En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 5 heures 9 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 7 heures 40 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 9 heures 42 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 11 heures 26 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 12 heures 13 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 5 heures 36 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 9 heures 27 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 11 heures 2 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 11 heures 22 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 11 heures 33 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 11 heures 54 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 12 heures 7 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 12 heures 13 min
© © FRANCOIS LO PRESTI / AFP
© © FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Atlanti-Culture

Yann Moix : l'écrivain, plus intéressant et profond que l'homme de télé

Publié le 25 janvier 2019
Lors de ses passages à la télévision, Yann Moix agace pas mal de gens par son côté trop souvent provocateur et péremptoire.Raison de plus pour découvrir son dernier roman, cruel, tragique, mélancolique, et très bien écrit.
Marine Baron pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marine Baron est chroniqueuse pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de ses passages à la télévision, Yann Moix agace pas mal de gens par son côté trop souvent provocateur et péremptoire.Raison de plus pour découvrir son dernier roman, cruel, tragique, mélancolique, et très bien écrit.

LIVRE

ROMPRE
DE YANN MOIX
ED.  GRASSET
128 PAGES,
13 EUROS

RECOMMANDATION

            EXCELLENT

THÈME

Un homme quitte la femme qu’il aime sous le coup de la colère, après avoir été particulièrement blessé par l’une de ses remarques. Les quelques moments d’apaisement suivant cette rupture s’étant dissipés, il ressent bientôt l’angoisse du vide qu’il a créé, à la fois de lui-même et malgré lui. La séparation brutale qu’il avait initiée en la pensant réversible se referme sur lui comme un piège en devenant, à travers l’autre, un acte définitif. Hypermnésique, le voilà seul avec ses souvenirs. À travers une série de questions à laquelle l’homme répond, il dévoile en partie les causes de sa manie de tout saboter dans ses relations amoureuses, comme pour conjurer encore et encore une issue fatalement désastreuse. Son enfance faite de violences arbitraires et d’injustices ne lui est « pas un paradis perdu mais un enfer perpétuellement retrouvé ». En voulant lui échapper, il s’y enferme et ne peut que devenir un « gâcheur d’amour », un « casseur de jeunesse et de beauté ».

POINTS FORTS

- Une écriture précise, toujours au plus près de la sensation. La description du manque de la personne aimée, manque n’étant par définition partagé avec personne et créant une solitude plus forte encore que celle provoquée par un deuil vécu par tout le monde, l’enfer des souvenirs du narrateur hypermnésique ne se heurtant plus qu’à l’indifférence, l’analyse fine des attitudes des deux personnages principaux de la rupture contribuent à créer un univers saisissant et juste.

- Un format original et vivant. Le fait que le texte soit articulé entre de brèves questions et de longues réponses contribue à créer un entretien mystérieux entre le narrateur et une autre personne qui pourrait être un thérapeute, une connaissance curieuse et distante, un journaliste, le lecteur dont les interrogations seraient comme prises en compte par le texte. Le fait est que le livre est captivant et se lit d’un trait.

- Le texte, dans son ensemble, est tragique et poignant. L’autodestruction analysée au scalpel, les ravages d’une enfance si pénible qu’elle ne peut pousser qu’à chercher dans le futur une justification dans un comportement condamnable, comme pour ne plus porter en elle la marque d’une injustice absolue, le désespoir né des histoires douloureuses sans cesse recommencées, tous ces éléments diffusent à chaque ligne une mélancolie insondable. En ce sens, les dernières pages du livre sur l’amour jamais avoué du petit garçon malheureux pour la petite fille rousse et insouciante sont probablement les plus tristes, mais aussi et de loin les plus belles.

POINTS FAIBLES

On ne peut pas échapper, dans ce récit écrit au masculin, aux sempiternelles considérations générales sur les femmes censées avoir des comportements propres à leur sexe, considérations tellement éloignées de la réalité ou tellement communes, potentiellement, à tout être humain qu’elles en deviennent franchement saugrenues. Que sont censées faire les femmes, selon notre narrateur ? Rechercher, après une rupture douloureuse, une personne qui ne les quittera plus, comme si ce comportement devait être typiquement sexué. On dirait que l’auteur n’a jamais parlé à des femmes habituées à quitter elles-mêmes leurs partenaires ou à d’autres hommes ayant vécu un chagrin d’amour et cherchant à ne plus en vivre. De la part d’un personnage qui se présente comme ayant un comportement si particulier  et faisant justement l’intérêt du livre, ce genre de généralités tombe d’autant plus à plat.

EN DEUX MOTS

Un livre vif et très bien écrit, à la fois cruel et mélancolique. Difficile d’en sortir indemne, du moins d’y être indifférent.

UN EXTRAIT

« J’attendis le lendemain, et le lendemain elle riait ainsi que la veille, agrémentée d’un pansement ; elle avait occulté le drame, moi pas. Et lorsque je tentai de faire quelques pas dans sa direction, tremblant comme un chien qui comprend que son maître va le rouer de coups de pied, son père l’appela pour le goûter. Cette intervention me coupa les jambes ; même si, sans doute, j’eusse trouvé en chemin quelque autre prétexte pour bifurquer et raturer ma décision d’être courageux. Le dessin, le poème se retrouvèrent dans notre bungalow le soir même, ridicules, nettoyés de leur contexte, privés de leur occasion, coupés de leur aubaine; je ne pourrais jamais plus les donner en offrande à mon amoureuse. Une de mes lectures favorites, alors, était une histoire de Charles M. Schulz intitulée « Charlie Brown et la petite fille rousse ». C’était strictement mon aventure qui y était relatée ; si bien que je ne savais pas si l’on pouvait parler de coïncidence, ou si au contraire je me servais de la mésaventure de Charlie Brown comme d’un canevas. Il n’osait pas dire à la « petite fille rousse » que son cœur battait pour elle ; mais à la fin, il vainquait. Moi, je restais cloîtré dans ma cellule. J’étais condamné à continuer à l’inventer, à lui prêter des intentions, à être le ventriloque de ses rêves. Cette mélancolie est proche de la folie – j’avoue que j’étais fou ; et je le suis resté.». p110.

L'AUTEUR

Né en 1968, Yann  Moix a écrit de nombreux romans, dont « Jubilations vers le ciel » (Prix Goncourt du Premier Roman 1996), et « Naissance » (Prix Renaudot 2013). Il a réalisé un film à succès  adapté de son propre roman, « Podium », sorti sur les écrans en 2004. Entre 2015 et 2018, il a été chroniqueur dans l’émission « On n’est pas couché » sur France 2. Ayant également été chroniqueur pour différents titres de presse écrite, dont Marianne, Elle ou Le Figaro, il collabore encore actuellement au magazine Paris Match. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Yann Moix, culture, roman, rompre
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires