En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Manu à mano
L’affaire Benalla, ou la preuve qu’Emmanuel Macron est lui-même son pire ennemi politique
Publié le 21 février 2019
L'affaire Benalla est en train de devenir une affaire d'état alors qu'elle aurait pu être désamorcée à l'origine par le gouvernement.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'affaire Benalla est en train de devenir une affaire d'état alors qu'elle aurait pu être désamorcée à l'origine par le gouvernement.

Atlantico: Que cela soit dans l'affaire Benalla, le mouvement des Gilets jaunes, ou encore d'autres problématiques, ne peut-on pas considérer qu'Emmanuel Macron est son meilleur ennemi ? En quoi porte-t-il lui même la responsabilité de ses propres difficultés ? 

Edouard Husson: Emmanuel Macron est une bonne illustration de la formule d’Héraclite: « Le caractère, c’est le destin ». On peut disserter à l’infini de tel ou tel trait de conduite de l’actuel président de la République. Mais j’en resterai à l’impression, la première fois que je l’ai entendu, lors d’un discours de remise de décoration, en novembre 2015, alors qu’il était ministre: j’ai été frappé par le contraste entre l’énergie, la volonté de puissance que dégage le personnage et la banalité de la pensée. Le logiciel macronien est en gros celui de l’Inspection des Finances depuis VGE, une vision de l’Europe et du monde qui a mûri dans les années 1960, est arrivée un première fois au pouvoir dans les années 1970, a échoué une première fois avec la défaite de son champion en 1981 et a fini, paradoxalement, par gagner l’ensemble des élites à partir du ralliement de François Mitterrand à ses options. On peut la résumer en quelques points: la politique de change fixe entre le franc et le mark, devenue par la suite euro, doit servir de levier à la modernisation de la société française. Réforme, ouverture, libération des moeurs sont les maîtres-mots de cette modernisation. La conjonction entre libéralisme économique et libéralisme moral aboutit au déchirement du tissu social. Emmanuel Macron a été élu parce qu’il a su parler à la moitié la plus riche, la plus individualiste, la plus ouverte au monde. Et c’est sans doute sa volonté de puissance qui l’a porté à radicaliser le discours de la France d’en haut, au point de rendre parfaitement visible la coupure avec l’autre moitié des Français. 

Or, le plus frappant, c’est que, depuis 1981, une politique de type giscardien a toujours fait perdre celui qui la mettait en oeuvre: défaite de la gauche aux législatives de 1986, 1993, 2017 et aux présidentielles de 1995, 2002 et 2017; défaite de la droite aux législatives de 1981, 1997, 2012, 2017 et aux présidentielles de 1988, 2012 et 2017. 
 

Alors que les partis d'opposition semblent encore profondément affaiblis, comment expliquer une situation ou l'exécutif ne parvient pas à se renforcer sur cette faiblesse ? 

Il faut différencier. La France Insoumise est affaiblie parce que Jean-Luc Mélenchon est apparu comme ayant un style de vie en contradiction avec son plaidoyer pour la France des délaissés. LR s’est affaibli en ne voulant pas rompre avec le macronisme, qui à droite s’appelle juppéisme ou giscardisme. Le Rassemblement National, lui, reste stable. On peut même parler d’un rétablissement spectaculaire après les déboires du débat d’entre-deux-tours. Mais, en fait, on va arriver à une sorte d’équilibre entre deux partis représentant chacun 20 à 25% de l’électorat. Tandis que Marine Le Pen a un problème avec les classes supérieures, Emmanuel Macron, lui, a un problème avec le peuple. Aucun des deux n’est sorti de l’attitude fondamentale de sa campagne présidentielle. Marine Le Pen un peu plus, malgré tout, en tâtonnant: elle dit ne plus faire de la sortie de l’euro une priorité. Des deux, c’est Macron, donc, qui semble avoir le plus de mal à viser un autre électorat que son vivier d’origine. Il a pour l’instant choisi la facilité: mordre sur le centre-droit; mais comme il perd une partie de son électorat de gauche, cela lui permet tout juste de maintenir un socle. Il faudrait à présent gagner à soi une partie d’électorat populaire, en tout cas de la partie déboussolée des classes moyennes et des personnes âgées. Mais Emmanuel Macron a du mal avec des publics qui ressemblent trop à ceux de sa ville natale, Amiens. Est-ce du fait de son mariage allant contre les codes de la bourgeoisie de province ou parce qu’il se vivait, en allant à Paris comme la n-ième incarnation de Rastignac? Toujours est-il que le président donne le sentiment d’être incapable de parler à ceux que Jean-Pierre Raffarin désignait comme « France d’en bas ». 
 

Quelles sont les leçons qu'Emmanuel Macron pourrait tirer de ses –presque - deux années de présidence, afin de préserver les trois prochaines ? 

Dans un documentaire sur la campagne présidentielle, on voit Emmanuel Macron au téléphone avec Barack Obama, qui l’encourage. Mais le nouveau président élu a oublié l’enseignement le plus important du premier mandat d’Obama: fraîchement élu, ce dernier avait convoqué son équipe et leur avait demandé de passer au crible tous les ratés de la campagne. Une fois ce travail effectué, une feuille de route avait été dressée, pour préparer la campagne de 2012. Barack Obama savait que la victoire est soeur de la défaite. Si Emmanuel Macron avait pris le temps de regarder objectivement son élection improbable, il se serait demandé comment on transforme une majorité anti-Le Pen en une majorité d’adhésion. En fait, le président a fait exactement le contraire: il a pris un malin plaisir à décourager ou déboulonner tout ce qui n’était pas LaREM: torpillage de Bayrou, sans lequel il n’aurait pas été élu; provocations, telles la fête de la musique vis-à-vis de son électorat LR; découragement des retraités, qui pouvaient devenir un électorat naturel; brouille avec Nicolas Hulot et donc risque de coupure avec l’électorat écologiste. Il faudrait donc qu’outre le développement d’une empathie avec les classes populaires, Emmanuel Macron accepte de reconnaître qu’il ne peut stabiliser sa majorité qu’en étant le chef d’une coalition et non plus un président hautain, cultivant son propre isolement, soutenu au Parlement par un parti à qui est interdit de prendre quelque initiative que ce soit sans que le Président ait entériné. 

Non seulement on est en pleine confusion des pouvoirs; mais, paradoxalement, je suis prêt à parier que le parti du Président, avec la fraicheur de beaucoup de ses élus et la découverte, stupéfaite, ces dernières semaines, de la révolte d’une partie de l’électorat qu’ils avaient visiblement manquée, seraient en ce moment le meilleur atout d’Emmanuel Macron pour entamer une reconquête de l’opinion. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
05.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
06.
Entrée en service des bus électriques chinois : ce (contre)choc pétrolier que personne ne voyait venir
07.
A l’insu de son plein gré : le « nouveau monde » finira-t-il par faire basculer la France dans une nouvelle culture démocratique « grâce » à ses vieux travers ?
01.
Borloo quitte l'UMP
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gastoch
- 21/02/2019 - 23:31
Qu'il dégage
Pourquoi vouloir sauver les soldat maqueron? Pourquoi le conseiller alors qu'on pourrait le couler? C'est le pouvoir personnel personnifié. Tout vide, il se regarde dans le miroir dans ses panoplies d'aviateur, sous marinier, panseur. Numéros de chien savant devant public bfmwc trié sur le volet et puis... Rien. Merci mais non merci. DÉ-GA-GEU-!!
Gastoch
- 21/02/2019 - 23:22
Qu'il dégage
Pourquoi vouloir sauver les soldat maqueron? Pourquoi le conseiller alors qu'on pourrait le couler? C'est le pouvoir personnel personnifié. Tout vide, il se regarde dans le miroir dans ses panoplies d'aviateur, sous marinier, panseur. Numéros de chien devant public bfmwc trié sur le volet savant et puis plus rien. Non merci. DÉ-GA-GEU-!!
hoche38
- 21/02/2019 - 11:26
Michel Onfray avait raison!
C'est peut-être bien Michel Onfray qui avait raison en voyant en Emmanuel Macron un "gamin immature".