En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 7 heures 20 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 9 heures 50 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 13 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 13 heures 59 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 14 heures 24 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 7 heures 47 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 11 heures 37 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 13 heures 12 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 13 heures 33 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 13 heures 44 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 14 heures 17 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 14 heures 19 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 14 heures 24 min
© Théâtre Les Déchargeurs
© Théâtre Les Déchargeurs
Atlanti-Culture

"Les soliloques du pauvre" de Jehan-Rictus : les Gilets Jaunes, des nantis et des tendrons, à côté !

Publié le 22 janvier 2019
Peu d'écrivains ont su parler, comme Jehan-Rictus, aussi justement et pathétiquement, de la misère. Si vous avez le coeur et l'esprit bien accrochés, et si vous le pouvez, allez voir ce spectacle.
Charles-Édouard Aubry pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles-Édouard Aubry est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Peu d'écrivains ont su parler, comme Jehan-Rictus, aussi justement et pathétiquement, de la misère. Si vous avez le coeur et l'esprit bien accrochés, et si vous le pouvez, allez voir ce spectacle.

SPECTACLE
Les soliloques du pauvre
Texte de Jehan-Rictus
Mise en scène, scénographie et costumes: Michel Bruzat
Interprété par Pierre-Yves Le Louarn

 

INFORMATIONS

Théâtre les Déchargeurs

3 rue des Déchargeurs, 75001, Paris

Du mardi au samedi à 21h30

Jusqu’au 9 février 2018

Durée : 1h10

Réservations : 01 42 36 00 50

 

RECOMMANDATION

          EN PRIORITE

 

THEME

C’est un cri, un appel au secours, un texte bourré de fautes de syntaxe, une plainte brûlante, une colère farouche, une véhémence punk avant l’heure, qui prend la société à témoin de son infortune. Un homme, seul en scène, raconte son choix de la misère et de la fraternité, de la rue et de la précarité.

Le verbe haut et gouailleur, il attaque une société sans pitié pour les « petites gens », les laissés pour compte.

 

POINTS FORTS

Jehan-Rictus écrit dans une de ses lettres : « voyons, vous qui venez du peuple : lâchez-moi la langue et quittez les brassards, cuissardes, jambières et autres harnais. Autrefois, il n’y avait aucun divorce entre la langue populaire et la langue poétique ».

C’est une même et unique langue pleine de fulgurances, de rage et de douleur, mais c’est une langue qui émerveille et fait vibrer avec un mot, une image, une métaphore.

On peut aimer Emile Zola et être sensible à « l’Assommoir », « le premier roman sur le peuple », comme le dira son auteur, mais « les soliloques du pauvre » ramènent l’auteur des Rougon-Macquart à sa réalité d’écrivain bourgeois.

Pour partager la douleur des délaissés, c’est leur mots qu’il faut entendre, dans leur nudité brutale et sans concession qui en exprime toute la souffrance. Pour ressentir cette destinée du déclassé qui ne connait même pas le luxe de l’espoir mais vit l’expérience de la souffrance, c’est la voix de Jehan-Rictus qu’il faut écouter.

« J’aime cette écriture explosive qui va à l’encontre de la mode et de la pensée majoritaire, qui résiste à l’ordre établi  avec une efficacité sans doute dérisoire face au pouvoir » déclare le metteur en scène,  Michel Bruzat. Manié par le formidable acteur qu’est Pierre-Yves Le Louarn, le texte devient un bâton de dynamite lancé à la gueule du spectateur.

Alternant colères assassines à la brutalité tour à tour froide ou brûlante et confessions intimes, parfois complices, le comédien seul en scène porte physiquement ce Verbe avec une générosité, une authenticité qui nous émeuvent et nous convainquent du début à la fin.

 

POINTS FAIBLES

Il n’y a point de faiblesse dans cette histoire. Il n’y a qu’un homme qui se bat et refuse d’abdiquer.

 

EN DEUX MOTS

C’est sombre mais c’est brillant, c’est douloureux mais ça fait du bien, c’est âpre mais c’est une caresse aussi par moments. Il y a de la tendresse pour la vie malgré sa dureté, une lumière qui émane de la pièce et révèle avec obstination ceux qui sont invisibles.

 

UN EXTRAIT

"Bon, v’là l’Printemps ! Ah ! salop’rie,

V’là l’monde enquier qu’est aux z’abois

Et v’là t’y pas c’te putain d’Vie

Qu’a se r’nouvelle encore eun’fois !

La Natur’ s’achète eun’ jeunesse,

A s’ déguise en vert et en bleu,

A fait sa poire et sa princesse,

A m’fait tarter, moi, qui m’fais vieux".

 

L’AUTEUR

Gabriel Randon naît en 1867 à Boulogne-sur-Mer. Son père quitte la maison, sa mère le maltraite. Très vite il fait le choix de la rue et choisit une vie d’errance : c’est sur cette expérience que se fondera sa poésie. Il vit la rue, la faim, le froid, la solitude, et cherche une forme nouvelle pour raconter.

Ainsi naissent les soliloques du pauvre en 1896, dans un français que tout le monde peut comprendre. Il devient alors JeHan-Rictus (anagramme de Jésus Christ), avec un trait d’union car ce n’est plus un nom propre, presque une devise. Il rencontre le succès et publie livres et poèmes jusqu’en 1914.

Puis c’est le silence, il ne publie plus rien jusqu’à sa mort en 1933 et semble même tourner le dos à ses idées anarchistes pour devenir favorable au rétablissement de la monarchie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires