En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

02.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

03.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

06.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

07.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 11 heures 49 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 13 heures 26 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 14 heures 56 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 17 heures 5 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 18 heures 52 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 19 heures 19 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 20 heures 11 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 20 heures 54 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 1 jour 7 heures
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 12 heures 33 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 14 heures 13 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 15 heures 21 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 17 heures 56 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 19 heures 4 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 19 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 20 heures 37 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 21 heures 4 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 1 jour 7 heures
© PAU BARRENA / AFP
© PAU BARRENA / AFP
Bonnes feuilles

Les conséquences de la théorie du genre sur les enfants et les jeunes

Publié le 23 février 2019
Esther Pivet vient de publier "Enquête sur la théorie du genre" (ed. Artège). Ce livre veut être un cri d'alarme, preuves à l'appui, au sujet de cette confusion qui se répand, et qui peut faire des ravages chez les enfants et les jeunes. Extrait 1/2.
Esther Pivet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Esther Pivet, polytechnicienne, mariée et mère de quatre enfants, est la coordinatrice du collectif VigiGender, qui assure un travail d'information auprès des parents et des enseignants sur la diffusion de la théorie du genre à l'école.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Esther Pivet vient de publier "Enquête sur la théorie du genre" (ed. Artège). Ce livre veut être un cri d'alarme, preuves à l'appui, au sujet de cette confusion qui se répand, et qui peut faire des ravages chez les enfants et les jeunes. Extrait 1/2.

Comme nous l’avons vu, le conditionnement des enfants se fera essentiellement par la déconstruction des stéréotypes sexués, autrement dit leur destruction. Quelles sont les conséquences sur leur développement?

Sans le stéréotype sexué, le monde environnant est insensé et incompréhensible pour l’enfant. Par exemple, dans toutes les cultures, l’habillement distingue les hommes et les femmes, car c’est un besoin de l’être humain. Brouiller cette distinction dans l’esprit des enfants en lui disant qu’il est libre de choisir est très perturbant. Sans référence au masculin et au féminin, l’enfant doit se construire tout seul, sans repères, ce qui peut le mener au désespoir de ne pas comprendre qui il est. « Si l’enfant n’est plus alimenté des ingrédients nécessaires à définir son identité, à la raison qu’il demeure libre de le faire, il en est de fait dépouillé. » Par ailleurs, dissocier la dimension comportementale (acquise) de la dimension physique (innée) va déstabiliser profondément les plus jeunes. Enfin, les différences sont bien là et on va interdire à l’enfant de penser, de nommer la réalité. Cela mènera à des troubles psychiques et à des troubles de l’apprentissage. Il y a donc un danger intellectuel à priver l’enfant de la reconnaissance des différences.

Voici l’analyse de professionnels de l’enfance (médecins, psychologues, pédopsychiatres) sur l’impact de la lutte contre les stéréotypes sur les enfants :

La théorie du genre opère ainsi un double tour de passe-passe entre égal et identique. L’égalité n’est en effet pas une négation de la différence, car pour être égaux il faut être différents. Sinon, on est identiques, semblables, superposables, interchangeables, et donc indiscernables, le concept d’égalité n’a plus lieu d’être. Le second tour de passe-passe consiste à assimiler différence à supériorité et infériorité. On peut être différent sans pour cela être mieux, supérieur, ou moins bien, inférieur. La différence n’est pas une échelle de valeur, c’est même le socle de la tolérance. La théorie du genre voudrait la négation de la différence des identités masculine et féminine, et recourt pour cela à des amalgames malhonnêtes intellectuellement, à des sophismes.

Cette idéologie [du genre], qui prône une égalité non pas entre tous (dans le traitement et l’accès aux droits fondamentaux) mais de tous, donc non pas une égalité de droits mais une égalité de fait, une égalité d’êtres, ouvre la voie, par sa volonté de standardiser des comportements et de conformer l’ensemble des êtres humains, aux projets totalitaires les plus fous comme l’histoire nous l’a déjà bien montré. C’est à partir de ces glissements sémantiques et de ces changements de paradigmes basés sur des sophismes manipulatoires d’équivalence et d’égalité que de telles idéologies et programmes d’« éducation à la sexualité » des mineurs ont été justifiés.

Pourquoi cherche-t-on à déconstruire les modèles de transmission intrafamiliaux qui inscrivent l’enfant dans la filiation pour lui proposer des modèles « neutres » transmis par nos décideurs institutionnels et les théories du genre? Dans quel but un gouvernement revendique-t-il de laisser croire à l’enfant qu’il a le choix de ses identifications sexuelles en dehors de ses modèles familiaux, ce qui le maintient dans une posture de toute-puissance et d’omnipotence sexuelle (je suis garçon et je suis fille, je suis tout et je n’ai pas à renoncer à un sexe), ce qui en soi est grave pour le développement psychique des enfants. La filiation et la famille transmettent déjà une éducation en tant que modèles et valeurs. Et elles soutiennent de manière fondamentale le développement de l’enfant vers l’accès à la différence des sexes et des générations. Rien ne doit tenter de contrecarrer de tels modèles identificatoires que l’enfant a réussi, souvent difficilement, à construire, et cela dans le respect de son développement personnel. Ainsi tous les enseignements des théories du genre aux enfants seront à proscrire, car en croyant leur permettre d’« intégrer la liberté de choix de modèles d’identification » (sexuels rappelons-le), cet enseignement vise la déconstruction de leurs propres repères.

Il n’est point besoin d’enseigner ces théories controversées pour développer chez l’enfant le respect des différences qui doivent s’intégrer bien au-delà des questions d’identité sexuelle qui n’en sont qu’une infime partie. N’y a-t-il pas un paradoxe à vouloir imposer à la société, de façon totalitaire, des représentations particulières et tout à fait singulières, comme c’est le cas pour la théorie du genre, sous le fallacieux prétexte de lutter contre la domination qui par là même s’impose dans toute sa splendeur?

La destruction auprès des enfants des stéréotypes sexués qui rejoignent les désirs profonds du cœur masculin et féminin, et le traitement indifférencié des garçons et des filles, déconnecté de ces désirs, formeront en réalité « des êtres hybrides, psychologiquement diminués, complexés et pour beaucoup en révolte contre la société quand la puberté agira sur leurs sens ».

Ainsi, arrivés à l’adolescence, les jeunes sont perdus entre leur corps qui leur crie leur sexualité, masculine ou féminine, et la société qui leur dit à travers tout ce qu’ils voient et entendent : « Ton corps sexué n’a pas de sens. L’important, c’est que tu prennes du plaisir avec ton corps, c’est là que tu t’épanouiras. » De plus en plus de jeunes ont des expériences sexuelles multiples, avec l’un ou l’autre sexe. À la fin d’une conférence sur le genre que je donnais à Nice, une jeune fille a pris la parole pour dire que, dans son lycée, si on n’était pas « bi », on était « has been ». Certains jeunes veulent « changer de sexe », pensant que ce sera mieux. Beaucoup se dégoûtent. Un médecin me disait à l’issue d’une conférence : « Je les ramasse à la petite cuiller dans mon cabinet. » Quant aux psychologues, ils sont débordés.

Alors, que font-ils ces jeunes en quête d’unité intérieure, en quête de vivre en harmonie avec ce qu’ils sont, autrement dit de vivre ce qui va permettre à leur nature de s’accomplir? Eh bien, ils vont se raccrocher à la seule réalité qui leur permet de savoir qui ils sont : leur corps. Et c’est là qu’intervient le grand paradoxe du genre : plus la société agit pour aplanir les différences d’ordre comportemental et social entre les sexes, plus elles s’amplifient et plus de véritables inégalités apparaissent.

Extrait du livre d'Esther Pivet, "Enquête sur la théorie du genre", publié aux éditions Artège. 

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Cepatoufau
- 23/02/2019 - 13:40
Les apprentis sorciers
Pas besoin d'avoir inventé l'eau chaude pour imaginer ce résultat bien avant que ce soit mis en œuvre.
Peut-on envoyer ce livre à Madame Valleau-Belakcem a l'origine de cette belle initiative.
Ganesha
- 23/02/2019 - 11:34
Cloette
Je constate que dès qu'Atlantico publie un article sur ce sujet, vous ''démarrez au quart de tour'' !

Si je me réfère aux théories de Sigmund Freud pour expliquer votre attitude, il faut croire que vous êtes torturée par d'intenses pulsions lesbiennes inassouvies !

Un peu comme l’Église Catholique qui brûlait vif les homosexuels jusqu'au 18ème siècle, mais dont le clergé est encore toujours aujourd'hui essentiellement constitué par des invertis... et quelques ''asexués'' ?

cloette
- 23/02/2019 - 10:32
fabrication
d'une génération de déboussolés, quelle tristesse !