En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Edito

Quand le tourisme se rit de la morosité de la conjoncture et devient un moteur de croissance

Publié le 01 février 2019
Malgré les menaces qui agitent la planète et rendent certaines régions inhospitalières, le tourisme poursuit sa marche en avant.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré les menaces qui agitent la planète et rendent certaines régions inhospitalières, le tourisme poursuit sa marche en avant.

L’an dernier, il a progressé presque deux fois plus vite que l’activité économique. On a dénombré un milliard quatre cent millions de vacanciers, en augmentation de six pour cent sur l’année précédente, alors que la performance de la croissance mondiale se limitait à 3,7%. Il connait une expansion régulière qui dépasse les prévisions. La barre des cinq cents millions a été franchie en 1995, le milliard en 2010 et l’on pourrait s’approcher du deuxième milliard à l’aube des années 2030. Certes, l’accroissement de la population mondiale joue son rôle, mais surtout le progrès économique des nations intermédiaires ouvre l’accès aux activités de loisirs à de nouvelles couches de population dont le niveau de vie s’élève régulièrement. C’est le cas notamment de la Chine et de l’Inde au sein de la grande famille des émergents, compte tenu de leur taille.

Pour l’instant, c’est un atout pour l’Europe qui capte près de la moitié du tourisme mondial avec 713 millions d’individus l’an dernier, et qui tend à prendre une place de plus en plus grande, alors qu’elle est aujourd’hui une des régions le moins dynamiques de la planète. L’Asie vient en deuxième position avec 343 millions et l’Amérique à la troisième avec 217 millions.   Toute se conjugue pour afficher l’optimisme pour l’avenir : une amélioration régulière des revenus des classes moyennes, des conditions de transport qui réduisent les coûts, notamment sur les billets d’avion, l’essor des paquebots géants, des visas plus faciles à obtenir notamment et d’une façon générale les avantages offerts par la mondialisation.

Le tourisme offre un champ très large au développement, car pour l’instant 95% de son activité sont concentrés seulement sur cinq pour cent du globe. Les côtes méditerranéennes attirent une population maximum, alors que le réchauffement climatique laisse peser une menace sur certaines régions qui deviennent inondables. Mais surtout, on voit naître aussi au sein des populations des sites les plus visités, un sentiment de dépossession de leurs territoires au profit de groupes qui occupent provisoirement les lieux au moment où ils sont le plus agréables, mai qui enlèvent aux autochtones la douceur de vivre qu’ils chérissaient. Un début de rébellion est perceptible : il prend la forme de mesures de restrictions de la circulation automobile, ou de l’accès aux musées. Car le déferlement de populations à Venise, au Mont Saint Michel, au Louvre ou au château de Versailles atteint déjà ses limites physiques, alors que les prévisions laissent entendre que les flux continueront de progresser. L’an dernier, tous les records ont été battus pour la France avec 90 millions de visiteurs, et l’on annonce déjà cent millions en 2020. Avec des mouvements contrastés. On observe une disparition des petits hôtels familiaux dans les villes petites et moyennes – six cents établissements ont mis la clé sous la porte l’an dernier, souvent parce que leurs exploitants prenaient leur retraite. En revanche, on observe une concentration dans les métropoles de la capacité hôtelière. Au total, le tourisme a entraîné un chiffre d’affaires de cinquante milliards d’euros l’an dernier, ce qui en fait un poste important de la balance des paiements. Avec un espoir : celui que le mouvement des gilets jaunes ait conduit à une prise de conscience pour mieux valoriser la France des territoires délaissés qui offrent pourtant des opportunités de mises en valeur pour le tourisme, à condition  que les investisseurs répondent à une demande qui va continuer de croitre et embellir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

03.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires