En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

04.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

05.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 10 heures 24 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 13 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 16 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 19 heures 12 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 19 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 20 heures 5 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 20 heures 45 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 21 heures 9 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 11 heures 36 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 14 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 16 heures 23 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 18 heures 45 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 19 heures 8 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 19 heures 19 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 19 heures 53 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 20 heures 38 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 20 heures 47 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 21 heures 17 min
© Thomas COEX / AFP
© Thomas COEX / AFP
Bonnes feuilles

L’euro : une monnaie à la légitimité politique fragile

Publié le 16 février 2019
Jean Quatremer publie "Il faut achever l’Euro : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’euro (sans oser le demander)" chez Calmann-Lévy. Ce livre est une plongée dans la grande histoire de la construction monétaire européenne. Si les gouvernements n’ont pas le courage d’achever la construction de l’euro, cette monnaie disparaîtra. À l’heure du Brexit, Jean Quatremer lance un avertissement : ce qui se joue, c’est l’avenir de notre argent. Extrait 1/2.
Jean Quatremer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Quatremer est journaliste.Il travaille pour le quotidien français Libération depuis 1984 et réalise des reportages pour différentes chaînes télévisées sur les thèmes de l'Europe.Il s'occupe quotidiennement du blog Coulisses de Bruxelles.Il est l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Quatremer publie "Il faut achever l’Euro : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’euro (sans oser le demander)" chez Calmann-Lévy. Ce livre est une plongée dans la grande histoire de la construction monétaire européenne. Si les gouvernements n’ont pas le courage d’achever la construction de l’euro, cette monnaie disparaîtra. À l’heure du Brexit, Jean Quatremer lance un avertissement : ce qui se joue, c’est l’avenir de notre argent. Extrait 1/2.

C’est pourquoi les périls qui menacent l’euro sont moins économiques ou financiers que politiques : le risque est grand de voir les Européens céder aux sirènes des démagogues (un mot que je préfère à populiste, le peuple n’étant pas la propriété de la droite radicale) qui ont fait de la monnaie unique le facteur explicatif de tous les problèmes que rencontre leur pays. Car si l’euro est commun, tout le reste est national : il faut imaginer les États-Unis sans secrétaire au Trésor, mais dotés d’un conseil des ministres réunissant les cinquante secrétaires au Trésor des États fédérés décidant à l’unanimité, un conseil qui n’aurait à sa disposition ni budget fédéral, ni capacité d’emprunt sur les marchés, ni bien sûr politique économique fédérale, l’économie américaine n’étant que l’addition de 50 économies fédérées. Une telle fragmentation de la politique économique et budgétaire est évidemment intenable et dans ces conditions la puissance américaine ne serait pas ce qu’elle est. 

Pour pallier cette absence de fédéralisme, au-delà de la politique monétaire, la zone euro a construit une usine à gaz technocratique : c’est la Commission, organe à la légitimité politique extrêmement ténue, qui est chargée de surveiller les budgets nationaux sous le contrôle de l’Eurogroupe, les ministres des Finances de la zone euro, une enceinte qui statue à huis clos et à l’unanimité, ces deux institutions agissant sans contrôle parlementaire, ni national, ni européen. Il faut se rappeler, pour comprendre la pièce qui se joue, que les révolutions nationales se sont toujours faites pour obtenir un contrôle des citoyens sur la fiscalité, contrôle que l’union monétaire a subrepticement confisqué. L’euro a permis l’instauration d’un régime illibéral qui ferait rêver n’importe quel autocrate. Si la crise de la zone euro (2010-2012) n’a pas abouti à une explosion de la monnaie unique, c’est parce que les pays attaqués étaient tous de petits États. Si la Commission ou l’Eurogroupe avaient tenté d’infliger à l’Italie, à la France ou à l’Allemagne le même traitement qu’à la Grèce ou à l’Irlande, on peut imaginer sans peine ce qui se serait passé. 

En outre, l’euro, et ce n’était pas inscrit dans ses gènes, a permis l’instauration d’une hégémonie allemande. D’abord parce que l’Allemagne a été capable de faire les sacrifices nécessaires au début des années 2000 pour adapter son économie à la nouvelle donne mondiale, ce qui l’a placée au centre de l’échiquier européen. Ensuite parce qu’elle a réussi à imposer en grande partie son agenda à ses partenaires durant la crise de la zone euro, la chancelière allemande, Angela Merkel, usant de sa réticence à aider ses partenaires comme d’une arme. Enfin en donnant au Bundestag un rôle de décideur en dernier ressort qui a fait de son parlement le parlement de la zone euro. Bref, si l’euro a rempli son rôle géopolitique en assurant une Allemagne européenne, l’Europe est devenue allemande. 

Tous ces déséquilibres imposent un choix simple : parachever l’euro ou l’achever. Se contenter de l’euro tel qu’il est, de ces déséquilibres inacceptables en termes tant politiques qu’économiques, c’est se résigner à sa disparition à terme à l’occasion d’une crise qui ne manquera pas de se produire, et ce dans l’improvisation la plus totale, ce qui démultipliera les conséquences désastreuses. Si les États font le constat que la volonté politique fait défaut, mieux vaut commencer à réfléchir au démantèlement de la monnaie unique afin d’essayer, je dis bien essayer, d’en limiter les conséquences pour les économies européennes. Mais il ne faut pas rêver : dans les deux cas, l’Europe et le monde souffriront quoi qu’en disent les europhobes qui tentent de faire croire à des lendemains qui chantent. La faillite d’une petite banque d’affaires américaine, Lehman Brothers, en septembre 2008, a entraîné le monde occidental dans la plus grave crise économique depuis 1929. Alors imaginez ce que donnerait la disparition de la seconde monnaie mondiale. Ce qui revient à dire que le seul choix raisonnable est d’achever la construction monétaire en allant au bout de sa logique fédérale. Il n’est pas faux de dire que l’euro, c’est comme « l’hôtel California » de la chanson des Eagles : vous êtes libre d’y entrer, mais il est impossible d’en sortir…

Extrait du livre de Jean Quatremer, "Il faut achever l’Euro : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’euro (sans oser le demander)", publié chez Calmann-Lévy.   

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 16/02/2019 - 17:43
USA
"La crise économique frappe la Californie en 2008: en juin2009, 2,1 millions de personnes sont sans emploi et le taux de chômage s’élève à11,2 %de la population25, soit2points de plus que la moyenne nationale26. Le bâtiment et la construction sont particulièrement touchés : entre mars 2007 et mars 2008, le nombre d’emplois dans ce secteur a diminué de9,1%.
Ensuite, le budget2009-2010de l’État de Californie est déficitaire de26,3Mds$. La loi budgétaire adoptée par les deux assemblées du congrès californien en juillet 2009 prévoit une diminution des dépenses de 15 Mds$ en réduisant notamment le salaire des fonctionnaires"
Aucune intervention de l’État Fédéral, l’État Californien s'est ressaisi par lui même en adoptant un Budget pour réduire le déficit & donc la dette & cela sans le concourt des autres États. Le $ ne sait pas adapté à la situation de la Californie. La France refuse ça & préfère accuser les autres pays de tous les maux & de continuer d'aller dans le mur
Les accords de Maastricht contiennent le fait que les États devaient converger sans pour cela dénaturer ce qu'ils sont. Des États l'ont fait d'autres non. France & d'autres ont préféré croire que les autres paieront
Benvoyons
- 16/02/2019 - 17:32
Toujours la faute des autres

En fait la France depuis 40ans est mal gérée. Bilan pour les commentateurs & certains Journalistes c'est de la faute de l'UE & de l'€.
Bon nous voulons bien garder l'UE même voir l'€ mais il faut que l'UE soit géré comme la France.
En fait il faut que l’Allemagne , les Danois, Pays Bas, etc qui sont bien gérés payent plus pour financer la France même s'endettent pour elle.
Enfin nous pourrons être vraiment pour l'UE & encore,pas sûr , car comme en France nous voudrons toujours plus des autres qui payent.
Ganesha
- 16/02/2019 - 11:58
Fake News
Jean Quatremer est, entre autres, un invité vedette d'Élisabeth Quin pour son émission d'Arte 28 minutes.
Ses interventions sont toujours hilarantes et passionnantes à suivre : grand défenseur du Capitalisme, ce manipulateur produit à chaque fois, une, sinon plusieurs ''fake news''.

Cet extrait en est une parfaite illustration : ce lobbyiste n'envisage que deux solutions pour l'avenir de l'Europe : la fusion ou l'explosion !

Négation grotesque de ce que proposent désormais tous les Souverainistes européens, y compris Marine Le Pen : la négociation, la recherche des aménagements qui permettront au ''projet européen'' de survivre.

Mais dans le respect de la volonté populaire !

Une piste : abandonner le principe crapuleux de la CONCURRENCE LIBRE ET NON-FAUSSÉE !