En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

05.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

06.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

07.

Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 5 heures 53 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 6 heures 37 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 8 heures 3 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 9 heures 44 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 11 heures 3 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 13 heures 33 min
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

il y a 16 heures 18 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 16 heures 48 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 18 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 6 heures 18 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 7 heures 28 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 8 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 10 heures 29 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 12 heures 54 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 15 heures 4 min
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

il y a 16 heures 29 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 17 heures 10 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 18 heures 7 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 18 heures 47 min
Maestra

Mawoma : le concours mondial qui veut donner leur place aux femmes à la tête des orchestres de la planète

Publié le 24 janvier 2019
Jeudi 24 janvier se tient MAWOMA (pour Music And Women Maestra), le premier concours mondial exclusivement dédié aux femmes chefs d'orchestre. Entretien avec Clemence Guerrand, pianiste et fondatrice de l'événement.
Clémence Guerrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pianiste et Présidente fondatrice de MAWOMA
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jeudi 24 janvier se tient MAWOMA (pour Music And Women Maestra), le premier concours mondial exclusivement dédié aux femmes chefs d'orchestre. Entretien avec Clemence Guerrand, pianiste et fondatrice de l'événement.

Atlantico: Vous observez que la part des femmes a progressé dans tous les secteurs de la société et vous dîtes que seule la musique classique semble échapper au mouvement. Il y a seulement 21 femmes chefs d'orchestre pour 586 hommes dans le monde, pourquoi selon vous ?

Clemence Guerrand : Il y a plusieurs réponses, d'abord le mythe du grand maestro, toujours dans l'esprit commun avec de grands chefs comme Karajan, Bulot, mais aussi, à travers ce mythe, une absence totale de modèle pour les jeunes femmes, qui ne peuvent pas se projeter parce qu'elles n'ont pas de références. En tant que pianiste j'ai toujours eu des références, des grandes dames solistes, mais ce n'est pas le cas pour les jeunes femmes qui veulent être chefs d'orchestre.

Est-ce que vous sentez une évolution progressive dans la musique classique ?

Oui, et on peut la souligner. Les orchestres se positionnent, ils commencent à nommer des femmes, par exemple à Londres, le chef Mirga Grazinyte-Tyla. Cette femme a été l'une des rares à être nommées à la tête d'un orchestre comme chef titulaire à 29 ans, il y a trois ans. C'est un grand exemple car en plus elle est très talentueuse et charismatique.

Le mouvement #MeToo est-il passé par là ?

Je ne crois pas, cela a commencé avant, il y a eu une prise de conscience il y a environ cinq ans, les orchestres ont commencé à vouloir écouter des femmes. C'est aussi grâce à des femmes comme Emmanuelle Haim et bien d'autres, qui ont créé leur propre orchestre. Les femmes sont souvent obligées de créer leur propre orchestre pour être entendues. En France, c'est comme cela que ça a fonctionné, les femmes ont créé leur propre orchestre pour être entendues, ce qui a créé un regard différent, a montré qu'il fallait faire quelque chose.

Que peut apporter à la musique classique une plus grande ouverture aux femmes chefs d'orchestre ?

J'apparente la part de la féminité dans un orchestre à la voix féminine dans un chœur. Dans un chœur, on a les basses, les sopranos, les altos. La voix féminine apporte une musicalité, tous les critères inhérents à la féminité. De plus, l'instinct, un peu naturel, de materner quelque chose, permettrait d'apporter un nouveau regard en tant que chef d'orchestre. La femme est venue sur Terre pour materner, pour enfanter, cela apporte un autre regard, pas supérieur ou meilleur, mais nouveau. Un chef féminin aura certainement, dans cette dimension de la féminité, une gestuelle et une dynamique propres à la féminité, qui est aussi la sensualité, une marque féminine sur le plan physique. Cette féminité influe sur la technique. Il est important de dire que diriger un orchestre, c'est comme créer un univers invisible et non codifié. Le geste n'appartient pas à une codification. Les nuances musicales inscrites sur la partition du chef d'orchestre ne peuvent pas être interprétées de la même manière par une femme et par un homme. Une femme va donner un souffle différent aux nuances et aux couleurs. Les nuances et les couleurs sont codifiées, pas le geste.

A ce titre, quel est l'objectif de votre concours, Mawoma, qui débute le 24 janvier prochain ?

C'est d'abord un concours mondial, qui porte un message d'universalisme dans le monde entier, pour donner l'équité et la chance à tout le monde quelles que soient les frontières. On donne une chance à des jeunes talents de tous horizons de pouvoir accéder au métier. En-dehors de toute considération sur le genre, on donne la possibilité dans le monde entier de faire valoir et connaître la direction d'orchestre. C'est la première fois dans le monde qu'un concours sera itinérant, sur une tournée de plusieurs mois. On va bien évidemment mettre en lumière des jeunes talents féminins de moins de quarante ans et véhiculer la voie féminine que doit occuper la femme sur le plan de la direction d'orchestre.

Vous dîtes que les femmes qui veulent diriger un orchestre manquent de modèles, est-ce la visée du concours Mawoma ?

Tout à fait, c'est le pilier de ce concours, on va donner une visibilité à ces talents qui existent déjà, on ne va pas les créer, on va aller à leur rencontre.

La France est-elle mieux lotie que d'autres pays ?

Pas du tout, c'est plus le cas de l'Asie, tout particulièrement du Japon.

Pourriez-vous nous citer des modèles qui pourraient susciter des vocations ?

Oui, Nadia Boulanger qui a suscité des vocations, dans les premiers modèles, mais aussi aujourd'hui Alondra de la Parra, chef américaine mexicaine, Susanna Malki, Marin Alsop, qui est vraiment une number one, Simone Young, Barbara Hannigan. Ce sont vraiment des noms phares, incontournables.

Votre initiative vise à changer les mentalités. N'y a-t-il pas également un travail à opérer à la racine, dans les conservatoires ?

Absolument, il y a de toute façon une orientation au sein même des conservatoires. Cela passerait par une orientation à la fin du cycle d'études. Normalement pour obtenir son premier prix au conservatoire on va au conservatoire national de région. On sort du conservatoire national à la fin de son troisième cycle, et alors on quitte le conservatoire, on se dirige vers l'enseignement ou on continue des études dans un conservatoire national de musique. Entre ces deux étapes, à la sortie du conservatoire national de région, il pourrait y avoir une orientation, de création. Cela se fait de manière parcimonieuse, il y a des écoles avec des classes de direction d'orchestre mais très peu, peut-être 2%. Il faudrait aussi des pédagogues, des pédagogues féminins, qui transmettent. On a encore très peu de directrices de conservatoires. Il ne s'agit pas d'une féminisation mais d'une orientation pédagogique équitable au sein même du conservatoire, où la majorité masculine ne s'inscrive pas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires