En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 48 min 45 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 4 heures 4 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 5 heures 33 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 7 heures 12 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 8 heures 30 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 10 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 11 heures 25 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 13 heures 58 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 3 heures 41 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 4 heures 34 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 6 heures 39 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 7 heures 35 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 9 heures 37 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 11 heures 9 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 13 heures 1 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 14 heures 14 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 15 heures 30 sec
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
Renouveau

Pourquoi le macronisme devrait se dé-macroniser, et s’en-marchiser

Publié le 27 janvier 2019
Emmanuel Macron a dans l’ensemble mené la politique annoncée pendant la campagne, mais souffre aujourd'hui d'un rejet du style techno-jupitérien.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a dans l’ensemble mené la politique annoncée pendant la campagne, mais souffre aujourd'hui d'un rejet du style techno-jupitérien.

Atlantico : Ne peut-on pas voir la défiance à laquelle fait face Emmanuel Macron comme la conséquence d'un décalage important entre la perception des Français au moment de la campagne électorale et la réalité de la politique appliquée ? 

Christophe De Voogd : Les sondages ne montrent pas exactement cela. Les plus récents et les plus négatifs montrent un rejet de sa personne et un doute sur sa capacité à réformer, suite à la crise des gilets jaunes, ce qui n’est pas la même chose. D’ailleurs, Macron a dans l’ensemble fait la politique annoncée pendant la campagne, de la suppression partielle de l’ISF à la hausse de la CSG en passant par la réforme du droit du travail ou la suppression progressive de la taxe d’habitation. De plus, la réforme de la SNCF, non annoncée, a été très bien acceptée. La très grande défiance à son égard (seul Hollande a connu pire) vient donc d’autre chose: 1/ d’abord, non pas de la réalité mais de la méthode de la politique menée : méthode verticale et technocratique, alors qu’en Marche était une promesse horizontale et participative. 2/ ensuite de l’absence de résultats de pendant 18 mois : hausse des déficits, hausse de la dette, stagnation du chômage ont fini par décrédibiliser le programme annoncé. 3/ enfin du très mauvais timing de cette politique qui a commencé par les hausses d’impôts pour les classes moyennes (CSG, impôts indirects) et leur baisse pour les plus riches. Il a fallu attendre la fin 2018 pour voir une baisse des charges pour le plus grand nombre avec la fin des cotisations sociales des salariés et l’allègement de la taxe d’habitation. Calendrier typiquement technocratique et politiquement bien périlleux ! Lorsque les baisses des prélèvements sont enfin arrivées (entre la mi et la fin novembre) c’était juste trop tard : la crise des gilets jaunes venait de commencer. 

En quoi le macronisme doit il en ce sens se "démacroniser" tout en s'orientant vers une "EnMarchisation" qui correspondrait à cette perception originelle des Français ? 

Si vous entendez par « macronisme », le style « techno-jupitérien », vous avez raison. On dit que le Président en veut à cette technocratie qui l’a conduit dans l’impasse actuelle. Nul doute que la promesse horizontale d’En marche est plus en phase avec l’ aspiration de l’opinion à une plus grande participation. C’est l’une des bases du mouvement actuel et c’était aussi la raison du succès de Macron en 2017 avec le style ouvert du candidat, le recours au numérique, l’entrée en politique de nouveaux venus, le « dégagisme », bref le réveil de la société civile. En ce sens, En Marche et gilets jaunes relèvent paradoxalement d’un même mouvement de fond dans la société française. C’est toute l’ironie de la confrontation actuelle.

Quels pourraient être les effets sur l'électorat d'un tel retour aux origines ? 

Il est sûr que le lancement du grand débat national est une volonté de renouer avec les origines, en même temps qu’une vraie nécessité de redonner la parole aux Français et de se redonner un peu d’oxygène. D’où la remontée actuelle dans les sondages, que le recul, aussi modeste soit-il, du chômage ne peut que conforter : enfin des résultats ! Mais seront-ils durables, avec les troubles sociaux et les incertitudes économiques internationales ? Et surtout il reste une double question de fond : la technocratie n’est-elle pas consubstantielle au macronisme ? La volonté de réformer par le haut, typique de son inspiration saint-simonienne, s’accommodera-t-elle de plus de démocratie directe ? Je constate que c’est sur le RIC que le gouvernement « coince » le plus, signe encore une fois que l’on reste dans une approche élitiste du pouvoir, qui ne se partage pas. Il y a pourtant là un enjeu décisif, que le président ne pourra pas éluder et qu’il pourrait d’ailleurs reprendre à son compte, en proposant, sinon le RIC qui pose bien des problèmes, du moins de nouvelles voies de démocratie participative. On retombe à nouveau sur l’ambiguïté fondamentale du macronisme : véritable « révolution » proposée par un visionnaire du « nouveau monde » ou ancien monde technocratique relooké par la com’ et incarné par son plus brillant représentant, désormais à la tête du pays? C’est pourquoi, à mes yeux, le sujet le plus important du grand débat est la réforme de l’Etat, qui n ’a pas avancé d’un pouce depuis l’élection d’Emmanuel Macron, et dont dépend finalement tout le reste : la fiscalité comme l’ensemble des politiques publiques.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires