En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

07.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 11 heures 5 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 14 heures 23 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 15 heures 52 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 17 heures 6 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 17 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 19 heures 20 sec
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 19 heures 54 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 19 heures 56 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 19 heures 57 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 19 heures 58 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 13 heures 25 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 15 heures 41 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 16 heures 8 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 17 heures 19 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 18 heures 4 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 19 heures 9 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 19 heures 54 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 19 heures 58 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 20 heures 51 sec
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
Renouveau

Pourquoi le macronisme devrait se dé-macroniser, et s’en-marchiser

Publié le 27 janvier 2019
Emmanuel Macron a dans l’ensemble mené la politique annoncée pendant la campagne, mais souffre aujourd'hui d'un rejet du style techno-jupitérien.
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a dans l’ensemble mené la politique annoncée pendant la campagne, mais souffre aujourd'hui d'un rejet du style techno-jupitérien.

Atlantico : Ne peut-on pas voir la défiance à laquelle fait face Emmanuel Macron comme la conséquence d'un décalage important entre la perception des Français au moment de la campagne électorale et la réalité de la politique appliquée ? 

Christophe De Voogd : Les sondages ne montrent pas exactement cela. Les plus récents et les plus négatifs montrent un rejet de sa personne et un doute sur sa capacité à réformer, suite à la crise des gilets jaunes, ce qui n’est pas la même chose. D’ailleurs, Macron a dans l’ensemble fait la politique annoncée pendant la campagne, de la suppression partielle de l’ISF à la hausse de la CSG en passant par la réforme du droit du travail ou la suppression progressive de la taxe d’habitation. De plus, la réforme de la SNCF, non annoncée, a été très bien acceptée. La très grande défiance à son égard (seul Hollande a connu pire) vient donc d’autre chose: 1/ d’abord, non pas de la réalité mais de la méthode de la politique menée : méthode verticale et technocratique, alors qu’en Marche était une promesse horizontale et participative. 2/ ensuite de l’absence de résultats de pendant 18 mois : hausse des déficits, hausse de la dette, stagnation du chômage ont fini par décrédibiliser le programme annoncé. 3/ enfin du très mauvais timing de cette politique qui a commencé par les hausses d’impôts pour les classes moyennes (CSG, impôts indirects) et leur baisse pour les plus riches. Il a fallu attendre la fin 2018 pour voir une baisse des charges pour le plus grand nombre avec la fin des cotisations sociales des salariés et l’allègement de la taxe d’habitation. Calendrier typiquement technocratique et politiquement bien périlleux ! Lorsque les baisses des prélèvements sont enfin arrivées (entre la mi et la fin novembre) c’était juste trop tard : la crise des gilets jaunes venait de commencer. 

En quoi le macronisme doit il en ce sens se "démacroniser" tout en s'orientant vers une "EnMarchisation" qui correspondrait à cette perception originelle des Français ? 

Si vous entendez par « macronisme », le style « techno-jupitérien », vous avez raison. On dit que le Président en veut à cette technocratie qui l’a conduit dans l’impasse actuelle. Nul doute que la promesse horizontale d’En marche est plus en phase avec l’ aspiration de l’opinion à une plus grande participation. C’est l’une des bases du mouvement actuel et c’était aussi la raison du succès de Macron en 2017 avec le style ouvert du candidat, le recours au numérique, l’entrée en politique de nouveaux venus, le « dégagisme », bref le réveil de la société civile. En ce sens, En Marche et gilets jaunes relèvent paradoxalement d’un même mouvement de fond dans la société française. C’est toute l’ironie de la confrontation actuelle.

Quels pourraient être les effets sur l'électorat d'un tel retour aux origines ? 

Il est sûr que le lancement du grand débat national est une volonté de renouer avec les origines, en même temps qu’une vraie nécessité de redonner la parole aux Français et de se redonner un peu d’oxygène. D’où la remontée actuelle dans les sondages, que le recul, aussi modeste soit-il, du chômage ne peut que conforter : enfin des résultats ! Mais seront-ils durables, avec les troubles sociaux et les incertitudes économiques internationales ? Et surtout il reste une double question de fond : la technocratie n’est-elle pas consubstantielle au macronisme ? La volonté de réformer par le haut, typique de son inspiration saint-simonienne, s’accommodera-t-elle de plus de démocratie directe ? Je constate que c’est sur le RIC que le gouvernement « coince » le plus, signe encore une fois que l’on reste dans une approche élitiste du pouvoir, qui ne se partage pas. Il y a pourtant là un enjeu décisif, que le président ne pourra pas éluder et qu’il pourrait d’ailleurs reprendre à son compte, en proposant, sinon le RIC qui pose bien des problèmes, du moins de nouvelles voies de démocratie participative. On retombe à nouveau sur l’ambiguïté fondamentale du macronisme : véritable « révolution » proposée par un visionnaire du « nouveau monde » ou ancien monde technocratique relooké par la com’ et incarné par son plus brillant représentant, désormais à la tête du pays? C’est pourquoi, à mes yeux, le sujet le plus important du grand débat est la réforme de l’Etat, qui n ’a pas avancé d’un pouce depuis l’élection d’Emmanuel Macron, et dont dépend finalement tout le reste : la fiscalité comme l’ensemble des politiques publiques.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires