En direct
Best of
Best Of
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Edito
Pourquoi la Cour des Comptes remet les pendules à l’heure face à la boulimie fiscale des Français
Publié le 08 février 2019
Depuis des semaines, les Français se livrent avec une sorte de gourmandise à une sorte de remise à plat de leur modèle institutionnel avec le souci de ne rien négliger, de passer à la paille de fer tous les dédales de leurs cheminements intellectuels ou autres, dans le but de construire un nouveau modèle de vie.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis des semaines, les Français se livrent avec une sorte de gourmandise à une sorte de remise à plat de leur modèle institutionnel avec le souci de ne rien négliger, de passer à la paille de fer tous les dédales de leurs cheminements intellectuels ou autres, dans le but de construire un nouveau modèle de vie.

Régulièrement, nos compatriotes éprouvent le besoin de faire une pause, la dernière et plus spectaculaire datant déjà de mai 1968, où les espoirs les plus fous se donnaient libre cours mais où généralement les lendemains ne changeaient guère en dehors de quelques concessions au pouvoir d’achat, car l’utopie se concilie mal avec les réalités. Aujourd’hui, soutenue par le délire qui envahit les réseaux sociaux, la foire aux idées nouvelles parait sans limites, dans un tohubohu de propositions  où les contradictions sont toujours au coin de la rue et empêchent de procéder à des constructions rationnelles. On est parti d’une contestation de la hausse des carburants, au moment d’ailleurs où le prix du pétrole s’est mis à baisser fortement, pour s’engager ensuite sur la voie d ’une réduction de la fiscalité, qui, par une bizarrerie des différents argumentaires s’est muée en une série de propositions en faveur du relèvement de nouvelles taxes.

Les débats tournent à la confusion générale, nos compatriotes étant toujours persuadés de l’originalité d’une pensée susceptible d’étonner le monde et qui s’épuise aujourd’hui dans des joutes oratoires éphémères, où les contradictions se multiplient, et dont on voit mal quelle pourrait être une issue législative éventuelle.

Au milieu de ce fatras désordonné, la Cour des Comptes vient de remettre les pendules à l’heure en faisant entendre la voix de la raison. Elle déplore que le pays s’affranchisse des règles européennes pour devenir de plus en plus un cas isolé, en refusant de suivre le chemin des réformes suivi par ses partenaires. Elle n’a pas mis à profit les trois dernières années marquées par une croissance acceptable pour amorcer un véritable redressement qui s’avère aujourd’hui largement chimérique. La limite des trois pour cent du déficit a été abandonnée sans vergogne pour une nouvelle étape à 3,2%, qui sera sans doute dépassée, depuis la brèche ouverte de onze milliards par les gilets jaunes pour un déficit qui se révélera sans doute plus élevé.

  Une fois de plus, les sages de la rue Cambon s’étonnent que l’on laisse de côté la diminution de la dépense publique er que le débat se focalise sur la création de nouvelles taxes Les déceptions vont être grandes au moment de tirer les leçons du grand déballage citoyen. Il aurait pu être une occasion de développer une certaine pédagogie, de démystifier les notions fausses qui pullulent dans un pays où la culture économique est particulièrement faible. Il n’en sera sans doute rien car les inévitables désillusions créeront un nouveau malaise. Avec ce sentiment, en dépit de quelques soubresauts, que rien ne bouge fondamentalement dans un pays tenu fortement par de puissants lobbies.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Recep Tayyip Erdogan critiqué pour avoir diffusé des images de l'attentat de Christchurch
01.
Le conseil des ministres vu de l’intérieur
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Samedi de violences : l’Etat manque-t-il des moyens pour maintenir l’ordre ou ce gouvernement enchaîne-t-il les erreurs de stratégie ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zen-gzr-28
- 09/02/2019 - 10:23
Pour réformer la fonction publique
le gouvernement doit AGIR au lieu de palabrer et d'être très content d'avoir fait ce que personne n'a fait avant lui. On voit ce que ça donne. Les shows sont édifiants. Les actes à suivre seront-ils à la hauteur des attentes des citoyens ? On peut en douter !
gerint
- 08/02/2019 - 16:06
Boulimie fiscale ?
Pas du tout ou très peu ! Si vouloir profiter de ce qu’on a gagné et qui reste parcimonieux dans un pays aux bas salaires pour les gens modestes et même pour les classes moyennes sans se faire assommer de taxes diverses est une boulimie fiscale face à d’autres qui reçoivent des émoluments princiers assortis de privilèges exorbitants est une boulimie fiscale c’est que je suis vraiment très con de ne m’en être pas aperçu.
OLYTTEUS
- 08/02/2019 - 12:01
irréalisme des dirigeants aussi
que penser de ce nouveau monde qui devait inaugurer une révolution pour notre pays? sans vergogne, les dirigeants ont augmenté les taxes et impôts comme les deux quiquennats précédents,tout en méprisant le peuple copieusement à l'instar du Hollande.
les dirigeants portent une lourde responsabilité sur l'Etat de la France: toujours capables d'augmenter la charge des baudets de Français et incapables de réformer la dépense publique, l'Etat....