En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© BERTRAND GUAY / AFP
Fractures françaises
Pourquoi on se trompe sur la vraie nature de l’insatisfaction des Français vis-à-vis de leurs institutions
Publié le 23 janvier 2019
Selon un sondage OpinionWay pour LCI, 77% des Français estiment que les élus perçoivent une rémunération "trop élevée".
Chloé Morin est Chargée de projets internationaux chez IPSOS, ancienne conseillère en charge de l'opinion publique au sein du cabinet du Premier ministre Jean-Marc Ayrault puis Manuel Valls, de 2012 à 2016.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est Chargée de projets internationaux chez IPSOS, ancienne conseillère en charge de l'opinion publique au sein du cabinet du Premier ministre Jean-Marc Ayrault puis Manuel Valls, de 2012 à 2016.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage OpinionWay pour LCI, 77% des Français estiment que les élus perçoivent une rémunération "trop élevée".

Atlantico : Selon un sondage OpinionWay pour LCI, 77% des Français estiment que les élus perçoivent une rémunération "trop élevée". Faut-il véritablement voir ce jugement comme un désaveu concernant les résultats des politiques menées, ou comme une véritable attaque contre le niveau de rémunération des élus ? 

Chloé Morin : Evidemment, il faut voir ce sondage comme un symptôme. Ce que les gens nous disent, lorsque l’on fait des études qualitatives, c’est « les politiques ne nous servent à rien, donc pourquoi devrions-nous payer leur salaire? ». Cette tendance existe de longue date, elle n’est pas nouvelle. 

Sans doute le rapport à la politique est-il devenu plus utilitariste depuis quelques années, et le lien entre la parole politique et les actes s'est distendu au point où la plupart de nos concitoyens ont le sentiment que les élus ne servent à rien. On constate d’ailleurs que les Gilets jaunes rejettent, pour certains, le principe même de représentation. 

Il convient de rappeler qu’à l’issue de l’élection d’Emmanuel Macron, l’espoir de voir enfin les politiques fournir des résultats tangibles s’est temporairement ranimé, et la défiance vis à vis des institutions avait baissé. La confiance dans les députés avait par exemple augmenté de 12 points en juin 2017 dans notre étude « Fractures françaises » par rapport à 2016. Elle restait toutefois très basse, à 33%, et les soubresauts politiques récents nous ont ramené à des niveaux de défiance inégalés. D’une certaine manière, tout fonctionne comme dans une entreprise : si le patron crée des emplois, on tolère son salaire mirobolant. Si ce n’est pas le cas, cela devient très difficile à accepter…

Sur ce sujet du rapport entre peuple et élites, il y a souvent des erreurs d’interprétation ou des malentendus. Par exemple, lorsque, avec la fondation Jean Jaurès, nous avions réalisé une étude à l’automne 2017 sur l’état de la démocratie, un autre résultat m’avait frappée : l’immense majorité des Français se déclarait favorable à la diminution du nombre de députés, mesure à ce moment là proposée par le Président de la République. Mais lorsqu’on les interrogeait sur les raisons pour lesquelles ils soutenaient une telle mesure, la première raison qui ressortait était… pour faire des économies. Alors que le Président prétendait créer une Assemblée moins nombreuse mais mieux dotée en moyens d’investigation, de contrôle, et donc en personnel plus nombreux, les Français semblaient donc adhérer à cette mesure par pur rejet des élites. L’accord entre l’opinion et le Président était donc, sur ce point, fondé sur un malentendu - et je pense que ce malentendu persiste aujourd'hui.

Pour autant, faut-il accéder à cette demande, au risque que plus personne ne veuille s’engager en politique, et donc d’affaiblir la démocratie? Je pense que non. Certes, beaucoup de gens estiment que les élus nous coûtent trop cher, et il faut constamment réfléchir aux moyens de mieux maintenir le lien entre les politiques et les citoyens, mais il faut avoir le courage de dire que si la démocratie n’a pas de prix, elle a un coût. Quelle démocratie digne de ce nom demanderait à ses élus de travailler gratuitement? Les privilèges d’antan ont pour une grande part été abolis, mais ils persistent à l’état de fantasmes populaires.
J’ai même tendance à penser que chaque pas fait dans la direction de l’opinion majoritaire, sur cette question, ne fait in fine que conforter l’idée que «  les élus sont tous pourris », et engendrer un anti-parlementarisme de plus en plus radical. La preuve : on n’a jamais autant contrôlé les élus, entre la Haute autorité de la transparence, l’obligation faite aux députés d’être transparents sur leurs dépenses, baisse des rémunérations des membres du gouvernement et contrôle de leur patrimoine, etc. Et pourtant selon le dernier baromètre du CEVIPOF sur la confiance en politique, la défiance vis à vis des élus n’a jamais été si grande. Cahuzac, Thévenoud ou Benalla ont davantage marqué l’opinion que les lois prises depuis 2012… 

La réponse à cette tendance à vouloir "lyncher les élus" est donc à mon sens dans l’amélioration de l’efficacité des services rendus, dans la restauration de la confiance entre élites et citoyens, et dans l’exemplarité bien sûr, mais pas dans une fuite en avant populiste dont on sait qu’elle n’améliorera ni la qualité des lois, ni la qualité des politiques publiques. D’ailleurs, les citoyens ont redécouvert l’utilité du Parlement au moment de l’affaire Benalla (du moins les citoyens opposés à la politique du Président)….

D'une manière générale, en quoi les demandes institutionnelles des Français pourraient être plus liées à ce manque de résultat qu'à une critique de leurs institutions ? 

Je suis frappée de constater que le débat se focalise aujourd’hui essentiellement sur le RIC et les moyens de rendre notre démocratie plus « participative », alors que si nous regardions ce qui se passe chez nos voisins, nous nous rendrions compte que tous voient les populismes monter, la défiance se creuser vis à vis des élus, le désengagement citoyen s’accentuer... alors qu’ils ont des systèmes institutionnels très très variés. 
Cela m’incite à penser que le problème majeur de nos démocraties n'est pas nos institutions, même si l’on peut et doit toujours améliorer la transparence et la lisibilité des modes de prise de décision et mieux tenir compte des avis des citoyens entre deux élections. 

Le sujet, ce sont les grandes tendances sociales et économiques qui structurent les dynamiques d’opinion, et auxquelles les politiques peinent à apporter des réponses, non seulement sur le plan technique, mais aussi sur le plan idéologique - c’est à dire à offrir une vision du monde claire, cohérente, aspirationnelle, qui puisse servir d’alternative au déclinisme identitaire ambiant. Les deux aspects - technique, et idéologique - sont importants, car il faut offrir aux gens non seulement des résultats mais aussi une grille de lecture du monde. 

Parmi les tendances qui structurent les dynamiques politiques, et qui permettent de réellement comprendre notre crise démocratique et sociale, nous avons par exemple identifié dans nos enquêtes internationales :

- le sentiment que le système politique et économique fonctionne au détriment de l’intérêt de la majorité des citoyens, avec 1% au sommet qui profite, et 99% qui peinent à s’en sortir (déclinisme très répandu en France, entre crainte de déclassement individuel et d’appauvrissement collectif).

- la transformation de la composition de nos sociétés - composition ethnique, avec les flux migratoires, et vieillissement de nos sociétés.

- l’amplification de l’individualisme, du consumérisme politique, et de la dictature de l’urgence en politique par les réseaux sociaux.

- la contrainte climatique, qui réactive la question sociale.

- la tribalisation, c’est à dire le repli sur une identité d’origine ou de valeurs, face à un « autre » perçu comme hostile.

- etc.

Ne peut-on pas voir dans ce cadre un risque de répondre "au pied de la lettre" à cette demande des Français, alors que la cause principale relève plus d'une nature politique ? 

Quand on confond le symptôme et la maladie, on prend toujours le risque d’aggraver le mal… c’est précisément ce que l’on peut craindre ici. 

Il faut bien sûr trouver le moyen d’établir la transparence, la lisibilité, l’exemplarité au sommet, car ce sont des conditions indispensables pour restaurer la confiance. Et dans l’exemplarité, il y a évidemment le fait d'assurer un niveau de rémunération des élus qui ne soit pas déconnecté du reste de l’échelle des salaires ou de leur service rendu à la Nation. 

Mais de manière plus profonde, on ne réconciliera pas le peuple avec ses élus si l’on ne s’attaque pas au sentiment dominant que « quel que soit mon vote, le résultat est le même », c’est à dire nul. On ne restaurera pas la confiance non plus en surfant sur les idées reçues et les clichés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
institutions
Thématiques :
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 23/01/2019 - 16:34
L'injustice sociale.
Notre gouvernement supprime des postes dans les ''services publics'' pour faire des ''économies''..il ferait mieux de diminuer ses dépenses...La fraude fiscale est de 100 milliards d'euros par an, la fraude sociale est de 248 millions d'euros par an...Notre secrétaire d'Etat à l'égalité entre les hommes et les femmes (madame Marlène Schiappa)a écrit, dans un livre, ''comment vous faire prescrire un arrêt de travail'' voir https://www.youtube.com/watch?v=lcpB6VtSiK4 et voir https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/10/17/idee-recue-n-3-la-fraude-aux-prestations-sociales-est-massive_5201885_4355770.html...L'insatisfaction des Français est justifiée quand ils s'aperçoivent qu'on leur demande, pour être vendeur, par exemple, un CV avec diplômes, références, expérience...alors qu'ils sont gouvernés par des personnes dont le ''casier judiciaire'' n'est pas vierge.. que ces gens sont incompétents et qu'ils perçoivent des rémunérations exorbitantes(grâce à nos impôts).....
Ganesha
- 23/01/2019 - 12:33
Séniles
Décidément, ce site est vraiment fréquenté par des papys séniles, qui n'y comprennent décidément rien à rien !
Pourtant, si vous lisiez les articles, comme celui ci-dessus, vous pourriez faire des progrès !
Cette dame vous explique, calmement, et dans une langue française tout â fait compréhensible, que la cause principale des problèmes de notre pays, ce n'est absolument pas le nombre des députés, ni leur rémunération, qui ne représente qu'une somme minuscule au regard du budget total de la Nation !
Le cumul des mandats n'est pas vraiment le problème, et évidemment, l'abandon du statut de fonctionnaire, que vous réclamez sans relâche, créerait une précarité dommageable.
Quant au ''mandat unique'', c'est tout simplement grotesque !
Pauvres idiots, quand comprendrez-vous que ce qui est important, c'est de voter pour un homme ou une femme politique qui ait une vision lucide et pertinente de la réalité !
Qui propose des solutions claires, efficaces... et les applique !
Pas des crapules corrompues, qui sont de simples domestiques au service des milliardaires et du Capitalisme Libéral !
J'accuse
- 23/01/2019 - 10:16
Pour une vraie démocratie
Les élus sont effectivement (presque) tous pourris, pour une raison bien simple: le professionnalisme politique y mène obligatoirement. Ceux qui n'étaient pas des escrocs avant "d'entrer en politique" le deviennent immanquablement: ils mentent pour être élus et réélus (c'est leur gagne-caviar et ils sont prêts à tout pour ne pas le perdre), et passent toute leur vie à profiter sans limite de la crédulité de leurs victimes, les électeurs-contribuables.
Ce n'est pas le nombre d'élus qu'il faut réduire, mais le nombre de leurs mandats (pas plus d'un dans une vie) et leurs rémunérations (fixées par référendum).
Les salaires des fonctionnaires doivent aussi être revus: il n'est pas normal de sous-payer un prof ou un flic, indispensables chaque jour, et de surpayer des énarques qui font juste semblant d'être utiles.