En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

07.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

01.

L'Etat cherche de l'argent

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 10 heures 28 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 13 heures 9 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 15 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 16 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 16 heures 36 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 17 heures 35 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 31 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 19 heures 45 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 20 heures 17 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 20 heures 50 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 12 heures 50 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 13 heures 55 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 15 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 16 heures 27 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 16 heures 49 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 18 heures 24 sec
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 19 heures 25 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 20 heures 16 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 20 heures 37 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 21 heures 23 min
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
Violences policières

Didier Maïsto : « J’étais aux côtés de Jérôme Rodrigues lorsqu’il a été blessé. Ce qui s’est passé est incompréhensible »

Publié le 27 janvier 2019
Jérôme Rodrigues, figure du mouvement des Gilets Jaunes, a été blessé à l’oeil par les forces de police alors qu’il filmait la manifestation du 26 janvier, place de la Bastille à Paris.
Didier Maïsto est le président de Fiducial Médias et de Sud Radio.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maïsto
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maïsto est le président de Fiducial Médias et de Sud Radio.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Rodrigues, figure du mouvement des Gilets Jaunes, a été blessé à l’oeil par les forces de police alors qu’il filmait la manifestation du 26 janvier, place de la Bastille à Paris.

Atlantico : Jérôme Rodrigues, figure du mouvement des Gilets Jaunes, a été blessé à l’oeil par les forces de police alors qu’il filmait la manifestation de cet après-midi Place de la Bastille. Que s’est-il passé exactement ?

Didier Maïsto : Tout au long de la journée, la manifestation a été extrêmement pacifique (ndlr : place de la Bastilles samedi des échauffourées entre certains GJ et les forces de l'ordre ont eu lieu durant deux heures, le groupe dont faisait parti Jérôme Rodrigues était quant à lui pacifique et il ne participait à aucun débordement lorsqu'il a été blessé). Au fil de mes Facebook Live, je n’ai cessé de dire que, par rapport à l’acte X, la police avait changé de stratégie. Les ordres avaient été mieux donnés, les forces de police étaient présentes mais se faisaient discrètes. Bien entendu, certaines rues étaient bloqués pour des questions de sécurité, mais tout se déroulait parfaitement bien.

Lorsque le cortège et moi-même sommes arrivés à la Place la Bastille, c’était légèrement plus tendu probablement en raison des black bloc déjà présents sur place. Ces derniers, contrairement aux Gilets Jaunes, étaient là pour en découdre, “casser du flic”, et s’en étaient déjà pris au mobilier urbain. Tous habillés en noirs et sans rapport aucun avec le reste des manifestants, ils avaient d'ores et déjà été maîtrisés par les policiers.

Au moment où l’incident est arrivé, j’étais à une dizaine de mètres de Jérôme Rodrigues. Nous étions tous les deux en train de filmer la manifestation. La police a soudainement lancé des grenades de désencerclement et des bombes lacrymogènes. J’ai vu une quinzaine de CRS courir et armer leurs flash-ball. D’un coup j’ai entendu un bruit sourd et j’ai vu Jérôme Rodrigues tomber à terre. Le samu est arrivé, et il a été amené à l’hôpital.

Il s’agit là d’une figure phare du mouvement, et qui plus est quelqu’un de très pacifique. Il défendait régulièrement la police, rappelant le nombre de suicides policiers et le fait qu’ils étaient, eux aussi, à bout. En quelques mots : il appelait à rester calme. Ainsi, tout le monde a été très choqué, peut être encore plus parce que tout le monde le connaissait.

L’attitude des CRS, alors que les black block étaient pourtant déjà arrêtés est donc incompréhensible, c’est une grave erreur.

Quelle était l’atmosphère de la manifestation ? Pourquoi les forces de l’ordre ont fait usage de lanceurs de balles de défense et de bombes lacrymogènes ?

Comme je l’ai dit précédemment, pendant la totalité de la manifestation -avant l’arrivée Place de la Bastille- tout se déroulait parfaitement. Nous n’avons presque pas vu de policiers.

Même dans les endroits propices aux débordements, rue du Faubourg Saint Honoré ou Place Vendôme, par exemple, tout avait lieu dans le plus grand calme. Idem, avec les cortèges syndicaux : tout s’est bien passé alors que l’on pouvait craindre que Gilets Jaunes et syndicalistes ne se mélangent pas. Et pourtant si, et le tout avec mot d’ordre : la grève générale du 5 février prochain.

Tout était très bon enfant, ce qui une fois encore rend l’acte Place de la Bastille absolument incompréhensible. Il est fort probable que le policier responsable du tir était mal entraîné.

Quels étaient , selon vous, les ordres qui avaient été donnés aux policiers et CRS ?

Je n’ai pas eu d’informations particulières quant aux ordres qui avaient été donnés aux forces de l’ordre, mais de ce que j’ai vu, il ont complètement changé entre le début et la fin de la manifestation.

L’exécutif avaient probablement demandé aux policiers d’être discrets, de maintenir l’ordre sans faire de vague. Quand il y avait des individus un peu problématiques, ils les mettaient gentiment de côté. De ce fait, le contraste entre la manifestation et le tir qui a blessé Jérôme Rodrigues est frappant. D’autant plus, qu’avec la force du tir, son bruit, on aurait pu croire qu’il s’agissait d’un tir de sniper.

La brutalité du geste a frappé. Jérôme Rodrigues était adoré, donc il faut s’attendre à un vive réaction de la part des Gilets Jaunes. Il va probablement falloir les raisonner, faire en sorte qu’ils ne se radicalisent pas après l’extrême brutalité d’aujourd’hui. D’autant plus qu’ils ont l’impression d’être constamment accusés à tort de tout et de rien : fascisme, violence…

Il va ainsi falloir leur fournir des explications. L’enquête de l’IGPN est ouverte mais l’exécutif va également devoir fournir des réponses valables ou des excuses. Il n’est plus question de minimiser quoi que ce soit, d’autant plus qu’ils ont fait Jérôme Rodrigues un martyre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

07.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

01.

L'Etat cherche de l'argent

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 28/01/2019 - 20:53
Jérôme Rodriguez a t-il été mutilé intentionnellement ???
Quand on regarde les forces de l'ordre à la télé, avec leur flashball épaulé prêt à tirer,
à part à être de très mauvaise foi comme sait si bien le faire l’immonde Waffen SS "Casse tes nerfs" sur le média gouvernemental BFM-TV,
il est facile de constater que leurs armes sont toujours pointées à hauteur de visage.
Alors, à moins de dix mètres, tirer sur un opposant connu en pleine tronche, alors même que ce dernier était immobile en train de filmer une scène de rue, quel trophée pour le tireur et sa compagnie.
ils ont dû sabler le champagne offert par le führer de l'Elysée.
A quand des tirs à bout portant pour éclater ces vilains gilets jaunes qui osent encore et toujours contester l'ordre établi (mais par qui ???),
à quand les premiers morts, assassinés, sans arme par une autorité qui nous rappelle aujourd'hui les heures sombres de Vichy, l'envahisseur nazi et sa sinistre Gestapo ???
C'est sûr, ça va très mal finir !...
henri beauclerc
- 28/01/2019 - 18:36
Un armement qui pose problème ou des "forces de répression" ?
Je comprends fort bien que les forces de l'ordre aient besoin d'un armement propre à éloigner des agresseurs violents et/ou à disperser une foule agressive. En revanche je ne comprends pas pourquoi ces armes sont utilisées massivement face aux manifestants et quasiment pas face aux voyous et "dealers" qui font la loi dans les cités, je ne comprends pas pourquoi les policiers utilisent les grenades de "désencerclement" alors même qu'ils ne sont pas menacés, je ne comprends pas pourquoi les blessures aux visages sont si nombreuses alors que le tir au dessus de la ligne des épaules est interdit, je ne comprends pas pourquoi on persiste à utiliser des grenades lacrymogènes pour disperser la foule alors même qu'on l'enferme, cette foule, dans un dispositif policier comme dans une cage. Et surtout je n'oublie pas que le LBD40 est en fait un lance grenade à canon rayé de fabrication suisse et que c'est une arme de guerre selon la réglementation européenne. Quant à la munition, fabriquée en France, employée par les F.O., on ne peut que constater objectivement qu'elle cause des blessures graves car invalidantes. Alors ? Serait-ce un armement dangereux ou
une utilisation abusive ?
Phlt1
- 28/01/2019 - 11:46
@gj
Vos propos sont formidables d'irresponsabilité. "Je suis le meilleur, j'ai raison, les autres ont tord, je ne suis représenté par rien ni personne, mais je ne suis responsable de rien ni de personne" On est rarement allé aussi loin dans l'irresponsabilité et la bêtise. Et bien évidemment on se glisse et on se cache dans la peau de l'idéologie gauchiste qui consiste à faire croire qu'elle a raison chaque fois que l'imperfection se manifeste puisqu'elle est incapable de démontrer sa légitimité par les faits (elle produit exactement le contraire de ce qu'elle prétend être). Si le mouvement des gilets jaunes est parfaitement légitime, et si je vais jusqu'à dire que, malheureusement, seule la violence a permis une prise de conscience chez des élites aveugles, sourdes et arrogantes, l'immaturité et la bêtise des gilets jaunes de gauche est flagrante: toujours la même rengaine contre les riches, la police, l'Etat et je ne sais quoi d'autres pourvu que les autres aient tord et moi raison. Quand on a 15 ans c'est compréhensible, quand on dépasse 40 ans, c'est une pathologie.!. Basta.!.