En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

07.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 11 min 47 sec
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 56 min 29 sec
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 1 heure 39 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 3 heures 9 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 6 heures 22 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 6 heures 57 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 7 heures 18 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 9 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 22 min 50 sec
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 1 heure 18 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 2 heures 14 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 3 heures 55 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 6 heures 30 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 7 heures 14 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 7 heures 51 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 8 heures 26 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 9 heures 17 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 10 heures 1 min
© ERIC FEFERBERG / AFP
© ERIC FEFERBERG / AFP
Atlantico-Business

Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles

Publié le 21 février 2019
Comment sortir de la crise des gilets jaunes, comment sortir du grand débat ? Trois scénarios sont imaginables, dont deux sont totalement inapplicables.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comment sortir de la crise des gilets jaunes, comment sortir du grand débat ? Trois scénarios sont imaginables, dont deux sont totalement inapplicables.

«Et maintenant, lève-toi et marche !»

La grande et seule question qui se pose dans les états-majors de grandes entreprises françaises est de savoir comment le pouvoir politique va pouvoir reprendre la main et rétablir une situation d’équilibre qui permette de garantir des conditions de créations de richesses pour le plus grand nombre. La majorité des Français ont besoin non seulement d’un retour au calme, mais de perspectives d’évolutions positives à long terme. Savoir où on va. Pourquoi et comment on travaille.  

L’idée que les grandes entreprises travaillent pour une caste de quelques privilégiés qui seraient complètement indifférents au moral social, et que « l’Elite » fonctionne contre le peuple sont des idées qui circulent, sur lesquelles les mouvements extrémistes prospèrent, mais elles sont évidemment complètement incohérentes et absurdes. Que les dirigeants soient particulièrement maladroits dans leur communication et même parfois odieux ou arrogants, c’est évidemment possible. Mais la vérité, c’est que les dirigeants économiques ont besoin de l’adhésion de leurs salariés, de leurs actionnaires et surtout de leurs clients.

Le cœur du réacteur aujourd’hui, c’est le consommateur, c’est lui qui a le droit de vie ou de mort sur un produit, une innovation, un service ou une entreprise. On peut se raconter ce qu’on veut, c’est le client qui fait le succès ou l’échec d’un projet. Mais le salarié, qui apporte sa force de travail et l’actionnaire, qui apporte son épargne, sont tout aussi attentifs au contrat de confiance qui va les lier aux dirigeants. Le consommateur, le salarié et l’actionnaire sont d’ailleurs très souvent une seule et même personne avec des intérêts qui ne sont pas toujours cohérents. Si le consommateur est rationnel, il recherchera la meilleure qualité-prix, ce qui ne correspond pas forcément à ses intérêts de salarié ou d’épargnant.

Ce type de conflit est quotidien et c’est au système politique de les gérer en trouvant une cohérence d’ensemble. Le chef d’entreprise, lui, se débrouille au niveau micro-économique mais il a besoin que ses clients lui soient fidèles, que ses salariés soient confiants et que ses actionnaires adhèrent à son projet global et pas seulement à une promesse de dividendes. Bref, les entreprises intelligentes ont une raison d’être qui va bien au-delà de la maximisation du résultat financier à court terme. Et si une entreprise veut aller loin et longtemps, elle a intérêt à être intelligente. Ses chefs aussi.

Le mouvement des Gilets jaunes n’est rien d’autre que la traduction spectaculaire d’un mécontentement profond lié aux contradictions dans lesquelles sont enfermés les citoyens. Le consommateur ne réussit pas à remplir son caddy avec des produits qui lui conviennent, au prix raisonnable, sa paie de salarié n’est pas suffisante. Quant au retraité, il s’aperçoit que l’épargne qu’il a accumulée au cours de sa vie active n’est pas suffisante.

La poussée de colère est telle qu’il a fallu dans un premier temps calmer le jeu en distribuant un peu de pouvoir d’achat, les 10 milliards annoncés en décembre ont servi d’amortisseurs et permis d’engager un début de dialogue qui est désormais plus ou moins bien canalisé dans cette opération de communication nationale autour du grand débat. Et ces grands débats qui attirent beaucoup de monde font remonter des revendications qui sont toutes légitimes, mais qui apparaissent contradictoires et incohérentes, tout simplement parce qu‘elles traduisent des intérêts souvent contradictoires des citoyens qui sont tantôt consommateurs, tantôt salariés ou retraités, qui sont pour certains très jeunes alors que d’autres sont plus seniors.

Ces grands débats traduisent un besoin formidable d’expression, ils traduisent aussi une méconnaissance profonde de la réalité et des possibilités d‘évolution.

Toute la question est donc de savoir sur quoi, quel projet et quelle organisation, ces débats peuvent déboucher. Comment réorganiser le lien social, et autour de quel projet compte tenu des contraintes ?

Il existe a priori trois scénarios.

 

Le premier scénario serait d’annoncer la mise à plat de tout le modèle social afin de signer un nouveau pacte ; ça passe par une autre répartition des impôts et des charges de fonctionnement. Mais cette ambition cache en réalité une demande de protection encore plus grande que celle qui existe déjà et qui est fort couteuse. Comment payer plus de protection sociale quand le montant de la dépense publique représente déjà plus de 56% de la richesse créée ? Ça passe par une réfection de l’organisation du paritarisme

Le deuxième scénario serait d’engager une réforme des institutions si on estime que nos institutions ne sont pas à même de prendre en charge la gestion de toutes les contradictions qui bloquent le fonctionnement du système. On peut certes imaginer que des élections générales permettraient de dégager une majorité différente, et parfaitement légitime et assez homogène pour assumer le changement, mais si cette majorité existait, ça se saurait.

 

Le troisième scénario serait évidemment de reprendre le cap des réformes de modernisation. Si on considère que la colère des Gilets jaunes traduit une demande de vivre mieux de son travail, si on considère que la sécurité de l’emploi permet la protection sociale, il faut forcément mettre en œuvre les mutations qui permettent de répondre à cette demande. D’abord, reconnaitre que nous vivons dans un univers mondialisé et que nous ne pouvons pas y échapper.

Ensuite, se donner les moyens en compétitivité afin de protéger l’indépendance.

Enfin, se doter de contrepouvoirs pour que le système puisse tenir en équilibre. Le reste, c’est de l’administration et du pragmatisme.

 

Emmanuel Macron a été élu président de la République avec un diagnostic sévère sur l’état de la société française et un programme de réformes ambitieux qui repose sur deux pieds.

Le premier, donner plus de liberté individuelle et de responsabilités, ça passe par moins d’impôts, moins de charges, mais aussi moins d’Etat.

Le deuxième encourager l’intégration européenne parce que dans le monde tel qu’il est, partagé entre des blocs très concurrentiels et très puissants, l’Amérique d’un côté, la Chine de l’autre, la Russie ... les Etats européens ne pèsent pas très lourds.

Maintenant, Emmanuel Macron est très seul pour mener à bien ce projet. Il a d’ailleurs contribué lui-même à cet isolement.  Il n’a guère de concurrents ou d’opposition organisée. L’intelligence va être de s’entourer pour mener le projet de modernité du pays. Il n’a pas le choix. Personne -à l’exception des partis extrémistes- n’a un projet alternatif à proposer. C’est sa force, mais c’est aussi sa faiblesse.

Il a été élu par défaut, mais c’est un peu le lot commun de tous les présidents de la 5ème République, résultat du mode de scrutin à deux tours. Le plus grave, c’est qu‘il n’est guère aimé. Emmanuel Macron coagule beaucoup de haines : trop jeune, trop brillant, trop rapide, trop moderne, trop seul etc... Toutes les qualités qu’on lui trouvait au début se sont retournées contre lui quand il a commencé à réformer.  Maintenant, un président doit-il forcement être aimé pour gouverner, si la gouvernance est juste ?

Dans un de ses livres, Dominique Schnapper sociologue, fille de Raymond Aron qu'on devrait lire et relire par les temps qui courent aujourd’hui, rappelle que Staline était aimé de son peuple. A sa mort, tout le monde était en larme. Alors ? Sans commentaire !

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 21/02/2019 - 18:31
Le mouvement des gilets
Le mouvement des gilets jaunes ne s'est manifesté que depuis l'arrivée de Macron. Il semble être le facteur déclenchant de cette colère populaire. C'est quand même bizarre qu'aucun signe avant-coureur ne soit apparu du temps de Hollande.
ajm
- 21/02/2019 - 16:24
Classe politique agitée et bouillonne.
Narghat: quelle déflation salariale ? Dans le secteur privé il n'y a aucune déflation salariale, il y a par contre une augmentation des prélèvements fiscaux et sociaux qui fait stagner et parfois reduit le net versé. Avoir une politique " intelligente" qui ne soit pas basée sur la liberté et la responsabilité comme vous semblez le souhaiter est impossible, c'est une contradiction intrinsèque . A vrai dire, je n'attends rien de notre classe politique, réceptacle de toutes les démagogies et idées mauvaises qui traînent. Le mieux qu'elle puisse faire à ce stade c'est RIEN. Même ces fameuses réformes sont très mal abordées et risquent d'aggraver la situation et d' ouvrir des milliers de boîtes de Pandore. On devrait élire un paresseux qui ne ferait rien , soutenu par un groupe composé de loirs qui hiberneraient avant de partir en vacance. Rien de pire qu' un brillant "visionnaire" vibrionnaire qui croit tout savoir, agité du bocal qui s'imagine qu'il va changer la vie et faire notre bonheur malgré nous. Les pays les mieux gérés et les plus prospères sont dirigés discrètement par des politiques "low profile" pragmatiques et prudents qui laissent vivre leurs peuples .
Liberte5
- 21/02/2019 - 16:05
E. Macron n'a pas été élu pour sortir la France du déclin!
Déclin commencé il y a 40 ans et qui s'est poursuivi depuis quelque soit le président. La France n'est plus la 5ème puissance, elle est endettée, n'a plus d'industrie, le chômage y est massif. Elle cumule toutes les faiblesses d'un pays socialiste. E. Macron a été élu pour maintenir un système qui prend l'eau de toute part. Je ne vais faire la liste des service publics en pleine dérive, et qui pour tant nous ruinent. Mais il ne pourra pas remettre ce système à flot. Macron est peut-être le Gorbatchev du système socialiste Français. Croire qu'un pays où l'on travaille si peu, peut s'en sortir tient de l'aveuglement.