s'est dégonflé aussi rapidement, c'est tout simplement parce que les appels au boycott se sont multipliés de façon exponentielle, et qu'ils ont compris qu'avec leur foutue cagoule halal il allaient perdre dix fois plus de pognon qu'ils n'en auraient gagné...de très nombreux patriotes ou simplement des citoyens Français qui disent non à l'islamisation de leur pays leur ont fait passer le message suivant (en substance): "vous voulez vendre ce chiffon islamiste en France c'est votre droit mais du jour ou le ferez je ne dépenserai plus un centime dans vos magasins, à bon entendeur salut".
Alors évidemment, ils communiquent sur de soi disant "menaces" pour éviter de perdre la face, n'empêche que la seule raison pour laquelle ils ont renoncé à cette abjection est d'ordre financier, mais c'est moins glorieux, alors...
cloette
- 27/02/2019 - 17:18
Le problème
c'est que cette population( dans son immense majorité ) a une façon de vivre qu'elle ne changera pas, c'est clair, et il ne faut pas se faire d'illusion .Ce qu'on peut souhaiter c'est que les Français n'adoptent pas ce mode de vie, mais rien n'est moins sûr ( dans combien d'années ? )