En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© BENOIT TESSIER / POOL / AFP
Refroidissement

Quel avenir pour l’Europe en cas de vraie guerre commerciale avec les Etats-Unis ?

Publié le 13 février 2019
Les relations transatlantiques entre l'Union européenne et les Etats-Unis font face à un refroidissement, sur fond de retour au protectionnisme américain et de contestations intérieures dans les pays Européens.
Frédéric Farah est diplômé de Sciences Po Paris, professeur en classes préparatoires, chargé d’enseignement à l’université de Paris V, ainsi que coauteur des deux derniers numéros de mars et d’avril de la revue Ecoflash relatifs aux dettes publiques en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Farah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Farah est diplômé de Sciences Po Paris, professeur en classes préparatoires, chargé d’enseignement à l’université de Paris V, ainsi que coauteur des deux derniers numéros de mars et d’avril de la revue Ecoflash relatifs aux dettes publiques en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les relations transatlantiques entre l'Union européenne et les Etats-Unis font face à un refroidissement, sur fond de retour au protectionnisme américain et de contestations intérieures dans les pays Européens.

Atlantico : Alors que le rapport américain sur le secteur automobile doit être publié avant le 17 février, les relations transatlantiques entre l'Union européenne et les Etats-Unis font face à un refroidissement, sur fond de retour au protectionnisme américain et de contestations intérieures, en France, en Italie ou encore en Allemagne. L'Europe elle-même tremble sur ses fondements. Une guerre commerciale, sur le secteur automobile ou d'autres secteurs, ne risquerait-elle pas de fragiliser encore plus les alliances européennes, entre la France et l'Allemagne, et la relation transatlantique elle-même ? L'Europe et son industrie pourrait-elle faire face ? Et ce, sans fragiliser le couple franco-allemand en considérant la pression mise sur la France pour intégrer l'agriculture dans les négociations ?

Frédéric Farah : Aujourd’hui, la grande absente pour ne pas dire la perdante de la mondialisation, est l’Union européenne. Nous ne le dirons jamais assez, l’Union européenne n’est pas une entité stratégique. Son double dogme, la promotion du libre-échange et la fétichisation de la concurrence libre et non faussée, organise le désarmement économique du continent. La naissance de géants européens, qu’on pourrait nommer champions nationaux pour reprendre une vieille appellation française,ne peut émerger. Aussi discutable soit elle, la fusion Siemens Alstom est inenvisageable dans une Union européenne dogmatique, comme en son temps, celle de Legrand Schneider au début des années 2000. Les européens se consolent en se disant que la guerre tarifaire entre la Chine et les Etats-Unis, leur permettrait de récupérer en valeur et en volume des exportations, mais cela résulte plus d’un concours de circonstances que d’une volonté politique bien affirmée. Si l’on observe les alliances automobiles de ces dernières années, elles ne font pas apparaître des champions européens. Peugeot se rapproche de Dongfeng le constructeur chinois, Fiat avec Chrysler, Renault Nissan. Bien souvent, les entreprises se font plus une concurrence mortelle entre elles, car elles visent les mêmes marchés.

Il est évident que dans la guerre commerciale avec les Etats Unis, c’est l’Allemagne qui est dans le viseur de Trump. Cette dernière est préoccupée, car son économie se ralentit et ses investissements dans le secteur automobile sont importants aux Etats-Unis. Dans l’Union européenne, il est rare de voir un accord ou un consensus émerger entre les Etats dans le domaine commercial, comme dans bien d’autres. Dans le défunt traité transatlantique dit TTIP ou le CETA, certains Etats européens étaient plus franchement partisans du libre-échange que d’autres. Quant au couple franco-allemand, ce n’est pas le traité dit d’Aix la Chapelle qui va redonner vie à un moribond. Mad           ameMerkel achève dans un état de faiblesse avancé son dernier mandat et E Macron est fragilisé à l’intérieur du pays et n’a pas réussi à convaincre ses partenaires européens. Le couple franco-allemand est largement mort avec la fin de la guerre froide.

A l’inverse, ce qui demeure vivant, ce sont les relations économiques entre les deux Etats, l’Allemagne reste le premier partenaire économique de la France mais la France n’est plus que le 4ème partenaire. Les trois premiers partenaires commerciaux de l’Allemagne dans l’ordre sont la Chine, les Pays-Bas, et les Etats Unis. La France a été le premier partenaire commercial de l’Allemagne jusqu’en 2014, avant de céder sa place aux Etats Unis, puis à la Chine. Aujourd’hui, comme le souligne une étude récente du CEPII, l’atonie des exportations françaises s’expliquerait pour partie par  «la difficulté de la zone euro à mettre en œuvre des politiques coordonnées de rééquilibrage en son sein »

L’industrie européenne sort affaiblie de la crise économique entamée, il y a plus de dix ans, et l’Union européenne à peine à protéger ses secteurs industriels. Elle essaye de contenir les menaces américaines, en augmentant massivement ses importations de soja par exemple. La relation transatlantique restera importante mais elle est en souffrance tant sur le plan militaire, qu’économique que politique.

Les débats ouverts par Trump peuvent être considérés comme légitimes: comme celui des taxes sur l'acier et l'aluminium, censés rebooster l'industrie américaine. La désindustrialisation européenne et le mal qu'elle produit sur les économies européennes ne sont-elles pas les failles réelles dans lesquelles le discours de Trump prend toute sa force ? 

L’Union-Européenne et les Etats-Unis sont confrontés à des défis communs qui caractérisent la seconde mondialisation. La première de 1870 à 1914, était caractérisée par la désindustrialisation du sud et l’industrialisation du nord, désormais c’est l’inverse qui se produit, le sud depuis plus de trente ans s’industrialise et le nord se désindustrialise.  Néanmoins une remarque s’impose, même si nous ne disposons de l’espace nécessaire pour développer notre propos. La désindustrialisation comme concept laisse entendre une séparation entre le secteur de l’industrie et des services, cette séparation est largement artificielle. Les services sont très largement liés au secteur industriel. Mais c’est une autre question.

La désindustrialisation résulte d’une triple interaction entre tertiarisation, productivité, et globalisation. Ce phénomène a affecté qualitativement et quantitativement l’emploi. Ce secteur même s’il connait un recul, représente 75% de nos exportations et 80% de l’effort de la recherche et développement.

La réindustrialisation doit s’accompagner de spécialisations nouvelles qui répondent à la demande interne et externe, et qui sont porteuses de croissance. Avant toute chose, il faut envisager un redressement de l’appareil productif, et sortir des stratégies low-cost : addiction aux exonérations de cotisations sociales dont les effets sur l’emploi font débat, obsession de la maitrise du coût du travail, et autres. L’Union européenne dispose de capacités productives importantes, mais les choix de politique économique de ces dernières années, doublées d’un euro trop fort pour l’Italie et la France ont porté des coups redoutables à l’industrie européenne. Les pays émergents, depuis 2009 font en quelque sorte leur « marché » en Europe, aussi bien d’infrastructures portuaires, que de vignobles bordelais sans compter aussi les offensives américaines dans des domaines stratégiques. L’Union européenne est incapable de définir un objectif commun, elle réplique les pires travers de la mondialisation.

Trump met en avant un projet avant tout économique: faire des Etats-Unis la superpuissance qu'elle veut être à nouveau. L'Union européenne se débat avec un projet à la fois économique et politique: assurer le développement et la prospérité de l'Europe et garantir la paix dans un continent miné par ses divisions et ses différences. Cette guerre commerciale ne risque-t-elle pas de miner les efforts européens sur le plan du projet politique ? Est-ce que l'Union européenne est en mesure de lutter rapidement, efficacement, à armes égales, avec les Etats-Unis si Trump décidait d'engager un bras de fer commercial ? L'Europe ne serait-elle pas tout bonnement isolée et impuissante ?

L’Union européenne est confrontée à trois choix : retour aux Etats nations, dilution définitive dans une zone de libre-échange, ou fédéralisme. De projet politique européen, on n’en voit aucun sérieux s’affirmer à l’horizon, ce qui règne dans le continent ce sont des stratégies non coopératives. Nous ne sommes plus des partenaires mais que des concurrents. Nous multiplions les accords de libre échange bien souvent mal pensés et aux effets préoccupants. On peut penser aux accords avec le Japon ou le Canada. L’Europe, toute à sa candeur et idéologie croit apparaitre comme le digne représentant de l’ordre économique d’après-guerre : défense du libre-échange et du multilatéralisme. Elle fait passer en contrebande, sans ratification par les parlements des accords de libre échange comme celui avec le Japon. Les gains de croissance espérés demeurent faibles pour ne pas dire dérisoires, alors que les coûts risquent d’être supérieurs. Après l’accord avec le Japon, nous verrons les effets sur le secteur de l’automobile européen.

L’Union européenne est déjà largement impuissante, il est temps de manière concertée revoir le gouvernement économique de l’Europe séance tenante, à savoir abandonner les règles budgétaires, limiter les pouvoirs de la direction de la concurrence au sein de la Commission européenne, et abandonner le dogme d’indépendance des banques centrales et retirer des compétences de négociation en matière d’accords commerciaux, et rendre obligatoire l’implication des parlements nationaux dans pareilles négociations ou accords, et protéger par la loi les secteurs stratégiques. L’Union européenne telle qu’elle a été pensée économiquement, est un projet du passé. Elle est ingouvernable, et défend un gouvernement par les règles et adhère de manière délétère aux lois du marché. Le temps de tourner la page est arrivé. Il faut repenser les coopérations européennes à l’heure des crises géopolitiques et économiques.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

03.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

06.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

07.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires