En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Théâtre Les Déchargeurs
Atlanti-Culture
"Les soliloques du pauvre" de Jehan-Rictus : les Gilets Jaunes, des nantis et des tendrons, à côté !
Publié le 22 janvier 2019
Peu d'écrivains ont su parler, comme Jehan-Rictus, aussi justement et pathétiquement, de la misère. Si vous avez le coeur et l'esprit bien accrochés, et si vous le pouvez, allez voir ce spectacle.
Charles-Édouard Aubry est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles-Édouard Aubry pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles-Édouard Aubry est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Peu d'écrivains ont su parler, comme Jehan-Rictus, aussi justement et pathétiquement, de la misère. Si vous avez le coeur et l'esprit bien accrochés, et si vous le pouvez, allez voir ce spectacle.

SPECTACLE
Les soliloques du pauvre
Texte de Jehan-Rictus
Mise en scène, scénographie et costumes: Michel Bruzat
Interprété par Pierre-Yves Le Louarn

 

INFORMATIONS

Théâtre les Déchargeurs

3 rue des Déchargeurs, 75001, Paris

Du mardi au samedi à 21h30

Jusqu’au 9 février 2018

Durée : 1h10

Réservations : 01 42 36 00 50

 

RECOMMANDATION

          EN PRIORITE

 

THEME

C’est un cri, un appel au secours, un texte bourré de fautes de syntaxe, une plainte brûlante, une colère farouche, une véhémence punk avant l’heure, qui prend la société à témoin de son infortune. Un homme, seul en scène, raconte son choix de la misère et de la fraternité, de la rue et de la précarité.

Le verbe haut et gouailleur, il attaque une société sans pitié pour les « petites gens », les laissés pour compte.

 

POINTS FORTS

Jehan-Rictus écrit dans une de ses lettres : « voyons, vous qui venez du peuple : lâchez-moi la langue et quittez les brassards, cuissardes, jambières et autres harnais. Autrefois, il n’y avait aucun divorce entre la langue populaire et la langue poétique ».

C’est une même et unique langue pleine de fulgurances, de rage et de douleur, mais c’est une langue qui émerveille et fait vibrer avec un mot, une image, une métaphore.

On peut aimer Emile Zola et être sensible à « l’Assommoir », « le premier roman sur le peuple », comme le dira son auteur, mais « les soliloques du pauvre » ramènent l’auteur des Rougon-Macquart à sa réalité d’écrivain bourgeois.

Pour partager la douleur des délaissés, c’est leur mots qu’il faut entendre, dans leur nudité brutale et sans concession qui en exprime toute la souffrance. Pour ressentir cette destinée du déclassé qui ne connait même pas le luxe de l’espoir mais vit l’expérience de la souffrance, c’est la voix de Jehan-Rictus qu’il faut écouter.

« J’aime cette écriture explosive qui va à l’encontre de la mode et de la pensée majoritaire, qui résiste à l’ordre établi  avec une efficacité sans doute dérisoire face au pouvoir » déclare le metteur en scène,  Michel Bruzat. Manié par le formidable acteur qu’est Pierre-Yves Le Louarn, le texte devient un bâton de dynamite lancé à la gueule du spectateur.

Alternant colères assassines à la brutalité tour à tour froide ou brûlante et confessions intimes, parfois complices, le comédien seul en scène porte physiquement ce Verbe avec une générosité, une authenticité qui nous émeuvent et nous convainquent du début à la fin.

 

POINTS FAIBLES

Il n’y a point de faiblesse dans cette histoire. Il n’y a qu’un homme qui se bat et refuse d’abdiquer.

 

EN DEUX MOTS

C’est sombre mais c’est brillant, c’est douloureux mais ça fait du bien, c’est âpre mais c’est une caresse aussi par moments. Il y a de la tendresse pour la vie malgré sa dureté, une lumière qui émane de la pièce et révèle avec obstination ceux qui sont invisibles.

 

UN EXTRAIT

"Bon, v’là l’Printemps ! Ah ! salop’rie,

V’là l’monde enquier qu’est aux z’abois

Et v’là t’y pas c’te putain d’Vie

Qu’a se r’nouvelle encore eun’fois !

La Natur’ s’achète eun’ jeunesse,

A s’ déguise en vert et en bleu,

A fait sa poire et sa princesse,

A m’fait tarter, moi, qui m’fais vieux".

 

L’AUTEUR

Gabriel Randon naît en 1867 à Boulogne-sur-Mer. Son père quitte la maison, sa mère le maltraite. Très vite il fait le choix de la rue et choisit une vie d’errance : c’est sur cette expérience que se fondera sa poésie. Il vit la rue, la faim, le froid, la solitude, et cherche une forme nouvelle pour raconter.

Ainsi naissent les soliloques du pauvre en 1896, dans un français que tout le monde peut comprendre. Il devient alors JeHan-Rictus (anagramme de Jésus Christ), avec un trait d’union car ce n’est plus un nom propre, presque une devise. Il rencontre le succès et publie livres et poèmes jusqu’en 1914.

Puis c’est le silence, il ne publie plus rien jusqu’à sa mort en 1933 et semble même tourner le dos à ses idées anarchistes pour devenir favorable au rétablissement de la monarchie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
02.
14 tonnes d’aide humanitaire française pour le Venezuela confisquées à Caracas par la Garde nationale
03.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
04.
Un président étranger à son peuple mais aussi de plus en plus étranger à la communauté internationale
05.
Ces inquiétants progrès de l’idéologie décoloniale en France
06.
+ 4,2% des prix de la grande distribution en raison de la loi Alimentation ? Comment les autorités démontrent leur impuissance à soutenir les agriculteurs
07.
Une mystérieuse créature sème la panique dans un parc chinois
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
05.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires